FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 53749
Date d'inscription : 05/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:02

Citation :
Galvaudé, le made in Switzerland de l'horlogerie doit être sérieusement revisité. Mais au-delà des bonnes intentions, les horlogers suisses peinent à trouver une solution satisfaisante pour tous.

La rumeur courait. Tissot, la montre suisse par excellence, violerait allégrement le Swiss made sur certains marchés, notamment celui des Etats-Unis. Bilan a alors acheté une Tissot électronique à 152. 25 dollars, dans un magasin spécialisé, à McLean, dans l'Etat de Virginie. Après une expertise réalisée en Suisse, le verdict est tombé: la montre en question respecte strictement l'ordonnance réglant l'utilisation du nom « Suisse » pour les montres, « à sa limite inférieure » (voir l'encadré ci-dessous).

Le mouvement est marqué par le code certifiant son origine suisse. Même si, comme l'autorise l'ordonnance, certaines de ses pièces constitutives ont pu être réalisées à l'étranger, pour moins de 50 % de leur valeur. Prémonté en Asie, ce mouvement est ensuite importé en Suisse pour y être assemblé par un procédé automatisé. Le tour est joué. Quant à l'habillage (boîtier, cadran, aiguilles, bracelet), il a été en très grande partie fabriqué en Asie. Sur le fond de la boîte, on peut lire la mention « Tissot

Hongkong ». Cela ne trouble guère les douanes américaines qui, comme celles de Hongkong, ne s'intéressent qu'au mouvement pour déterminer l'origine d'une montre.

Si Tissot respecte le Swiss made sur le fil du rasoir, à l'instar de bien d'autres marques, certaines sociétés n'hésitent pas à le violer délibérément. La Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH) traite plus de cent nouveaux dossiers litigieux par année (voir l'encadré « La FH contre les pirates »). Ces derniers ne sont que la partie visible d'un iceberg. Comme le reconnaît Jean-Daniel Pasche, président de la FH, l'organisation faîtière des horlogers suisses aurait encore du travail pour réprimer les abus si son personnel décuplait ! Réuni le 24 novembre dernier, son conseil a pris une décision qui va lui donner du grain à moudre. Il va mener « une étude détaillée sur l'opportunité de réactualiser l'ordonnance sur le Swiss made ». Le ton est à l'extrême prudence. Nous ne sommes visiblement pas à la veille du grand chambardement. Pourtant, pour la première fois, les horlogers suisses membres de la FH ont trouvé un consensus. Les partisans d'un nouveau Swiss made pur et dur, convaincus que la réglementation actuelle a été vidée de sa substance, semblent prêts à dialoguer avec ceux qui s'accommodent toujours plus d'un cadre juridique mou, doux et flou. Lequel leur permet de hisser le pavillon helvétique tout en produisant le plus possible en Asie. Mais concilier les intérêts des uns et des autres ne sera pas une sinécure. Ce sera même « un grand défi pour les horlogers suisses », selon Karl-Friedrich Scheufele, vice-président de Chopard, à Genève.

Ficelée au début des années 1970, alors que les horlogers nippons suivis des Chinois de Hongkong commençaient leur grande offensive électronique contre l'horlogerie suisse, l'ordonnance sur le Swiss made était notamment destinée à rassurer le consommateur sur la qualité de ses articles. Elle lui disait en substance: « Vous qui êtes sensible à la tradition et au savoirfaire unique des horlogers suisses, sachez que votre montre estampillée Swiss made vous garantit absolument cette authenticité. » Mais en trente-cinq ans, l'Asie a passé du rôle de grand méchant loup à celui de la belle au bois dormant qui se réveille.

Cinq fois moins cher en Asie

« Jusqu'à un prix public de 2500 francs la montre, le passage par des sous-traitants bon marché est devenu obligatoire », constate Pierre-Olivier Chave, président de PX Group, leader de l'habillement horloger à La Chaux-de-Fonds (NE). Une boîte acier de qualité fabriquée en Suisse au prix de 250 francs coûte 50 francs si elle est produite en Asie. A qualité égale, ou presque. Ce rapport de un à cinq vaut aussi pour les mouvements à quartz. Mais s'il s'agit d'une montre mécanique, plus celle-ci est compliquée, moins la nécessité de la produire en Asie s'impose. Difficile, voire impossible techniquement, c'est économiquement sans intérêt. Les premiers tourbillons chinois font encore pâle figure. C'est pourquoi les partisans d'un renforcement du Swiss made se trouvent chez les horlogers qui se concentrent sur la haute horlogerie. Ainsi, Georges-Henri Meylan, administrateur-délégué de la maison Audemars Piguet, au Brassus (VD), estime qu' « on fait fausse route en tolérant un Swiss made que l'on peut trop aisément contourner ». Pour Carlos Dias, patron fondateur de la maison genevoise Roger Dubuis, il est urgent de réformer ce label qui ne devrait servir qu'à promouvoir des produits intégralement fabriqués en Suisse. « Aujourd'hui, le Swiss made profite à des opportunistes du business prêts à expatrier notre savoir-faire dans des pays qui, un jour, deviendront de gros concurrents de la Suisse. »

Selon la réglementation actuelle, un mouvement horloger est déclaré Swiss made si la moitié, au moins, de la valeur de toutes ses pièces constitutives est de fabrication helvétique. Mais il suffit pour cela qu'un seul composant réponde à ces critères ! Ainsi, une marque peut fort bien acheter en Chine la majeure partie des composants d'un mouvement, à des prix très bas, et se contenter de produire en Suisse une ou deux pièces à des coûts nettement plus élevés. A partir de ce constat, que faire ? Supprimer un Swiss made sans grande valeur, le réformer de fond en comble, le remplacer par une autre indication d'origine ? Toutes les options restent ouvertes.

Un outil marketing

Les horlogers ne semblent pas vraiment disposés à voir sombrer leur made in Switzerland qui reste non seulement une nécessité juridique pour passer certaines frontières, mais aussi un argument de vente. Un consommateur chinois habitant Shenzhen n'apprécierait sans doute pas de découvrir que sa montre « suisse » est en majeure partie fabriquée et assemblée dans l'usine de son quartier. Ce qui vaut pour l'horlogerie de luxe est également valable, mais dans une moindre mesure, pour les montres économiques. Il y a quelques années, une partie des montres Tissot et Mido étaient assemblées à Manaus, au nord du Brésil. C'était, pour Swatch Group, la contrepartie d'une forte diminution des taxes douanières exigées par le Gouvernement brésilien. Les montres concernées ne portaient évidemment pas la mention Swiss made. Il y a environ deux ans, François Thiébaud, le patron de Tissot, a préféré mettre un terme à cette expérience financièrement alléchante, qui risquait cependant à terme de porter préjudice à la marque. Indispensable pour entrer dans certains marchés, comme celui des Etats-Unis, l'indication d'origine helvétique confère à la marque horlogère qui s'en prévaut une image de qualité qui perdure encore aux yeux des consommateurs à l'étranger.

Des labels tels que le Poinçon de Genève, la Qualité Fleurier ou le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC), aussi prestigieux soient-ils, ne peuvent dans l'immédiat remplacer un Swiss made défaillant (voir l'encadré « Floraison de labels »). Le Poinçon de Genève, géographiquement limité au canton de Genève, et la Qualité Fleurier, étendue à l'Europe, ne sont pas des indications de provenance acceptables au regard des douanes. Mais ils pourraient sans doute devenir les modèles d'un Swiss made à venir, qui ne serait plus limité au territoire helvétique, mais engloberait aussi quelques partenaires horlogers européens de la Suisse.

Au vrai, vouloir continuer à appliquer une seule indication d'origine, à laquelle s'ajoutent de vagues critères de qualité, à l'ensemble de l'horlogerie suisse n'a plus de sens. Les montres « économiques » ne le seraient plus du tout si elles devaient être entièrement fabriquées en Suisse où la main-d'œuvre est trop chère. Les montres « de luxe » ne le seraient plus si elles devaient être réalisées en Asie où les compétences ne sont pas (encore) au niveau helvétique. Un Swiss made à deux vitesses s'impose donc. Le premier serait proche de celui existant déjà, rassemblant les marques qui font à tout le moins l'effort d'un contrôle final, selon les normes suisses. Le second, à créer, serait un catalogue d'exigences très rigoureuses à respecter, concernant aussi bien le mouvement que l'habillage, l'assemblage que le contrôle final de la montre.

Chacun pour soi ?

L'ordonnance réglant l'utilisation du nom « Suisse » fait en effet l'objet d'un accord entre la Confédération helvétique et l'Union européenne. Pour la réformer, il faut donc l'approbation de la Commission européenne et du Parlement européen. Eu égard à une telle procédure, la tentation est grande de laisser à chaque marque le soin de défendre ses propres critères de fabrication et de qualité. Ce serait sans doute la solution la plus simple. Encore faudrait-il convaincre les douanes nord-américaines et chinoises de l'accepter et de renoncer à l'obligation de mentionner l'origine des biens manufacturés importés. Ce serait un miracle. Les horlogers suisses ont alors tout intérêt à s'entendre et à trouver ensemble comment rendre crédible un voire deux nouveaux Swiss made. Ce serait, là aussi, un authentique miracle.

Bilan / Par Philippe Le Bé / www.bilan.ch



Les règles du Swiss made
Selon l'ordonnance du 23 décembre 1971, plusieurs fois révisée, est considérée comme suisse la montre dont le mouvement est suisse, emboîté en Suisse et dont le contrôle final par le fabricant a lieu en Suisse. Pour qu'un mouvement, pièce maîtresse de la montre, mérite le Swiss made, il doit être assemblé en Suisse, contrôlé par le fabricant en Suisse et être de fabrication suisse pour 50 % au moins de la valeur de toutes les pièces constitutives. Des conditions analogues s'appliquent au « marquage suisse » des boîtes et des cadrans de montres. Si le secteur horloger se distingue par un Swiss made relativement détaillé, les autres professions ont aussi cherché à aller plus loin que le respect de la loi sur la protection des marques et des indications de provenance. Swiss Label, avec sa célèbre arbalète, est réservé aux marchandises dont l'ouvraison ou la transformation en Suisse représente au moins 50 % de leur valeur. Ce « label » de qualité joue principalement un rôle promotionnel.





Floraison de labels pour compléter le Swiss made
Créé en 1886 par une loi toujours en vigueur, le Poinçon de Genève stipule l'obligation d'effectuer l'assemblage et le réglage dans le canton de Genève, en plus d'autres exigences techniques très précises. Des marques telles Patek Philippe, Vacheron Constantin, Roger Dubuis ou Chopard l'ont adopté, pour tout ou partie de leur production. Le Contrôle officiel suisse des chronomètres (COSC) est quant à lui une autorité fédérale ayant son siège à La Chaux-de-Fonds et des filiales à Bienne, à Genève et au Locle. Il procède aux tests officiels de l'exactitude de marche des montres suisses. Après avoir notamment été certifiées par le COSC et avoir passé le test chrono fiable, certaines montres mécaniques de prestige peuvent tenter de d'adhérer à la Qualité Fleurier. Ouvert à toute marque suisse ou européenne, ce label a vu le jour le 25 septembre 2001. Il regroupe notamment Chopard, Parmigiani Fleurier, Bovet Fleurier et Vaucher Manufacture Fleurier.





La fédération horlogère contre les pirates
La protection des indications géographiques suisses est l'une des activités de la Fédération de l'industrie horlogère suisse (FH). Cette dernière agit sur deux volets:

L'intervention sur le terrain, généralement à l'occasion de saisies douanières dont les deux tiers sont faites en Suisse: En 2004, la FH a ouvert 52 nouveaux dossiers concernant des fausses indications de provenance géographique. Cinq de ces dossiers ont donné lieu à une plainte pénale. Les autres ont été réglés par des arrangements, sans procédure judiciaire. En 2005, les nouveaux cas seront du même ordre de grandeur.

L'intervention contre des demandes d'enregistrement de marques dans le monde: En 2004, la FH a ouvert 60 nouveaux dossiers (50 en 2005, jusqu'à fin octobre) concernant des marques qui, une fois enregistrées, sont soupçonnées de violer l'ordonnance du Swiss made. Ces oppositions administratives se heurtent bien souvent au fonctionnement des appareils judiciaires dans le monde. En Amérique latine, la FH doit parfois attendre jusqu'à cinq ans pour obtenir satisfaction !






Bilan Par Philippe Le Bé

www.bilan.ch

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Invité
Invité



Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:08

M'en fous de tout ça ! Je n'achète plus que du german made !

Wink
Revenir en haut Aller en bas
Floral
Membre Actif
Floral

Nombre de messages : 127
Age : 30
Localisation : Bâle
Date d'inscription : 21/12/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:13

Tu a quelque marque a cité s'il te plait ? ( autre que Glasshutte et A.Lang )
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 53749
Date d'inscription : 05/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:14

Tout ça est un peu dépassé... Il y avait de très grandes marques qui avaient des atelier en France et quand ils ont fermé les horloger et personnels ont fait quelques kilomètres de plus pour aller travailler en Suisse. Les entreprises Suisses sont souvent à la frontière et plus de la moitié parfois des personnels sont Français ou non Suisses...

Je ne parlerai pas des personnels formés en Suisse à la "va comme je te pousse" et en provenance d'Asie....

Non, le chocolats est bien Suisse encore que du coté de Morteaux... mais l'horlogerie Suisse n'est plus affaire de label. Le vrai problème des Suisses est la lutte contre les contrefaçons mais on s'aperçoit que la réactivité n'est pas au rendez-vous. batman

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
jef06
Permanent passionné
jef06

Nombre de messages : 2436
Date d'inscription : 14/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:25

La vraie question:

Combien payerions nous une Tissot si elle était entièrement fabriquée en Suisse ? What the fuck ?!? What the fuck ?!?

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose 516a

Je puis vous assurer que le "tictac" que j'entends est le même Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
http://watchesz.free.fr/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 53749
Date d'inscription : 05/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:30

Pas compliqué 1500 euros minimum... Twisted Evil

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
biboul
Permanent passionné
biboul

Nombre de messages : 2420
Localisation : Lille (Croix)
Date d'inscription : 22/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:30

Je possède des montres et pas des labels Wink Je suis attaché à l'objet mais pas à sa provenance. Si j'aime un montre, peu m'importe son pays d'origine.

Mais un peu plus de transparence ne ferait de mal à personne.

Edit: correction d'un post pas très clair.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:38

@Floral a écrit:
Tu a quelque marque a cité s'il te plait ? ( autre que Glasshutte et A.Lang )

C'était une boutade ! Car en dehors de Go et de L&S voire de Nomos (qui porte le made in Germany), quasiment toutes ont de l'ETA dedans ! (je mets de côté les artisans ou les allemandes made in Pekin).

Pour la liste des marques allemandes, tu la trouves ici :

http://forums.watchuseek.com/showthread.php?t=1223

Et un article de Mike Stuffler sur le Made in Germany :

http://forums.watchuseek.com/showthread.php?t=11518

Tiens ! J'ai reçu les voeux de Lange & Sohne aujourd'hui, une belle carte qui trône sur mon bureau !


Wink
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:44

tiend foversta a ton prochain passage a bordeaux je te montre une artisanale
(zen pas l'angeducul stp) allemande Smile))))
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:45

jef33 a écrit:
tiend foversta a ton prochain passage a bordeaux je te montre une artisanale
(zen pas l'angeducul stp) allemande Smile))))

Avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 53749
Date d'inscription : 05/05/2005

Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 22:47

Lange****, ça sonne bien non ?

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Invité
Invité



Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose Empty
MessageSujet: Re: Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose   Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose EmptyMer 21 Déc - 23:26

ca sonne ca sonne façon de parler
Revenir en haut Aller en bas
 
Le Swiss made, un label qui ne vaut plus grand-chose
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» mouvement swiss made fiabilité garantie?
» Hamilton "swiss made" contrefaçon???
» (ACTU) Le Swiss Made en question.
» T Swiss Made T" ou "Swiss T 25" sur les cadra
» VOLVO swiss made

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: