FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 56533
Date d'inscription : 05/05/2005

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... Empty
MessageSujet: Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...   Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... EmptySam 14 Mar - 1:54

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...


L'un des pionniers les plus emblématiques de la conquête de l'air est sans doute Léon Morane. Des frères Morane, il est l'aîné d'un an de plus que son frère Robert. Léon est né le 11 avril 1885. Enfant, il s'intéresse à la technique, aux mécanismes ... A 10 ans, il bricole des tricycles et traine son frère derrière lui dans une petite charrette accrochée à son "vélo".  Le terme viendra plus tard. Le petit Léon suscite admiration et enthousiasme tant il est vif et inventif.

Son adolescence est à l'image de son enfance, toujours en mouvements et bricolant des mécanismes qu'il développe et teste lui-même pour satisfaire ses besoins de de bouger sans cesse et de démontrer que ses inventions sont utiles et facteurs de mobilité. Morane n'est pas vraiment un casse-cou mais il a l'ivresse de la mécanique et est fasciné par ce qui vole. Le déplacement aérien devient une dimension qui donne à l'homme une perspective qui l'amène à se dépasser lui-même. Morane y est sensible, il porte en lui cet esprit de pionnier, indispensable pour regarder les hommes depuis le ciel avec tout ce que cela comporte de magie pour une humanité qui n'a jamais décollé du sol. Son rêve devient vite réalité lorsque jeune adulte, Léon Morane accède aux premiers aéronefs.  

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... 800px-11


Il obtient à 25 ans, en 1910, le brevet de pilote numéro 54. Porteur de montres Zenith dont il fut ambassadeur et signataire du livre d'or, il va sur un avion Blériot, autre adepte de la manufacture du Locle, battre les premiers grands records du monde de vitesse en dépassant les 108 km/heure, puis la même année, le 3 septembre, il va à Trouville battre le record mondial d'altitude en faisant monter son avion à 2584 mètres, une altitude qui donne le vertige et dépasse l'espace de vol des oiseaux que l'homme se met à côtoyer dans les airs. Le public des meetings aériens est stupéfait de regarder ces hommes dans leurs machines volantes. Ces héros porteurs d'une aventure à laquelle chacun peut participer en spectateur nourrit les commentaires des journaux et des conversations. Les experts s'égarent dans l'altitude maximale que l'homme peut atteindre en restant en vie et sans que son corps ne se disperse dans l'espace.  

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... Morane10

Il faut se souvenir que 10 ans plus tôt, les avions faisaient des bonds de quelques centaines de mètres et ceci en basse altitude. L'évolution de l'aviation est fulgurante, les progrès quasi-continus et à chaque meeting, une annonce est faite d'une invention ou d'un progrès significatif. A peine un mois après l'exploit réalisé à Trouville, le 5 octobre 1910, les deux frères sont en avion, en compétition pour la course du trophée Michelin entre Paris et le Puy de Dôme. L'aventure est belle, l'excitation de ceux qui les ont regardés décoller est totale et les deux frères son emballés et sûrs d'eux. Tout commence bien et s'annonce comme un succès acquis. Pourtant, leur avion s'écrase durement les blessant grièvement.

Le journal Le Gaulois publie un article à ce sujet le 6 octobre 1910



Citation :
"Hier matin, à neuf heures et demie, l'aviateur Léon Morane prenait à bord Robert Morane, son frère, et s'envolait du champ de manœuvres d'Issy-les-Moulineaux pour conquérir le prix Michelin que Weymann, on s'en souvient, manqua de si peu de s'adjuger le 7 septembre dernier. Il s'agissait de franchir en six heures les quatre cents et quelques kilomètres qui séparent le parc de l'Aéro-Club, à Saint-Cloud, de l'observatoire du Puy-de-Dôme. Ainsi que le règlement l'exigeait, Morane alla donc tout d'abord se faire chronométrer au-dessus des coteaux de Saint-Cloud. Il le fut officiellement à 9 h 48'43" 3/5. Après quoi son merveilleux petit Blériot, moteur Gnôme 100 HP, hélice "Intégrale" Chauvière, fila dans la direction du sud-est.

Tout paraissait devoir marcher à merveille quand à Sucy-Bonneuil, près de la route stratégique, et non loin de Brévannes, l'appareil s'abattit tout à coup dans un champ de topinambours, et, par la vitesse acquise, y creusa un sillon de plusieurs mètres avant de s'y bloquer avec la violence qu'on imagine. Il était dix heures quinze exactement. Des passants accoururent, puis le personnel de l'hospice de Brévannes, mandé en toute hâte. On dégagea les deux hommes qui gisaient sous les débris de leur aéroplane, et tous les soins possibles en pareille occurrence leur furent aussitôt prodigués.  

Léon Morane, bien que blessé très grièvement, fut admirable de sang-froid. Vers une heure, les deux frères étaient transportés à l'hospice de Brévannes, où plusieurs médecins les examinèrent. Robert Morane portait à la tête une blessure béante qui avait tout d'abord fait craindre une fracture du crâne. Ce n'était par bonheur qu'une plaie superficielle. Mais il avait au surplus une fracture de la jambe droite et une luxation de la hanche gauche. Quant à Léon Morane, outre une double fracture de la jambe gauche, il souffrait de douleurs internes qui inspiraient aux médecins les plus vives inquiétudes.

On pensa d'abord que l'accident était dû à une rupture de la commande de gauchissement. Il n'en était rien. Après une minutieuse visite de l'appareil, on s'aperçut qu'un bidon d'essence, placé défectueusement, avait immobilisé la commande en question, de même que le gouvernail de profondeur."
*



Il en faudrait beaucoup plus pour que ces deux pilotes que sont les frères Morane, passionnés, renoncent et Léon va s'associer à un autre passionné, Raymond Saulnier, pour créer la Société Morane-Saulnier le 10 octobre 1911. Cette société fabriquera des aéronefs. Robert devient pilote d'essai de la nouvelle compagnie. La guerre va transformer l'aviation dans un premier temps cantonnée aux missions de repérage. Les pilotes revendiquent de pouvoir se battre. Les premiers combats aériens se font avec des armes classiques que le pilote tient d'une main, en conservant de l'autre main, les commandes de l'appareil.

Assez vite, les avions sont équipés et des mitrailleuses sont placées à l'avant et les balles passent entre les hélices blindées pour la circonstance afin de ne pas provoquer d'incident de vol. Lorsque les balles ricochent, cela peut être très dangereux pour le pilote et plus d'un sera blessé de cette manière. La première guerre mondiale voit tomber des centaines de pilotes et on assiste à la naissance de héros qui construisent leur notoriété sur le nombre d'avions abattus dans le camp ennemi et la difficulté des missions accomplies.


Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... 75860010
Morane-Saulnier AI suisse (Forces aériennes suisses)


En 1918, Léon Morane a 32 ans, la vie devant lui et des projets pleins la tête. Tout va bien pour lui. Il a traversé la guerre en restant en vie et le voilà promis à un bel avenir. Homme d'entreprise, il compte bien faire progresser l'aviation. Tout le monde croit en l'avenir de Léon Morane. La grippe espagnole va pourtant le faucher le 9 octobre 1918 comme des millions d'Européens. La nouvelle d'abord noyée dans le flux du nombre de victimes face à une médecine impuissante et des Etats incapables de gérer pareille situation, surprend tout le monde de l'aviation. On pleure à la fois un pionnier de l'aviation et un héros militaire, un homme sympathique, un passionné sans signe avant-coureur d'une quelconque fragilité.

Son frère Robert qui peine à admettre la disparition de Léon mourra 50 ans plus tard après une vie d'aviateur héroïque pionnier des airs. Il y avait dans l'esprit des Morane la passion, l'enthousiasme et le culte de la performance. Il y avait aussi une part de rêve d'enfant, un pointe de romantisme qui a fait voler les hommes aux côtés des oiseaux et leur a donné la force de devenir des références à jamais inscrite dans l'histoire de l'aviation.

Léon Morane fut l'un des ambassadeurs de Zenith, un héros qui comme Louis Blériot portait très haut la domination de l'homme sur l'espace aérien. Ils étaient des aventuriers, des hommes qui avaient choisi une montre Zenith pour les accompagner dans des exploits que l'humanité garderait comme des références inoubliables de ses propres conquêtes.

*https://www.stleger.info/les72StLeger/region4/94.1910avion.htm


Droits réservés - Joël Duval - Mars 2020 - Forumamontres

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
antoine4727
Membre Actif
antoine4727

Nombre de messages : 147
Age : 55
Localisation : Haut de France
Date d'inscription : 03/12/2017

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... Empty
MessageSujet: Re: Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...   Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... EmptySam 9 Mai - 9:52

Merci pour ce rappel de ce qu'à été la vie des frères Morane, passionnés d'aviation. C'est toujours un plaisir de redécouvrir ces histoires qui font la grande histoire de l'aviation.
Revenir en haut Aller en bas
LionelMlesmontres
Membre super actif
LionelMlesmontres

Nombre de messages : 452
Age : 42
Date d'inscription : 01/06/2019

Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... Empty
MessageSujet: Re: Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...   Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith... EmptySam 9 Mai - 10:01

Oui merci beaucoup encore une fois.
j’aime énormément ces histoires sur les pionniers de l’aviation, j’ai eu l’occasion d’en entendre beaucoup, mais d’en découvrir encore ici, admirablement reliés à l’histoire de l’horlogerie à travers ta plume, est un plaisir à chaque fois renouvelé.
Revenir en haut Aller en bas
 
Léon Morane pionnier de l'aviation, un destin au Zenith...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères :: Forum ZENITH Forum Officiel Francophone-
Sauter vers: