FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Swatch voit grand

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Swatch voit grand Empty
MessageSujet: Swatch voit grand   Swatch voit grand EmptyVen 20 Avr 2007, 12:39

Citation :
Swatch voit grand
Publié le 20 Avril 2007

A l’image de l’ensemble des acteurs de l’industrie horlogère, Swatch a profité en 2006 d’une conjoncture économique particulièrement profitable. Qualifiant l’édition 2007 de Baselworld comme un salon «premier cru» pour les marques du groupe, Nick Hayek a présenté hier les excellents résultats du numéro un mondial du secteur: avec un résultat opérationnel frôlant le milliard, Swatch Group a vu ses ventes croître sur tous les continents.
Premier marché, les Amériques affichent une progression de 13% tandis que l’ Europe a vu ses ventes augmenter de 12%.
Et Nick Hayek d’estimer le potentiel d’avenir du segment montres à 6 ou 7 milliards de francs, et de souligner la stratégie «claire» élaborée par son groupe ainsi que sa politique indépendante en termes de production.
Une situation qui, toutefois, n’empêche pas les marques filiales de faire face à des problèmes de distribution.
«Pour certaines pièces rares (ndlr: le nouveau Tourbillon de Breguet par exemple), les collectionneurs devront attendre environ dix-huit mois avant d’être livrés», remarque de son côté Florence Ollivier, responsable pour l’ Europe du Sud.



Tribune de Genève / (fn) / www.tdg.ch







De l'avis unanime, les commandes se sont envolées. Swatch Group rachète un bâtiment emblématique en Chine.

S'il fallait vraiment une énième preuve supplémentaire de la stupéfiante vitalité de l'horlogerie suisse et de son rayonnement de part le monde, elle est venue de Swatch Group. Le numéro un mondial de la branche s'est offert l'établissement le plus emblématique de Shanghai, le Peace Hotel South Building, qui se situe à l'intersection de Nanjing Road et du Bund, l'ancien quartier historique des finances et celui du luxe aujourd'hui.
Le groupe va rénover le bâtiment pour quelque 30 millions de dollars et le transformer en magasin, exposition et lieu qui accueillera et logera gratuitement des artistes venus du monde entier. «Le bâtiment historique, classé monument culturel, sera restauré par des experts avec toute l'attention due à cet héritage culturel», a expliqué jeudi Nick Hayek, patron de Swatch Group, lors de la conférence de presse de bilan du numéro un mondial. Si d'autres détails financiers n'ont pas transparu, le bâtiment fera en tout cas office de vaisseau amiral pour la conquête du marché chinois. Pour mener à bien ce projet, une coentreprise a vu le jour, détenue à 90% par l'horloger et à 10% par Jin Jiang Group, un grand groupe hôtelier chinois.

En cette période de bilan des salons horlogers de Bâle et de Genève, les horlogers doivent ressortir leur dictionnaire. Et engranger les superlatifs pour pouvoir qualifier la période d'euphorie que la branche connaît actuellement. Durant les dix jours qu'ont duré ces deux manifestations, on a entendu que des «exceptionnels», «extraordinaire», «record» ou encore «du jamais vu» auprès des marques. La frénésie et l'appétit des distributeurs étaient tels qu'il fallait parfois jouer des coudes pour entrer dans les stands. Certains en sont presque venus à s'arracher les produits. «Je n'ai jamais vu cela. C'est de la folie furieuse», confesse Patrick Cremers, patron de la chronométrie A L'Emeraude à Lausanne. Le nombre de représentants venus d'Asie, marché le plus porteur de l'industrie, a impressionné.

Complaisance?

Même Nick Hayek s'est trouvé un peu démuni à l'heure de trouver le qualificatif adéquat. Après une hésitation, il a lancé «Mais que pourrais-je dire? C'est tout simplement exceptionnel. Baselworld était un salon premier cru pour les marques du groupe. De tels jugements en deviennent presque répétitifs. Mais c'est la vérité.» Hublot, dont le stand ressemblait à une fourmilière tant les acheteurs s'y pressaient, a aussi connu un salon sans précédent. La société, dirigée par Jean-Claude Biver, indique avoir réalisé un chiffre d'affaires de 152 millions de francs durant les dix jours de la manifestation. En 2006, l'entreprise avait enregistré des ventes de 96 millions.

«On s'attendait à un bon salon. Mais là, ça a dépassé toutes nos prévisions», confie pour sa part un horloger genevois actif dans le haut de gamme. «Tag Heuer peut se prévaloir d'une hausse de 44% des intentions de commandes», a révélé Jean-Christophe Babin, patron de l'horloger en mains de LVMH. Chez Omega (Swatch Group), ce serait 40%.

Des acteurs de la branche ont toutefois voulu atténuer un peu cette «complaisance euphorique». Comme le dollar et le yen évoluent à des niveaux très bas, leur détérioration pourrait conduire des marques à augmenter une fois de plus leurs prix. Pour Nick Hayek, «enregistrer des commandes est une chose, livrer les pièces en est une autre». Les tensions sur la production vont perdurer cette année, a-t-il averti. Le groupe prévoit des investissements de 350 millions de francs en 2007 dans son appareil de production. Sur certaines pièces très compliquées de Breguet, les commandes passées à Bâle en 2006 n'ont pas encore pu être honorées. Ces pièces ont un délai d'environ dix-huit mois. «Mais les clients sont prêts à attendre», selon le patron de Swatch Group. La rationalité semble avoir un peu déserté l'horlogerie. On flotte en plein conte de fées. Jusqu'à quand?



Le Temps / Bastien Buss / www.letemps.ch




Swatch Group marche "à toute vapeur"
Swatch Group a profité en 2006 "d'une situation mondiale extraordinaire" et ne voit pas de ralentissement se profiler. Tous les segments affichent des progressions. Baselworld 2007 s'annonce comme "un salon 1er crû" pour les marques du groupe.

"La situation économique est un aspect, mais c'est la stratégie du groupe qui a permis d'obtenir de tels résultats", a indiqué jeudi à Genève Nick Hayek junior, président de la direction générale de Swatch Group. Le groupe horloger biennois marche "à toute vapeur".

Swatch Group a vu ses ventes croître de 12% en Europe (Suisse y compris), 13% dans les Amériques et 11,9% en Asie et au Moyen-Orient. Le chiffre d'affaires brut a dépassé les 5 milliards de francs et le résultat opérationnel a frôlé le milliard de francs, à 973 millions.
Les fonds propres représentent 71,9% du total du bilan et "leur rendement a progressé en un an de 14 à 17,3 %", a complété le directeur financier, Edgar Geiser. Un dividende en hausse de 40% sera proposé à l'assemblée générale des actionnaires. Un nouveau programme de rachat d'actions de 400 millions a été lancé.
Ces résultats sont le fruit d'"une stratégie claire", mise en oeuvre dans le monde entier. Swatch Group est actif sur tous les segments de l'horlogerie Il affiche une politique d'indépendance en terme de production et d'innovation dans la distribution. "Dans la commerialisation, nous sommes parmi les plus forts", a estimé M. Hayek.

Parmi ses rares "points faibles", Swatch Group relève les tensions au niveau de la production, lesquelles sont directement liées à la demande de montres, toujours croissante. "Les délais peuvent durer un an, voire davantage pour certains modèles", a-t-il admis.
Pour des pièces telles que le nouveau Tourbillon de Breguet, les collectionneurs devront attendre "au minimum dix-huit mois avant d'être livrés", a complété Florence Ollivier, responsable pour l'Europe du Sud. Les marchés d'Europe du Nord devront eux se battre pour "obtenir des pièces".
Sous toutes les latitudes, le succès de Swatch Group se mesure par une demande qui explose. Il enregistre des chiffres "plus élevés que l'an dernier au 1er trimestre 2007", sans voir le rythme se ralentir. Le groupe va encore consacrer cette année d'importants investissements.

"Ils devraient atteindre au moins 350 millions", a précisé Edgar Gleiser. Le seul secteur des montres et bijoux a absorbé l'an dernier 133 millions sur un total de 290 millions pour l'ensemble de Swatch Group.
Breguet s'est dotée d'un supplément de capacité dans des locaux de production tout juste construits. Nivarox, qui fournit toute l'industrie suisse en spiraux, s'est équipé d'un atelier flambant neuf, où sont installées des machines automatiques de la dernière génération (35 millions sur un coût budgeté à 55 millions d'ici à 2009).
En même temps, Swatch Group investit dans le marketing et l'image de ses 18 marques d'horlogerie et de bijouterie. Omega est ainsi le porte-drapeau du projet Solar Impulse.
De nombreux ingénieurs du groupe, dont ceux du fabricant de mouvements ETA, travaillent à son succès. A travers ce projet d'avion solaire, Swatch Group met en oeuvre ses savoirs-faire sans pour autant se lancer dans l'aréonautique ni dans des diversifications hors du secteur horloger.

"Nous estimons notre chiffre d'affaires potentiel entre 6 et 7 milliards de francs uniquement dans les montres", a ajouté Nick Hayek. Il a atteint 3,9 milliards en 2006 dans ce seul segment d'activité. Swatch Group livre déjà "plus d'un milliard de composants" pour des téléphones mobiles, du contrôle d'accès ou l'automobile.
Grâce à sa seule croissance interne, Swatch Group table sur un chiffre d'affaires de 8 milliards de francs, tous secteurs confondus dans trois ou quatre ans. "Il faudra peut-être cinq ou six ans si le dynamisme actuel baisse" a-t-il conclu.


http://www.worldtempus.com/wt/1/11615/5461

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Swatch voit grand
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu: Swatch voit de nouveau ses profits plonger
» Actu: Swatch voit à nouveau une forte demande
» Actu: Le PDG de Swatch Group ne voit qu’un impact « massif » temporaire
» Actu : Cartier voit un très grand potentiel en Chine
» Le groupe Swatch ferait-il mieux sans sa Swatch ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: