FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez | 
 

 Le phénomène temporel de 1951 ( suite)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 18:51

Pour mémoire, je vous avais alerté sur ce phénomène extraordinaire et inexpliqué ...


Citation :
Chaque année ou presque jusqu'en 1968, l'Observatoire de Neuchâtel organisait des concours de chronomètrie. Les marques et les régleurs indépendants déposaient des pièces dans les catégories ouvertes au concours et gloire à ceux qui remportaient les premiers prix.

En 1951, il se produisit un phénomène jamais constaté et jamais expliqué en tous les cas pas avec les outils disponibles mezsurant magnétisation, température, humidité ou pression barométrique.

Tous les chronomètres se mirent à avancer de manière significative quel que soit le régleur et la marque.

Compte tenu du soin apporté par ces régleurs dans leur travail une erreur "commune" est inconcevable mais rien, non rien n'a pu expliquer ce phénomène. Etonnant, non ?

Une recherche météorologique donne les résultats suivants ...

Quelques catastrophes relevées en 1951 :

On relève le 30 novembre 1951 un séisme important dans le haut Verdon. L'année 1951 futt aussi considérée comme une année à avalanches en Suisse.

Le climat est pourri en 1951...

Citation :
La fin du printemps et l’été 1951 sont catastrophiques – la pluie et la fraîcheur n’en finissent pas.Le 9 mai, les températures ne dépassent pas 5 à 7° dans le nord-ouest – le 18 mai au matin, les campagnes d’une grande moitié sud de la France sont recouvertes de givre – le 20 mai, il tombe 20 cm de neige au Puy (à 700m d’altitude) – les 15 et 16 juin, de violents orages éclatent un peu partout – ils provoquent des inondations notamment en Haute Loire et dans Paris – du 22 au 30 juin, on se croirait en automne et il ne fait pas plus de 14° sur les côtes de la Manche – la température descend même à 1° à Mont de Marsan – des inondations se produisent dans tout le nord-est du pays – le 24 juillet, le mauvais temps s’acharne de nouveau et des gelées blanches sont même localement observées en Normandie – du 5 au 15 août, l’été ne pointe toujours pas le bout de son nez, bien au contraire – ce temps très désagréable mine les français et fait la une des quotidiens – la journée du 8 août
est sans doute l’une des plus exécrable que l’on puisse connaître dans nos régions en cette saison – au cours de cette journée, il tombe l’équivalent d’un mois de précipitations à Paris.
20 décembre : presque toute la France est noyée dans le brouillard – la visibilité est parfois inférieure à 10m.

Vous en savez autant que moi. Une équipe de chercheurs s'est je crois penchée sur le phénomène mais n'a rien produit de concret...
Que s'est-il donc passé en 1951 ? Incompréhensible


Je n'en suis pas resté à ce post de 2007 et je continue évidemment ma recherche ...

J'ai pu découvrir d'autres séisme important au Tibet par exemple le 18 novembre 1951 mais pas de phènomène de nature à perturber à ce point les observations... Par contre, j'ai remarqué qu'en 1951, le monde se passionne pour la science fiction et un film de Robert Wise en particulier ..." Le jour où la terre s'arréta" avec comme acteurs : Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Billy Gray, Lock Martin .

Je me suis mis à douter finalement de la réalité de la situation ...Et si l'homme avait généré l'évènement dans son esprit ?

Ensuite, je suis allé recherché les phénomènes surnaturels constatés ...

L'année 1951 fut riche en évènements "ufologiques" ...

Citation :
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Lubbock Morning Avalanche, of Lubbock, Texas, USA, le 1 septembre 1951.

'Etrange Engin Volant'
Vu à Matador
MATADOR, 31 août. (Spéciale) -- Un "engin aérien silencieux, volant à basse altitude sans l'aide d'hélices ni d'ailes," a été rapporté comme ayant été vu cet après-midi par deux femmes du district de Matador et un enfant de 5 ans.

Mme Tom Tilsom, sa fille Mme M. G. Bethard et la petite Noilene Bethard conduisaient sur l'Autoroute d'Etat 70 à un mile et demi d'ici à environ 12:45 de l'après midi quand l'engin sans ailes est passé à 150 pieds devant leur voiture.

La machine qui se déplaçait lentement avait une "forme légèrement comme un hélicoptère," et a commencé à faire des cercles tandis que Mme Bethard arrêtait la voiture. Pendant que l'engin montait, "il gagnait de la vitesse et a été hors de vue en quelques minutes."

Les femmes étaient assez près pour avoir repéré une porte, ou un hublot, dans le côté du métal brillant, ont-elles dit. Quand il a été vu au début, il se déplaçait à la vitesse d'un avion de ligne commercial décollant, ont-elles dit. Il n'y avait eu aucune apparence d'échappement.

Mme Bethard, dont le mari a navigué pour la Corée récemment, a vécu près de plusieurs bases aériennes de l'Air Force, et a rapporté que la machine qu'elle a vue aujourd'hui était différente de toutes celle qu'elle avait vu auparavant.

Note: il y a eu une enquête de l'US Air Force au sujet de cette observation.

http://ufologie.net/press2/lubbockmorningavalanche1sep1951f.htm
Source : http://www.forum-ovni-ufologie.com/les-ovnis-dans-la-presse-et-les-revues-f35/les-ovnis-dans-la-presse-en-1951-t1308.htm

Manifestement , cette année 1951 fut dense quant à la volonté des hommes de trouver des motifs de transport de l'esprit dans des élèments inexpliqués ...

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).


Dernière édition par ZEN le Sam 22 Nov 2008 - 19:18, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 18:52

Citation :
L'article ci-dessous est paru dans le quotidien The Lubbock Morning Avalanche, of Lubbock, Texas, USA, le 2 septembre 1951.

CERTAINS SONT IDENTIFIES COMME ETANT DES OISEAUX

L'Opinion Est Divisée A Propos des Rapports
d'Objects Vus Dans les Cieux de Lubbock
Par KENNETH MAY
De la Rédaction de l'Avalanche-Journal

VOLAILLE OU soucoupes volantes -- ils causent certainement beaucoup de commentaires.

Les gens autour de Lubbock continuent tout simplement à voir ces canards ou avions ou des "colliers de perles" ou "machins-bidules" ou soucoupes volantes ou quoi que ce soit, mais les gens qui n'ont rien vu de cette sorte ont apparemment une toute aussi bonne idée de ce que c'est vraiment.

Les sceptiques ont fait ressembler Lubbock à un énorme terrain de pique-nique dans la nuit de samedi quand des centaines de gens se sont assis dehors pour regarder vers le ciel pour voir les objets lumineux étranges qui ont troublé tous ceux qui les ont vu pendant la semaine dernière ou aux environs. Ce qui est drôle, c'est que plusieurs des sceptiques ont aussi vu les objets.

Certains des Vols Etaient des Oiseaux
Beaucoup de gens qui ont vu les objets volant en formation en V sont convaincus qu'ils ont vu des oiseaux d'une certaine sorte - et c'est réellement cela - mais il y en a juste autant qui sont sûr que ce qu'ils ont vu n'étaient pas les oiseaux.

L'obscurité était à peine tombée au-dessus de la ville samedi avant que les téléphones de ce journal aient commencé à sonner tandis que les appels arrivaient de

Voir OPINION en page 14

[Légende de la photographie:]

DES "MACHINS-BIDULES VOLANTS" FILENT AU-DESSUS DE LUBBOCK -- A des vitesses qui leur font traverser l'horizon en quelques secondes, les objets dans la photo ci-dessus ont censément été vus par de nombreux résidants de Lubbock durant les dernières nuits. Cette photo, agrandie au moins 30 fois à partie d'un film de 35 millimètres, a été prise jeudi tard dans la nuit et montre des "pointillés" avec un vol apparemment en forme de formation en V. D'autres photos, prises par Karl Hart, Jr., du 2332 dix-neuvième rue, ont de 18 à 20 "pointillés" et dans chacune, un objet volait à l'écartt sur un côté (remqrqués le coin à droite en haut de l'image ci-dessus). Les commentaires cette nuit là ont semblé être que la plupart des vols étaient ceux d'oiseaux migrateurs. Cependant, les observateurs de chez Tech qui ont aperçu les objets il y a une semaine ont maintenu que ce qu'ils avaient vu "n'était absolument pas des oiseaux."

Opinion Divisée
(Suite de la page 1)

gens qui affirment avoir vu les lumières mystérieuses dans le ciel.

Très probablement, certaines des personnes qui pensent avoir vu les objets étranges ont vu quelque chose de différent de ce que d'autres ont vu. Certaines personnes ont pu avoir vu des oiseaux; d'autres ont pu avoir vu un reflet de lumière - et d'autres ont pu avoir vu un phénomène tout à fait étrange qui pourrait ne jamais être expliqué.

"Trop rapides pour des avions"

Prenez Mack Forrester, du 3220 trente-cinquième rue. Il a vu deux vols des objets à environ 23:45 dans la nuit de samedi et il dit, "ce n'étaient pas des oiseaux. Ils étaient trop rapides pour des avions. Cela a ressemblé à une réflexion de lumière, seulement il y avait de petits points nettement distincts, pas just un flash unique."

D'un autre côté, W. S. Bledsoe, ingénieur en chef de KFYO [radio locale], a dit qu'il a vu "un groupe de choses arriver à 21:30 [03:30?]. C'étaient des oiseaux d'une certaine espèce allant vers le sud. Je pouvais voir les ailes s'agiter."

Mme Stephen Matyl de la route de Plainview a dit qu'elle et plusieurs autres ont vu une "certaine sorte d'objets étranges" à environ 22:35 samedi - et même au sein du groupe il n'y avait pas d'accord à leur sujet. L'un a indiqué que c'était des oiseaux, un autre a admis franchement qu'il n'a pas eu la moindre idée de ce que c'était. Mme Matyl a dit qu'ils ont entendu un léger bruit de souffle quand les objets sont passés au-dessus d'eux, ce qui en fait seulement le deuxième ou le troisième rapport dans lequel le moindre son ait été entendu.

W. L. Ducker, chef du département d'ingénierie pétrolière à Texas Tech, qui a vu les objets il y a une semaine, est resté convaincu, cependant, que ce qu'il a vu "n'étaient certainement pas des oiseaux." Lui et d'autres professeurs de technologie qui sont exercés dans l'observation scientifique ont observé le vol à ce moment-là.

"Quelqu'un de qualifié dans l'observation scientifique n'ira se mettre à débloquer sur n'importe quoi de pareil," a dit Ducker. "Nous avons discuté de si ce que nous avons vu pourrait être des oiseaux, mais nous avons écarté cela parce qu'il est tellement improbable que c'est en dehors du possible que deux vols d'oiseaux seraient tellement précisément dans la même formation - une formation étrange pour des oiseaux de toute façon."

Les objets observés par Ducker étaient, a-t-il dit, dans une formation de demi-cercle, non pas en la forme de V en laquelle les oiseaux migrateurs sont vus.

"Je ne doute pas que certaines personnes ont vu une certaine espèce de formation d'oiseaux et ont pensé avoir vu la même chose que nous," a-t-il cependant ajouté.

Les objets non identifiés - qui au moins ont diverti les esprits des gens de la situation mondiale explosive - ont été rapportés par littéralement des centaines d'habitants de Lubbock pendant les dernières nuits. Tous les vols ont été rapportés comme allant du nord au sud ou du nord-est au sud-ouest en des formations en U ou en forme de V. Seulement de une à deux à sept secondes sont prises pour que les objets lumineux passent hors de la vue.

James Son, du 2512 Amherst, a appelé pour dire qu'il est convaincu que les "choses" volent en faisant un tour complet de la terre environ chaque heure et 20 minutes. Il a dit qu'il les a observées dans la nuit de vendredi et que c'est le nombre de dois où il les a vues. Il ne pourrait pas dire ce qu'elles pourraient être.

Les rapports du phénomène ont causé l'intérêt de toute la nation, mais aucun rapport d'objets semblables n'a été reçu dans d'autres parties du pays autre que le Texas Panhandle près d'Amarillo. Le Dr. J. C. Cross, chef du département de biologie de Tech, a examiné des photographies de ce qui a été dit être les objets étranges, et il a dit que les points dans l'image "ne sont définitivement pas provoqués par des oiseaux."

Donc, voilà où en sont les choses peu de temps après minuit aujourd'hui. Des oiseaux ou des bêtes ou du bourrage de crâne, c'est mieux qu'une bande dessinée.

Note: il y a eu une enquête de l'US Air Force au sujet de cette observation.

SKYHOOK BALLOONS PUBLICLY REVEALED, 1951:

The article underneath has been published in the daily newspaper The Evening Telegraph, of Dixon, Illinois, USA, on February 13, 1951



Ce qui est ici troublant n'est pas le commentaire quant aux OVNI qui ressemble à une jolie histoire d'un autre temps mais l'allusion aux oiseaux dont nous savons aujourd'hui qu'ils sont au moins pour les espèces migrantes, dotés de caractéristiques magnétiques qui les conduisent immanquablement vers leurs destinations "instinctives".
En 1951, les oiseaux ont bizarrement été désorientés de leurs leurs destinations ...

Le magnétisme terreste aurait-il connu un évènement mesuré par les observatoires dont celui de Neuchâtel et aurait-il eu une incidence sur le déplacement des oiseaux migrateurs ?

Les témoignages relatifs aux OVNI affluent en cette année 1951 ...

Citation :
Une des photographies de Carl Hart

Dans la soirée du 25 Août 1951, plusieurs dizaines de témoins voient passer à grande vitesse au-dessus d'eux, des groupes de lumières dessinant une structure ressemblant à un boomerang ou à une aile volante. La première observation, confirmée par une station radar, a lieu dans les faubourgs d'Albuquerque.

Plus tard c'est depuis la ville de Lubbock (Texas) que sont faites d'autres observations. A 21 h 10, le docteur W. I. Robinson, professeur de géologie au Collège technologique du Texas, se trouve dans le jardin à l'arrière de sa maison, discutant avec 2 de ses collègues : le docteur A. G. Oberg, professeur d'ingéniérie chimique, et le professeur W. L. Ducker, chef du département d'ingéniérie pétrolière. La nuit est claire et sombre.

Soudain les 3 hommes voient de nombreuses lumières foncer sans bruit à travers le ciel, de l'horizon Nord à l'horizon Sud, en quelques secondes. Leur impression est celle d'une grappe d'une trentaine de perles lumineuses, disposées en formation croissante.

Un moment plus tard une autre formation similaire éclaire la nuit. Cette fois les scientifiques sont capables de juger : les lumières se déplacent de 30° d'arc en 1 s, à environ 45° au-dessus de l'horizon.

Une vérification le jour suivant avec l'USAF indique qu'aucun avion ne se trouvait au-dessus de la zone à ce moment [cas Blue Book n° 955 non expliqué].

La nuit du 30 Août, une tentative de photographie des lumières est faite par Carl Hart Junior, un étudiant de Texas Tech de 18 ans. Il utilise un appareil Kodak 35-mm avec une focale de f 3,5 et une ouverture de 1/10 s. Travaillant rapidement, Hart parvient à obtenir 5 expositions des lumières. Le lendemain, il remet les photographies au Lubbock Evening Avalanche. Les images présentées par Hart comme le résultat de ses efforts, authentifiées par des experts, montrent 18 à 20 objets lumineux, plus intenses que la planète Vénus, arrangés en un ou deux croissants. Dans diverses photographies, à l'écart d'un côté du vol principal, une luminosité plus forte est visible — comme un vaisseau mère stationnant près de la portée aérienne.



Carl Hart Junior

Enquête

Les observations sont trop nombreuses et semblables pour être mises en doute. De plus l'USAF, après un examen des plus minutieux, ne décelé aucune fraude dans les images de Hart. Les lumières sont trop brillantes pour être des reflets, et par conséquent des corps contenant des sources de lumière. Les professeurs Ducker, Oberg, et Robinson n'ayant pu mesurer la taille et la distance des formations, ils ne peuvent fournir d'estimation précise de leur vitesse. Cependant ils calculent que si les lumières volaient à une altitude de 5000 pieds elle devaient se déplacer à 1800 miles/h. Les professeurs, ainsi que leur scientifiques, s'accordent sur le fait que pour expliquer le silence des objets, on doit supposer qu'ils se trouvaient à 50 000 pieds dans les airs ; dans ce cas elles ne devaient pas se déplacer à 1800 mais 18 000 miles/h.

Plusieurs enquêtes furent menées. L'explication officielle de l'observation par le gouvernement, rendue publique des années plus tard avec le publication du Projet Blue Book de l'USAF, indiqua :

Le type d'oiseaux responsables de cette observation n'est pas connu, mais il est hautement probable qu'il s'agissait de canards ou de pluviers. Les pluviers ne volant généralement pas en formations de plus de 6 ou 7, les canards deviennent plus probables. Le fait qu'il s'agissait de la fin de l'été, et que les objets volaient de manière cohérente vers le sud, tend à justifier la conclusion que les objets de cette observation étaient des oiseaux migrateurs.

En 1956 cependant, E. J. Ruppelt avoue s'être trompé quand il avait affirmé que les lumières étaient des oiseaux réfléchissant les lueurs de lampes à vapeur de mercure. Selon lui, ce n'était pas non plus de la lumière réfractée, ni des vaisseaux interplanétaires, mais tout simplement un phénomène naturel, très commun et facile à expliquer [Ruppelt 1956]. Malheureusement, il ne nous dit pas lequel en invoquant que sa révélation impliquerait automatiquement celle du savant qui trouva cette solution et qui désirait garder l'anonymat. T. M. Wright pense que Ruppelt songeait à des papillons de nuit passant au travers de la lumière des lampes à vapeur de mercure.

En 1977, le GSW analyse les photos, contestant également l'explication initiale de l'USAF.



Source :

http://www.rr0.org/

http://ufologie.net/htm/lubbock51f.htm

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 18:53

Une certitude, cette question relative au comportement des oiseaux est en 1951, un sujet qui nourrit beaucoup de discussions de scientifiques ...



Citation :
Le 25 août 1951, à Lubbock (Texas), quatre professeurs du Collège Technique de la ville s'étaient réunis pour passer une soirée consacrée à l'astronomie. Ils avaient l'habitude de se rencontrer pour discuter de diverses questions et ce soir-là, le sujet choisi concernait les micrométéorites. Il y avait là W. L. Ducker, spécialiste des industries du pétrole; le Dr A.G. Oberg, professeur de génie chimique; le Dr W.I. Robinson, professeur de géologie, et M. George, professeur de physique. Vers 21 h 20, ils aperçurent un groupe de lumières bleu-vert traverser le ciel à vive allure du nord vers le sud. La formation était composée grossièrement en demi-cercle, Environ une heure plus tard, ces lumières reparurent, mais cette fois elles n'étaient plus en formation régulière. A peine 20 minutes plus tôt, vers 21 h 00 par conséquent, à 425 km de Lubbock, à Albuquerque (Nouveau-Mexique), une observation intéressante avait déjà été faite. Un employé de la commission à l'énergie atomique de la très secrète Sandia Corporation, et son épouse virent une «sorte d'aile volante» passer rapidement et silencieusement au-dessus de leur domicile, à un peu moins de 300 m d'altitude. L'objet avait une forme en V et sa taille était une fois et demie celle d'un B-36. Des bandes noires étaient disposées sur toute la longueur de l'engin dont l'arrière était éclairé par 6 à 8 paires de faibles lumières bleuâtres. Il se dirigeait du nord vers le sud. Les services de la 34ème escadrille de défense aérienne stationnée à Kirtland transmirent un rapport complet sur ce cas à l'Air Technical Intelligence Center (ATIC), chargé à l'époque par l'U.S. Air Force de recueillir ce genre de témoignage. L'enquête révéla qu'à l'heure de cette observation, il y avait un Constellation à 80 km à l'ouest d'Albuquerque et un B-25 au sud de la ville, mais rien au-dessus de celle-ci. Le même type d'objet fut observé à Lubbock vers 21 h 10. L'épouse d'un rancher était sortie pour aller décrocher du linge quand elle rentra précipitemment, toute bouleversée. Elle venait de voir «un avion sans ailes» passer rapidement et silencieusement au-dessus de leur maison. A l'arrière de l'objet, elle put distinguer des lumières bleuâtres disposées par deux. Ce témoignage ne fut révélé que quelques jours plus tard directement au capitaine E.J. Ruppelt, le témoin et son mari ayant craint à l'époque qu'on les prenne pour des fous !

Le capitaine Edward J. Ruppelt qui allait devenir, le 27 octobre suivant, le directeur du New Project Grudge, une des nombreuses commissions officielles d'étude du phénomène qui se succédèrent de 1947 à 1969, fut chargé à l'époque d'enquêter sur ces importants témoignages (1). Durant les deux semaines qui suivirent, les professeurs de Lubbock revirent au moins une douzaine de fois les mêmes lumières. Consciencieux, ils notèrent le maximum de caractéristiques sur l'évolution du phénomène. C'est ainsi qu'ils constatèrent que les lueurs apparaissaient toujours brusquement à environ 45° d'élévation et que leur direction de vol allait du nord au sud. Ils remarquèrent également que ces lumières se déplaçaient à une vitesse angulaire de 30° par seconde. Les professeurs essayèrent en vain d'estimer l'altitude et la vitesse réelle des objets bien qu'il y eut souvent de deux à trois vols par nuit. On apprit plus tard que des centaines de témoins répartis dans la région de Lubbock avaient fait des observations semblables durant cette période.



(Cliché 41 de M. Carl Hart Jr.)

Dans la soirée du 31 août, M. Carl Hart Jr., un jeune photographe amateur alors étudiant en 1re année au Collège Technique de Lubbock, était couché à l'étage de son domicile et regardait le ciel étoilé quand brusquement une formation de lumières apparut au nord, traversa rapidement le ciel et disparut au-dessus de la maison. Pensant que ces lueurs pouvaient repasser, il se leva immédiatement et chargea son appareil photographique, un Kodak 35. Il régla la lentille (f 3,5) et le temps de pose (1/10 de seconde), et descendit dans la cour située derrière son domicile. Il n'eut pas longtemps à attendre, car bientôt les lumières réapparurent : Carl Hart Jr. prit rapidement 2 photos. Quelques minutes plus tard, il y eut un nouveau passage et le jeune homme prit trois clichés supplémentaires. Selon le témoin, ces lueurs étaient plutôt ternes, de teinte bleu-vert et évoluaient dans une formation parfaite en V. Il ajouta qu'elles avaient parcouru 120° du ciel en 4 secondes, c'est-à-dire la même vitesse angulaire que celle estimée par les professeurs. Ce soir-là, d'autres témoins observèrent des vols similaires et mentionnèrent des objets du même type que ceux décrits par Hart. Une femme signala cependant qu'elle avait vu une sorte de «jalousie» volante, tandis qu'un autre témoin parla d'une «double grille». Deux opérateurs de la tour de contrôle d'un aéroport proche de Lubbock rapportèrent avoir observé eux aussi les fameuses lumières à plusieurs reprises (2).

Ce même 31 août, une dame et sa fille virent un objet «en forme de poire» à Matador (Texas), à un peu plus de l10 km au nord-est de Lubbock. Il était 12 h 30 quand, circulant en voiture sur une route dégagée, elles remarquèrent la présence de cet objet d'aspect métallique à 140 m environ de leur véhicule, juste à côté de la route et à une altitude estimée à une quarantaine de mètres.

Cet OVNI dérivait lentement vers l'est, contre le vent, «à une vitesse inférieure à celle nécessaire pour le décollage d'un Piper Cub», devaient déclarer les témoins. L'objet avait à peu près les dimensions du fuselage d'un B-29. Les deux femmes notèrent une sorte de «hublot» latéral, avant que l'engin ne reprit rapidement de la vitesse en s'élevant dans le ciel selon une trajectoire en spirale et ne disparût à leur vue, Une de ces femmes connaissait particulièrement bien les avions puisqu'elle était l'épouse d'un officier aviateur et qu'elle avait séjourné pendant des années au voisinage d'aérodromes : on peut donc se fier à son témoignage lorsqu'elle affirme qu'il ne pouvait s'agir d'aucun appareil connu.

Les documents photographiques pris par Carl Hart Jr, furent analysés par les laboratoires de l'ATIC à Wright Field. Le jeune homme ne remit que quatre des cinq négatifs qu'il possédait : clichés 41 à 44. Ces négatifs étaient sales et griffés à la suite des nombreuses manipulations précédant leur remise à l'USAF. On ne distingue sur ces photographies du ciel aucune étoile, alors que les lueurs sont parfaitement nettes. On peut en déduire soit que ces objets étaient beaucoup plus brillants que les étoiles, soit que la lumière émise impressionnait plus fortement la pellicule. Sans point de référence précis, il n'est possible de déterminer ni l'altitude, ni la vitesse, ni le diamètre des points lumineux.

Certains essais visant à reproduire des documents identiques dans des conditions similaires à celles que Hart rencontra, échouèrent. C'est ainsi qu'on tenta de photographier une lumière se déplaçant à la vitesse indiquée par le témoin, avec un appareil identique au sien. Les expérimentateurs ne réussirent que deux clichés en 4 secondes.



(Cliché 43 de M. Carl Hart Jr.)

Ces photographies étaient floues et plus mauvaises que celles prises par Hart. Mais ceci n'est pas un argument suffisant pour contester l'authenticité des documents. A l'époque, un physiologiste du laboratoire de l'ATIC déclara d'ailleurs qu'excité par son observation, le jeune homme a très bien pu prendre trois clichés en 4 secondes. De plus Hart connaissait parfaitement son appareil, il avait même réalisé quelques reportages photographiques pour un journal local et possédait de ce fait une excellente technique qui lui a permis d'obtenir de très bons résultats. Même s'il existe des traits communs entre les observations des professeurs de Lubbock et celle de Carl Hart Jr., il faut cependant admettre qu'il y a aussi certains points de désaccord. Notamment en ce qui concerne le type de vol : le plus souvent désordonné, affirment les professeurs; en V parfait, dit Hart. Remarquez également qu'il y a une discordance entre l'éclat observé, assez terne, et celui que l'on photographia, beaucoup plus vif. Cette différence d'intensité lumineuse fut cependant expliquée par les services de l'ATIC. En effet, ils admirent que les sources avaient pu émettre un rayonnement invisible pour l'oeil humain, mais capable d'impressionner la pellicule photographique. En avançant cette hypothèse, ils pensaient surtout aux rayons infra-rouges qu'auraient émis des objets portés à haute température. Certains enquêteurs dont le professeur Menzel arguèrent cependant de ces contradictions pour conclure à une supercherie montée par le jeune Carl Hart. Pourtant, voyant ces photographies, les témoins de l'observation du 25 août à Albuquerque affirmèrent que c'était bien là le phénomène qu'ils avaient vu. Pour sa part, le capitaine Ruppelt devait d'ailleurs conclure à l'époque que «l'on ne pouvait pas prouver que les photographies étaient des faux, mais que rien ne permettait de dire qu'elles étaient authentiques non plus».

Une observation faite par un vieillard de 80 ans à Lamesa (Texas) allait fournir un argument aux adversaires de l'origine mystérieuse des «lumières de Lubbock». Une nuit, alors qu'en compagnie de son épouse le vieil homme scrutait le ciel pour voir les fameux objets, il aperçut deux ou trois lueurs qui ne demeurèrent visibles que quelques secondes. Plusieurs minutes plus tard un autre vol apparut, bientôt suivi par un troisième passage. C'est au cours de ce dernier survol que le témoin entendit nettement un son qui provenait d'une des lumières. Il s'agissait ni plus ni moins que du cri caractéristique d'un petit échassier, le pluvier. Ces oiseaux, proches des vanneaux, atteignent généralement la taille d'une caille et ne dépassent en tout cas pas les 30 cm. Un gardien de chasse fédéral interrogé par Ruppelt lors de son enquête signale toutefois que les pluviers (de même que les vanneaux) ne volent jamais en groupe. Ils se déplacent par deux ou trois, tout au plus à six. Il indiqua aussi que la poitrine huileuse de ces échassiers aquatiques pouvait très bien réfléchir une lumière et que dernièrement, il avait constaté que le nombre de pluviers dans la région était plus important que d'habitude pour la saison. Le capitaine Ruppelt approfondit alors son enquête dans cette direction et remarqua que certaines artères de la ville de Lubbock étaient éclairées par des lampes à vapeur de mercure donnant une lumière bleuâtre susceptible de se réfléchir sur des oiseaux. Mais pour se faire il fallait que ces pluviers volent à une altitude maximum de 30 m.

Pour ce qui est des témoignages des professeurs de Lubbock, l'U.S. Air Force conclut finalement que des oiseaux réfléchissant la lumière étaient probablement à l'origine des observations.

Elle ajoutait : «La vitesse angulaire de 30° par seconde paraît assez élevée pour des oiseaux en vol migrateur; elle représente en effet une vitesse de 100 km/h à une altitude de 50 m. Il est probable que cette vitesse angulaire ait été en fait moins grande».

«Dans tous les cas, les témoins étaient localisés dans des endroits où leurs yeux étaient sans doute adaptés à l'obscurité, c'est pourquoi les objets apparurent aussi brillants. L'espèce d'oiseaux responsable du phénomène n'est pas connue, mais il est hautement probable qu'il se soit agi de canards ou de vanneaux. Puisque les vanneaux ne volent pas habituellement en groupes de plus de 6 ou 7 individus, il s'agissait probablement de canards». Quant au Dr Menzel, pour lui il ne fit aucun doute que ces lueurs n'étaient rien d'autre que des lumières de la ville réfractées.



(Cliché 44 de M. Carl Hart Jr.)

En 1956, le capitaine E.J. Ruppelt avoua s'être trompé quand il avait affirmé que les lumières vues par les quatre professeurs de Lubbock étaient des oiseaux réfléchissant les lueurs de lampes à vapeur de mercure. Selon lui ce n'était pas non plus de la lumière réfractée, ni des vaisseaux interplanétaires, mais tout simplement «un phénomène naturel, très commun et facile à expliquer» (1). Malheureusement, il ne nous dit pas lequel en invoquant que sa révélation impliquerait automatiquement celle du savant qui trouva cette solution et qui désirait garder l'anonymat. Avouez que c'est plutôt curieux pour un phénomène prétendu «très commun» ! T.M. Wright pense que Ruppelt songeait à des papillons de nuit passant au travers de la lumière des lampes à vapeur de mercure (2). Ce furent là toutes les explications que l'on proposa pour les observations des professeurs de Lubbock. En ce qui concerne les photographies de Carl Hart Jr., aucune explication officielle n'a jamais été avancée si ce n'est celle du capitaine Ruppelt. Il est temps maintenant de conclure. Il est certain que sous certaines conditions exceptionnelles, des oiseaux à basse altitude peuvent réfléchir une lumière, mais l'intensité transmise est très faible et en tout cas du même ordre de grandeur que celle des étoiles. D'autre part, il semble évident que Hart n'a pas monté une supercherie et que ses documents sont on ne peut plus authentiques. Il existe de plus des concordances évidentes entre les principaux témoignages, à savoir ceux des professeurs de Lubbock, de Carl Hart ainsi que ceux provenant d'Albuquerque. L'OVNI serait donc un engin en forme d'aile d'avion (un V) portant une série de lumières sur son pourtour. Cette hypothèse expliquerait le caractère rigoureusement géométrique de la formation photographiée par Hart et le fait qu'elle ne se soit pas modifiée au cours d'un passage. Si sur l'un des clichés on constate que les lumières ont changé de position, cette modification a eu lieu par rapport à un système de référence précis : il suffit que l'objet ait légèrement basculé pour que le même effet apparaisse. Mais il y a un argument important contre cette hypothèse : depuis ces observations, plus jamais on n'a mentionné un OVNI ayant cette forme particulière. Comme on le voit, il est bien difficile de trancher, car on ne dispose finalement que de peu d'éléments précis, les plus importants, l'altitude et la vitesse réels des objets n'étant même pas estimables. Quoi qu'il en soit, l'affaire des «lumières de Lubbock» restera l'une des plus passionnantes et des plus mystérieuses de l'histoire du phénomène OVNI.

© Michel Bougard - SOBEPS - 1974.

Source : http://home.nordnet.fr/~phuleux/lubbock.htm

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).


Dernière édition par ZEN le Sam 22 Nov 2008 - 18:55, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 18:54

Voilà , je n'ai rien prouvé mais la question semble sérieuse au point d'avoir modifié le comportement de la mesure du temps ...

Belle énigme , je trouve ... Incompréhensible

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Fokker III
Membre éminent.
avatar

Nombre de messages : 22503
Age : 53
Localisation : Le contenu de mes messages a été modifié, anonymement et sans mon consentement. Merci d'en tenir compte lors de votre lecture.
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:23

1951 -----> Zone 51........
Et si la vérité était ailleurs ??
Se sentir si petit dans l'Univers...à quoi bon vouloir mesurer le temps....
Mr. Green bon, ben, j'vais Arrow
Revenir en haut Aller en bas
popopoil
Membre très actif


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:24

Ce même jour :

- Une flottille de 50 UFO (OVNI in french) fut observée dans le ciel de l'Indiana.
- Madame Juliana Karavshenko a redemandé 2 fois du thé noir lors d'une soirée entre amis (elle qui ne buvait jamais du thé le soir).
- Albert Dupont, soudeur chez Citroën, a vu l'image de la vierge au fond de son verre de Préfontaine.
- Ronald Reagan a eu sa première crise d'hémorroïdes.
- Match nul entre l'équipe des "Redbulls" de Gueugnon et celle des "Allstar" de Ploumelec (jeu de billes).

....

Et bien d'autres dont je ne peux, faute de place, relater les mystérieuses aventures.
Il doit être dur, certains soir, d'animer un forum d'amateurs de montres.
C'est pourquoi il faut rester Zen.
Revenir en haut Aller en bas
jayce78
Pilier du forum
avatar

Nombre de messages : 1802
Age : 38
Localisation : Au pays de la toile de Jouy
Date d'inscription : 13/08/2007

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:30

ZEN a écrit:

J'ai pu découvrir d'autres séisme important au Tibet par exemple le 18 novembre 1951 mais pas de phènomène de nature à perturber à ce point les observations... Par contre, j'ai remarqué qu'en 1951, le monde se passionne pour la science fiction et un film de Robert Wise en particulier ..." Le jour où la terre s'arréta" avec comme acteurs : Michael Rennie, Patricia Neal, Hugh Marlowe, Sam Jaffe, Billy Gray, Lock Martin .

Pour les cinéphiles, un remake de ce film sort sur les écrans le 10 décembre.

En tous les cas, bon courage pour tes recherches ZEN Chinois


Dernière édition par jayce78 le Sam 22 Nov 2008 - 19:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:30

popopoil a écrit:
Ce même jour :

- Une flottille de 50 UFO (OVNI in french) fut observée dans le ciel de l'Indiana.
- Madame Juliana Karavshenko a redemandé 2 fois du thé noir lors d'une soirée entre amis (elle qui ne buvait jamais du thé le soir).
- Albert Dupont, soudeur chez Citroën, a vu l'image de la vierge au fond de son verre de Préfontaine.
- Ronald Reagan a eu sa première crise d'hémorroïdes.
- Match nul entre l'équipe des "Redbulls" de Gueugnon et celle des "Allstar" de Ploumelec (jeu de billes).

....

Et bien d'autres dont je ne peux, faute de place, relater les mystérieuses aventures.
Il doit être dur, certains soir, d'animer un forum d'amateurs de montres.
C'est pourquoi il faut rester Zen.


Oui en te lisant, on se dit que le syphon est au fond et que tu dois t'y accrocher ...

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
popopoil
Membre très actif


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:37

ZEN a écrit:
popopoil a écrit:
Ce même jour :

- Une flottille de 50 UFO (OVNI in french) fut observée dans le ciel de l'Indiana.
- Madame Juliana Karavshenko a redemandé 2 fois du thé noir lors d'une soirée entre amis (elle qui ne buvait jamais du thé le soir).
- Albert Dupont, soudeur chez Citroën, a vu l'image de la vierge au fond de son verre de Préfontaine.
- Ronald Reagan a eu sa première crise d'hémorroïdes.
- Match nul entre l'équipe des "Redbulls" de Gueugnon et celle des "Allstar" de Ploumelec (jeu de billes).

....

Et bien d'autres dont je ne peux, faute de place, relater les mystérieuses aventures.
Il doit être dur, certains soir, d'animer un forum d'amateurs de montres.
C'est pourquoi il faut rester Zen.


Oui en te lisant, on se dit que le syphon est au fond et que tu dois t'y accrocher ...

Merci Zen, merci : cet instant de lucidité t'aura remis au centre du lavabo, qui, ce jour même se boucha dans l'appartement d'Albert Durand, préposé aux postes de Deuil-La-Barre.

Tout cela est bien mystérieux.
Pour information :
Un siphon, phon, phon les petites marionnettes !!!
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:37

l'a fait son gros popo et il ne tient plus que par un poil...

Sa présence aussi.

Å affraid
Revenir en haut Aller en bas
popopoil
Membre très actif


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:40

Mnementh a écrit:
Il ne tient plus que par un poil...

Sa présence aussi.

Å affraid

Tempus fugit irreparabile.

Poil dans la main certes, mais le cerveau n'est pas atteint.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:41

popopoil a écrit:
Mnementh a écrit:
Il ne tient plus que par un poil...

Sa présence aussi.

Å affraid

Tempus fugit irreparabile.

Poil dans la main certes, mais le cerveau n'est pas atteint.

Ce serait difficile.

Atteindre l'inexistant relève du pouvoir divin.

Å
Revenir en haut Aller en bas
Fokker III
Membre éminent.
avatar

Nombre de messages : 22503
Age : 53
Localisation : Le contenu de mes messages a été modifié, anonymement et sans mon consentement. Merci d'en tenir compte lors de votre lecture.
Date d'inscription : 24/08/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:43

Et la nature (horlogère) a horreur du vide ... Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
popopoil
Membre très actif


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 19:44

Mnementh a écrit:
popopoil a écrit:
Mnementh a écrit:
Il ne tient plus que par un poil...

Sa présence aussi.

Å affraid

Tempus fugit irreparabile.

Poil dans la main certes, mais le cerveau n'est pas atteint.

Ce serait difficile.

Atteindre l'inexistant relève du pouvoir divin.

Å

Ni dieu ni maître ! pirat
Revenir en haut Aller en bas
depuis1899
Passionné absolu
avatar

Nombre de messages : 2941
Age : 49
Date d'inscription : 09/07/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 20:03

Fokker III a écrit:
1951 -----> Zone 51........
Et si la vérité était ailleurs ??

Se sentir si petit dans l'Univers...à quoi bon vouloir mesurer le temps....
Mr. Green bon, ben, j'vais Arrow

et là c'est pas moi qui le dit même si mon avatar le dit à chaque post Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Saturne
Animateur Chevronné
avatar

Nombre de messages : 1277
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 20:11

Il me vient subitement une idée qui, me semble-t-il n'a pas été évoquée lors du premier post sur cet évènement.

ZEN a écrit:
Tous les chronomètres se mirent à avancer de manière significative quel que soit le régleur et la marque.

Dans la mesure où il y a beaucoup de chronomètres présenté, toute erreur commune est exclue, mais il reste deux points faibles: l'étalon et l'instrument de mesure.

Premièrement, l'étalon (les horloges d'observatoire):
Combien y en avait-il? Certainement moins que de chronomètres présentés au concours, il est donc vraissemblable que ce ne soit pas les chronomètres qui se soient mis à avancer, mais les horloges étalon qui se sont mises à retarder. Cela dit, ça ne fait pas beaucoup avancer le schmilblick, car alors, pourquoi auraient-elles pris du retard?
Tout en écrivant cela, je me rends compte que ce n'est pas possible car si les horloges de l'observatoire avaient accusé du retard, on s'en serait aperçu car elles ne sont pas l'étalon absolu. Leur marche est contrôlé par l'observation astronomique (l'observation de deux passages successifs d'une étoile au zénith avec une lunette méridienne donne la durée d'un jour sidéral) et leur retard aurait donc été détecté (à moins que la rotation de la Terre n'ait retardé dans les mêmes proportions ce qui est tout bonnement impensable).

Deuxièmement, l'instrument de mesure:
Car en effet, il ne suffit pas d'avoir une montre à contrôler et un étalon de temps, il faut encore trouver un moyen fiable de mesurer leur différence d'état. Les différences étant en effet trés faibles (quelques dixièmes ou centièmes de seconde), il ne suffit pas d'observer "simultanément" le cadran de lé montre et de l'étalon pour évaluer la dérive journalière. On voit bien que cette méthode serait par trop imprécise. On a donc inventé des moyens de comparer l'état de deux garde temps à l'aide de systèmes électriques déclenchés manuellement. Il est fait état de ces appareil dans l'ouvrage suivant qu'hélas je ne possède pas:


L'ouvrage est daté de 1924 les moyens employés en 1951 étaient sans doute plus perfectionnés que ceux décrits par Chapponnière, mais pas forcément fondamentalement différents. L'erreur pourrait donc venir des systèmes électriques de mesure qui auraient subi une avarie?

Une piste à étudier AMHA.
Revenir en haut Aller en bas
popopoil
Membre très actif


Nombre de messages : 280
Date d'inscription : 02/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 20:15

Saturne a écrit:
Il me vient subitement une idée qui, me semble-t-il n'a pas été évoquée lors du premier post sur cet évènement.

ZEN a écrit:
Tous les chronomètres se mirent à avancer de manière significative quel que soit le régleur et la marque.

Dans la mesure où il y a beaucoup de chronomètres présenté, toute erreur commune est exclue, mais il reste deux points faibles: l'étalon et l'instrument de mesure.


Une piste à étudier AMHA.

D'un doute naquit l'humaine intelligence.

Une explication qui me semble plus appropriée.
Revenir en haut Aller en bas
sw@c
Permanent passionné
avatar

Nombre de messages : 2043
Age : 30
Localisation : Belgique
Date d'inscription : 23/10/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 20:20

On demande Fox Mulder sur FAM, Mr Fox Mulder !!! Arrow


Sinon il me semble que des aurore Boréale, orage éléctromagnètique dû aux éruptions solaires, certains brouillard peuvent provoquer ce types de phénomène non ? Enfin j'y connais rien en météorologie Smile

Sinon la je viens de regarder Indiana Jones et le crâne de cristal....ben il y a peut être à creuser la dedans Mr.Red
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 22:37

J'ai donné 5 jour de repos à popo .

Saturne, ton hypothèse a été creusée dès 1951, mais les étalons concordaient tous et les mesures furent comparées avec celles des autres observatoires ... Incompréhensible

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Saturne
Animateur Chevronné
avatar

Nombre de messages : 1277
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 22:44

ZEN a écrit:
J'ai donné 5 jour de repos à popo .

Saturne, ton hypothèse a été creusée dès 1951, mais les étalons concordaient tous et les mesures furent comparées avec celles des autres observatoires ... Incompréhensible

Justement, si ce n'est pas les étalons, il reste l'instrument de mesure, "l'intermédiaire", qui permettait de mesurer instantanément la différence d'état des montres avec l'étalon. Comment étaient réalisées les mesures en 1951? Système électrique déclenché manuellement; entièrement électrique?

Au fait, tu ne nous a pas dit quel était l'ordre de grandeur de cette avance "anormale", quelques dixièmes, quelques secondes????
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 22:48

L'écart fut de quelques secondes. En 1951, les mesures étaient électriques et visuelles à partir de régulateurs sous atmosphère compensée.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Saturne
Animateur Chevronné
avatar

Nombre de messages : 1277
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 22:53

Effectivement, un écart de plusieurs secondes ne peut pas venir seulement d'une erreur de mesure. Le décalage était donc bien réel.

Incompréhensible Incompréhensible Incompréhensible
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
avatar

Nombre de messages : 47790
Date d'inscription : 05/05/2005

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 22:56

Si on écarte la baisse de pression atmosphérique, la température qui aurait subitement varié, il ne reste que le magnétisme ... ou une vibration assez forte et continue mais cela eut été perceptible. Il ne reste que le magnétisme. Incompréhensible

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Code NK
Membre Hyper actif
avatar

Nombre de messages : 686
Date d'inscription : 14/09/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 23:04

Les instruments de mesure utilisaient des circuits électriques, une modification du champs magnétique terrestre aurait perturbé ces instruments avant les montres mécaniques.

Par contre, ces dit instruments furent comparé à quoi?

j'entends par la que tout instrument de meme nature se trouvant dans une ligne de champs magnétique ainsi que celle proche aurait été pertubé de la maniere et ne devrait pas etre pris comme etalon.
Revenir en haut Aller en bas
Saturne
Animateur Chevronné
avatar

Nombre de messages : 1277
Age : 29
Localisation : Montpellier
Date d'inscription : 01/02/2008

MessageSujet: Re: Le phénomène temporel de 1951 ( suite)   Sam 22 Nov 2008 - 23:16

Il semble déterminé que le problème vient bien des montres et non de l'étalon ou de l'instrument de mesure.

Quant au champ magnétique, j'ai du mal à voir comment il pourrait subir une modification localisée passagère de nature à faire avancer tous les chronomètres d'une même manière.

Les chronomètres présentés en 51 comportaient-ils des balanciers compensés traditionnels alliés à des spiraux en acier ou bien des balanciers en invar / glucydur / nivarox couplés à des spiraux en élinvar?
Revenir en haut Aller en bas
 
Le phénomène temporel de 1951 ( suite)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 3Aller à la page : 1, 2, 3  Suivant
 Sujets similaires
-
» Le phénomène temporel de 1951 ( suite)
» La royale suite 95 double!!!Photos bas p.1
» MORT de mes poissons suite à traitement avec EKTOL de JBL , POURQUOI ??
» Catastrophe à l'Ile de Ré suite à la tempête Xinthia
» tremblement suite à des décharges électrique.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: