FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez | 
 

 Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Ven 4 Jan - 4:50

Longines, manufacture de chronomètres



Préambule

C'est comme les vagues quand on est sur la plage au milieu de l'automne. Il n'y a plus personne, à part un promeneur ou deux égarés au loin, et la mer sans cesse ramène sur le bord un morceau de planche en bois puis l'éloigne avant de le ramener à nouveau jusqu'au moment où la mer s'étend avec une vague plus grande et dépose l'objet à vos pieds. Les montres de poche ont le charme désuet sans doute du contact, de la manipulation. Elle portent la chaleur de la poche, s'ouvrent comme des huitres pour laisser accéder à leur intimité et laissent parfois voir un mécanisme savamment étudié pour conserver une mesure de l'heure précise et cela de manière pérenne. Certaines ont plus de 100 ans et infailliblement donnent encore aujourd'hui une heure juste comparable aux montres contemporaines pilotées par des quartz ou par un signal radio réputé ne varier que d'une seconde tous les mille ans.

Quelle performance, il y a un siècle, de pouvoir livrer un instrument aussi précis que seuls les horlogers pouvaient comparer avec des pendules de parquet, instruments de référence des ateliers. Certes toutes les montres n'offraient pas l'heure parfaite avec le même talent mais les pièces aptes à conserver le tempo chronométrique n'étaient pas nécessairement des pièces inaccessibles porteuses de complications. Le 19ème siècle puis le 20ème siècle ont mis l'heure juste à la portée de tous. Les fabricants se sont emparés de l'échappement à ancre qui permettait les plus grandes prouesses pour fabriquer des mouvement imperturbables faisant fi du magnétisme, des variations de température, de taux d'humidité et de pression barométrique. Les plus grands physiciens se sont penchés sur l'enfant pour imaginer des alliages insensibles aux paramètres extérieurs. Charles Edouard Guillaume, fut sans aucun doute le père du balancier moderne, le génie du spiral et de la serge.  
Tous les fabricants se sont espionnés, étudiés, comparés, entendus, disputés et affrontés dans les concours de précisions des observatoires du monde entier.
Hambourg, Kew-Teddington, Genève, Besançon, Neuchâtel, Washington…

Ils ont tous fondé l'horlogerie moderne et offert au public des montres qui n'étaient pas des objets de luxe mais des instruments fonctionnels destinés à donner l'heure. L'industrie horlogère n'était pas encore un élément de l'industrie du luxe. La recherche et le développement des mouvements était permanent, parfois s'avérait être un gouffre chronophage et coûteux pour un résultat aléatoire ou impossible à développer en volume pour des raisons de coûts exorbitants une fois passé en fabrication.  Les exemples foisonnent de calibres sans avenir commercial et pourtant prodigieusement inventifs et précis.




Les recherches de Longines pour une longue réserve de marche assortie d'une précision chronométrique
 

Longines travaille en 1913 sur un calibre révolutionnaire, un mouvement de 19 lignes, un diamètre classique pour l'époque, doté de 8 jours de réserve de marche sans porter un barillet surdimensionné et profitant d'une architecture qui facilite la distribution d'énergie de manière reconsidérée au regard des créations antérieures. Il existe déjà des montres "huit jours" chez divers fabricants mais toutes ou presque ont le défaut de profiter d'une précision dépendante du niveau de tension du ressort de barillet. Le ressort très tendu lorsque la montre est remontée à fond, perd de sa force lorsque le ressort est détendu et cela influence la bonne marche du mouvement y compris quand par un système dit croix de Malte, la marche est cantonnée sans écart de remontage médian.

19 lignes est le format de calibres le plus gratifiant. Sans être excessif, il permet de loger de grands balanciers et de garantir une précision chronométrique qui au début du 20ème siècle est un excellent argumentaire de vente. Le public cherche un instrument qui lui donne l'heure la plus précise car il n'a pas d'autre moyen de transporter l'heure.  




Le projet auquel s'attèle Longines en 1913 est fondé sur un stockage optimisé de l'énergie du ressort et surtout sur des trains de rouage qui assurent la distribution de l'énergie en garantissant une force constante quel que soit le niveau de remontage du ressort. Le travail de Longines est sans doute le fruit de l'une des recherches les plus astucieuses sur le sujet. Au terme d'études qui s'allongent dans le temps, Longines aboutit en 1914 à la conception d'un mouvement dont la régulation de distribution de l'énergie est si bien calculée que le mouvement est aussi précis du début du cycle de remontage jusqu'à son terme. Même les concepteurs du mouvement vont être étonnés de cette performance qui ne situe pas qu'au seul niveau des éléments réglants les facteurs de bonne marche d'une montre. .






Un calibre hors-norme


Baptisé 19-41, le calibre est complété d'une raquetterie qui permet un réglage fin et, en contradiction avec tout ce qui s'était fait jusqu'alors, il n'est équipé que d'un petit balancier théoriquement moins générateur de précision. Les prototypistes de Longines se font alors plaisir et choisissent une raquette dite en étoile qui permet de maitriser le réglage à la seconde près. Les prototypes sont testés dans les 5 positions et sur toute la durée de développement du barillet. Les résultats sont époustouflants. L'écart de marche est infime et la montre est dans les normes chronométriques, le reste non seulement sur les 8 jours mais encore quelle que soit la position.


Loin d'être une somme de "coups de chance" comme le sont parfois les créations de calibres, c'est le soin extrême mis à chaque étape de la conception et de la fabrication qui porte ses fruits.  La somme des savoir faire des équipes de Longines offre un résultat extraordinaire qui a toutefois un défaut majeur : le coût de revient des mouvements. La complexité de l'assemblage induit des personnels mieux spécialisés et qualifiés forcément plus chers que les ouvrières habituellement requises. Le nombre de pièces spécifiques à ce calibre génère en outre un surcoût et le réglage final induit du temps et une manipulation plus lourde que sur un mouvement classique.

Le mouvement n'est pourtant pas un 23 ou un 21 rubis mais un 17 rubis qui sera présenté sous deux versions. L'une à remontage à clé (celle qui a servi au développement) et l'une plus aboutie à remontage par remontoir au pendant. La prouesse s'accompagne d'un affichage de la réserve de marche qui permet de connaître l'état de tension du barillet. La précision est comparable à celle des chronomètres de marine les plus sophistiqués et cela va beaucoup intéresser l'US Navy qui cherche à remplacer, sur ses navires de petit tonnage, ses chronomètres de marine par des pièces plus mobiles, moins fragiles et garantissant une heure sécurisée et fiable.





Une livraison à l'US Navy


Longines livrera ses pièces à l'US Navy au début des années 1920 par l'intermédiaire de son distributeur A. Wittnauer C°. Officiellement, Longines n'a livré que des mouvements avec leurs cadrans et leurs aiguilles mais de fait, les boites livrées avec les montres sont bien des Longines. L'assemblage s'est-il fait sur le sol américain comme la réglementation protectionniste américaine l'imposait sous peine de taxation dissuasive mais alors, il aurait fallu que la boite fut américaine ce qui n'est pas le cas, ou bien la manufacture Longines a-t-elle exporté des montres complètes, ce qui induirait un enregistrement erroné dans ses livres ou enfin, l'expédition des calibres et des boites s'est elles faite séparément pour répondre au cahier des charges de l'US Navy ? La dernière solution à cette énigme semble la plus probable.

Un calibre de 19 lignes soit environ 44 mm dans une boite de 79 mm a de quoi étonner mais l'US Navy a voulu remplacer ses chronomètres de marine par des montres dotées de cadrans aussi grands que ceux des chronomètres de marine afin de préserver, à l'équivalent, une lisibilité parfaite et ceci sans troubler les habitudes des utilisateurs. Le nombre de mouvements fabriqués reste très limité et toutes les pièces acquises par l'US Navy furent lauréates des concours de précision organisés annuellement par l'Observatoire Naval de Washington pour départager les meilleures montres aptes à un service pour la marine militaire. La pièce fut lauréate du concours de l'Observatoire de Washington en 1922, le temps de la maturité pour ce calibre puisque son remontage est passé d'une version à clé à un système au pendant.  


Sans aucun doute, cette montre puisqu'il s'agit bien d'une montre malgré sa taille de presque 80 mm n'est pas dans le format des montres de poche mais bel et bien dans celui d'une montre de bord de grande taille. Le format des montres de bord de l'époque est davantage contenu aux alentours de 65 ou 67 mm. Cette fois le parti pris est de préserver clairement la taille des cadrans des chronomètres en bois de la Marine militaire.

De l'exception à la réalité du quotidien

La force de Longines comme d'autres grandes maisons fut de pouvoir faire ces pièces d'exception tout en maintenant en parallèle la fabrication à grande échelle de pièces précises certes avec des réserves de marche plus classiques ramenées au mieux à moins de 40 heures mais faites avec le même soin que ces pièces rares. Le calibre 19-85 est par exemple dans un laps de temps parallèle au développement du 19-41, un mouvement particulièrement performant et moins complexe à produire que ce dernier mouvement.

La production en volumes imposait de pouvoir faire assembler les montres par des ouvriers et ouvrières peu qualifiées voire même des ouvriers à domicile mais les fabricants faisaient profiter à leur production de masse des innovations faites pour des pièces confidentielles. L'interchangeabilité des pièces fut pour cela une avancée technologique considérable.

Le 19-85 profite d'une raquette de grande qualité que Longines a exploitée également sur ses mouvements Express Monarch et Express Leader, deux autres très grandes créations de Longines qui s'est imposée comme l'une des manufactures les plus innovantes au 19ème comme au 20ème siècle jusque dans les années 1970.    

cf : http://forumamontres.forumactif.com/t117359-dcouverte-le-calibre-express-monarch-de-longines &

http://forumamontres.forumactif.com/t125878-une-ppite-pour-les-amoureux-d-horlogerie-le-leader-express-longines







On observera par comparaison le train de rouage du calibre 19-41 qui offre une démultiplication spécifique à la sortie du barillet et est très différent du 19-85. Longines est sans doute l'une des manufactures les plus productives quant au nombre de ses calibres différents, une diversité qui ne peut que forcer l'admiration et qui dénote une culture de recherche et de développement extraordinaire. Les différences entre les mouvements Longines sont toujours subtiles et la manufacture a fondé son travail sur la création de familles de mouvements dont la somme est absolument incroyable. Patrick Linder s'était essayé dans un ouvrage volumineux à un recensement des mouvements Longines, un travail énorme et passionnant.

Les grandes maisons comme Longines, Lecoultre, Omega, Zenith, Ulysse Nardin et tant d'autres ont une histoire exceptionnellement riche faite de recherches et développements où les horlogers se sont laissés entrainer par leur enthousiasme sans regarder les coûts de revient et avec le souci de conserver l'heure au plus précis. La plupart des pièces de l'époque sont plus ou moins directement les héritières de ces recherches y compris des montres très classiques avec des mouvements qui portent 15 rubis. C'est une autre manière de regarder l'horlogerie sans le prisme déformant du marketing moderne, une manière de rester attaché au prodige mécanique que fut l'évolution de l'horlogerie.

Droits réservés - Forumamontres - Joël Duval - Janvier 2019

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
toyotiste
Membre Hyper actif
toyotiste

Nombre de messages : 553
Age : 32
Localisation : Cabeda
Date d'inscription : 16/05/2010

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Ven 4 Jan - 5:06

Superbe récit ZEN et merci pour la découverte de l'histoire de ce calibre exceptionnel !
Je suis très attaché à la volonté des grandes maisons de se dépasser techniquement pour aller toujours plus loin dans la fiabilité et la précision des mouvements. 
Longines en fait partie et je ne savais pas que c'était à ce point là  bravohap bravohap

Encore merci de nous faire partager l'histoire de ce calibre.
Revenir en haut Aller en bas
plab
Nouveau


Nombre de messages : 18
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Sam 5 Jan - 1:15

Passionnant !

Merci pour ce long et minutieux travail d'histoire horlogère. Peut-on savoir ce qui t'as mis sur la piste de ces chronomètres de marine si confidentiels ?
Revenir en haut Aller en bas
Fab68
Membre très actif


Nombre de messages : 176
Age : 50
Localisation : Pas de calais
Date d'inscription : 28/12/2017

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Sam 5 Jan - 1:45

Merci Zen pour cette intervention directement inspirée du papier du hors-serie de la Revue des montres.
Article d'ailleurs, au passage, excellent, bien documenté et passionnant.
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Sam 5 Jan - 10:47

Merci de vos commentaires. Pour ce qui m’a mis sur la pîste, disons que ce sont des discussions qui de fil en aiguille m’ont fait remonter le fil...

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Dim 6 Jan - 22:24

Pour revenir sur ce sujet, l'intérêt de ces montres est d'être des "monstres" de précision au point de permettre aux navires militaires de se repérer.  Dans les années 20, les signaux radios avec bip horaire étaient déjà en usage mais tout était doublé en cas de défaillance des systèmes électriques. Les marins utilisaient ces chronomètres mécaniques comme des "bouées de sauvetage" pour se rattacher à la terre ferme. 

Très peu de ces montres antérieures aux années 30 sont parvenues jusqu'à nous à la différence des pièces de la seconde guerre mondiale.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
plab
Nouveau


Nombre de messages : 18
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Lun 7 Jan - 4:19

Une question bête mais qui assurait l'entretien de ces pièces ? Calibres rares et innovants, produits en Suisse mais livrés aux Etats-Unis. Et pas de DHL pour une livraison transatlantique en 24h...
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Lun 7 Jan - 8:52

Bonne question. La marine américaine avait ses horlogers mais pouvait aussi avoir recours aux distributeurs américains des marques. Ceci dit en principe, une pièce militaire ne ressortait pas des services des armées. Plus tard Hamilton plombait les pièces réparées par des personnels détachés auprès des armées.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Leopal
Puits de connaissances
Leopal

Nombre de messages : 4569
Age : 48
Localisation : Orléans
Date d'inscription : 14/10/2011

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Lun 7 Jan - 12:14

Un très beau chrono de marine, belle trouvaille. Smile
Revenir en haut Aller en bas
https://www.ultramarine-watches.com/
plab
Nouveau


Nombre de messages : 18
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 9 Jan - 0:22

Un petit détail m'intrigue : sur le cadran de la montre militaire la réserve de marche est indiquée en "jours" et non en "days". On aurait pu s'attendre à ce qu'une commande aussi spéciale bénéficie de détails personnalisés ?

Par ailleurs, indépendamment du succès du calibre en compétition officielle connaît-on son appréciation qualitative en conditions marines réelles de la part des marins de l'US Navy ?
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 9 Jan - 1:34

Merci de ces très bonnes questions !

Pour le "jours" et non "Days" c'est effectivement un détail qui m'a interpelé. La langue maternelle de l'horlogerie est le français cela n'a pas empêché Longines, mais plus tardivement, de faire certaines mentions en anglais. Ceci étant la majorité des cadrans des montres suisses de l'époque étaient en français.

Par ailleurs, je ne pense pas que ce soit Longines qui ait décidé de faire participer cette montre au concours de l'Observatoire. L'agent américain Wittnauer était très actif et très "autonome". Il a manifestement pris l'initiative de cette participation au concours.

Ce qui me surprend le plus est la boite "suisse" signée Longines alors que Wittnauer signait ses boites ou avait recours à des fabricants locaux. Manifestement, il a fallu proposer une montre emboitée au concours et là, aucune maison américaine n'avait le bon format disponible ce qui est étrange car le calibre fut placé dans un cercle d'emboitage conséquent assez facile à faire sur mesure.

Le mouvement est sorti de chez Longines sans la boite et donc avec un cadran "normal". Wittnauer a forcément ensuite fait l'assemblage avec le cadran Longines livré dans un second temps et la boite suisse de 79 mm. Ça c'était très inhabituel.

La fiabilité du réglage en condition marine pour cette pièce livrée dans les années 20 ne peut être que bonne car la montre "voyageait" dans un coffret en acajou et enfermée dans une vitrine dans la cabine de l'officier chargé du remontage et de la surveillance de la pièce. J'ignore mais suppose qu'il y avait en outre une surboite en bois comportant des coussins amortisseurs. La montre ne supportait que la houle éventuelle. Cela elle ne pouvait le faire que plus facilement du fait de sa condition de montre et donc de sa mobilité conceptuelle.

Je n'ai pas retrouvé de témoignage de marins militaires américains sur cette pièce précise. Il en existe pour d'autres pièces Longines ou Ulysse Nardin mais cette pièce fut livrée en très peu d'exemplaires. Peut-être 4 ou 5, 10 au grand maximum. Longines ne maîtrise pas les utilisateurs finaux sur les pièces livrées à Wittnauer. Ce qui est certain est que les conditions des tests de l'observatoire de Washington sont 100 fois plus difficiles pour la montre que ce qu'elle est susceptible de connaitre après sa mise en service. La montre lors des concours passe en étuves, au chaud, au froid, avec des chocs et dans toutes les positions… Les conditions en utilisation marine ne peuvent qu'être plus favorables.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
plab
Nouveau


Nombre de messages : 18
Localisation : Grand Est
Date d'inscription : 11/11/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 9 Jan - 2:49

Merci pour tes précisions Zen !
Revenir en haut Aller en bas
pilàlheure
Animateur Chevronné
pilàlheure

Nombre de messages : 1355
Date d'inscription : 17/02/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 9 Jan - 4:32

il est très beau ce mouvement
Bernard en possédait un sans boitier, je m'y intéressais mais
il l'avait déjà vendu à un italien je crois ...
bref ce mouvement équipait également certains réveils
et autres montres de bord
il me reste unephoto mais je ne sais plus si elle vient de Bernard ou non !

Revenir en haut Aller en bas
En ligne
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 9 Jan - 5:13

Oui, il a équipé quelques montres de voyage et de bord. On a plus de chance de le trouver sans boite d'ailleurs.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Aeromariner
Permanent passionné
Aeromariner

Nombre de messages : 2343
Localisation : Midi de la France
Date d'inscription : 06/05/2010

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 16 Jan - 11:59

@ZEN a écrit:




Je ne vois pas ceux râlant d'habitude sur le calibre qui nage/flotte dans la boîte là

Je me suis demandé si l'observatoire de Washington, cité dans cette recherche, existait encore, il s'avère qu'il est passé à la vitesse supérieure selon Wikipedia:

"Il fournit toujours le temps universel des installations, navires et satellites de l'US Navy. Il est peut-être mieux connu du grand public pour ses horloges atomiques très précises" (en plus d'être la résidence officielle du Vice-président des Etats-Unis) thumleft
Revenir en haut Aller en bas
Guillaume-14
Membre super actif
Guillaume-14

Nombre de messages : 443
Age : 46
Localisation : Normandie
Date d'inscription : 30/01/2015

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 16 Jan - 23:09

Merci pour ce post, tout à fait fascinant !
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 52717
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)    Mer 16 Jan - 23:43

L'observatoire existe toujours et a une vocation de science et de recherche même s'il transmet encore des bip horaires. Une partie de l'observatoire est devenue la résidence officielle du vice-président des Etats-Unis. La partie "historique" accueille quelques conférences scientifiques et dispose d'un "conservateur" .

Le diamètre de la montre est effectivement étonnant au regard de la taille du calibre et surtout, c'est bien la version 17 rubis et non 19 qui fut en service auprès de l'US Navy. Là-dessus, je n'ai pas trouvé d'explication. Il en existe sans doute une que je vois dans le fait que la montre est partie vers les USA et que au dessus de 17 rubis des taxes dissuasives étaient mises en place. Il est plus que probable que les deux rubis de plus n'aient pas un impact sur la qualité du réglage (sans doute des contre-pivots).

Cette pièce n'est pas une Deck Watch, c'est à dire une montre de pont mais une Master Navigation Watch, c'est à dire une montre de référence, une sorte d'horloge qui se substitue avec une moindre taille à un chronomètre de marine. C'est une extrême rareté en tant que telle. Il me semble (mais je ne suis pas certain) que celle de Longines n'est pas gravée au nom de l'US Navy. Il faudrait que je repose la question.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Longines : Une pièce rare et très spéciale ( II ème partie)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L'Orchidée la plus rare du monde!!!
» Rare Longines Chronometer (en Anglaise)...
» L'orchidée la plus rare du monde??
» SAV longines
» Longines : Ma dernière acquisition ... De la belle , très belle ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: