FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Jaeger-Le Coultre explore son passé

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 56783
Date d'inscription : 05/05/2005

Jaeger - Jaeger-Le Coultre explore son passé Empty
MessageSujet: Jaeger-Le Coultre explore son passé   Jaeger - Jaeger-Le Coultre explore son passé EmptyLun 4 Déc - 19:17

Citation :
Un havre de paix entouré de mon­tagnes. C’est ici, au coeur de la vallée de Joux, sous l’impulsion de ses habitants les Combiers, que l’horlogerie suisse a puisé ce fameux savoir faire qui lui per­met aujourd’hui de s’afficher comme le numéro un mondial de l’industrie. C’est également là, dans ce lieu isolé et quasi-in­connu dans le monde, que cer­taines manufactures ont bâti leur réputation.
Tel est le cas du spécialiste de haute horlogerie Jaeger-Le Coul­tre, dont le fondateur Antoine Le Coultre fût, en 1833, l’un des premiers horlogers à avoir ins­tallé son atelier au Sentier. Aujourd’hui, celle que l’on sur­nomme «la grande maison» peut se targuer d’être leader dans le créneau des grandes complications et l’un des plus gros employeurs de la vallée. «C’est ici que se trouvent nos racines», explique son directeur général Jérôme Lambert. Un précieux patrimoine que l’entre­prise, désormais filiale du nu­méro deux mondial du luxe Ri­chemont, a choisi d’honorer cette année. Par un livre retra­çant les 173 ans de son histoire, sorti récemment, mais égale­ment par un musée, installé dans la demeure d’ Antoine Le­ Coultre, dont l’ouverture est pré­vue pour le printemps 2007.

In­terview de Jérôme Lambert.

Il y a vingt ans, Jaeger-Le Coultre a pris la décision de rapatrier l’ensemble de ses activités à la vallée de Joux. Pourquoi?
L’objectif était de compléter notre intégration verticale, avec l’ensemble des métiers sous le même toit. Cela favorise le déve­loppement des connaissances et permet une bonne dynamique de marque.
Cette stratégie a-t-elle fonctionné?
Parfaitement. Il y a aujour­d’hui plus de 40 métiers à la manufacture. L’échange de sa­voir- faire est primordial et cha­que secteur bénéficie de l’expé­rience des autres.
Mais pourquoi êtes-vous resté à la Vallée?
Les 970 personnes qui tra­vaillent à la manufacture ont en moyenne 10 ans d’expérience. Certains des collaborateurs sont chez Jaeger-Le Coultre depuis 4 générations. Au total, nous béné­ficions de plusieurs milliers d’an­nées de connaissances. C’est un trésor. Si nous avions quitté la Vallée, nous aurions perdu ces savoir faire, ce qui aurait été destructeur. Nous bénéficions aussi de la dimension culturelle de la région
C’est-à-dire?
Les valeurs des Combiers, comme le respect de l’autre, le professionnalisme, le sens de la qualité, le respect du travail et des relations humaines nous ont permis de constituer presque un tissu familial au sein de la manu­facture. Par ailleurs, le calme de la région renforce encore l’atten­tion portée à la quête de l’excel­lence. C’est un ca­dre idéal pour faire naître des montres de gran­des complica­tions.
Votre créneau est-il porteur?
Il s’agit proba­blement aujourd’hui du secteur le plus prometteur de l’industrie horlo­gère. La demande est très impor­tante. Ici, nous bé­néficions d’un avantage certain: en 173 ans, Jaeger-Le Coultre a conçu plus de 1000 mouve­ments. Chaque année, nous dé­posons une vingtaine de nou­veaux brevets. Nous avons aujourd’hui dans nos archives plus de 300 mètres de dessins encore inexploités. C’est un pa­trimoine extraordinaire
C’est pour cette raison que vous créez un musée?
Il nous semble important de faire découvrir au public le sa­voir faire de Jaeger Lecoul­tre. L’idée même de ma­nufacture est né avec Antoine Le Coultre, qui a été le premier à maîtriser la précision par l’investion du millionomètre (ndlr. premier appareil per­mettant de me­surer le mi­cron). Après avoir rassemblé cette histoire dans un ouvrage, nous souhaitons présenter la marque à travers plusieurs cen­taines de modèles de nos plus belles collections.


«Toujours plus de complications»
Aujourd’hui, combien vaut une montre Jaeger-Le Coultre?
Entre 5000 et plusieurs millions de francs. Les techni­ques intégrées dans des mo­dèles tels que la Reverso grande complication à tripty­que ( ndlr. montre offrant trois dimensions de temps sur trois faces, regroupant dix-huit complications et impliquant six dépôts de brevets) exigent la mobilisation de plusieurs horlogers pendant deux à trois ans. Ceci représente un très lourd investissement.
Quelle est votre production?
Environ 50 000 montres par an. Nous sommes aujourd’hui plus que jamais dans une situation de pénu­rie qui nous empêche de ré­pondre complètement à la demande. Mais notre clien­tèle accepte la rareté de nos produits, gage de qualité et d’intégrité
Vous ne comptez donc pas augmenter votre production à terme?
Nous avons opté pour une démarche plus qualitative, avec le développement de montres toujours plus com­pliquées et intégrant toujours plus de savoir faire.
Vos perspectives financières?
Nous bénéficions aujour­d’hui pleinement de la crois­sance du marché. Ceci impli­que un fort recrutement. Au cours des 18 derniers mois, nous avons engagé plus de 200 collaborateurs.


Tribune de Genève

Florence Noël

www.tdg.ch

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Jaeger-Le Coultre explore son passé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: