FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour...

Aller en bas 
3 participants
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... Empty
MessageSujet: Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour...   Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... EmptyLun 17 Fév 2014 - 16:16

Citation :
Il est le plus ancien horloger de Brioude. Installé dans son atelier, rue Sébastopol, depuis 1969, Paul Ahond exerce son métier avec passion. Comme si le temps n’avait de prise sur lui.
L'horloger qui avait arrêté le temps

Combien de temps encore ? Des années, des jours, des heures, combien ? Le temps qui reste, Paul Ahond s'en moque un peu. À 75 ans, cet horloger n'imagine pas son présent, ni son avenir, ailleurs que dans « son » atelier. Niché au 15, rue Sébastopol, dans le centre de Brioude, Horlogerie Réparations, le nom de son atelier, est ouvert chaque jour, du mardi au samedi, depuis… 45 ans. « L'atelier n'a pas bougé, explique-t-il. J'aurais bien aimé l'agrandir mais il n'y avait pas la place. Par contre, la devanture a été refaite en 1988. »

Retour en arrière. Paul Ahond naît en 1939, à Saint-Alyre d'Arlanc, petite commune située non loin de La Chaise-Dieu. Mais il grandit à Brioude, et suit sa scolarité à l'école Saint-Julien. Ses parents, tous deux commerçants, tiennent d'ailleurs une mercerie, place Eugène-Gilbert, à proximité.

L'heure a sonné
Passé l'enfance, la question de son avenir se pose. Davantage pour lui que pour un autre : il est né avec « un handicap physique », comme il le résume pudiquement. « Il fallait bien que je fasse quelque chose, alors on m'a orienté vers l'horlogerie. »

En 1958, il intègre donc le centre de formation et d'apprentissage pour handicapés de Melun, en Seine-et-Marne, où il décroche un CAP d'horloger-réparateur.

« Dès que j'ai découvert l'horlogerie, ça m'a plu. Je n'avais jamais pensé à faire cela, mais je ne regrette pas du tout. Ça m'a permis de bien gagner ma vie. C'était valable à l'époque. »

Dès 1962, il commence à exercer en qualité de sous-traitant. Mais ses parents ayant acheté une maison, rue Sébastopol, l'idée de monter son propre atelier fait son chemin : « Il restait deux pièces de libres dans cette maison. Alors on a fait aménager cet atelier. »

Horlogerie Réparations ouvre ses portes en 1969. Petit à petit, il se fait une clientèle. Fidèle, encore aujourd'hui. Jusqu'à l'arrivée massive de l'électronique, il effectue plus d'une dizaine de réparations au quotidien. Montres, pendules, horloges, réveils… « Entre le milieu des années 70, et la fin des années 80, confie-t-il, ça a été une bonne période. »

Une époque où la dimension sentimentale était omniprésente : « Avant on achetait une montre pour une communion, et ça faisait presque toute la vie de la personne. Désormais, elles sont si peu chères que c'est inutile de les faire réparer. L'électronique a tout changé. »

La montre de Zavatta
Alors si sa charge de travail a baissé, la satisfaction d'exercer est toujours présente : « Je suis content de faire plaisir aux gens. Et puis on apprécie quand on travaille sur de belles mécaniques. Enfin, aujourd'hui, il s'agit surtout de changer les piles… »

De ces 45 années d'exercice, il ne garde pas particulièrement de nostalgie. Ou d'anecdotes. À peine mentionne-t-il le célèbre homme de cirque, Achille Zavatta, qui avait apporté sa montre, un jour, dans son atelier.

En fait, cet horloger ne semble pas trop aimer remonter les aiguilles du temps. Car à 75 ans, Paul Ahond vit au présent. Surtout, il n'envisage pas la retraite.

Sa profession, c'est sa passion, son loisir, son lien aux autres : « Sinon, je ferais quoi de mes journées ? Je les passerais devant la télé ? Travailler ici, pour moi, c'est une distraction. Je ne peux rien faire d'autre. Quelqu'un de valide peut aller à la pêche, à la chasse, moi, ce n'est pas mon cas. Alors, tant que j'ai la santé, je continue ! »

Nicolas Ruiz
brioude@centrefrance.com

http://www.lamontagne.fr/auvergne/actualite/departement/haute-loire/brioude/2014/02/16/a-75-ans-paul-ahond-continue-de-travailler-chaque-jour-dans-son-atelier-dhorlogerie_1874935.html

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
tititonio25
Pilier du forum
tititonio25


Nombre de messages : 1669
Age : 39
Localisation : Franche-Comté
Date d'inscription : 12/06/2010

Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... Empty
MessageSujet: Re: Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour...   Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... EmptyLun 17 Fév 2014 - 16:28

Une personne qui serait assurément très intéressante de rencontrer, merci du partage.
Revenir en haut Aller en bas
fly back
Membre référent
fly back


Nombre de messages : 5527
Age : 60
Localisation : ouest
Date d'inscription : 05/09/2006

Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... Empty
MessageSujet: Re: Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour...   Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour... EmptyLun 17 Fév 2014 - 20:08

75 ans assez courant.

98 ans un peu moins:

http://www.horlogerieancienne.com/Page8.htm
Revenir en haut Aller en bas
 
Actu: À 75 ans, Paul Ahond continue de travailler, chaque jour...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu: A Interlaken, «jusqu’à 1000 Swatch sont vendues chaque jour»
» Nouveau La montre du jour des membres de ForumaMontres Chaque jour une montre !
» Celle que les autres remarquent...
» Vous et le très haut de gamme
» Actu : Arnaque sur le web - Travailler au Swatch Group

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: