FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»

Aller en bas 
+5
jacno1977
ViouMouf
Jango32
David123
ZEN
9 participants
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptySam 14 Mai 2016 - 21:42

Citation :
Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»

Patron du pôle horloger de LVMH (Tag Heuer, Hublot, Zenith), Jean-Claude Biver affirme qu'il est impossible de rivaliser avec les montres d'Apple et de Samsung sans sortir de Suisse – il va donc ouvrir une antenne dans la Silicon Valley. Il confirme aussi que Tag Heuer s'apprête à déménager

Jean-Claude Biver n’a aucun doute là-dessus: comparée à d’autres industries, l’horlogerie suisse n’est composée que de «nains». En guise de preuve, une comparaison. Les exportations de montres rouges à croix blanche ont atteint 21,5 milliards de francs en 2015. Sur la même période, Apple a réalisé 53 milliards de dollars (51,4 milliards de francs) de bénéfice net. «Vous voyez: notre potentiel de croissance est colossal», s’emporte le patron du pôle horloger du groupe français LVMH en guise d’introduction.

Rencontré dans son bureau nyonnais, Jean-Claude Biver revient sur le débat sur le «swiss made» pour les montres connectées, confirme que Tag Heuer s’apprête à déménager et détaille la réorganisation en cours chez Zenith. Tout en tapant ponctuellement d’un coup sec sur la table.

Le Temps: Vous comparez les montres suisses au groupe Apple dans son ensemble, mais les deux univers sont sensiblement différents…

Jean-Claude Biver: Oui, mais en Chine par exemple, l’iPhone comme la montre mécanique sont considérés comme des produits de luxe. Et l’on sait comment l’être humain fonctionne: en faisant progresser son niveau de vie, il s’offre d’abord des yogourts, puis de l’eau en bouteille et enfin des produits de luxe. Sachant cela, on peut parier que les ventes de montres suisses vont se développer naturellement avec la croissance du bien-être social dans le monde. Je le dis aux investisseurs: l’industrie horlogère suisse est celle dans laquelle j’investirais aujourd’hui car c’est presque encore une start-up. Il y a une marge de progression importante! Si dans 20 ans nous n’avons pas atteint 50 milliards de francs d’exportations par an, c’est qu’il y a eu un problème quelque part. La pharma ou les machines-outils ne peuvent pas tenir exactement le même discours…

– Pour assurer le développement de l’horlogerie suisse, n’est-il pas important de protéger son plus précieux label? Vous avez pourtant déclaré en marge de Baselworld que le «swiss made» n’était plus si important dans le cas des montres connectés. Vous maintenez ces propos?

– Il y a dans notre pays un lobby qui se persuade que la montre connectée peut être suisse et milite pour cela. Je vois les choses différemment. D’abord répétons une chose: la montre connectée est née en Suisse – avec la Swatch Access, que j’utilisais encore sur les pistes à Verbier en 2004 pour télécharger les abonnements journaliers de ski. Ensuite, tout comme les montres mécaniques (qui se déclinent du simple chronographe au tourbillon), il y a plusieurs types de montres connectées: de la montre mécanique équipée d’une simple puce NFC qui peut ouvrir une voiture et faire des paiements à la montre-téléphone sur laquelle on répond aux WhatsApp et qui nous permet de prendre des appels. En Suisse, nous pouvons faire beaucoup de choses, mais il y a une limite que nous ne sommes pas capables de franchir: réaliser une montre-téléphone comme Apple ou Samsung «swiss made».

– Pourquoi pas?

– Pour faire une telle montre, il faut trois choses: un écran tactile, un système d’exploitation (operating system) et un microprocesseur. Disons que ces trois éléments sont à la montre connectée ce que le mouvement est à la montre mécanique. L’écran tactile, on en trouve sans problème en Suisse. Pour le système d’exploitation, nous pourrions bien sûr demander à n’importe quel étudiant de l’EPFL de nous en concevoir un mais le problème, c’est que le trois-quarts de la planète utilise déjà Android (Google) ou IOS (Apple). Alors qui pourrait s’intéresser à un système d’exploitation suisse? Et développerait des applications dédiées à ce système? Enfin, pour les microprocesseurs, nous les assemblons certes en Suisse, mais ils sont développés par des ingénieurs américains, la plupart du temps. Cela coûterait 4 milliards de francs d’investir dans une usine suisse de microprocesseurs, m’a dit Intel. On peut retourner le problème comme on veut: dans tous les cas, l’un des éléments de l’équation ne sera pas suisse.

– Dans une interview parue récemment dans nos colonnes, le patron de Swatch Group Nick Hayek affirmait qu’il était possible de trouver tous les composants d’une «montre connectée utile pour le consommateur» en Suisse. Et que cela ne servait dès lors à rien de s’adresser à des Américains ou à des Asiatiques pour faire une montre connectée. Que répondez-vous?

– Tout d’abord, si je veux lui répondre quelque chose, je l’appelle avec mon portable et je ne le fais pas via une interview. Ensuite, je n’ai entendu nulle part qu’une société investissait dans la fabrication de microprocesseurs «swiss made» tels que nous en avons besoin pour notre montre, sinon vous pensez bien que cela m’intéresserait. Toutefois, sur le fond, je suis d’accord avec le patron de Swatch Group: l’investissement en Suisse est une chose capitale. Si nous n’innovons pas dans l’horlogerie, nous sommes morts. Il ne faut pas rester figés sur nos lauriers mais innover sans cesse. Car sans innovation, toute notre tradition n’existe plus. A partir de là, je rappelle que Tag Heuer va engager entre 30 et 50 personnes pour assembler ces microprocesseurs chez nous. Rien qu’avec cela, nous allons créer des emplois et effectuer un transfert de technologie en Suisse. Je me sens donc au moins autant patriote que Monsieur Hayek! Ceci dit, il faut aussi comprendre que Swatch Group et quelques autres ont des capacités d’investissements que Hublot ou Tag Heuer n’ont pas. Simplement car nous n’avons pas les mêmes volumes et même chiffre d’affaires.

– Vous avez donc incité la Fédération horlogère (FH) à réviser les critères du «swiss made» dans le cas des montres connectées…

– Oui. Ils m’ont répondu qu’ils allaient étudier la question.

– La Tag Heuer connectée n’est donc pas «swiss made» mais on pouvait lire «swiss engineered» sur ses premiers modèles. Est-ce que l’on vous a fait des remarques?

– Aucune. Pas une seule. Vous savez, pour les marques établies comme la nôtre, je crois que les gens s’en moquent que cela soit marqué «swiss made» ou non sur le cadran d’une montre connectée. Le nom de la marque, seule, suffit comme gage de qualité.

– Où en est la reprise en main de Tag Heuer?

– La marque suit maintenant ses trois nouveaux commandements et tout se passe au mieux. 1: On devra être avant-garde: comme le dit le slogan de la marque «swiss avant-garde depuis 1860». Cela passe notamment par la montre connectée. 2: On devra toujours être la marque du luxe accessible: acheter un chronographe Heuer 01, c’est certes un mois de salaire pour la plupart des gens (4900 francs), mais par rapport à ce que l’on offre, c’est accessible. 3: Nos produits auront toujours une valeur perçue au moins deux fois supérieure au prix en boutique. Le chronographe à 4900 francs, il a l’air d’en valoir 12 000, et c’est le cas pour toutes nos montres.

– On a appris la semaine dernière qu’Intel s’apprêtait à arrêter la production des microprocesseurs Atom, que l’on trouve dans vos montres. Cela vous inquiète-t-il?

– Absolument pas. C’est même plutôt une bonne nouvelle. Il faut comprendre qu’Intel n’est pas seulement un fournisseur, mais surtout un partenaire de Tag Heuer. Nous sommes, ensemble, déjà en train de réfléchir aux nouvelles pièces qui équiperont les Carrera connectées de demain. D’ailleurs, Guy Semon [ndlr: patron de Tag Heuer] passe dix jours par mois chez Intel, ce n’est pas simplement parce qu’ils sont sympathiques. De plus, je suis également en mesure d’annoncer que nous allons ouvrir une antenne de Tag Heuer à la Silicon Valley dès cet été. Ne pas être là-bas, pour nous, ce serait comme prétendre faire de la mode et ne pas être à Milan ou Paris.

– Plus localement… Nous avons entendu que Tag Heuer se sentait à l’étroit dans ses locaux de La Chaux-de-Fonds et envisageait de se faire construire un nouveau quartier général. C’est juste?

– Tout à fait. Actuellement, nous sommes locataires et voulons désormais nous sentir chez nous. Nous avons rencontré les représentants des autorités du canton de Neuchâtel et de La Chaux-de-Fonds encore très récemment et avons jeté notre dévolu sur un nouveau site qui se trouvera au Crêt-du-Locle. Nous avons réservé ce terrain pour construire une manufacture de 15 000 mètres carrés, soit la même surface que nous occupons actuellement. Nous ferons la transition d’ici 4 à 5 ans, quand notre bail actuel arrivera à échéance.

– Comment se portent les ventes de Carrera connectées en Suisse?

– A Neuchâtel, dans le premier point de vente, il s’en est vendu 60 en six heures. Et dans la foulée, ce même détaillant a vendu d’autres modèles Tag Heuer, ce qui est le signe que notre montre connectée peut jouer le rôle de produit d’appel. Nos assembleurs ne vont pouvoir malheureusement qu’en faire 7000 par mois. Nous devons les répartir sur 40 pays où la demande est très forte, alors il y en aura peu en Suisse.

– A la foire de Bâle, vous avez annoncé que Tag Heuer allait commercialiser un tourbillon à 15 000 francs. N’avez-vous pas peur que cela cannibalise ou banalise les tourbillons que vous vendez à 100 000 francs chez Hublot?

– Jamais! Si Hublot ne peut plus vendre un tourbillon car Tag Heuer en fait un aussi, c’est que l’une des deux marques fait très mal son travail. Si quelqu’un achète une Hublot, il achète davantage que le mouvement. Il achète la couleur, le nom, l’originalité… De la même manière, beaucoup de marques vendent des montres connectées à 50 dollars et cela ne cannibalise en rien la Carrera connectée à 1500 dollars.

– Parlons un peu de Zenith… La marque du Locle (NE) est en pleine réorganisation. Cela passera notamment par une quarantaine d’emplois supprimés. Mais est-ce que cette crise vous fait repenser votre stratégie d’approvisionnement?

– Oui, j’amène notamment des synergies. A l’intérieur du groupe, nous avons une société qui fabrique des cadrans pour bon nombre de grands de l’horlogerie. Alors pourquoi Zenith n’achèterait-elle pas non plus une partie de ses cadrans chez nous? Même chose pour les boîtes: une société chez nous fabrique 500’000 boîtes de montres. Pourquoi ne pas en faire également une partie pour Zenith?

– Au Locle, on voit Ricardo Guadalupe (patron de Hublot) assister à tous les comités de direction de Zenith. Que fait-il là?

– Quand j’ai pris les commandes de ce pôle horloger, je lui ai donné trois extensions. J’ai créé un comité industriel, un comité produits et un comité marketing. Ce sont des noyaux durs réunissant des spécialistes de chaque département dont fait notamment partie Ricardo Guadalupe, Guy Semon ou Valérie Servageon. Comme Zenith est en voie de réorganisation, il est normal qu’ils soient présents à ces séances. N’est-il pas évident qu’entre Hublot, Zenith et Tag Heuer, trois manufactures, nous réalisions le plus de synergies possible?

– Certains chez Zenith parlent d’une «mise sous tutelle» de la marque…

– Oui, la marque n’a plus l’autonomie complète qu’elle possédait jusqu’à présent car nous travaillons ensemble – je comprends que notre présence les ait un peu choqués au début, c’était peut-être un peu dur à comprendre. Mais ils restent responsables de leur marque. Et cette situation est aussi bénéfique pour eux: les cigares Cohiba nous ont proposé de s’associer à Hublot, on a poussé le dossier à Zenith. Les Rolling Stones nous ont contactés aussi, nous les avons liés à Zenith. Zenith fait partie de la famille et nous devons jouer tous ensemble.

– Plus généralement, que pouvez-vous nous dire de la marche des affaires des trois marques?

– Tag Heuer dépasse toutes nos attentes. A fin avril, nous sommes à +20% de ventes de montres. A la fin de l’année, j’espère un minimum de +10%. Hublot, nous avons donné un coup de frein volontaire. J’ai demandé à Ricardo Guadalupe de faire de l’année 2016 une année de consolidation. Par contre, Zenith souffre comme le reste de l’horlogerie, principalement à cause de la Chine et des Chinois. Le El Primero [ndlr: calibre-star de la marque] est un produit qui parle essentiellement aux Chinois et ces derniers ne sont simplement plus là.

Le questionnaire de Proust de Jean-Claude Biver

Quel autre métier auriez-vous voulu faire? – Le même.

Votre film préféré? Charlie Chaplin – Les Temps Modernes

La dernière fois que vous avez pleuré? – La semaine dernière au mariage de mon fils

Le bruit qui vous énerve le plus? – Les sonneries des téléphones portables

L’aliment suisse qui vous manque le plus lorsque vous êtes à l’étranger? – Le fromage

La plus vieille chose que vous possédez? – Mon caractère

Il est minuit, quelqu’un frappe à votre porte. Vous pensez immédiatement à..? – Au garde qui a peur car quelqu’un rôde autour de la maison

Si vous étiez un animal? – Le lion. Indomptable, toujours premier et prêt à faire travailler les autres.

Votre plus mauvaise habitude? – Me coucher tous les soirs de bonne heure.

Le profil

1949 Naissance au Luxembourg

1959 Arrivée en Suisse

1982 Achat de la marque Blancpain

1992 Vente de Blancpain à SMH – qui deviendra le Swatch Group

2004 Prend les commandes de la marque Hublot

2014 Devient directeur du pôle horloger du groupe de luxe français LVMH


Le Temps

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
David123
Membre référent
David123


Nombre de messages : 9206
Age : 51
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 28/11/2008

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptySam 14 Mai 2016 - 21:59

Alors quoi,... Jean-Claude Biver ne serai qu'un bisounours euphorique ?

Citation :
... «Vous voyez: notre potentiel de croissance est colossal»...

...l’industrie horlogère suisse est celle dans laquelle j’investirais aujourd’hui car c’est presque encore une start-up.

Mr. Green
Revenir en haut Aller en bas
Jango32
Puits de connaissances
Jango32


Nombre de messages : 4006
Age : 56
Localisation : Ici, faisant face
Date d'inscription : 22/08/2014

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyDim 15 Mai 2016 - 8:49

Impressionnant !!!

L'homme est un habitué des interviews chocs, mais là, il est au sommet de son art. Quelques exemples choisis :

«Vous voyez: notre potentiel de croissance est colossal»
Première qualité du leader : voir grand.
Comparer l'horlogerie Suisse à Apple en terme de marché potentiel... Un génie, personne n'y avait pensé avant. Les gens pensent étriqué... Il faut voir grand.

Oui, mais en Chine par exemple, l’iPhone comme la montre mécanique sont considérés comme des produits de luxe. Et l’on sait comment l’être humain fonctionne: en faisant progresser son niveau de vie, il s’offre d’abord des yogourts, puis de l’eau en bouteille et enfin des produits de luxe. Sachant cela, on peut parier que les ventes de montres suisses vont se développer naturellement avec la croissance du bien-être social dans le monde.
Deuxième qualité du leader : voir loin.
D'aucun disent que la Chine est en crise... Z'ont rien compris. Rien ne vaut une bonne analyse anthropologique et sociologique. L'homme est ainsi fait, quand bien même il soit chinois... Il achètera des montres suisses... c'est obligé, car comme JCB vient de le démontrer, c'est dans sa nature !

...l’industrie horlogère suisse est celle dans laquelle j’investirais aujourd’hui car c’est presque encore une start-up...
...D’abord répétons une chose: la montre connectée est née en Suisse...
Troisième qualité du visionnaire : surprendre.
Là je dis chapeau l'artiste. Fallait oser.

..il y a plusieurs types de montres connectées: de la montre mécanique équipée d’une simple puce NFC qui peut ouvrir une voiture et faire des paiements à la montre-téléphone sur laquelle on répond aux WhatsApp et qui nous permet de prendre des appels..
...nous allons ouvrir une antenne de Tag Heuer à la Silicon Valley dès cet été. Ne pas être là-bas, pour nous, ce serait comme prétendre faire de la mode et ne pas être à Milan ou Paris...
Quatrième qualité du leader : être à la pointe de la technologie.
Vous ne la saviez pas ? JCB a toujours été un geek... Et puis je veux bien voir des photos de "l'antenne" quand elle sera prête... Je suis sur que ce sera très impressionnant.

...Tout d’abord, si je veux lui répondre quelque chose, je l’appelle avec mon portable et je ne le fais pas via une interview...
...Je me sens donc au moins autant patriote que Monsieur Hayek!...

Cinquième qualité du leader : l'humilité.
Il faut savoir discuter d'égal à égal avec ses pairs..

La marque suit maintenant ses trois nouveaux commandements et tout se passe au mieux. 1: On devra être avant-garde: comme le dit le slogan de la marque «swiss avant-garde depuis 1860». Cela passe notamment par la montre connectée. 2: On devra toujours être la marque du luxe accessible: acheter un chronographe Heuer 01, c’est certes un mois de salaire pour la plupart des gens (4900 francs), mais par rapport à ce que l’on offre, c’est accessible. 3: Nos produits auront toujours une valeur perçue au moins deux fois supérieure au prix en boutique. Le chronographe à 4900 francs, il a l’air d’en valoir 12 000, et c’est le cas pour toutes nos montres.
Sixième qualité du leader : donner des directives claires.
Bah... Tag Heuer c'est peut être cher (un mois de salaire ça va hein ?)... mais pour ce que c'est, c'est donné. Nos produits, ils ont l'air de valoir 3 fois plus !
Une leçon de marketing. J'ai jamais lu un truc pareil. En gros, si Tag Heuer ne décolle pas, c'est que les Suisses (qui ont du fric hein  Mr. Green ) et ben ils sont pas patriotes parce que quand même, JCB il développe l'emploi en local. Alors ils peuvent faire un petit effort et acheter ces produits au prix ridicule qu'on leur propose, alors qu'on pourrait les enfler du double ou du triple !

... On a appris la semaine dernière qu’Intel s’apprêtait à arrêter la production des microprocesseurs Atom, que l’on trouve dans vos montres..
... Guy Semon [ndlr: patron de Tag Heuer] passe dix jours par mois chez Intel, ce n’est pas simplement parce qu’ils sont sympathiques...

Septième qualité du leader : savoir s'entourer.
Voilà qui est rassurant. On parle d'obsolescence programmée des montres connectées. Avec Tag et Intel, ce concept est dépassé. On passe à l'obsolescence annoncée. Là au moins, les acheteurs ne sont pas pris pour des pigeons. On leur dit clairement : achetez notre produit électronique, c'est beau, ça coute pas si cher que ça, mais bon au bout d'un an on ne fabrique plus les composants... Du délire.
Mais vous inquiétez pas, y a Guy qui est chez le fournisseur... y va régler tout ça, ça va s'arranger. Tag n'a pas peur d'Intel, c'est un petit fournisseur qui ne fait que 55 Milliards de Dollars de chiffre d'affaire annuel... on les tient !

Bon, après passons rapidement sur l'idée d'investir dans des bâtiments (c'est sûr que c'est la chose à faire dans une industrie qui marche très bien, et dont les perspectives de développement sont au plus haut), les différentes leçons de management données aux marques du groupe (ils doivent être content les DG des autres marques de voir déballé dans la presse comment le grand patron leur explique la vie, ça motive toujours ça)...

Bref un grand moment par un grand monsieur.
Pas certain qu'ils soient super satisfaits chez LVMH de voir sortir une telle interview.
Sans faire dans le jeunisme, je me demande si vraiment, vraiment JC Biver, bientôt 70 ans, malgré toutes ses qualité de leader est l'homme de la situation pour incarner le futur de l'horlogerie suisse...

JC Biver ou le combat de trop ? cela aurait pu être le titre de l'article
Revenir en haut Aller en bas
ViouMouf
Nouveau



Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 13/12/2014

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyDim 15 Mai 2016 - 12:29

« – Vous avez donc incité la Fédération horlogère (FH) à réviser les critères du «swiss made» dans le cas des montres connectées…
– Oui. Ils m’ont répondu qu’ils allaient étudier la question. »
MAIS AU FAIT QU’ELLE EST LA QUESTION POSEE A LA FH ?
1) S’AGIT-IL DE REDEFINIR UN SWISS MADE POUR DES OBJETS DE CLASSE 14 (DONT horlogerie et instruments chronométriques) OU POUR DES OBJETS DE CLASSE 9 (DONT équipements de traitement de données ; ordinateurs ; tablettes électroniques ; ordiphones [smartphones] ; liseuses électroniques ; logiciels de jeux ; logiciels (programmes enregistrés) ; périphériques d'ordinateurs ; détecteurs)  OU MEME POUR UNE NOUVELLE CLASSE « MAISON BIVER » A CREER.
2) S’IL S’AGIT DE LA CLASSE 14, ALORS TOUT EST A REFAIRE. LE SWISS MADE DE L’HORLOGERIE S’ECROULE. LA NOTION DE MOUVEMENT D’UNE MONTRE CONNECTEE DISPARAIT, PLUS RIEN DE L’ORDONNANCE FEDERALE DE 23 DECEMBRE1971 N’EST PERTINENT. CE SERAIT D’AILLEURS PEUT-ETRE UNE BONNE CHOSE POUR CERTAINES MARQUES QUI N’AURAIENT PLUS D’ETATS D’AME A VENDRE DES MONTRES SWISS MADE EQUIPEES DE MOUVEMENTS DE CONCEPTION D’ORIGINE ETRANGERE.
3) S’IL S’AGIT DE LA CLASSE 9, ALORS S’APPLIQUE LE REGLEMENT GENERAL DU SWISSNESS (HORS DE L’ACTUELLE OU LA FUTURE ORDONNANCE D’APPLICATION A L’HORLOGERIE) ET BIEN SAVANT EST CELUI QUI POURRA ATTRIBUER LE SWISS MADE AUX PRODUITS DE CETTE CLASSE.

« Tag Heuer dépasse toutes nos attentes. A fin avril, nous sommes à +20% de ventes de montres »
MAIS AU FAIT, EST-CE UNE PROGRESSION EN QUANTITE OU EN VALEUR ?

« - Je comprends que notre présence les ait un peu choqués au début, c’était peut-être un peu dur à comprendre.
- 2014 Devient directeur du pôle horloger du groupe de luxe français LVMH »
MAIS AU FAIT, S’ILS ONT ETE CHOQUES AU DEBUT EN 2014, LES GENS DE ZENITH AURAIENT DEJA DU S’EN REMETTRE EN CONSIDERANT LES PROGRES REALISES CHEZ ZENITH LORS DE CES 2 DERNIERES ANNEES « BIVER »

« - Plus localement… Nous avons entendu que Tag Heuer se sentait à l’étroit
- Nous avons réservé ce terrain pour construire une manufacture de 15 000 mètres carrés, soit la même surface que nous occupons actuellement »
MAIS ALORS, A L’ETROIT OU A L’AISE ?

« Actuellement, nous sommes locataires et voulons désormais nous sentir chez nous. »
MAIS OU DONC LE COMITE D’INVESTISSEMENT DE LVMH A-T-IL BIEN PU TROUVER LE MOINDRE PAY BACK D’UN INVESTISSEMENT DONT L’UNIQUE RAISON D’ETRE (EVOQUEE) EST AUSSI SURPRENANTE ?
REGARDONS PLUTOT DU COTE DES TAUX D’INTERETS NEGATIFS EN SUISSE. MAIS ATTENTION AUX CHANGEMENTS DE CONJONCTURE, QUAND LES SURFACES INDUSTRIELLES SERONT SURABONDANTES A LA CHAUX DE FONDS, PEUT-ETRE MEME AVANT LA POSE DU BOUQUET SUR LE BATIMENT !
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyDim 15 Mai 2016 - 16:36

Cette interview remet l'église au milieu du village et pourquoi pas des Tag Heuer made in USA et d'autres Swiss Made?

JCB énonce pas mal de vérité et l'une sous-jacente : Que fout Swatchgroup depuis 2004 ? Très très habile !

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
jacno1977
Passionné de référence
jacno1977


Nombre de messages : 3541
Localisation : Lyon
Date d'inscription : 15/03/2016

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyDim 15 Mai 2016 - 17:39

Jean Claude Biver possède une carte de visite impressionnante, ce personnage, le moins qu'on puisse dire, est crédible.
C'est évident qu'on peut se demander ce que fait Swatch Group depuis 2004, à l'avant garde il y a 12 ans, aujourd'hui, on dirait que ce groupe est en suspension, en attente. Parce que si il a une marque, il me semble, qui pourrait se positionner dans la montre connectée, c'est bien Swatch, j'ai lu quelque part que Swatch cumule des brevets dans le domaine de la montre connectée, mais pour quoi faire ?
Qu'est ce qu'ils attendent pour proposer quelque chose dans ce domaine ?
Ils seraient bien inspirer de ne pas entendre, mais d'écouter un peu plus attentivement ce que dit Jean-Claue Biver.
Ceci dit, en lisant cet interview, on voit quelque peu un décalage entre le français et le Suisse, en France, nous ne sommes pas encore si nombreux que ça, à avoir comme salaire, 4900 francs Suisses par mois..
De plus, affirmer que ses montres offrent un perçu qualité le triple de ce qu'elles sont vendues, là je ne suis pas du tout d'accord.
J'ai vu une Tag Carrera Calibre .. ( je sais plus ), je trouvais au contraire que la finition était moindre que la plupart des montres de ce prix, elle faisait montre "cheap".
Comme quoi, il y a du vrai dans ce ce qu'il dit, c'est sur, mais il y a aussi une belle partie de poker qui se joue entre tous ces grands magnats de l'horlogerie, avec, à mon avis, beaucoup de bluff, or c'est un peu le ressenti que j'ai sur les montres à Biver ( enfin de son groupe ), peut être les marques esbroufe, c'est pas vraiment un compliment. J'ai essayé une Hublot à près de 10 000 euros, j'avais plutôt le sentiment inverse, la montre devrait en valoir 3000 euros... Enfin, pas de soucis, ce sont les débats, qui vivra verra, en tout cas, pas complètement convaincu.
Revenir en haut Aller en bas
Stam
Membre Actif
Stam


Nombre de messages : 87
Localisation : France
Date d'inscription : 27/08/2007

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyLun 16 Mai 2016 - 16:12

Jango32 a écrit:
[... ]Sans faire dans le jeunisme, je me demande si vraiment, vraiment JC Biver, bientôt 70 ans, malgré toutes ses qualité de leader est l'homme de la situation pour incarner le futur de l'horlogerie suisse...

+1. Tu résumes parfaitement ma pensée.

Se comparer à Apple pour le marché potentiel est absurde.
Le smartphone est une nécessité à l'heure actuelle, y compris dans les pays en voie de développement.

En supposant que tout le monde (en Chine et ailleurs) ait besoin d'un smartphone et d'une montre:
- au niveau prix: entre un smartphone bas de gamme et un iphone, il y a globalement un facteur 7.
- entre une montre à quartz bas de gamme et une mécanique suisse de luxe, il y a minimum un facteur 1000.

Bilan: la montre suisse de luxe ne sera pas une priorité pour grand monde; alors que les gens prêts à acheter un smartphone auront toujours espoir d'économiser pour se payer un iphone: ce luxe reste accessible.

Il faut faire la différence entre les objets incontournables (qui existent en version luxe) et les objets "superflus" (qui eux aussi, tels les montre, existent en version luxe).

my 2 cents.
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyLun 16 Mai 2016 - 16:41

La modernité des idées n'a pas d'âge. JC Biver est bien plus jeune que nombre de trentenaires.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ViouMouf
Nouveau



Nombre de messages : 29
Date d'inscription : 13/12/2014

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyMar 17 Mai 2016 - 5:42

Il y a dans l’interview de JC BIVER un immense écart entre deux grandeurs qui n’aide pas à la compréhension de sa stratégie :
1) « Cela coûterait 4 MILLIARDS DE FRANCS d’investir dans une usine suisse de microprocesseurs »
2) « Car sans innovation, toute notre tradition n’existe plus. A partir de là, je rappelle que Tag Heuer va engager entre 30 ET 50 PERSONNES pour assembler ces microprocesseurs chez nous. »
Revenir en haut Aller en bas
Jango32
Puits de connaissances
Jango32


Nombre de messages : 4006
Age : 56
Localisation : Ici, faisant face
Date d'inscription : 22/08/2014

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyMar 17 Mai 2016 - 10:00

ZEN a écrit:
La modernité des idées n'a pas d'âge. JC Biver est bien plus jeune que nombre de trentenaires.

Ce n'est pas parce qu'on a réussi dans un domaine, qu'on va nécessairement réussir dans un autre.

Ce qu'a pu faire JCB avec succès dans le domaine de l'horlogerie mécanique, n'a rien à voir avec ce qu'il veut faire dans le domaine de l'électronique.
Deux logiques industrielles différentes. Gérer des petits sous-traitants captifs depuis des années dans un bassin d'emploi très localisé, n'a rien à voir avec réussir des accords de partenariat avec des entreprises mondialisées dont la force de frappe est 10 à 100 fois supérieure. Intel n'a pas besoin de TAG pour se développer. C'est un axe de diversification parmi tant d'autres; ils peuvent décider d'arrêter du jour au lendemain si ça les chante.
L'horlogerie mécanique, c'est le temps long. L'électronique, c'est le temps court. Et ça, cela se décline sur toute la chaine de production et de ressenti de la valeur par les clients.
Ce qu'on peut lire dans cet article, quant à sa vision industrielle, ne me rassure pas du tout sur sa capacité à maitriser cette chaine.

Maintenant, on n'en sait que ce que JCB veut bien nous dire. Et bien évidemment, c'est déformé par sa façon de s'exprimer qui part dans tous les sens (lyrisme exagéré, incohérence parfois, ego sur-dimensionné) et brouille très certainement la stratégie de l'entreprise.

En tout cas, que ça marche ou pas, ce sera une aventure intéressante à observer, et peut être plus tard une étude de cas de stratégie d'entreprise brillante... ou catastrophique.
Revenir en haut Aller en bas
Manivel
Membre éminent.
Manivel


Nombre de messages : 15083
Localisation : proximité Genève
Date d'inscription : 12/11/2009

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyMar 17 Mai 2016 - 13:48



Citation :
Jean-Claude Biver: Oui, mais en Chine par exemple, l’iPhone comme la montre mécanique sont considérés comme des produits de luxe. Et l’on sait comment l’être humain fonctionne: en faisant progresser son niveau de vie, il s’offre d’abord des yogourts, puis de l’eau en bouteille et enfin des produits de luxe. Sachant cela, on peut parier que les ventes de montres suisses vont se développer naturellement avec la croissance du bien-être social dans le monde. Je le dis aux investisseurs: l’industrie horlogère suisse est celle dans laquelle j’investirais aujourd’hui car c’est presque encore une start-up. Il y a une marge de progression importante! Si dans 20 ans nous n’avons pas atteint 50 milliards de francs d’exportations par an, c’est qu’il y a eu un problème quelque part.


Heuuu... les pays pauvres se développent mais les pays riches s'appauvrissent.
Je ne suis pas sur que le niveau d’équilibre s'adresse au luxe.
Quand j’étais jeune les potes et moi on avait tous une bagnole et un boulot. C'est très loin d'être le cas aujourd'hui...

Citation :
– Vous avez donc incité la Fédération horlogère (FH) à réviser les critères du «swiss made» dans le cas des montres connectées…

Pas d'accord: quand on est convaincu que l'on ne peut pas faire un produit en Suisse on ne pense même pas a l'estampiller suisse made, et encore moins de faire en sorte qu'il le soit pour en profiter d'un point de vue qui est donc purement marketing.

Citation :
– Oui. Ils m’ont répondu qu’ils allaient étudier la question.

Ah bin oui mais si il baissent leur froque a la française aussi... Rolling Eyes

Citation :
– Aucune. Pas une seule.

Impossible! clown
Surtout que la montre n'est pas du tout swiss ingeneered.

Citation :
2: On devra toujours être la marque du luxe accessible: acheter un chronographe Heuer 01, c’est certes un mois de salaire pour la plupart des gens (4900 francs), mais par rapport à ce que l’on offre, c’est accessible. 3: Nos produits auront toujours une valeur perçue au moins deux fois supérieure au prix en boutique. Le chronographe à 4900 francs, il a l’air d’en valoir 12 000, et c’est le cas pour toutes nos montres.

La ça se passe de commentaires effectivement... Rolling Eyes

Citation :
Ne pas être là-bas, pour nous, ce serait comme prétendre faire de la mode et ne pas être à Milan ou Paris.

Curieuse vision tout de même... il faut innover et en même temps aller chercher ce qui existe plutôt que de le développer soit même. Incompréhensible
Faudrait peut être commencer par faire un calibre mécanique maison... mais ce n'est manifestement plus d'actualité.

Citation :
– A Neuchâtel, dans le premier point de vente, il s’en est vendu 60 en six heures. Et dans la foulée, ce même détaillant a vendu d’autres modèles Tag Heuer, ce qui est le signe que notre montre connectée peut jouer le rôle de produit d’appel. Nos assembleurs ne vont pouvoir malheureusement qu’en faire 7000 par mois. Nous devons les répartir sur 40 pays où la demande est très forte, alors il y en aura peu en Suisse.

Et en vendre 200000 en 2017? Incompréhensible

Sur le reste il a une vision assez pragmatique du développement de l'entreprise. Et force est de constater que l’horlogerie traditionnelle est mise a mal ce temps ci... cependant c'est bien elle qui traverse les époques.
Attention a ne pas trop investir dans ce qui est encore une niche qui pourrait s'avérer éphémère au détriment d'une tradition qui fait vendre depuis des siècles.
Revenir en haut Aller en bas
Chirouille
Animateur
Chirouille


Nombre de messages : 879
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 16/12/2012

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyMar 17 Mai 2016 - 21:08

Juste une précision: aucun produit Apple n'est fabrique aux USA. Et Apple n'y rapatrie même pas ses bénéfices pour ne pas y payer d'impôts.
Le modèle Apple pour le swiss made n'est pas forcément la panacée Mr. Green

Biver a probablement été un très bon manager de période de croissance, je ne suis pas que cela en soit un de période de crise.
Revenir en haut Aller en bas
francis28
Animateur
francis28


Nombre de messages : 1068
Localisation : Asie du Sud-Est
Date d'inscription : 26/08/2008

Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  Empty
MessageSujet: Re: Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»    Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»  EmptyJeu 19 Mai 2016 - 16:45

Chapeau bas a JCB, un homme talentueux au mieux de sa forme. Un exemple pour les jeunes generations. Chinois
Revenir en haut Aller en bas
 
Actu Jean-Claude Biver: «La montre connectée est née en Suisse»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu: La Suisse demain, par Jean-Claude Biver
» Scoop : Jean-Claude Biver va devenir Suisse ;-)
» Actu : Jean-Claude Biver devient Suisse le 7 septembre
» Actu: Jean-Claude Biver veut lancer une montre téléphone
» Actu: Jean-Claude Biver: «Il ne faut jamais séparer une montre de son histoire»

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: