FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu: «Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse»

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 57110
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu: «Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse» Empty
MessageSujet: Actu: «Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse»   Actu: «Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse» EmptyVen 22 Fév - 21:47

Citation :
«Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse»


HORLOGERIE

Cinquante composants, un boîtier et un bracelet en plastique, le tout pour un coût de revient de 8 francs, la première Swatch naît il y a 25 ans. Rencontre avec son initiateur, Nicolas Hayek.


Nicolas G. Hayek, le président du groupe horloger Swatch, a fêté cette semaine ses 80 ans. «Swatch est la deuxième compagnie du groupe en termes de chiffres d’affaires et la première à faire tourner nos 160 usines.»

La présence de Mélanie Winiger, ex-miss Suisse
et accessoirement future épouse du rappeur vaudois Stress n'y change rien: sur la scène où se déroule la conférence de presse, tous les yeux étaient rivés hier sur une seule personne: le one-man-show Nicolas G. Hayek. Le président du groupe horloger, qui a fêté cette semaine ses 80 ans, signe des autographes à quelques «fans» qui se sont munis pour l'occasion d'un des ouvrages biographiques qui lui sont consacrés.

Rares sont les figures de l'économie à engendrer une telle popularité. Sa personnalité, haute en couleur, y a certes contribué. Mais elle est associée, dans l'inconscient collectif, aux montres en plastique qui passent elles aussi un cap cette année; celui de leurs 25 ans d'existence. Le bilan du groupe biennois sera détaillé le 19 mars. Mais on sait d'ores et déjà que Swatch, après avoir connu un creux au début des années 2000, a retrouvé toutes ses couleurs.

«Avec une croissance de 17% l'an dernier, Swatch s'est offert le luxe de surpasser celle de marques comme Rolex ou Patek Philippe. Swatch est la deuxième compagnie du groupe en termes de chiffres d'affaires et la première à faire tourner nos 160 usines», nous confie-t-il. Le premier modèle, noir et blanc, avait été présenté à Zurich le 1er mars 1983. Une cinquantaine de composants au lieu des 100, 200, voire 350 que comprend une montre compliquée , un boîtier et un bracelet en plastique, le tout pour un coût de revient de 8 francs.

Une révolution est en marche. La montre devient populaire, créative et accessoire de mode, avec des collections saisonnières tout comme en haute couture. De 3 millions d'exemplaires vendues sur toute la planète en 1984, Swatch a dépassé les 333 millions. Mais pour Nicolas Hayek, la révolution dépasse le seul produit, dont l'origine du nom est une contraction de «swiss» et «watch».

«Peu de gens l'ont compris, notamment parmi la population suisse. Mais l'innovation ne s'est pas cantonnée au quartz ou à la batterie. L'image de la Suisse est vendue à travers Swatch à l'étranger. Swatch, c'est une icône de la Suisse», estime celui que l'on appelle le sauveur de l'horlogerie helvétique, patriote à ses heures puisqu'il a «sauvé» l'an dernier la fête du 1er août dans la prairie mythique du Grütli en finançant une partie des frais de sécurité.

Les têtes couronnées en sont toquées
Et pour illustrer l'apport révolutionnaire de la Swatch, une anecdote, pêchée... parmi les têtes couronnées. «Lors de l'inauguration du siège du CIO, à Lausanne, Juan Antonio Samaranch, son président, m'a demandé de fournir les cadeaux pour le roi et la reine d'Espagne. J'ai donc offert une Blancpain sertie de diamants. En ouvrant la boîte, j'ai vu la déception de la reine. Elle aurait voulu une Swatch, m'a-t-elle dit!» Poignets royaux, donc la reine d'Angleterre adore, ajoute-t-il , mais la Swatch, c'est aussi et surtout la montre de tout le monde.

La collection printemps-été 2008 se veut une célébration
de la famille, une notion de plus en plus négligée aux yeux de Nicolas Hayek, accompagnée de son épouse qu'il a rencontré à l'âge de 21 ans. Y aura-t-il d'autres révolutions à l'avenir? «Swatch est capable de tout. Mais nous travaillons principalement sur quatre axes: artistique, sportive, technologique et... musical. Mais je n'en dirais pas plus.»



http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/economie/detail_economie/(contenu)/197659

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu: «Swatch, c'est une icône révolutionnaire de la Suisse»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: