FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Horlogerie & anarchisme jurassiens

Aller en bas 
AuteurMessage
Tokage
Membre référent
Tokage

Nombre de messages : 8719
Localisation : Brüsel
Date d'inscription : 22/05/2005

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 17:00

L’industrie horlogère suisse trouve son premier essor au XVIe siècle avec l’arrivée de nombreux huguenots français qui dynamisent l’économie de la ville de Genève. Cependant, la corporation des horlogers réservant le métier aux seuls citoyens de la ville, un système d’établissage se mit progressivement en place pour contourner cette limitation. Dès environs de Genève, ce système atteint la région de Neuchâtel au XVIIe siècle pour s’étendre à celle de Berne et au Jura au XVIIIe.

L’établissage désigne un mode de production préindustriel qui a principalement concerné la production horlogère. Un établisseur, sorte d’investisseur et de coordinateur de production, réparti entre différentes personnes les différentes tâches nécessaires à la création d’une montre, depuis la création des ébauches jusqu’à l’assemblage des pièces et la décoration des boitiers. Il donne à chacune d’entre elles la matière première et fixe le cahier des charges. Une fois le travail fini, il rassemble les pièces et les passe à la personne qui s’occupe de l’étape suivante dans le processus de fabrication, et ainsi de suite jusqu’à ce que la montre soit fin prête pour être vendue, soit directement à un particulier, soit à un marchand qui s’occupait de la distribution.

Ce système, dit aussi des « parties brisées », était aussi né des contraintes de la vie rurale de l’époque. Il permettait aux paysans et éleveurs une activité d’appoint en plein hiver alors que les conditions climatiques les forçaient à une forme d’inactivité. Il avait d’autres avantages : il permettait le travail à domicile, la spécialisation des intervenants dans les tâches qu’ils maîtrisaient le mieux, et la libre répartition du travail au sein des familles – ce qui pouvait avoir son importance à une époque où les liens familiaux et communautaires étaient importants. C’est ce que l’on a appelé l’âge des paysans-horlogers. Non pas que ces derniers soient des maîtres-horlogers capables de régler une montre compliquée – c’était l’exception, mais qu’ils tiraient une partie de leur revenus en fournissant des pièces de plus ou moins grandes qualités à l’« industrie » horlogère. Je mets des guillemets au mot industrie car c’est justement l’industrialisation de la fabrication – au sens de mécanisation des procédés, et de déqualification et de parcellisation des tâches - qui mit progressivement fin à l’établissage. Avant que l’usine et ses machines ne le remplace définitivement, le système a donné naissance aux comptoirs d’établissage et autres fabriques collectives qui réunissaient sous différentes formes et jusqu’à un certain degré, capital technique et humain. C’est ainsi qu’à Moutier, la « Grande Fabrique », construite en 1852, produit des montres complètes et finira par employer près de 500 ouvriers vers 1870.

Au XVIIIe siècle l’horlogerie bernoise connait un développement extraordinaire. En 1818, Saint-Imier comptait 1.173 habitants ; en 1885, la population a dépassé les 7.500 habitants parmi lesquels on recense près de 2.000 ouvriers travaillant pour plus de 80 comptoirs d’établissage – ce qui fera mériter à la ville le qualificatif de « fabrique urbaine collective ». Avec une telle effervescence économique, la région ne pouvait pas ignorer ce que l’on appelait alors la « question sociale », soit les revendications que le mouvement ouvrier adressait au monde patronal – salaires, conditions de travail, représentation syndicale, etc. Une des particularités du Jura suisse est qu’un des acteurs de la lutte ouvrière fut le mouvement anarchiste représenté par la Fédération jurassienne et son journal, le Bulletin de la Fédération jurassienne, dont 283 numéros furent publiés entre 1872 et 1878. Ainsi dans sa parution du 20 mars 1872, ledit Bulletin note :
Citation :
Le fait le plus marquant dans la vie populaire du Val de St Imier, c’est l’activité qui se manifeste à l’égard de la constitution des sociétés de métier.

La situation toute florissante de l’industrie horlogère fait naître des espérances d’augmentation de salaires ; ces espérances se traduisent généralement en faits, et comme heureusement les ouvriers comprennent aujourd’hui que toute amélioration, pour qu’elle soit réelle et quelque peu durable, doit être le fruit d’une organisation ouvrière sérieuse, nous assistons en ce moment à l’organisation, dans toutes les branches principales de l’horlogerie, des sociétés de résistance.
Les choses ne se passent pas toujours aussi bien et dans un autre numéro en date du 1er mai 1872, il est fait écho à la grève des ouvriers graveurs et guillocheurs :
Citation :
La Société des ouvriers graveurs et guillocheurs de la Chaux-de-Fonds, ayant demandé aux patrons de cette localité une augmentation de 20% et ne l’ayant obtenue que de quelques-uns d’entr’eux, a dû se mettre en grève. […] La lutte dure depuis plus de trois semaines, et on ne peut encore prévoir comment elle se terminera.

La Fédération jurassienne sera active dans les cantons de Berne, de Neuchâtel, de Bâle, de Vaud et de Fribourg, où elle comptera une trentaine de sections. A son apogée en 1873-1874, elle rassemblera entre 300 et 400 militants dont la plupart sont horlogers travaillant en atelier, graveurs et guillocheurs, monteurs de boîtes, et faiseurs de ressorts. Les groupes les plus actifs sont entre autres à Saint-Imier, Le Locle, La Chaux-de-Fonds. La radicalisation de son programme qui prônera sur la fin la « propagande par le fait » (attentats et insurrections), et les dissensions entre ses membres les plus éminents précipiteront sa chute. Elle tiendra son dernier congrès en 1880.

Contrastant avec la modestie de son organisation et des ses succès, la Fédération jurassienne fait cependant partie des références incontournables du mouvement anarchiste. Cela est sans doute dû au fait qu’elle organisa le congrès de Saint-Imier qui s’est tenu les 15 et 16 septembre 1872 et a servi d’acte fondateur à l’Internationale anarchiste. Il avait été convoqué en urgence suite à l’implosion de la Première Internationale durant le congrès de La Haye qui s’était tenu du 2 au 7 septembre 1878, et durant lequel les tendances libertaires, dont le plus illustre représentant était Bakounine, avaient été expulsées par les socialistes « autoritaires » conduits par Karl Marx. Sans être spécifiquement anarchiste, le congrès, qui rassemblait quinze représentants des fédérations espagnoles, françaises, italiennes, américaines et suisses (jurassiennes), a néanmoins publié un ensemble de résolutions qui résument les principes essentiels de ce mouvement. Dans la 3e de celles-ci sur la nature de l’action politique du prolétariat, le congrès déclare :
Citation :
  • que la destruction de tout pouvoir politique est le premier devoir du prolétariat ;
  • que toute organisation d'un pouvoir politique soi-disant provisoire et révolutionnaire pour amener cette destruction ne peut être qu'une tromperie de plus et serait aussi dangereuse pour le prolétariat que tous les gouvernements existant aujourd'hui ;
  • que, repoussant tout compromis pour arriver à l'accomplissement de la révolution sociale, les prolétaires de tous les pays doivent établir, en dehors de toute politique bourgeoise, la solidarité de l'action révolutionnaire.

Si la Fédération jurassienne finit par disparaître, l’industrie horlogère, elle, continuera son développement. Toujours à Saint-Imier, à la veille de la première guerre-mondiale, Longines - créée en 1867 à partir du comptoir d’établissage Agassiz lui-même fondé en 1833 - compte 900 ouvriers. La dimension communautaire de l’industrie horlogère n’est cependant pas définitivement gommée puisque chaque localité a « son » entreprise, fabrique d’ébauches, de pièces détachées (Sonceboz) voire de montres (Tavannes). Le XXe siècle verra la lente consolidation de cette myriade de noms jusqu’au séisme provoqué par le quartz, et leur renaissance sous l’égide de super-groupes industriels et financiers qui sont le cauchemar des émules de Bakounine.

Sites internet m’ayant aidé (et pas qu'un peu) à écrire cet article : wikipedia.org ; la-presse-anarchiste.net ; fondationhorlogere.ch (fondation horlogère de Porrentruy) ; diwww.epfl.ch ; hls-dhs-dss.ch (dictionnaire historique de la Suisse). Qu'ils en soient ici remerciés.

Nicolas (comme quoi, au gré de ses lectures, on finit toujours par revenir à l'horlogerie... Wink )
Revenir en haut Aller en bas
TechTime
Modérateur
TechTime

Nombre de messages : 4085
Age : 98
Date d'inscription : 28/09/2006

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 17:13

Ben ma caille Impec


Merci pour la synthèse et le boulot Chinois


Jean-François.

_________________
"Les bonobos deviendront moins bonobos et les humains moins humains.Nous ne sommes pas si différents que ça." William Fields , Fondation des grands singes de l'Iowa.
Revenir en haut Aller en bas
Emmanuel H
Passionné de référence
Emmanuel H

Nombre de messages : 3196
Age : 48
Localisation : Bruxelles
Date d'inscription : 26/12/2008

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 19:01

Merci pour cet article très intéressant.

Chinois


Emmanuel
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 22:47

Merci beaucoup pour cet article, bien documente sur une facette meconnue de l histoire de l horlogerie.

Dommage que peu de personnes vous aient remercie mais bon participer a la montre du boss est surement plus interessant.
Revenir en haut Aller en bas
DomMars
Modérateur
DomMars

Nombre de messages : 2207
Age : 50
Localisation : Marseille
Date d'inscription : 19/02/2007

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 23:42

Salut,

Merci Nicolas, pour la synthèse trés interessante et la mise en parallèle.

Je connaissais l'histoire de la constitution des sociétés de métier, mais la radicalisation de ces branches m'était totalement inconnue.
Quid des paysans-horlogers-taillleurs de diamant du Jura Français ?

Encore !!!

DOm
Revenir en haut Aller en bas
chiouahouah
Membre référent


Nombre de messages : 5218
Localisation : .
Date d'inscription : 08/11/2006

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMar 10 Mar 2009 - 23:55

Beau travail sur ce sujet méconnu;merci Nicolas !
Revenir en haut Aller en bas
PIERROT585
Puits de connaissances
PIERROT585

Nombre de messages : 4761
Age : 62
Localisation : cannes
Date d'inscription : 08/07/2008

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 0:14

bonsoir
merci de nous faire lire cette belle synthese d un partie de l histoire horlogere
amicalement pierre
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 8:48

Merci pour cet article, je ne savais rien de tout ça.

C'est toujours agréable d'apprendre quelque chose avant d'aller au travail. Chinois
Revenir en haut Aller en bas
Bourgeois
Pilier du forum
Bourgeois

Nombre de messages : 1580
Age : 55
Localisation : Nogent-sur-Marne
Date d'inscription : 04/08/2008

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 8:57

Merci pour cette "belle" page d'histoire. Je crois d'ailleurs que c'est avec le déclenchement de la Première Guerre Mondiale que la Suisse va définitivement prendre son "avance" sur les français dans le domaine horloger grâce à sa neutralité qui lui permettra de ne pas mobiliser. Les horloger français du Jura et leur savoir faire n'y échapperons pas , eux, et beaucoup ne reviendront pas, des années après, à l'armistice. Pendant ce temps les suisses en auront profité pour établir leur suprématie...
C'est un peu brièvement résumé mais je crois être assez juste. Que les historiens de FAM m'excusent et me corrigent si besoin, mieux encore, complètent...
Revenir en haut Aller en bas
http://sylvain.bourgeois@hotmail.fr
chiouahouah
Membre référent


Nombre de messages : 5218
Localisation : .
Date d'inscription : 08/11/2006

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 9:59

@Bourgeois a écrit:
Merci pour cette "belle" page d'histoire. Je crois d'ailleurs que c'est avec le déclenchement de la Première Guerre Mondiale que la Suisse va définitivement prendre son "avance" sur les français dans le domaine horloger grâce à sa neutralité qui lui permettra de ne pas mobiliser. Les horloger français du Jura et leur savoir faire n'y échapperons pas , eux, et beaucoup ne reviendront pas, des années après, à l'armistice. Pendant ce temps les suisses en auront profité pour établir leur suprématie...
C'est un peu brièvement résumé mais je crois être assez juste. Que les historiens de FAM m'excusent et me corrigent si besoin, mieux encore, complètent...
Sujet à manier avec des brucelles amagnétiques pour cause d'évolution en terrain miné Horlogerie & anarchisme jurassiens Merlot
Revenir en haut Aller en bas
Tokage
Membre référent
Tokage

Nombre de messages : 8719
Localisation : Brüsel
Date d'inscription : 22/05/2005

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 10:32

Je n'ai aucune réponse à la question mais je pense que la réponse est sans doute plus compliquée que cela. Qu'en était-il de l'industrie horlogère française à la vieille de la 2e guerre mondiale (et même de la 1re) ? Pouvait-elle se comparer à sa cousine suisse au point de rivaliser avec elle ?

De nombreuses fois, pour expliquer la "supprématie" horlogère suisse, on a invoqué sur le forum la révocation de l'édit de Nantes (1685) qui provoqua un nouvel afflux massif d'artisans, et donc d'horlogers, huguenots vers les terres genevoises, francophones et calvinistes.

La, les guerres mondiales certes, mais n'y a-t-il pas des facteurs à plus long terme ?

Nicolas
Revenir en haut Aller en bas
Boogie
Membre référent
Boogie

Nombre de messages : 6611
Age : 59
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 17/11/2006

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyMer 11 Mar 2009 - 10:49

Ma famille a vécu cette tranche d'histoire, puisqu'également huguenots, mais établis du côté de Tramelan et Tavannes, et tous horlogers depuis la nuit des temps.

En revanche, je ne connaissais pas la question politique qui les animait à cette époque... Rolling Eyes

merci pour cet exposé thumright
Revenir en haut Aller en bas
J Leroy
Membre Actif
J Leroy

Nombre de messages : 65
Localisation : Paris
Date d'inscription : 18/02/2009

Horlogerie & anarchisme jurassiens Empty
MessageSujet: Re: Horlogerie & anarchisme jurassiens   Horlogerie & anarchisme jurassiens EmptyDim 15 Mar 2009 - 20:04

je n'apprend rien mais beau resumet effectivement
Revenir en haut Aller en bas
 
Horlogerie & anarchisme jurassiens
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: