FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez | 
 

 Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 48063
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Dim 21 Aoû - 10:12

Le COSC a un site internet ...


http://www.cosc.ch/portrait.php?lang=fr

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 48063
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Sam 12 Aoû - 10:14

Il est bon de le rappeler de temps en temps, la certification Chronomètre n'est qu'une photographie à un instant T de la qualité de réglage d'un mouvement... Rien ne garantit la durabilité du réglage... Ceci étant pendant la garantie, les marques acceptent de revoir le réglage s'il s'écarte de la norme -4/+6 secondes quotidiennes ...

Citation :
Chronomètre Définition générale


Pour mériter le titre de « chronomètre », un mouvement doit affronter quinze jours de tests impitoyables. Une épreuve de vérité confiée au célèbre contrôle officiel suisse des chronomètres, le COSC.
Selon la définition couramment admise dans les milieux horlogers, « un chronomètre est une montre de haute précision, capable d’afficher la seconde, dont le mouvement a été testé durant plusieurs jours, dans différentes positions et à différentes températures, par un organisme officiel neutre. Les mouvements qui satisfont aux critères de précision édictés par la norme ISO 3159 reçoivent un certificat officiel de chronomètre ».

Il ne faut donc pas confondre chronomètre et chronographe, même si un chronographe sert à... chronométrer, et si le mot chronomètre est fréquemment utilisé (à tort) pour désigner un « instrument servant à mesurer une durée ». Un chronographe peut évidemment pour autant qu’il satisfasse aux critères de la norme porter le titre de chronomètre, mais tous les chronomètres ne sont pas des chronographes...

Faute de concurrent, le seul « organisme officiel neutre » habilité en Suisse à décerner le titre de chronomètre est le célèbre COSC, fondé en 1973 dans ses structures actuelles. Cette « association sans but lucratif, reconnue d’utilité publique », a été créée par cinq cantons suisses horlogers (Berne, Genève, Neuchâtel, Soleure et Vaud) avec la Fédération de l’industrie horlogère suisse (FH). Dans ses trois « bureaux officiels » (laboratoires) de Bienne, de Genève et du Locle, le COSC teste la précision des mouvements qui lui sont soumis par les fabricants à l’aide d’un matériel ultrasophistiqué et tenu secret, développé par ses propres ingénieurs.

Chaque mouvement est contrôlé durant quinze jours, dans cinq positions et à trois températures (8 C, 23 C, 38 C). Pour recevoir le certificat de chronomètre, un mouvement doit remplir sept critères éliminatoires portant sur des aspects tels que la marche diurne moyenne, la différence de marche entre positions horizontales et verticales, et la précision face aux variations thermiques. Les exigences minimales stipulent notamment que l’« écart de marche » doit être inférieur à 4/+ 6 secondes par jour (pour un mouvement d’un diamètre supérieur à 20 mm).

Chaque chronomètre est identifié par un numéro gravé sur le mouvement et par un numéro de certificat du COSC.
S’inspirant de la norme ISO 3159, le COSC a également édicté une prescription de contrôle applicable aux chronomètres à quartz. Chaque mouvement est testé durant onze jours, dans une position et à trois températures. Il est également soumis durant un jour à des rotations en trois dimensions et doit subir deux cents chocs d’une valeur de 100 G (cent fois la gravité terrestre).

Pour obtenir le certificat de chronomètre, un mouvement à quartz doit remplir huit critères éliminatoires. Les exigences minimales en matière de précision sont, bien sûr, beaucoup plus élevées que pour les mouvements mécaniques.
D’ailleurs, elles ont obligé les fabricants à développer des mouvements équipés d’un système électronique qui compense la variation de fréquence du quartz en fonction de la température (mouvements thermocompensés).

Que cela soit pour les mouvements mécaniques ou pour les mouvements à quartz, seuls les plus vaillants calibres pourront décrocher la fameuse certification COSC.
En clair, le certificat officiel de chronomètre signifie qu’un mouvement répond aux plus hauts standards de précision et de fiabilité. Il ne récompense que les mouvements assemblés avec des composants de très haute qualité et selon les critères de réglage les plus pointus.

Il n’en demeure pas moins que les tests du COSC sont des épreuves statiques effectuées en laboratoire, qui ne correspondent pas à une simulation de porter. Ils ne testent pas davantage l’étanchéité ou la robustesse du sujet complet, puisque seul le mouvement est testé, pas la montre emboîtée.

Reste que le certificat de chronomètre a un prix. Outre les émoluments à régler au COSC (on estime que les marques déboursent environ 30 euros par mouvement présenté), les fabricants qui soumettent leurs mouvements à la certification ne peuvent se permettre de présenter des calibres standards qui n’auraient aucune chance de passer les tests en vigueur. Ainsi les mouvements soumis ont fait l’objet de soins très particuliers au cours des nombreuses étapes de fabrication des composants et de montage de ceux-ci. Et ce « surcoût » est difficile à chiffrer, mais peut être estimé à plusieurs centaines d’euros selon le type de mouvement et leur nombre.

En contrepartie, le certificat de chronomètre constitue un argument marketing de premier ordre pour les marques. D’abord parce que ce document officiel donne une plus-value au garde-temps qu’il accompagne, ensuite parce qu’il permet aussi de justifier un prix plus élevé... Quand on sait que seules près de 3 % des montres produites en Suisse reçoivent chaque année le certificat de chronomètre, on mesure à quel point ce petit bout de papier est synonyme de qualité et d’exclusivité. Premier à l’avoir compris, Rolex, dont l’histoire est indissociable de celle du COSC.

En effet, depuis 1910, la mythique marque genevoise confie l’essentiel de ses mouvements à la certification chronomètre. Pour Rolex, le certificat de chronomètre est un gage de qualité et de constance. Et, en s’appuyant depuis près d’un siècle sur la qualité et la rigueur des services du COSC, la marque en est, de facto, devenue le principal soutien puisque les revenus de cet organisme sont liés pour l’essentiel aux contributions de Rolex.

Pour les marques qui manufacturent ou assemblent elles-mêmes leurs mouvements, le saut qualitatif vers la certification COSC ne va pas de soi ; le développement et la fabrication de mouvements dignes d’être « cosqués » exigeant d’importants efforts au niveau de l’outil de production, sans parler de la somme de compétences horlogères nécessaires en coulisse.

Le palmarès des marques « cosquées »

Selon les derniers chiffres disponibles, le Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC) a certifié 1 271 934 mouvements horlogers en 2002. Soit une progression de 0,5 % par rapport à 2001. Si la certification de plus d’un million de chronomètres par an peut paraître importante, elle ne représente en définitive qu’un infime pourcentage de la production horlogère mondiale.
Dans le classement de sociétés qui ont obtenu le plus grand nombre de certificats de chronomètres, Rolex, poids lourd de l’horlogerie suisse, décroche la première place.
En 2002, la Manufacture Rolex SA à Bienne a fait certifier 584 665 mouvements, tandis que Montres Rolex SA à Genève en faisait certifier 230 055. Soit un total de 814 720 pièces certifiées COSC (contre 762 175 en 2001), ce qui revient à dire que Rolex a obtenu les deux tiers des certificats délivrés par le prestigieux organisme helvétique.
En seconde position, arrive Omega avec 165 543 certificats délivrés en 2002, suivie de Breitling (131 815), Panerai (39 016), TAG Heuer (20 207), Baume & Mercier (15 504), Bulgari (11 141), Corum (8 005), Chopard (7 684) et Tissot (6 221).


Le Figaro / Michel Jeannot


http://www.worldtempus.com/pop_up_lex.php?lang=1&lex_id=8009

Citation :
CHRONOMETRE

Montre de grande précision ayant obtenu un bulletin officiel de contrôle de marche délivré par l'Observatoire de Besançon pour la France, de Genève ou de Neuchâtel pour la Suisse. Les exigences sont très élevées: quelques secondes (pour les chronomètres mécaniques) par jour dans des conditions de températures et de positions plus difficiles que celles rencontrées habituellement.

Les tests à passer pour obtenir le certificat sont, selon la norme SN/ISO 3159 v.9.97 :

15 jours dans 5 positions différentes à 3 températures

- 2 jours : couronne à gauche

- 2 jours : couronne en haut

- 2 jours : couronne en bas

- 2 jours : cadran visible

- 2 jours cadran à l'envers

Avant tout changement et toutes les 24H, la marche du mouvement est contrôlée à une température de 23°Cet 24% d'humidité de l'air.

- 10e jour : contrôle du fonctionnement des mécanisme supplémentaires (date, chrono...) pour établir leur éventuelle influence sur la précision de marche.

- 11e jour : chambre froide à 8°C

- 12e jour : pause et mesure à 23°C

- 13e jour : 38°C

Seuls les mécanismes ayant parfaitement passés tous ces tests obtiennent un certificat du COSC si :

- la moyenne de marche quotidienne dans 5 positions reste entre - 5 et +6 secondes / jour

- la différence de marche quotidienne dans 5 positions ne doit pas excéder 2 à 3 secondes / jour

- la plus grande différence de marche ne doit pas excéder 5 secondes

- la différence de marche horizontal / vertical ne doit pas excéder 5 à 7 secondes / jour

- la plus grande différence entre la moyenne journalière de marche et l'une des marches dans les 5 positions ne doit pas excéder 10 à 15 secondes / jour

- la variation à la température doit être de +/- 0,6 / 0,7 seconde par °C

- la variation totale de marche doit être de +/- 5 ou 6 secondes / jour.

http://timeuhren.free.fr/dictionnairefr.htm

http://fr.wikipedia.org/wiki/Soci%C3%A9t%C3%A9_suisse_de_chronom%C3%A9trie

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Doc174
Membre Actif
avatar

Nombre de messages : 83
Localisation : Midi-Pyrennées
Date d'inscription : 29/07/2009

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Lun 24 Aoû - 23:18

J'ai un doute sur la réelle interprétation de la fourchette du COSC soit située entre -4 et +6 sec/24h.
Cela signifie qu'une montre "COSC" peut au max retarder de 4 sec/jour et au max avancer de 6 sec/jour? ou bien l'inverse (6 de retard et 4 d'avance)?
C'est un peu comme le changement d'heure (avancer ou retarder)
Merci de vos avis précis
Revenir en haut Aller en bas
tictoqué
Membre Actif


Nombre de messages : 148
Age : 38
Date d'inscription : 18/09/2011

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Sam 19 Nov - 7:40

C'est bien comme çà que je le comprends aussi.
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard
Passionné de référence
avatar

Nombre de messages : 3817
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Mar 21 Fév - 4:12

Désolé pour le déterrage, confiused mais...

Le tableau du COSC me paraît bien plus complexe qu'une simple tolérance -4 s / + 6 secondes par jour (pour un mouvement de diamètre > 20 mm) :



Alors comment faut-il interpréter les lignes suivantes ?
Revenir en haut Aller en bas
freddy.lombard
Passionné de référence
avatar

Nombre de messages : 3817
Date d'inscription : 16/10/2011

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Mar 24 Avr - 23:08

A relire le traitement qu'ils font subir aux montres pour le test, je me dis que c'est peut-être le meilleur moyen d'obtenir la régularité de la part d'un mouvement : on le pose successivement sur tous les côtés, on le remue, on le laisse reposer, on le chauffe, on le refroidit... Mr. Green Telle condition en compense une autre, opposée.
Or dans la vie réelle, c'est justement l'inverse qui se produit : les conditions de "porté" ne sont pas si variables que ça pour un même individu. Incompréhensible
Tel effectuera de nombreux mouvements, tel sera plus sédentaire; l'un rangera toujours sa montre côté couronne et l'autre dans une autre position...
Revenir en haut Aller en bas
Cyrillo77
Membre super actif
avatar

Nombre de messages : 391
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Lun 28 Jan - 11:57

ma sarb fait du +2 la classe bravohap
Revenir en haut Aller en bas
OpOw
Passionné de référence
avatar

Nombre de messages : 3347
Age : 33
Localisation : Melun
Date d'inscription : 26/12/2011

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Mar 26 Fév - 1:43

Et ma steinhart -0.93s/jour (-13s/14jours), comme quoi le prix ne veux rien dire question précision Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Cyrillo77
Membre super actif
avatar

Nombre de messages : 391
Localisation : Paris
Date d'inscription : 30/12/2010

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Mar 26 Fév - 1:47

enfin +2 mais après elle se dégrade vite.... Pleure 2 enfin là elle prend 5s de retard en 4/5J quand elle retarde on dirait que c'est mieux, bizarre.
de toutes façons faut pas prendre une montre avec mouvement du poignet quand on veut une heure ultra précise, même en mettant 5000euros.
Revenir en haut Aller en bas
R.ROYCE
Nouveau


Nombre de messages : 35
Date d'inscription : 10/04/2016

MessageSujet: Re: Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...   Mer 13 Avr - 9:48

Bonsoir

Il serai interessant vu le prix que nous coute certains garde temps , sans citer de marque , de pouvoir se faire remettre lors de l'achat de la precieuse ,le bulletin COSC redigé comme c'etait le cas autre fois.Peu etre pas a l'ecriture plume , en plein et delié comme j'en ai deja vu mais de façon factuel et palpable.
A la place aujourd'hui on a des breloques et babioles en plastique accrochées avec une ficele, des controles de 1000 heures etc ....
Vu les dimensions de certains ecrins il y a de quoi mettre des fois.
A une epoque il etait possible de demander son bulletin , aujourd'hui je ne sais point.
Sachez au passage que toute personne peu soumettre sa montre a ce test ,moyennant finance.
Revenir en haut Aller en bas
 
Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le COSC Expliqué par le COSC ...Normes, conditions...
» Certificat COSC: garantie du passé ou d'avenir de la montre?
» Normes COSC
» question pour les radin: COSC
» 14060M COSC ou pas COSC

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: LES RUBRIQUES DE FORUMAMONTRES :: Les liens-
Sauter vers: