FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Actu: A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54180
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu: A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers Empty
MessageSujet: Actu: A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers   Actu: A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers EmptyDim 20 Jan - 19:03

Citation :
A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers

FLORENCE NOËL | 21 Janvier 2008


Certes, pour une entreprise, quinze ans n'est pas une durée de vie extraordinaire. Sauf pour de Grisogono. Fondée par le désormais célèbre Fawaz Gruosi, la petite maison de joaillerie genevoise aura réalisé un parcours économique des plus impressionnants: parti de rien, expert en pierres précieuses mais néophyte en matière d'horlogerie, Fawaz Gruosi peut aujourd'hui se targuer non seulement de jouir d'une réputation internationale en matière de joaillerie, mais également de jouer dans la cour des grands horlogers suisses. Le tout en un temps record dans cette industrie en si forte concurrence.

Pas mal, tout de même, pour un chef d'entreprise qui se défend d'être un stratège... Homme d'affaires, Fawaz Gruosi l'est certainement devenu avec le temps. Le génie de la création, lui, a toujours fait partie de ses gènes. Audacieux dans sa pensée, l'artiste transforme des cailloux en somptueuses parures avant même de les avoir taillés. Imagine des complications horlogères ultrasophistiquées pour les enfermer dans des écrins hors norme. Façonne les tendances du 21e siècle aussitôt suivies par les stars et autres membres du show-business.

Pas étonnant dès lors que sa société affiche une ascension si fulgurante. «Il est vraiment très rare qu'une société sans aucune histoire horlogère (ndlr. deGrisogono n'a commencé à produire des montres qu'en 2000) acquiert si vite une telle légitimité», note Jean-Daniel Pasche, président de la Fédération horlogère suisse. Mais comment donc Fawaz Gruosi s'y prend-il? En gérant au plus près son image d'horloger-joaillier avant-gardiste, travailleur acharné, patron accessible et ami des stars, ami des journalistes aussi. «J'ai de la chance, la presse m'a souvent soutenu», confie-t-il.

Prochaine verticalisation
Fidèle à ses principes luxe et glamour le patron a ainsi sorti le grand jeu pour célébrer la semaine dernière l'anniversaire de sa société dans le plus pur style «de Grisogono»: sans limites! Au total, pendant 2 jours, plus de 200 journalistes ont été choyés par la marque: réception au domicile privé de Fawaz Gruosi, visite des ateliers, soirée digne des événements jet-set, déjeuner aux meilleures tables de Genève, clôture des festivités au Grand Théâtre de Genève avec un ballet de Maurice Béjart. Autant d'opérations séduction parfaitement orchestrées par le créateur genevois qui ont permis de lui forger une notoriété des plus solides (voir encadréet photos).

Retour sur quinze années de croissance économique quasi ininterrompue d'une entreprise intimement liée à son fondateur. Impossible en effet d'évoquer l'histoire de de Grisogono sans partir sur les traces de Fawaz Gruosi. Un homme qui doit sa destinée professionnelle à une bonne dose de hasard, comme il se plaît à le souligner. «Je vivais à Florence avec ma mère et j'ai quitté l'école à 18 ans par nécessité financière», raconte-t-il. C'est aux côtés d'un joaillier qu'il se forme à cet art, avant d'entamer des collaborations déterminantes avec Harry Winston puis Gianni Bulgari. Au début des années 90, Fawaz Gruosi décide de voler de ses propres ailes, un peu sur un coup de tête. «J'avais des idées de création bien précises, mais aucune stratégie commerciale», explique-t-il.
En 1996, le joaillier signe son premier coup de génie: au hasard d'une lecture, il découvre le diamant noir, une pierre délaissée par l'industrie en raison de sa fragilité et de sa couleur, et décide d'en faire son emblème. Succès mondial instantané. «A l'époque, les prix du diamant noir étaient dérisoires. Ils ont depuis décuplé», raconte-t-il. Suivront le diamant laiteux, le galuchat (de la peau de raie utilisée comme cuir de bracelet), le Bobby Brown Gold (de l'or couleur caramel), autant d'inventions qui marquent l'industrie du luxe.

A peine lancée, l'horlogerie intrépide de Grisogono fait également mouche. Un succès qui permet aujourd'hui à l'entreprise d'envisager un avenir radieux, tant en termes d'affaires que d'expansion interne. D'ici 2009, le Genevois devrait ainsi entamer une véritable verticalisation et s'installer dans sa propre manufacture, qui sera construite à Plan-les-Ouates.

La récompense ultime pour un horloger. Lors de sa conférence de presse, Fawaz Gruosi ne cachait ni sa satisfaction ni son émotion. «Tout ce que j'ai entrepris, a-t-il expliqué en préambule, je n'aurai jamais pu l'entreprendre sans mes 180 collaborateurs, dont la plupart sont à mes côtés depuis le début.» Jolie reconnaissance. Et belle modestie.

Luxe, faste, glamour: comment faire un show façon «de Grisogono»
Les événements de la société genevoise sont réputés dans le monde entier pour leur réussite. Petit aperçu organisationnel.
- Il y a d’abord l’idée. Sans elle, rien ne tient. Imaginé par l’ensemble de l’équipe de Grisogono sous le pilotage de Michèle Reichenbach, directrice de la communication, le concept d’une soirée de Grisogono est soigneusement mis en scène. Pour ses 15 ans, la société a décliné le thème des péchés capitaux afin de souligner l’audace sans limite de son fondateur.
- Vient ensuite le décor: géré par une société cannoise, fidèle du joaillier genevois, ce dernier rivalise d’ingéniosité. Au total, douze semi-remorques auront été nécessaires pour transformer la Halle Sécheron en un décor fantasmagorique ou le faste côtoie le mystère. Déambulant sur des balançoires parsemées aux plafonds, des mannequins se prélassent en admirant les créations de Grisogono. Plus loin, un mur laisse apparaître des trous de serrures dans lesquels des horlogers s’affairent. Installés sur des tables tournantes, les convives applaudissent un orchestre perché sur des roues de mouvement horloger gigantesques, tandis que les spectacles d’artistes et de danseurs se succèdent. Grandiose.
- Reste le coût: «plusieurs centaines de milliers de francs», glisse Michèle Reichenbach. Nous n’en saurons pas plus.
Le vrai luxe n’a pas de prix.
FN

http://www.tdg.ch/pages/home/tribune_de_geneve/l_actu/economie/detail_economie/(contenu)/184211/(offset_article_detail)/6

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu: A Genève, de Grisogono joue dans la cour des grands horlogers
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu : Des montres radioactives par milliers dans les greniers
» Actu: Monnin SA à l’aise dans ses nouveaux locaux
» Actu: Arnaque à 5,74 millions dans la haute horlogerie
» Débutant chez les cailles.
» Un intrus dans ma cour

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: