FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez | 
 

 Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2  Suivant
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 49082
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 10:14

On est en 1898 (je cite cela de mémoire) mais je n'ai pas retrouvé la source que j'ai égarée. Bref, nous sommes en 1898 à bord d'un navire militaire anglais. On se dirige au sextant et au chronomètre de marine. Le chronomètre est un modèle anglais de Thomas Mercer.  Le navire est parti pour 15 jours en mer et doit faire une escale dans une zone pleine de récifs au nord de l'Ecosse. Un officier a de manière très précise dans sa mission de remonter le chronomètre de marine et de s'assurer de son bon fonctionnement 4 fois par jour. Les horaires sont réglementairement fixés toutes les 6 heures.

Le cinquième jour, à 2 heures du matin, l'officier a l'impression que la trotteuse du chronomètre est comme ralentie et qu'elle sautille. Il se rassure en regardant le cadran plus de 30 secondes et ne note rien. Il pense à une illusion d'optique due à l'éclairage. Il part se coucher mais à 4 heures, alors qu'il ne trouve pas le sommeil, il retourne vers le chronomètre de marine. L'instrument est arrêté à 2 h 45 du matin, sa réserve de marche est au deux tiers. Il file informer le capitaine du navire qu'il réveille. Ce dernier se déplace et constate l'arrêt de l'instrument. Il le soulève et le secoue. Il ne repart pas. Il le fait tourner sur lui-même et le chrono repart. Les deux officiers conviennent qu'ils regarderont à 6 heures s'il fonctionne.

A six heures précises, ils se retrouvent devant le chronomètre qui fonctionne tout à fait normalement mais qui ne donne plus l'heure. 4 officiers ont des montres personnelles mais à 2 minutes près, il est impossible de savoir laquelle est à l'heure. Le capitaine entend bien l'un de ses officier expliquer que sa montre restait très précisément à l'heure du chronomètre mais celui-ci était-il resté à l'heure exacte. Sa panne avait-elle eu des conséquence sur la marche. L'officier explique qu'il avait réglé sa montre au départ sur une horloge de l'amirauté qui était vérifiée et parfaitement à l'heure et que lors d'une mission récente, il a constaté que sa montre était au retour à un décalage de 2 secondes avec cette heure de référence malgré 10 jours en mer. Aucun autre officier ne peut attester de pareilles performances pour sa propre montre.

Le capitaine hésite et décide que la montre de l'officier sera la nouvelle heure de référence à bord et que le chronomètre de marine sera ajusté sur celle-ci. En cas de nouvel écart, il faudra se faire aider par un navire marchand mais en aucun cas, la mission ne pourra transiter par le lieu prévu. Après 2 jours, le chronomètre de marine et la montre sont parfaitement synchrones. Le capitaine rassuré laisse donc se dérouler la mission comme prévu.

Après le retour de mission, le chronomètre de bord est révisé. Aucun défaut n'est constaté, rien.  Il est placé en observation et ne réembarquera jamais, il sera vendu bien plus tard. Les officiers en revanche, vont à Londres s'acheter une montre de la même marque que celle qui leur a sauvé la mise lors de la mission. C'est une montre anglaise. Les officiers seront déçus car aucune n'atteindra la précision de celle de leur collègue. C'est l'un des officiers qui raconta cette histoire. Il devint à son tour chargé de la surveillance des montres et raconta que la panne était sa hantise. Il embarquait toujours avec lui trois montres qu'il faisait régler régulièrement et aucune ne partageait à la seconde la même heure qu'une autre.

L'officier termina sa carrière lors de la première guerre mondiale. "On avait alors d'excellents chronomètres de bord, des pièces suisses et ils restaient calés avec les chronomètres de marine, cela était très rassurant".

En 15 ans, l'horlogerie avait réussi à fiabiliser de manière quasi parfaite des instruments produits de manière industrielle. L'exercice s'avérera beaucoup plus difficile avec les mouvements des montres bracelets. Beaucoup plus petits, il fallu attendre les années 1950 pour atteindre des niveaux de performances à peine comparables aux chronomètres de marine produits 40 ans plus tôt. Certaines montres produites aujourd'hui avec des moyens considérables sont moins précises que ces pièces du début du 20ème siècle. Aucun silicium, téflon, acier associé au chrome n'a supplanté ces pièces de parfois 100 ans d'âge et qui tournent encore parfois à la seconde sur 8 à 10 jours. Cela traduit soit les compétences des régleurs de l'époque, soit la difficulté de faire des montres bracelets précises.

Les horlogers et ingénieurs d'aujourd'hui le savent, ces matériaux d'autrefois n'étaient pas mauvais du tout et il faut se méfier des premières impressions offertes par des matériaux promis comme infaillibles. Certains vieillissent plus vite que prévu. Ces vieux aciers et alliages de 100 ans, eux fonctionnent avec un recul incontestable. Cela vaut la peine de le souligner en se demandant ce qu'il restera de nos montres dans 100 ans.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).


Dernière édition par ZEN le Mer 9 Aoû - 20:50, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Skyranger
Membre très actif
avatar

Nombre de messages : 264
Age : 54
Localisation : Rhône
Date d'inscription : 06/11/2016

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 10:48

J'adore tes récits qui pourraient ressembler à ceux que me faisaient mon grand-père il y a longtemps, et que j'écoutais d'une oreille distraite.
Ou l'oncle Paul, dans le journal de Mickey.

Certes dans la mécanique le passé peut être mieux que le présent.
Mais certainement pas dans l'horlogerie.

Car la mécanique de toutes façons c'est le passé, c'est risible en 2017 de mettre des milliers d'euros voire des dizaines de milliers d'euros dans un instrument obsolète, et qu'en plus des "précieuses ridicules" osent appeler "garde-temps".
Ca ne garde que l'investissement, pour d'autres futures précieuses ridicules.

Ma SEIKO Astron World Time a une dérive de 1 s/100.000 ans.
Elle est universelle, donc n'importe-ou sur la planète j'appuie sur un bouton quelques secondes, et l'heure locale s'affiche, par gps.
Elle est solaire, donc sans pile, sans remontage, juste de la lumière pour qu'elle fonctionne, plus de 6 mois une fois chargée, même dans le black-out.
Son calendrier est perpétuel, jusqu'en 2100 (je serais mort depuis longtemps).
Et en plus elle est belle!



Nous ne sommes plus en 1898, mais en 2017.

Même mon Astron est ringarde.

Je bosse en grande surface, les clients se promènent l'oreille collée à leur portable.
Ils n'ont pas besoin de montre.

(et de toutes façons, vu leur niveau, il leur faudrait un SAV pour comprendre comment lire l'heure sur cet étrange objet du passé).

clown
Revenir en haut Aller en bas
Lorenzo34
Passionné absolu
avatar

Nombre de messages : 2951
Age : 35
Localisation : Bordeaux
Date d'inscription : 24/09/2011

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 18:54

Merci pour cette histoire, tout comme Skyranger, je me régale de les lire Wink

Oui que restera t'il de notre période... Celle où il faut toujours gagner plus de temps, où tout va trop vite et où l'obsolescence règne. La frustration reste le carburant de cette course à la possession/consommation mais c'est un autre débat Rolling Eyes

Je crois que le quartz "noble" peut vraiment élargir sa clientèle dans les années à venir, ça peut être tant un choix pour la qualité/fiabilité de ces mouvements, que pour le côté économique de leur entretien. Il sera certainement encore là dans 100 ans Wink

Il y a de grandes chances qu'un jour je craque pour une GS Quartz, pour leur histoire, leurs finitions, et les raisons précédemment évoquées.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
20:100
Membre Hyper actif


Nombre de messages : 671
Date d'inscription : 18/07/2007

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 19:14

Bonjour,

Histoire intéressante qui rappelle l'incroyable qualité des chronomètres de marine. A cette époque, qui était maitre du temps était quasiment maitre des mers. Il fallait aussi d'excellents cartographes.

Ceci étant, pour hiérarchiser les performances des des montres et des pendules, il faut se rappeler que le réglage est infiniment "plus simple" sur des "gros" objets statiques (ou quasiment) que sur des petits en mouvements.
Ce qui n'enlève rien aux fabuleuses performances des chronomètres de marine si l'on considère les moyens dont on disposait a l'époque de leur fabrication.
L'histoire parle de 1898 mais leur mise au point date de plus de 100 ans auparavant (1750 - 1800) avec déjà des précisions de moins de 5 secondes par semaine.


V.
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 49082
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 19:24

Les chronomètres de Marine de John Harrisson sont effectivement beaucoup plus ancien mais il a fallu plus d'un siècle pour les produire en série et encore étaient-ils assemblés un à un mais avec des pièces usinées et interchangeables. C'est là que fut aussi la grande révolution de l'horlogerie.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
altoub
Nouveau


Nombre de messages : 8
Age : 55
Localisation : La défense
Date d'inscription : 23/01/2011

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 19:37

Passionnant ! thumleft
Revenir en haut Aller en bas
fdm44
Membre éminent.
avatar

Nombre de messages : 20452
Age : 51
Localisation : Nantes
Date d'inscription : 18/03/2007

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 19:45

Merci Zen Chinois pour ce Topic qui remet les pendules à l'heure Mr. Green et fait bien relativiser le progrès.
Revenir en haut Aller en bas
tom67
Passionné de référence
avatar

Nombre de messages : 3535
Age : 25
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 19/12/2014

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 20:12

Chinois Chinois
Merci pour ce post très intéressant comme toujours.

Nos anciens savaient faire simple et efficace...
Revenir en haut Aller en bas
olivier2412
Animateur Chevronné
avatar

Nombre de messages : 1339
Age : 52
Localisation : var
Date d'inscription : 06/10/2010

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 20:12

Superbe récit thumleft

Petite coquille, un zéro de trop, non ?

sont moins précises que ces pièces du début du 20ème siècle. Aucun silicium, téflon, acier associé au chrome n'a supplanté ces pièces de parfois 1000 ans d'âge et qui tournent encore parfois à la seconde sur 8 à 10 jours
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 49082
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 20:45

olivier2412 a écrit:
Superbe récit thumleft

Petite coquille, un zéro de trop, non ?

sont moins précises que ces pièces du début du 20ème siècle. Aucun silicium, téflon, acier associé au chrome n'a supplanté ces pièces de parfois 1000 ans d'âge et qui tournent encore parfois à la seconde sur 8 à 10 jours

Oui, 1000 ans ça fait beaucoup... En l'an 900, le cadran solaire n'avait pas de balancier en Elinvar !

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
isosta
Membre référent
avatar

Nombre de messages : 6700
Age : 57
Localisation : Bourgogne
Date d'inscription : 14/03/2009

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 21:00


Histoire intéressante qui me fait penser à Apollo XIII et les Speedmaster
qui ont permit le retour sur terre de la mission après la panne des équipements de bord
et on valu à Oméga la reconnaissance de la Nasa sous forme "canine" (Snoopy award)


Isosta
Revenir en haut Aller en bas
michelro67
Animateur
avatar

Nombre de messages : 1207
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 01/12/2007

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 21:14

Dans ce genre de sujet évoquant l'avenir du produit horloger je vois toujours au moins deux "volets":
- volet technique. La messe est dite: prise sous l'angle d'objet qui a pour fonction de donner l'heure, même une Rolex avec son récent 2s/jour de tolérance est ridicule à coté de la Seiko Astron de Skyranger avec 1s/100000 ans!
- volet psychologique/culturel. Il me semble que les choses se compliquent ici: notre culture va-t-elle évoluer dans un sens où cet objet, prisé aujourd'hui pour bien autre chose que sa fonctionnalité, deviendra désuet? Viendra un moment où les hommes n'apprécieront plus le travail fourni par un des leurs (exemple "au hasard": Philippe Dufour) en s'intéressant uniquement à l'utilitarisme froid offert par un produit purement artificiel? Et le champ de questionnement est ici très large...
Revenir en haut Aller en bas
MaitreRobinton
Animateur
avatar

Nombre de messages : 1068
Age : 51
Localisation : Là bas
Date d'inscription : 12/11/2010

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 21:32

Belle histoire qui rappelle la nécessité de prendre du recul face à l'accélération du temps que nous impose la société marchande. Tout nous incite à regarder devant sans prendre le temps de porter un regard critique sur ce dont le marketing nous abreuve en permanence.

La Seiko Astron est certes un bel exercice technologique : mais elle est beaucoup plus dépendante de son environnement (réseau GPS, accumulation d'énergie, etc...) que ne l'étaient les chronomètres de marine, pour une précision bien supérieure. Sans ces composants, elle devient inutilisable.

Sans aller jusqu'à des scénarios post-apocalyptiques que je laisse aux auteurs de science fiction, cette histoire me renvoie, comme d'autres, à l'un des mes auteurs de SF fétiches, Anne McCaffrey et son cycle de Pern dont est issu mon avatar : l'histoire d'une communauté humaine du futur qui fuit la civilisation technologique pour refonder un monde sans technologie et économe de ses ressources : PERN (acronyme de "Parallel Earth, Ressources Negligibles").

Merci ZEN, c'était très intéressant. Chinois
Revenir en haut Aller en bas
Ganesh
Membre très actif
avatar

Nombre de messages : 241
Localisation : Entre Lyon et St Etienne
Date d'inscription : 12/06/2017

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 21:46

Une belle page d'histoire horlogère.
PS pour Skyranger : l'oncle Paul, c'était dans Spirou Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
http://ohlesboulaneiges.free.fr En ligne
Lomaing
Membre référent
avatar

Nombre de messages : 6924
Age : 30
Localisation : (NE)
Date d'inscription : 21/02/2014

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Mer 9 Aoû - 23:59

Superbe témoignage! On veut connaître la marque de la montre de l'officier Smile

Sinon je rejoins totalement 20.100, autant les chronomètres de marines étaient exceptionnels, autant une montre bracelet subit bien plus de contraintes extérieures (différentes positions, mouvements, chocs, etc.). Une montre bracelet est facilement réglable à la seconde en position horizontale et elle gardera cette précision en statique.

Mais cela n'enlève en rien l'aspect exceptionnel et poétique des chrono de marines <3
Revenir en haut Aller en bas
Rocca
Pilier du forum


Nombre de messages : 1922
Date d'inscription : 20/02/2016

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Jeu 10 Aoû - 1:22

Ce n'est pas la première fois que j'entends dire que les aciers anciens sont parfois meilleurs que certains alliages modernes et sophistiqués.

Un ami pendulier me l'a souvent dit : rien ne vaut une pendule de Paris jusque dans les années 40, avec mention spéciale pour celles du XVIIIe !

Il avait ainsi douché mon enthousiasme lorsque je lui avais présenté une magnifique pendule L'Épée de fabrication contemporaine (avant faillite de cette fabrique).

Et par ailleurs j'ai une grande pendule électrique ATO (brevet Hatot) qui est tout aussi précise qu'une bonne montre à quartz. Elle doit dater des années 30 et servait autrefois à un horloger pour régler les montres de ses clients.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Pulsar77
Membre Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 695
Age : 40
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 09/01/2012

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Jeu 10 Aoû - 7:58

Skyranger a écrit:
J'adore tes récits qui pourraient ressembler à ceux que me faisaient mon grand-père il y a longtemps, et que j'écoutais d'une oreille distraite.
Ou l'oncle Paul, dans le journal de Mickey.

Certes dans la mécanique le passé peut être mieux que le présent.
Mais certainement pas dans l'horlogerie.

Car la mécanique de toutes façons c'est le passé, c'est risible en 2017 de mettre des milliers d'euros voire des dizaines de milliers d'euros dans un instrument obsolète, et qu'en plus des "précieuses ridicules" osent appeler "garde-temps".
Ca ne garde que l'investissement, pour d'autres futures précieuses ridicules.

Ma SEIKO Astron World Time a une dérive de 1 s/100.000 ans.
Elle est universelle, donc n'importe-ou sur la planète j'appuie sur un bouton quelques secondes, et l'heure locale s'affiche, par gps.
Elle est solaire, donc sans pile, sans remontage, juste de la lumière pour qu'elle fonctionne, plus de 6 mois une fois chargée, même dans le black-out.
Son calendrier est perpétuel, jusqu'en 2100 (je serais mort depuis longtemps).
Et en plus elle est belle!



Nous ne sommes plus en 1898, mais en 2017.

Même mon Astron est ringarde.

Je bosse en grande surface, les clients se promènent l'oreille collée à leur portable.
Ils n'ont pas besoin de montre.

(et de toutes façons, vu leur niveau, il leur faudrait un SAV pour comprendre comment lire l'heure sur cet étrange objet du passé).

clown

Comme souvent, je partage ton point de vu Skyranger...

J'ai énormément de respect et d'admiration pour l'horlogerie ancienne et les montres bracelets vintage mais pour moi également c'est le passé. Mr. Green

J'adore l'expression "précieuse ridicule" pour définir les gars qui ont pollué notre passion avec leur marketing et business d'investisseurs...
Revenir en haut Aller en bas
Rocca
Pilier du forum


Nombre de messages : 1922
Date d'inscription : 20/02/2016

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Jeu 10 Aoû - 9:17

On peut apprécier les belles mécaniques anciennes et en même temps aimer porter une montre radio-pilotée, ce qui est mon cas en ce moment thumleft

Tout cela n'est nullement incompatible.

C'est ça le plaisir de l'horlogerie, dans tous ses aspects, vaste monde...
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
maveriks
Membre Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 654
Age : 36
Localisation : Lille
Date d'inscription : 16/04/2007

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Jeu 10 Aoû - 19:31

J'adore le récit.
Je pense surtout que cela met en evidence un déclin au niveau de l'exigence ou tout du moins une évolution

Pas de l'horlogerie mais de nous.

Avant quelqu'un vérifiait le fonctionnement de l'horloge de bord.

Aujourd'hui nous sommes au méthode agile, au entreprise libéré,...l'autogestion , l'épanouissement personnel. On nous dis que le contrôle c'est mal, un manque de confiance.


Je pense qu'il faut ne pas oublier que l'"erreur" est grave et reprendre un peu cette quête de perfection.

Et on ne paiera peut être plus quelque K€ pour une monte non Cosc.
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 49082
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 1:08

Si l'on rapproche cette horlogerie traditionnelle et l'horlogerie industrielle d'aujourd'hui, il faut forcément s'arrêter quelques minutes sur les matériaux. Le silicium par exemple "Moulé/découpé" ne supporte aucun réglage, si un échappement, un spiral ne donne pas une bonne amplitude, il faut remplacer et passer par le fabricant. Le réglage que l'on peut opérer sur un échappement classique est inopérant ici. Tous les matériaux de synthèse utilisés présenteront le même travers. Alors évidemment la petite retouche due à l'usure ou le vieillissement n'existe pas, il reste à savoir comment vont vieillir ces matériaux.
Une étude a démontré récemment que sur des filtrages d'eau, le matériau vieillissait et pouvait poser à terme une question de solidité.  

L'industrie horlogère est en train d'investir massivement dans ces matériaux dits de demain mais nul ne sait en fait si après-demain, ils seront là.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Arno
Modérateur
avatar

Nombre de messages : 18473
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 2:07

En revanche, en 2117 ....
Restera t-il un seul caillou sur cette malheureuse Terre ???
Le doute, hélas, est permis ...

_________________
« La démocratie, c'est deux loups et un agneau votant ce qu'il y aura au dîner. La liberté, c'est un agneau bien armé qui conteste le scrutin. B.F ...»


Dernière édition par Arno le Ven 18 Aoû - 3:00, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
skrinch
Membre super actif
avatar

Nombre de messages : 481
Age : 30
Localisation : Tiboulen de Maïre
Date d'inscription : 17/10/2012

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 3:05

Arno a écrit:
En revanche, en 2117 ....
Restera t-il un seul caillou sur cette malheureuse Terre ???
Le doute, hélas, est permis ...

C'est exactement la réflexion que j'ai eu en lisant ce billet.
Tout s'accélère.
Effectivement l'industrie horlogère investit des millions dans des matériaux du futur dont les seuls tests ne peuvent être que des tests de résistance, flexibilité, pad de vieillissement.
Mais qu'importe, il faut contenter le client, a court terme se démarquer.
A long terme nous sommes tous morts disait John.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Rocca
Pilier du forum


Nombre de messages : 1922
Date d'inscription : 20/02/2016

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 4:50

Le silicium et autres matériaux exotiques, c'est aussi, pour une grande part, de l'argument de vente.
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
Jango32
Passionné de référence
avatar

Nombre de messages : 3125
Age : 50
Localisation : Ici, faisant face
Date d'inscription : 22/08/2014

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 6:39

ZEN a écrit:
Si l'on rapproche cette horlogerie traditionnelle et l'horlogerie industrielle d'aujourd'hui, il faut forcément s'arrêter quelques minutes sur les matériaux. Le silicium par exemple "Moulé/découpé" ne supporte aucun réglage, si un échappement, un spiral ne donne pas une bonne amplitude, il faut remplacer et passer par le fabricant. Le réglage que l'on peut opérer sur un échappement classique est inopérant ici. Tous les matériaux de synthèse utilisés présenteront le même travers. Alors évidemment la petite retouche due à l'usure ou le vieillissement n'existe pas, il reste à savoir comment vont vieillir ces matériaux.
Une étude a démontré récemment que sur des filtrages d'eau, le matériau vieillissait et pouvait poser à terme une question de solidité.  

L'industrie horlogère est en train d'investir massivement dans ces matériaux dits de demain mais nul ne sait en fait si après-demain, ils seront là.

FP Journe, dans une vidéo dit à peu prêt la même chose (je tente de retranscrire ses propos) :
"On utilise des matériaux amagnétiques, mais ce sont des matériaux qui ne sont pas fragiles.
Et dans les autres matériaux, on n'utilise pas beaucoup de matériaux spécifiques comme le silicium ou les choses comme ça.
Je n'utilise pas ça, car j'ai essayé et c'est trop cassant, c'est trop fragile.
Pour moi une montre, elle doit pouvoir être démontée, nettoyée, réparée par quelqu'un dans 200 ans.
Comme aujourd’hui,  on doit pourvoir prendre une montre du 18eme siècle, si elle a été bien entretenue.
Aujourd'hui on la démonte, on fait le nettoyage, on change les huiles..
on la remonte, elle fonctionne."

Pas plus compliqué que ça...


la vidéo est ici :


vers la 29eme minute
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 49082
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage    Ven 11 Aoû - 7:54

Je partage à 100% cet avis .

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Et dans 100 ans que restera--t-il ? Témoignage
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 2Aller à la page : 1, 2  Suivant
 Sujets similaires
-
» Tu restera à jamais dans notre coeur!!
» tu restera toujours dans nos coeurs
» AIR DANS LE FILTRE (PROFI E900 JBL)- DEGAZAGE PERMANENT DANS LE BAC
» 42- Refuge affilié S.P.A. à Saint Chamond dans la Loire
» Mettre une pierre dans mon aquarium.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: