FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez | 
 

 L’Epée, Pendules d'Officier... Pendules de Voyage - 1ère partie

Aller en bas 
AuteurMessage
ChP
Passionné absolu
avatar

Nombre de messages : 2662
Age : 66
Localisation : ex Alsace, à ce jour Franche-Comté
Date d'inscription : 05/09/2006

MessageSujet: L’Epée, Pendules d'Officier... Pendules de Voyage - 1ère partie   Dim 9 Mar - 0:56

Modeste Rubrique pour une Ancienne GRANDE Manufacture Française,


« L’Horlogerie touche à l’art le plus délicat en même temps qu’à la science la plus profonde »
Jean BERNOULLI - milieu du XVIII





Ancienne Manufacture Française de Pendules d’Officier, (pendules de voyage), Anglaise maintenant et depuis 1999.

La Mignonnette, toutes les versions sont sans réveil, livrées dans un écrin bois et daim noir.


Des pendules qui pourraient être qualifiées de « pré-pendules de voyages » Capucines ou Foncines selon leur apparence ou leur usage.




Les Lanternes du milieu du XVIIème, munies d'un mouvement à fusées de deux corps de rouage en laiton.



C’est grâce à l’invention du balancier à ressort spiral dès 1658 par le Hollandais Christian HUYGENS et aux travaux de l’Anglais Robert HOOKE que l’on put résoudre le problème du transport des pendules. voir le petit nota en fin de page

Montres de carrosse
Lenoir et Le Roy


Une des premières pendules de voyage naquit à Paris des mains d’Abraham Louis BREGUET (1747-1823). D’autres horlogers assurèrent le relais Bolviller, Cambell, Drocourt, Paul Garnier, Henri Jacot, Lepaute, Pinchon, Le Roy et bien d'autres

Pendule Lépine



La dénomination « Pendule d’Officier » se rattache à l’histoire.
On raconte que Napoléon, ayant failli perdre une bataille par suite du retard de l’un de ses officiers supérieurs, exigea qu’ils emportassent partout avec eux une pendule de voyage qui finit par s’appeler Pendule d’officier.

La Doucine, réveil



La plus grande partie des pendules qui sortaient des ateliers Parisiens, étaient loin d’être fabriquées entièrement dans la capitale.
Les mouvements souvent anonymes provenaient dans leur grande majorité du Pays de Montbéliard. Japy entre autres.
(Frédéric JAPY né en 1777).

Pendules de voyage : la première est une “JAPY frères” 1855



La Vénitienne, 5 versions
réveil, sonnerie heures et demies, Calendrier et phases de lune, répétition manuelle de la sonnerie, boîte à musique en guise de réveil


Parmi ces nombreuses manufactures : l'Épée


L'Épée, Manufacture installée à Sainte Suzanne en 1839, Pays de Montbéliard (Doubs),
fût créée par Auguste L'Épée, venu du Pays de Neuchâtel (Suisse) avec sa famille.



La Corniche, 3 versions
réveil, sonnerie heures et demies, répétition manuelle de la sonnerie,



L'Épée s’associe à Pierre-henry PAUR, fabricant Suisse de boîtes à musique et installé à Sainte Suzanne depuis 6 ans.

L’Épée rachète les parts de son associé et réunit sur le site l’ensemble des fonctions nécessaires à la production des boîtes à musique : arbre, engrenage, clavier, menuiserie. Pendules et porte échappements - le cœur de la pendule - sont également fabriqués dans les ateliers. La manufacture acquiert rapidement une réputation de qualité et de haute technicité. En 1850, l’établissement compte trente ouvriers, dont six horlogers.

La Médicis, réveil



Contrairement aux fabricants suisses, Auguste L’Épée ne se contente pas de fabriquer les claviers des boîtes à musique, il intègre également la production des autres composants : tabatières, cartels, montres, jouets entre autres :la manivelle (une boîte à musique pour enfant)…et évite ainsi de faire appel à la sous-traitance.

Jouet musical : La Manivelle


La fabrication de boîtes à musique se fonde en effet sur la coordination de plusieurs métiers : l’ébénisterie, l’ajustage - pour la fabrication et la mise en place des organes, l’horlogerie - pour la minutie des rouages, la mécanique pour l’invention d’outils spéciaux, la musique pour l’arrangement des airs, l’accordage des claviers et la notation des points sur les cylindres.


L’Épée commence par réaliser des boîtes à musique dites de seconde génération, avec cylindre et manivelle.



Cartel 1840
Dimensions : 530*180*140 Répertoire : 8 titres - Long. cylindre : 325 mm - Nb de lames : 85
En palissandre avec décor central d'incrustation de cuivre, d'émaux et de nacre aux attributs de musique (dans son étui de voyage en cuir). Commandes sur le côté, remontage par manivelle.


Inventeur infatigable, Auguste L’Épée crée des claviers à plusieurs octaves, ajoute des accompagnements de tambours et de castagnettes, remplace la manivelle par un système de ressort qui donne le mouvement au cylindre. Puis, il introduit des cartels à plusieurs cylindres, capables de jouer plusieurs airs.

Cartel à percussions 1880

Dimensions : 670*350*245 Répertoire : 12 titres - Long. cylindre : 380 mm - Nb de lames : 6 / 68 / 6 / 5


Coffret décoré d'une marqueterie d'oiseau et libellule sur fond floral. Modèle à tambour à six baguettes, 6 timbres frappés par des abeilles, 5 castagnettes. Un Zither et un indicateur d'air complètent cet ensemble de percussions.
Zither : petit volet muni d’un papier de soie pouvant s’appliquer sur les lames afin d’en modifier le timbre et de donner l’illusion d’un instrument à cordes pincées.

En 1859, avec 150 ouvriers, L’Épée produit 24 000 musiques mécaniques. C’est le début du travail à domicile pour une main d’œuvre essentiellement féminine. Une forme d’activité qui perdurera jusqu’en 1975.

Boîte à musique dite Tabatière


Des airs populaires australiens, turcs, chinois, cubains, font leur apparition. Avec 56 horlogers pour 500 habitants, L’Épée est à l’origine du développement de Sainte-Suzanne.


En 1861, l’entreprise se dote de nouveaux locaux, sur le canal des Neufs-Moulins, et s’équipe d’une machine à vapeur. Les commandes affluent du monde entier. Un tiers des musiques partent vers le monde anglo-saxon, un tiers vers l’Allemagne et la Russie, le reste vers la France et les autres pays.

Vous trouverez en fin de texte de la deuxième partie
Un SCAN “Extrait de la Revue Chronométrique de 1862”, cet article est élogieux…et mérite d'être lu jusqu'au bout même si la qualité du document est altérée…


La Marquise, réveil


la suite en 2ème partie http://forumamontres.forumactif.com/revues-videos-photographies-fiches-pratiques-f2/l-epee-pendules-d-officier-2eme-partie-t31617.htm

Si vous voulez aller en 3ème partie ici http://forumamontres.forumactif.com/revues-videos-photographies-fiches-pratiques-f2/l-epee-pendules-d-officier-pendules-de-voyage-3eme-partie-et-fin-t31618.htmaMicalement
Revenir en haut Aller en bas
 
L’Epée, Pendules d'Officier... Pendules de Voyage - 1ère partie
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» L’Epée, Pendules d'Officier... Pendules de Voyage - 1ère partie
» L’Epée, Pendules d'Officier... Pendules de Voyage - 1ère partie
» Le grand écart
» L'Epée, Pendules d'Officier, Pendules de Voyage... 3ème partie et fin
» Un petit feu de vos pendules et réveils de voyage.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: LES RUBRIQUES DE FORUMAMONTRES :: Revues, Vidéos, Photographies, Fiches pratiques...-
Sauter vers: