FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps Empty
MessageSujet: Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps   Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps EmptyJeu 4 Nov - 19:42

Citation :



Maurice Gorgy. Maître du temps




Maurice Gorgy a créé Gorgy timing, une PME basée à La Mûre et reconnue mondialement pour la distribution d'heure, la synchronisation horaire et la datation (photo Gilles Galloyer - Studio Jamais vu !).

Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps 106012_gorgy1-20101021-jd381_224x180

Homme posé et malicieux, Maurice Gorgy a su bâtir une PME de renommée internationale, en innovant dans le métier de ses aïeuls, l'horlogerie. Aujourd'hui, il se prépare à passer le flambeau à ses enfants.

Anne-Gaëlle Metzger


«J'ai été désigné. Je n'ai pas choisi, mais c'est devenu une passion!» Maurice Gorgy, fondateur de Gorgy timing, explique ainsi son entrée dans le métier familial. Fils et petit-fils d'horlogers bijoutiers grenoblois, il se devait de prendre la suite car «les enfants faisaient la retraite des parents». Il arrête très tôt l'école mais souhaite se former. «Autodidacte, j'ai dû travailler plus que les autres pour rattraper le manque d'études.» À tel point qu'il devient le plus jeune maître horloger de France, quelques semaines avant ses 25 ans.

Saga familiale
Quelques années plus tard, en 1974, il crée Gorgy timing avec son épouse, Monique. À partir de là, sa vie et celle de sa famille se confondent avec celle de la société. Le choix même de la dénomination «sert à être plus engagé; mais c'est une lourde responsabilité sur votre nom... Tout était mélangé, la famille et le travail. Nous avons eu une belle vie, même si elle a été pleine de soucis. Nous avons débuté avec 10.000€, à peine, se rappelle le dirigeant. Quand on commence si petit, on croise toutes les embûches... Nous avons perdu un fils âgé de quatre ans; ça s'est répercuté sur la vie de l'entreprise: les banquiers en ont profité pour nous couper les crédits... Passer une telle épreuve demande du courage et une famille très unie. L'avantage de travailler en couple, c'est de pouvoir s'épauler. Mais travailler dans la même entreprise, ce n'est pas être ensemble dans la journée! Ma femme a la partie ingrate: l'administratif, les finances. Je m'occupe des filiales, en Espagne, Allemagne et Chine; je voyage beaucoup. Je ne m'ennuie jamais, donc je tiens le coup!» Aujourd'hui, la saga se poursuit avec ses deux enfants: Nicolas, 30ans, directeur opérationnel, et Amandine, 31ans, responsable marketing et communication. «Je n'ai jamais eu de problème avec mes gamins. Nous avons une bonne complicité et du respect. Si je raisonnais financièrement, j'aurais eu intérêt à vendre la société. Mais c'est leur choix de la reprendre.» Le leur, mais sans doute aussi le sien car il apprécie que la société n'ait que des capitaux familiaux. «Je ne souhaite pas faire appel à des financiers qui détruisent l'emploi et l'innovation, affirme Maurice Gorgy. Je préfère rester plus petit mais indépendant. La deuxième génération mènera l'entreprise plus loin; mes enfants feront certainement différemment de moi.» Car à 68 ans, Maurice Gorgy prépare sa succession. «Mon épouse a 65ans et prendra sa retraite cette année, elle sera moins présente. Je suis moi-même à la retraite depuis 2002, même si je cumule avec la direction de l'entreprise; mais je m'éloigne de plus en plus. Ça ne me pèse pas trop pour l'instant et ça rassure les enfants...» Actuellement, la société embauche un directeur technique et un gestionnaire pour «avoir des bases solides et que les enfants se consacrent à leur métier. Ils ont 30ans, mais pour être crédibles, ils doivent atteindre 35ans!» Maurice Gorgy se consacre principalement au développement de la Chine, où il est va tous les deux mois. «Je continuerai tant que je peux voyager. D'autant plus que les cheveux blancs sont bien vus là-bas!»

Reconnaissances
Il lui est sans doute également très difficile de quitter «l'horlogerie, un secteur passionnant à la base de beaucoup d'innovations». D'autant plus quand on croise ses propres horloges dans les gares et aéroports du monde entier. «La première fois, à Madrid, nous avons eu un choc avec ma femme, ça fait quelque chose. Maintenant, on n'y fait plus attention; il devrait même y en avoir plus, partout!» Cet engagement et cette passion pour l'horlogerie ont valu deux reconnaissances à Maurice Gorgy. «La norme Afnor a été impulsée par Gorgy timing, se rappelle le dirigeant. C'est une vraie reconnaissance de mes pairs, d'autant plus qu'à l'époque, les professionnels ne voulaient pas de normalisation. Quant à la Légion d'honneur, j'ai été surpris. La demande vient du Comité Richelieu. Je l'ai acceptée, mais je ne sais pas si je l'ai méritée...»




«La France manque d'entreprises de taille intermédiaire»





Maurice Gorgy livre sa vision sur le développement des PME en France et l'entrepreneuriat à la chinoise.
Vous êtes membre du Comité Richelieu depuis une quinzaine d'années. Pourquoi?
À sa création en 1989, il s'agissait d'un regroupement de PME qui travaillaient avec l'armée et faisaient pression auprès des services achats. Et puis le Comité s'est tourné vers les PME innovantes. Je trouve la démarche intéressante: ça évite aux PME d'être les sous-traitants des grands. La PME est reconnue en tant que telle. Ça marche puisque le Pacte PME a été signé en 2005 avec Oseo. Pour ma part, je suis dans la commission Exportation. Le but? Quand la PME innove, qu'elle exporte. Sans innovation, pas besoin d'exporter. Et je me fais plaisir! Avec tout ce que j'ai galéré, j'apporte des outils aux PME, des mises en contact. Par exemple, en ce moment, nous préparons un projet réunissant les grands groupes de Rhône-Alpes avec les PME innovantes de la région: ça devrait bien marcher!
Pensez-vous que les PME sont suffisamment soutenues?
En France, on vient de s'apercevoir que les grands groupes doivent travailler avec les PME... Il y a aujourd'hui trop de PME de 50 personnes et pas assez d'entreprises de taille intermédiaire (ETI). Au-delà de 50 personnes, la PME rencontre des difficultés puis se fait racheter par un grand groupe. Il faut alors se battre si l'on veut rester familial. Lors de nos difficultés en 2002, on n'a jamais autant innové et développé d'actions chez Gorgy timing. Ce n'était pas le moment de faire des économies, sinon il est difficile de remonter ensuite. Il manque peu en France pour que tout fonctionne bien! Le gouvernement, les Régions, tous devraient bien travailler sur les PME et les ETI. C'est vraiment dommage... L'Allemagne, l'Espagne, l'Italie ont su le faire. Il y a vraiment des choses à faire en France, surtout que nous sommes innovants. Mais on s'arrête en cours de chemin car nous ne sommes pas assez collectifs. En Chine, au contraire, ils sont trop collectifs, ce qui entraîne des pertes de productivité...
Gorgy timing est implantée en Chine depuis plusieurs années. Quel regard portez-vous sur ce pays?
En France, le personnel est bien formé, les gens sont compétents et assez productifs. Mais en Chine, ils ont toujours le sourire et l'envie de progresser. Les Chinois ont une envie d'apprendre, ils sont émerveillés de tout et ils font preuve d'une grande gentillesse. Je regrette de ne pas avoir été en Chine plus tôt. Il faut bien dix ans et beaucoup de voyages pour connaître le pays. Mais pour s'implanter, il est impératif d'avoir un partenaire chinois. Chez Polaris (NDLR: la joint-venture), face à moi j'ai des fonctionnaires, des vrais, très mal payés, mais ça se passe bien; et l'État se désengage progressivement... Les gens font tout pour nous être agréables, une fois franchi le mur de la méfiance. Mais ce qui est terrible, c'est qu'il faut beaucoup boire. Mon épouse ne s'est pas méfiée: la première fois, elle est restée trois jours dans le coma. Eux, ça leur permet de connaître les gens! Maintenant, j'ai passé un cap, je suis devenu ami avec le président de Polaris.













http://www.lejournaldesentreprises.com/editions/38/actualite/rencontre/maurice-gorgy-maitre-du-temps-05-11-2010-106012.php

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu : Maurice Gorgy. Maître du temps
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu : Encore maître du temps
» Actu: Quand la science devient maître du temps
» Maurice FRONTEAU Maitre artisan horloger; devoir de mémoire?
» SCH rencontre le maître du temps
» Actu : Biver LE TEMPS QUI PASSE, LE TEMPS QUI RESTE

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: