FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.

Aller en bas 
5 participants
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyVen 20 Mar 2020 - 9:10

Il y a, ce lundi de mars 1916, une vingtaine de femmes qui pleurent sur le quai de la gare. Elles ont toutes entres 20 et 40 ans, elles sont fiancées, jeunes mariées, mères mais toutes sans exceptions sont terriblement inquiètes. Certaines sont accompagnées d'un homme, un père, un frère, un grand-père mais tant que le train n'est pas parti, il faut tenter de faire bonne figure alors les larmes, on les essuie discrètement, on les cache comme on peut mais on évite de les laisser couler sur les joues.
On s'embrasse, on s'enlace sur ce quai de gare parce que l'on sait de part et d'autre, que l'on parte ou que l'on reste, que c'est peut-être la dernière fois que l'on se voit, que l'on se touche, que l'on se sent. En 1916, on sait que cette guerre distribue la mort. On a peu d'illusion.  

La locomotive à vapeur sue la graisse, la fumée se répand dans le hall de la gare et puis la voix du chef de gare se fait entendre "En voiture ! En voiture tout le monde ! Allez, allez ! En voiture !". Le conducteur de la loco fait siffler la motrice. Le contrôleur ferme les portes des voitures une par une. Il sermonne un jeune homme qui échange encore un baiser sur le quai avec sa compagne enceinte d'au moins 6 mois.

La machine se lance dans un bruit assourdissant, Elle semble peiner à entrainer les wagons comme si quelque chose la retenait là, mais non, elle avance. Aux fenêtres, les hommes agglutinés tentent de se frayer un espace pour faire un signe, envoyer un baiser derrière les vitres baissées. Chacun hurle un dernier adieu rendu inaudible par le bruit de la loco et ça y est, le train s'éloigne avec à son bord 150 jeunes hommes qui partent affronter celui qu'on leur a désigné comme ennemi, un bataillon de jeunes gars aussi perdus qu'eux et venus d'Allemagne. Chacun est certain de défendre sa patrie et est prêt à le faire au prix du sacrifice de sa propre vie.

De ce convoi de 150 hommes qui part se battre, il ne reviendra que 2 hommes éclopés, l'un sans son bras droit et l'autre sans ses pieds. Les autres sont tous morts dans une bataille dans la Somme où il a fallu prendre possession d'un talus défendu comme une position stratégique par l'ennemi. Les hommes y sont allés par vagues de 25, massacrés les un après les autres sous les insultes d'un officier qui les traitait d'incapables et qui a fini par mourir d'une balle en pleine tête.

Toutes les femmes qui étaient mariées sont veuves, celles qui étaient fiancées ne sont rien au regard de la loi et les mères sont orphelines de leurs espoirs d'avenir. Elles ont toutes appris la disparition de leurs hommes ou de leur fils, le même jour, par une lettre laconique leur expliquant que leur militaire était mort en héros pour la  France.

La plupart des femmes ont reçu avec leur lettre un sorte de choc psychologique qui les a faites passer du statut de jeune femme à celui de victime indirecte d'une guerre qui leur est tombée dessus comme une fatalité incontrôlable. Ce 11 novembre 1918, l'armistice est signé, bien sûr, mais ce n'est pas la joie qui envahit les cœurs, c'est un immense sentiment de vide, de tristesse et de gaspillage. Rien ne rendra à ces femmes celui qui était l'amour de leur vie, cet amour inconditionnel décuplé par l'absence définitive. On ne rit pas ce 11 novembre, on pense à celui qui est parti et ne reviendra pas. On se résigne, on refuse de se laisser abattre car on n'est pas seul, les autres sont tous dans le même cas, avec un être cher qui n'est pas revenu .

L'hiver s'annonce, et avec lui les premiers froids vont imposer aux femmes de faire le travail des hommes pour chauffer la maison, faire les travaux agricoles ou faire manger les enfants. Les femmes font tout ou presque tout. Au début de l'hiver, il y a quelques cas de grippe auxquels personne ne prête attention sauf que cette grippe-là ne voit pas les malades aller mieux, non cette grippe empire de jour en jour et abat les plus faibles autant que les plus forts. Le combat n'est plus, cette fois, sur le champ de bataille, il est passé dans les maisons, on se le donne en se serrant dans les bras, en s'embrassant, en se serrant la main ou en câlinant ses enfants. "C'est une mauvaise grippe" dit-on. Oui, c'est sûr que c'est une mauvaise grippe. On la dit venue d'Espagne mais c'est d'Amérique qu'elle est arrivée. En fait, elle n'a pas tué sur quelques jours ou quelque semaines, non elle s'est installée en janvier 1918 et s'est répandue jusqu'en décembre 1920, soit presque deux ans.

Bien sûr, elle a connu des hauts et des bas, des pics et des moments de répits mais elle a tué du début à la fin. En France, elle a tué 150 000 personnes sur 39 millions d'habitants et dans le monde entre 60 et 100 millions d'être humains. On fuyait les malades, on les enterrait au plus vite et on priait pour ne pas avoir été contaminé. C'est comme ça, c'est toujours comme ça, le malade subit la double peine, il est mis à l'écart et on le fuit. Il n'y a guère que les médecins, les infirmières qui l'approchent, et puis le croque mort, quand l'heure est venue.

Si en 1918 et 1919, on s'était confinés, si on avait pu se laver les mains, si on avait eu des méthodes de soins plus évoluées, on aurait sans doute divisé par 10 le nombre de victimes. Le temps, la science, les vaccins, les traitements ont fait surmonter par l'homme cette épreuve d'un virus invisible et indétectable, un virus qu'on pouvait porter et transmettre sans même être malade soi-même, un virus qui tuait aussi bien les gens célèbres que des individus lambda. En France, on a perdu Guillaume Apollinaire, Edmond Rostand et tellement d'autres. Chacun a pu porter ce virus et lui servir de vecteur sans être inquiété car on ignorait tant de choses. Plusieurs des femmes sur ce quai de gare en mars 1916, on rejoint leur conjoint, leur mari ou leur fils à cause d'un simple virus perdu et qui en fit des victimes collatérales. Des dynasties se sont éteintes comme on souffle sur une bougie, pour rien .

En 2020, on sait. On sait que les virus se transmettent par les hommes et les femmes. On sait que si on cesse de se toucher, de se parler de trop près, on se sauve, on sauve l'autre et on sauve les proches de l'un et de l'autre. On sait aussi que l'homme aura le dessus sur ce virus mais qu'il lui faut juste un peu de temps pour organiser sa défense. On sait que de la discipline de chacun dépend la vie des autres et, en particulier, celle de ceux qui soignent. On sait que si on se met en danger, on met en danger aussi les autres en ne respectant pas les consignes qui sont les seuls moyens de se battre contre ce virus. Il faut distribuer des milliers d'amendes à des gens qui n'ont pas voulu y croire et ont mis tout le monde en danger au nom d'un égoïsme qui se cache derrière une fausse défiance et un rapport stupide à la liberté. Ces amendes ne valent rien au regard des vies qu'elles vont apprendre à protéger.

On parlera de texte moralisateur à la lecture de mon récit, de fausses bonnes intentions, de leçon de morale… Non, ce n'est pas cela, j'ai juste l'envie que ni mes proches, ni ma famille, ni mes amis ne crèvent au cause d'un con, d'un fieffé con qui aura décidé de jouer aux héros face à ceux qui ne voulaient que lui sauver la vie et défendre la nôtre. Les hommes et les femmes de 1920 savaient bien ce que la vie avait de précieuse, les années suivantes furent des années de liesse, des années folles d'une vie retrouvée. Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
dm
Membre référent
dm


Nombre de messages : 9474
Localisation : où vous voulez^^
Date d'inscription : 01/05/2011

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Re: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyVen 20 Mar 2020 - 9:19

sans vouloir jouer les rabat joie, les années folles ont conduit à la crise de 29, à l'arriver du nain moustachu, au réarmement de l'allemagne et a tout ce que l'on sait aujourd'hui.

les 30 glorieuses, moins fun, ont été moins "folles" et....on en est là.

donc, je crains les retours de flammes.
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Re: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyVen 20 Mar 2020 - 19:29

Je m'adresse ce soir à Périne qui a lu ce sujet et m'a fait part de son émotion par mail car elle n'est pas inscrite.

Périne vient de me parler et m'a raconté l'histoire de ses arrières grands-parents morts tous les deux en 1918 et 1919, de la guerre et de la grippe. Je ne pense pas que l'histoire se répète mais les grandes épidémies ont des cycles, au moins une par siècle et ça faisait 100 ans. On a cru que le Sida nous avait mis statistiquement à l'abri d'une autre épidémie mais non, le Covid 19 nous tombe dessus.

La lumière est bientôt là. Continuez à lire et à vous intéresser aux montres et venez vous inscrire, nous serons tous ravis de vous accueillir.  Wink

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
rogan
Animateur Chevronné
rogan


Nombre de messages : 1347
Age : 42
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 01/03/2012

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Re: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyVen 20 Mar 2020 - 21:09

Je n'ai plus la référence de l'article mais tous le monde semble avoir oublié en France  la grippe de Hong Kong qui avait fait 30 000 morts dans le pays. Seuls quelques vieux médecins s'en rappellent encore...

Hs off.
Très belle qualité de plume comme d'habitude et toujours un plaisir de lire ces tranches de vie.
Revenir en haut Aller en bas
M.Mitsuhirato
Membre super actif
M.Mitsuhirato


Nombre de messages : 388
Age : 66
Localisation : Rhône Alpes
Date d'inscription : 19/02/2014

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Re: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyVen 20 Mar 2020 - 21:22

Bravo pour ce texte et à 100% de ton avis - professionnellement je sais ce qu’il en est ...-
Revenir en haut Aller en bas
lord of breit
Membre très actif
lord of breit


Nombre de messages : 279
Age : 38
Localisation : centre
Date d'inscription : 19/08/2016

Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. Empty
MessageSujet: Re: Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.   Puissions nous avoir nous aussi nos années folles. EmptyDim 22 Mar 2020 - 17:19

Oui les pandémies font peur à l'homme. Mais de quoi t'on peur au juste?  La plus grosse crainte sous entendu est la conséquence économique. Et quand on entend parler de propagation et de non maîtrise du virus, on nous parle de morts, certes, mais surtout d'aggravation économique si on n'arrive pas à endiguer ce machin. On entend parler que de ca en faite. 

L'homme à naturellement peur de la mort et la maladie, et c'est bien normal, mais ces étapes ne sont-elle pas le propre de l'histoire de l'homme ? Vas-t'on coloniser la terre, qui de toute façon arrivera rapidement à ses limites, jusqu’à l'implosion? Les guerres étaient parfaitement évitables (quoi que) mais faire un parallèle entre cela et une maladie sélective, qui touche dans un premier temps les plus faibles, c'est mettre tous les oeufs dans le même panier. 

Je vais me faire taquin on vous citant des chiffres qui n'inquiètent personne plus que cela, puisque même les états assistent les gens dans cette démarche : 

Décès dû au tabac en France PAR AN : 73 000. 
Dans le monde : 7 millions.

En 10 ans je vous laisse faire le calcul.
Le COVID19 est mis minable à côté Very Happy 

Mais bon, puisque ces personnes en volontairement mis fin à leur jours, alors ce n'est pas grave ?  Rolling Eyes
Revenir en haut Aller en bas
 
Puissions nous avoir nous aussi nos années folles.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Neil Armstrong est mort ... La lune est orpheline et nous aussi
» 333 millions de montres et nous et nous et nous....
» 2000 histoires folles de Mosbilo !
» sondage: vos folles dépenses horlogères-
» La montre qui nous donne le temps qui nous reste à vivre.

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: