FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail)

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 56533
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) Empty
MessageSujet: Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail)   Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) EmptySam 8 Aoû - 8:46

Citation :

Il ne se montre pas


portrait


A vos marques (2 / Cool. Pierre Dubail. Bijoutier horloger de luxe, il s’est offert sa première Rolex à 41 ans et tient discrètement l’«ambassade» parisienne de la montre-étalon vantée par Séguéla.




Par MARIE-JOËLLE GROS
Ce qu’on remarque chez lui, ce n’est pas la Rolex qu’il porte au poignet mais son alliance. Un anneau de platine ciselé qui attire l’œil, pas par son volume mais plutôt par ce petit côté gothique-rock qui tranche avec l’allure très classique de Pierre Dubail. «Je l’ai fabriquée moi-même», dit-il en baissant la voix comme s’il s’agissait d’un secret. Tenter de lui en faire dire plus ne va pas de soi. D’emblée, cet homme semble peu porté sur la confidence.
Ce goût pour le propos mesuré est sans doute l’une des raisons qui a conduit la direction de Rolex à faire de lui son «ambassadeur» à Paris. Voilà vingt-cinq ans que la marque de haute horlogerie suisse, particulièrement secrète (jamais d’interview, communication au compte-gouttes), lui a accordé sa confiance. Au point de lui déléguer l’an passé l’ouverture d’une impressionnante boutique Rolex au 9 place Vendôme, à l’adresse d’un hôtel particulier construit par Jules Hardouin-Mansart, l’architecte de Louis XIV. L’intérieur, 400 m2 de vitrines réparties sur trois niveaux, pourrait ressembler à un musée. Il s’agit pourtant bien d’un magasin, avec un étage entier réservé à la clientèle chinoise. Ces nouveaux riches, que Pierre Dubail préfère qualifier de «nouvelles fortunes», ont désormais les honneurs de cette marque qui illustre partout dans le monde une certaine idée de la réussite. A ce propos, la fameuse tirade de Jacques Séguéla - «Si à 50 ans, on n’a pas une Rolex, on a raté sa vie.» - l’encombre. «Séguéla est un homme de communication, commente-t-il. Il est sans doute très content qu’on ait parlé de lui. Je suis l’inverse de cela.» Fermez le ban.
Il ne reçoit pas dans l’«écrin Rolex» nouvellement ouvert mais chez lui, de l’autre côté de la place, dans la boutique qui porte son nom depuis 1993. La conquête de cette forteresse du chic s’est faite par étapes, sans précipitation. «Je suis un artisan qui s’est implanté place Vendôme», résume-t-il avec ce soupçon de fierté qui met la puce à l’oreille. Son adresse de naissance ? «A Paris, XXe
C’était en 1943. Son père, Jean, était sertisseur de diamants, au service des «grandes maisons de la place Vendôme». Pierre et son frère cadet, aujourd’hui décédé, l’accompagnaient dans son atelier. C’est là qu’ils ont appris à travailler les pierres précieuses à leur tour. Et décidé d’en faire leur métier. «A l’époque, nous travaillions pour le luxe, mais nous ne l’approchions pas. C’était une fascination.» Aujourd’hui, sa vitrine fait saliver «tous ceux qui font la couverture des magazines» et qui, descendus au Ritz, viennent lui rendre visite «en voisins». Une revanche ? Il peine à s’attribuer quelques lauriers, préférant confesser : «La réussite est arrivée par la montre.»
De fait, deux noms rythment sa vie : Anne-Marie et Rolex. Le premier, c’est le prénom de madame Dubail, rencontrée en 1964, «sans métier particulier» mais douée pour la comptabilité. Et Rolex, le tremplin que Pierre Dubail a longtemps convoité avant d’en obtenir une concession en 1984. Pour fêter l’événement, il s’est offert sa première Rolex, à 41 ans. Pas un modèle volumineux comme c’est la mode depuis quelques années, mais «une petite montre».
Quand il était jeune, on ne voyait pas autant de Rolex. Ce n’était pas encore un «must have», ce signe extérieur de richesse qui se vend comme des petits pains (près de 800 000 unités chaque année, à part égale entre Europe, Amérique et Asie). Dans les années 60, Rolex, c’était surtout la montre des aventuriers, prisée des plongeurs de la Marine française ou des reporters de Paris Match qui partaient à l’autre bout du monde le poignet ceint d’un modèle or et acier avec l’assurance qu’en cas de pépin, ils pourraient revendre leur montre contre un billet retour.
Aujourd’hui, quand il se vend trois montres de luxe dans le monde, l’une est une Rolex. C’est à la fois un produit de luxe (premier prix à 3 000 euros) et presque de masse. Qui fascine autant qu’il révulse. Pourtant, ces aficionados ne sont pas tous des gens d’argent. Le dalaï-lama a la sienne et Jean-Paul II en avait une. Ce n’est pas non plus une ligne de partage entre gens de droite et de gauche : le Che et Castro avaient chacun la leur ; Brejnev et Gorbatchev également. Sans oublier Julien Dray, collectionneur compulsif.
Pierre Dubail revendique lui aussi le droit d’aimer les beaux objets et loue «la quête de perfection de la maison Rolex». Il a rédigé à notre intention quelques lignes sur une feuille volante, qu’il lit comme on récite un compliment. «Mouvement chronomètre à haute précision», «style intemporel», «choix de bon goût»…
Et si ce n’était pas la montre elle-même qui était ostentatoire, mais la façon de la porter ? Par exemple, une Rolex au poignet de Nicolas Sarkozy, ça fait tout de suite clinquant, m’as-tu-vu. Pierre Dubail : «Je préfère un Président qui a le courage d’assumer sa belle montre plutôt que ceux qui en changent avant d’entrer sur un plateau de télévision. Il n’y a qu’en France qu’on reproche ce genre de choses.»
Quand Pierre Dubail a débuté, un homme recevait une montre pour son mariage et la portait toute sa vie. C’était «le bijou de l’homme».C’était avant le consumérisme qui a imposé la tyrannie des marques. Aujourd’hui, la clientèle à fort pouvoir d’achat multiplie les occasions d’offrir une montre, et pas seulement pour les événements privés du type communion ou majorité. L’achat spontané fait la fortune des commerçants. Mais, un bon vendeur, c’est «celui qui sait écouter» les attentes d’un client. Ce qui requiert un certain sens de l’observation et pas mal de tact. Le savoir-faire de Pierre Dubail.
Régulièrement, à sa demande, les marques très haut de gamme de l’horlogerie créent pour sa boutique des modèles exclusifs. Parfois gravés à son nom. Belle reconnaissance qui permet aussi de fidéliser la clientèle : on vient chez Dubail pour ces «pièces d’exception». Certaines, lourdement chargées de diamants, valent plusieurs millions d’euros. Son fils Patrice prend parfois l’avion pour les livrer en mains propres. Les Dubail travaillent en famille. Le fils et la fille ont rejoint leurs parents.
La première échoppe acquise par Pierre Dubail, c’était en 1969, boulevard Poissonnière, sa fille Isabelle marchait à peine. Aujourd’hui, il est propriétaire d’une boutique rue François-Ier, près des Champs-Elysées. D’une deuxième, place de l’Opéra, et encore de la boutique Léon de la rue de Rivoli. Pas à pas, il s’est rapproché de la place Vendôme. Comme un retour aux sources. Plus seulement en travaillant pour le luxe, comme son père, mais avec l’idée de compter parmi les grands noms qui encerclent la place. C’est chose faite depuis 1993. «Le premier jour, mon fils Patrice et moi avons vendu cinq Rolex. C’était de bon augure.» L’enseigne Dubail est aujourd’hui la seule sur la place qui appartient à une famille et vit sur ses capitaux propres. Faut-il en conclure que cet homme a réussi sa vie ?
Pierre Dubail en 8 dates.
1943: Naissance à Paris.

1966: Mariage avec Anne-Marie.

1968: Naissance d’Isabelle.

1969: Achète son premier atelier à Paris, faubourg Poissonnière.

1970: Naissance de Patrice.

1984: Obtient sa première concession Rolex, boulevard des Capucines.

1993: Ouvre sa boutique au 21 place Vendôme.

2008: Ouvre le «flagship», vaisseau amiral Rolex, au 9 place Vendôme.



http://www.liberation.fr/societe/0101584118-il-ne-se-montre-pas

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Breitlex
Permanent passionné
Breitlex

Nombre de messages : 2232
Date d'inscription : 18/02/2008

Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) Empty
MessageSujet: Re: Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail)   Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) EmptySam 8 Aoû - 8:57

Très intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
bimboum
Membre super actif


Nombre de messages : 368
Age : 33
Localisation : Versailles
Date d'inscription : 23/12/2008

Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) Empty
MessageSujet: Re: Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail)   Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail) EmptySam 8 Aoû - 9:31

Belle histoire Incompréhensible
Revenir en haut Aller en bas
http://copainsdavant.linternaute.com/membre/11217889/1785718378/
 
Actu : Il ne se montre pas (Rolex - Dubail)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: