FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 [revue] IWC Portugaise 5000

Aller en bas 
AuteurMessage
domingo chavez
Pilier du forum
domingo chavez

Nombre de messages : 1775
Date d'inscription : 11/10/2006

[revue] IWC Portugaise 5000 Empty
MessageSujet: [revue] IWC Portugaise 5000   [revue] IWC Portugaise 5000 Empty27/10/2010, 19:53

Modèle emblématique d’IWC, la Portugaise a été conçue en 1938, suite à la demande particulière de deux hommes d'affaires portugais, Rodrigues et Texeira. Ceux-ci étaient à la recherche d’une montre-bracelet offrant toutes les qualités d’un chronomètre de bord, à savoir une bonne taille (pour une lisibilité sans faille) et surtout une excellente précision. A l’époque, la taille moyenne des montres était de l’ordre de 30 mm tandis que la précision chronométrique restait l’apanage des montres de poche (grâce aux calibres de plus grande taille). IWC décida donc de créer une montre-bracelet d’assez grande taille pour pouvoir abriter un calibre de poche (un calibre 74 au début, puis un calibre 98 par la suite). En hommage à leurs commanditaires, on appela ces montres-gousset-bracelet Portugaises. Par la suite, IWC ne vendit qu’un nombre relativement restreint d’exemplaires, ce qui ne justifia pas une production à grande échelle.


[revue] IWC Portugaise 5000 945954PortTriplets
(c) Roland Kammer


En 1993, à l'occasion du 125e anniversaire de la marque, IWC sortit une nouvelle Portugaise en série limitée, appelée Jubilé et animée par un calibre IWC 9828, descendant direct du calibre 98 des origines. [url=] Le succès fut au rendez-vous et tous les modèles furent rapidement écoulés. Devant un tel engouement, IWC décida de créer dans la foulée un certain nombre d'autres variantes, dont une répétition minutes, un chronographe et un chronographe à rattrapante, donnant ainsi naissance à une véritable gamme au sein de la marque.

En 2000, IWC sortit une nouvelle série limitée de la Portugaise pour étrenner le tout nouveau calibre 5000 maison (calibre automatique à 7 jours de RDM) : la Portugaise Automatic 2000 (référence 5000, comme son calibre). Ce modèle fut proposé en acier (1000 exemplaires), en or rose (750 ex.) et en platine (250 ex.), soit 2000 exemplaires au total.


[revue] IWC Portugaise 5000 StockSet
(c) Michael Sandler

[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis01


Mon exemplaire (version acier) a été vendu en décembre 2001. Acquis l'année dernière, il est de revenu de révision à Schaffhouse en début d'année accompagné d'un bel étui de voyage en cuir ainsi qu'une d'une carte de garantie de 2 ans.

[revue] IWC Portugaise 5000 5000retour1


La Portugaise 2000, à l'instar des autres modèles de la gamme, respecte parfaitement l'esprit des Portugaises historique : il s'agit d'une montre de grande taille avec une ouverture de cadran maximale, dont le dessin est extrêmement sobre et épuré. Malgré des dimensions assez généreuses sur le papier (41,8 mm de diamètre pour 13,7 mm d'épaisseur), la Portugaise donne l'illusion d'une montre relativement fine. Ceci est rendu possible grâce à la conception habile de son boitier et à son atout majeur, un verre plexi.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis02


Vu de profil, on se rend compte de la finesse de la carrure. En effet, celle-ci ne mesure que 3,9 mm d'épaisseur, soit moins de 30 % de l'épaisseur totale ! Le reste se partage entre le fond, la lunette et le verre plexi. La carrure présente un brossage horizontal sur les flancs tandis que le dessus des cornes est poli. Fines et galbées, ces dernières participent à l'élégance et à l'équilibre du boitier. Afin d'éviter tout effet "boite de thon" et d'accentuer la sensation de finesse, la lunette et le fond sont concaves et polis. Contrairement à la plupart des montres modernes, la Portugaise se paie le luxe d'arborer un magnifique verre plexi bombé. Cette touche délicieusement vintage est un des attraits majeurs de cette montre.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis10

[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis03


Le résultat est assez spectaculaire quand on la compare au modèle 7 jours actuel (réf. 5001), pourtant équipé du même calibre.


[revue] IWC Portugaise 5000 P1010370editedzp6
(c) P@trice


Sur le flanc opposé à la couronne, on trouve le numéro d'exemplaire de la montre. C'est un des rares points que je trouve dommage sur cette montre. On peut également noter les deux encoches de part et d'autre du "661" qui permettent de démonter respectivement la lunette et le fond.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis09


La couronne, malgré sa taille assez réduite, est facilement préhensile. De finition polie, elle n'est pas siglée, ni vissée. Au cran de repos, elle permet le remontage manuel du mouvement et au premier cran, l'arrêt et la mise à l'heure de la montre. Côté étanchéité, IWC annonce brutalement la couleur : "Votre montre n'est pas étanche." Sous la couronne est gravé le numéro de série de la montre.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis08


Atout majeur de la montre, le cadran est une splendeur de pureté et d'élégance moderne. D'un noir profond très légèrement satiné, le cadran comporte peu de littérature : on retrouve la marque et le lieu de production en haut, et la mention "automatic" en bas, le tout en lettres capitales blanches peintes. Les index chiffrés des heures ainsi que les points matérialisant les minutes sont de couleur argenté (rhodium ?) et rapportés sur le cadran. Grâce au diamètre significatif du cadran et à la très faible largeur de la lunette, son ouverture est immense, même à côté de ma Radiomir. L'affichage de l'heure est assurée par deux magnifiques aiguilles "feuille" rhodiées. L'aiguille des minutes est si longue qu'on perçoit la course de son extrémité à l'œil nu.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis04


Contrastant avec le reste du cadran, les sous-cadrans à 9 (petite seconde) et 3h (réserve de marche) présentent une couleur blanche argentée, rehaussée par un subtil guillochage circulaire. Chacun des sous-cadran est animé par une petite aiguille en acier bleuie, dont la couleur varie du noir au bleu électrique selon l'éclairage. On trouve une petite marque rouge en bout de course de l'indicateur de RDM lorsque la montre est déchargée.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis05

[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis07


Au soleil, la perception du guillochage des sous-cadrans et du relief des index est très nettement accentuée.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis06


Le fond vitré de la boite est particulière spectaculaire : du fait du diamètre important du calibre, le partie en acier se limite à un simple anneau périphérique. Tout le reste est occupé par un verre saphir, permettant d'admirer le mouvement dans sa totalité.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis11


La Portugaise 2000 a eu le privilège d'inaugurer le premier calibre automatique 7 jours de la maison, le calibre fameux "calibre 5000". Équipé de 44 rubis, il bat tranquillement à la vitesse de 18 000 alt/h (2,5 Hz). Son barillet unique sur-dimensionné lui permet théoriquement d'atteindre une RDM de 204 h, (8,5 j) mais une bride le fait stopper au bout de 168 h (7 j) afin de préserver l'isochronisme. Ses dimensions gargantuesques (38,2 mm de diamètre pour 7,6 mm d'épaisseur, 286 pièces) en font le plus grand mouvement automatique actuellement en production. Malgré ces toutes caractéristiques prometteuses sur le papier (robustesse, précision, longue RDM), je reste dubitatif quand leur efficacité réelle : la montre s'avère en effet d'une imprécision pathologique, surtout au porter. D'après les différents témoignages que j'ai pu recueillir, il semblerait que ce soit malheureusement le cas de la plupart des montres animées par ce calibre. Tant pis, le plaisir est ailleurs...


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis12


L'échappement est très proche de celui du calibre 89. L'organe oscillant est constitué d'un grand balancier à vis (16) à 2 branches, animé par un spiral Nivarox à courbe Bréguet et réglé par une raquetterie classique. L'antichoc est de type Incabloc. Vu son oxydation, la raquette de mon exemplaire aurait mérité d'être remplacée au cours de sa révision.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis13


Élément caractéristique à IWC, le remontage automatique, très efficace, est au confié au système maison Pellaton, avec sa roue et ses deux crochets caractéristiques. Plus d'infos à ce sujet ici.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis14

[revue] IWC Portugaise 5000 PellatonHarryTan


Les roues font l'objet d'un brossage radial, et les ponts et platines sont décorés avec des côtes de Genève. Globalement, malgré des finitions correctes, le calibre donne l'impression d'une production très industrielle. Quelques anglages auraient probablement atténué cette sensation. Dommage pour la rayure qui zèbre le poinçon "Probus Scafusia".


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis15


Le remontage automatique est bi-directionnel et assuré par un large rotor à branches, lesté d'un médaillon en or jaune portant le sceau de marque, "Probus Scafusia", qui signifie que la montre a été élaborée et testée à Schaffhouse. Malgré ses dimensions généreuses, l'attache du rotor est uniquement central. Néanmoins, afin de prévenir les risques de casse, un système antichoc sécurise son point d'attache.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis16


Montée à l'origine sur un bracelet croco noir brillant qui n'était pas à mon goût, ma Portugaise est associé à un beau bracelet croco noir mat modèle London de chez Hisch (22 mm d'entre-corne pour 18 mm à la boucle), plus cohérent avec le sobriété de la montre.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis17


La fermeture du bracelet est assurée par un magnifique boucle ardillon trapézoïdale siglée (18 mm), alternant surfaces brossées et polies. Moi qui n'aime pas les boucles déployantes, je suis comblé : je trouve qu'un ardillon est nettement plus dans l'esprit de la montre.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis18


Au poignet, le montre est un régal. Malgré ses dimensions, son poids mesuré et la forme de son boitier (attaches du bracelet au niveau du fond) assurent un confort optimal. La lisibilité est vraiment excellente.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis19


Le bombé du saphir est véritablement envoûtant.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis20


Sources :

http://people.timezone.com/msandler/Articles/Cal5000/Review.html

http://people.timezone.com/mfriedberg/Calibre5000.html


Ma joie de retrouver ma Portugaise a rapidement été ternie pour un certains nombres de problèmes (raquette oxydée, poil coincé dans la platine), dont le plus important était une avance de 5 minutes par jour au porter lorsque la montre était totalement remontée. Moins de deux mois après être revenue, ma Portugaise est donc repartie à Schaffhausen.

Mais cette fois-ci, le résultat a été à la hauteur de mes espérance.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet1

[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet2


Suite à coup de foudre lors d'un essayage, j'ai (encore) acheté un nouveau bracelet pour ma belle. Il s'agit d'un magnifique croco noir vintage (fines petites "rides") IWC à bout trapézoïdal. Je trouve l'association parfaite.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet3

[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet7

[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet8


Côté calibre, le problème de rebattage (bride glissante trop serrée ?) est enfin résolu. La précision est désormais excellente (pour un calibre 8 jours) avec environ + 4 s/j. Sur le plan esthétique, la raquette est nettement plus présentable et le poil s'est fait la malle.


[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet4

[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet5

[revue] IWC Portugaise 5000 5000nouveaubracelet6


Depuis son retour, je suis totalement sous le charme de cette montre d'exception, assez inclassable : son style sobre et épurée la ferait presque passer pour une montre habillée, tandis ses dimensions, son cadran contrasté et son plexi bombé la désignent plutôt comme une montre sport. On est là vraiment à un carrefour entre deux styles. Et j'adore ça !


[revue] IWC Portugaise 5000 5000revuebis21
Revenir en haut Aller en bas
 
[revue] IWC Portugaise 5000
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mini revue : Omega Seamaster 120 "small Ploprof"
» La revue de ma Planet Ocean Omega à moi !
» [Revue et photos] Seiko Sumo SBDC003
» [ Revue ] STOWA Seatime
» La revue est prête...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: LES RUBRIQUES DE FORUMAMONTRES :: Revues, Vidéos, Photographies, Fiches pratiques...-
Sauter vers: