FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Seiko

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 55001
Date d'inscription : 05/05/2005

Seiko Empty
MessageSujet: Seiko   Seiko EmptyDim 23 Avr - 5:31

Sujets Seiko

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 55001
Date d'inscription : 05/05/2005

Seiko Empty
MessageSujet: Le Chronographe suisse d’un pilote japonais de la seconde guerre mondiale   Seiko EmptySam 27 Mai - 3:30

Le Chronographe suisse d’un pilote japonais de la seconde guerre mondiale.







Seiko Longin14


Seiko Kamika10



L’histoire de l’horlogerie recèle de nombreuses surprises. On sait que les grandes maisons d’horlogerie suisses ont livré de manière quasi universelle l’ensemble des armées. On connait moins les liens qui peuvent réunir des mouvements suisses avec emboitages japonais. Ce qui semble être une rencontre du troisième type eut pourtant bien lieu même si très peu de pièces peuvent aujourd’hui en témoigner.

Le mariage des mouvements suisses et des boites japonaises

     
On ne sait que relativement peu de choses sur les équipements en montres des Tokkotaï, ces pilotes kamikases des forces armées aériennes japonaises de la seconde guerre mondiale, prêts à donner leur vie pour aller détruire des cibles militaires avec leur avion.
Le plus grand horloger japonais, la firme Seikosha Clock Company universellement connue pour sa marque de montres « Seiko » a largement équipé l'armée japonaise. Montres bracelets, chronographes bracelets, montres de poche et chronographes de poche avec ou sans complication rattrapante ont servi l'ensemble des corps d'armée et en particulier, les pilotes d'avions militaires.

Seiko Longin15


Il reste assez peu des montres de cette époque utilisée par les militaires japonais au regard des volumes fabriqués et distribués. Le plus étonnant est de voir quelques décennies après la guerre, réapparaître des montres dotées de mouvements suisses et emboitées par la Seikosha Clock Company. S'il semble bien que Seiko ait eu à superviser toutes les montres livrées aux armées nippones, il apparaît aussi que plusieurs firmes suisses ont été mises à contribution pour équiper les avions davantage que les pilotes, si l'on considère que les équipements étaient affectés à un appareil et non à un militaire.

Seiko Longin17


Beaucoup des montres concernées entrent dans la catégorie des chronographes mais ce sont aussi parfois des chronomètres à trois aiguilles. Les fabricants suisses concernés sont prestigieux. Ulysse Nardin, Longines, Zenith, Tavannes, Excelsior Park, Stauffer et quelques autres. La puissance aérienne japonaise était une composante de l'Armée et de la Marine. Les besoins étaient immenses au regard de l'engagement de l'armée japonaise dans le conflit. Il est encore aujourd'hui très difficile d'éclaircir comment les firmes suisses ont fourni des pièces d'horlogerie au japonais. Bizarrement, on ne retrouve pratiquement aucune trace de contrats et les livres des marques ne mentionnent bien souvent que des « Commandes spéciales » ou des « Livraison à tiers » sans que ceux-ci ne soient identifiés. Il est vrai qu’il en est ainsi pour la plupart des livraisons aux armées.

Seiko Longin16
 

En outre, les grandes firmes horlogères encore existantes répugnent à distribuer ce type d'informations aussi taboues que la livraison de montres à l'armée allemande. Ce qui est clair est que certaines maisons suisses ont vu leurs calibres "copiés" par Seiko. Certaines manufactures livraient des montres complètes et d'autres uniquement des calibres que la Seikosha Clock Company emboitait comme les Américains emboitaient des mouvements suisses.


Un chronographe exceptionnel pour une précision exemplaire



Longines a ainsi livré quelques mouvements de chronographes de poche 19-73 N. Ce calibre était alors l'un des meilleurs chronographes distribués. Les boites signées SKS témoignent de l'origine nipponne de l'emboitage. Le très rare exemplaire présenté ici est gravé en japonais sur le fond : « Japanese Air Force (ku hei) #934 ».

Seiko Japane10

Longtemps conservé dans le tiroir d'un amateur américain, il a subi l'éloignement dû à la rancœur conservée par les anciens combattants américains à l'égard des armées japonaises. Il peut aujourd'hui à l’heure de l'apaisement entre les peuples, témoigner de la précision avec laquelle les pilotes devaient exercer leur activité. Le choix de Longines n'est pas neutre en effet. Ces pièces étaient à la seconde près. Il aurait eu toutes les chances de disparaitre avec le pilote de l'avion "934". Les kamikazes périssaient souvent dans un déluge de feux dans la carcasse de leur avion. Sans doute ce Tokkotaï s'en est-il sorti et fut-il prisonnier des Américains qui lui extorquèrent sa montre chronographe. Nul ne peut aller plus loin sur son sort.

Seiko Kamika11

Longines a produit cet exemplaire de calibre en 1927. Longines présenta en 1878 son premier mouvement de chronographe simple monopoussoir, le 20 H, puis, en 1897, son mouvement 19-73 à compteur instantané. La version 19-73 N fut présentée quant à elle, en 1909. Il sera fabriqué jusqu'en 1927. C'est un calibre de 19 lignes qui émerveille encore aujourd'hui pour sa qualité et qui fut produit en différentes versions, dont une à rattrapante et même une à haute fréquence de 36 000 alternances/heure. Le saut instantané du compteur des minutes, les côtes de Genève, le rhodiage, les qualités fonctionnelles des roues et engrenages en font un calibre d'exception.

Seiko 5-kami10

Il est probable que la livraison à l'armée japonaise soit intervenue dans le courant des années 1930. La marine japonaise s'équipe alors de pièces d'horlogeries d'origines diverses et dote chaque appareil volant et navire, d'instruments de mesure du temps destinés à entrainer les forces armées à des actions cadencées et synchronisées. C'est l'heure du pilote et la durée estimée des missions qui vont conditionner son action. Le besoin en chronographes est alors extrêmement important. Les Suisses livrent ce qu'ils ont en excédent dans un contexte assez discret, neutralité oblige. L'accent est mis sur la précision des pièces ce qui induit un empierrement d'au moins 17 rubis et des modèles de mouvements plutôt assez larges de 19 lignes. Les Japonais testent tant qu'ils peuvent les montres suisses dont ils disposent de très petites quantités. Le calibre de chronographe Seiko sera fabriqué un peu plus tard, à partir de 1939 et sera très inspiré du modèle Ulysse Nardin.

Longines interrogé il y a quelques années par un collectionneur américain indiquait «Nous avons envoyé un seul mouvement, le 28 juin 1941 à MM. Hattori, qui étaient notre agent au Japon à cette époque. C'est un calibre 18.72 chronographe ". Il n'y a pas de raison de douter de la recherche effectuée par Longines. Il est probable que l'approvisionnement des Japonais ait transité par une autre source qui se faisait livrer des kits calibres/cadrans/aiguilles. En effet, Albert Wittnauer C° importait et distribuait des montres Longines sur le territoire américain où il faisait emboiter des calibres suisses faute de pouvoir y importer des montres terminées en raison des lois protectionnistes américaines.


Seiko Kamika12


Si Longines n'a probablement pas livré plus de calibres que la firme ne le reconnait, c'est que les mouvements ont été prélevés sur d'autres marchés que la maison suisse ne maîtrisait pas nécessairement. Il est donc logique de retrouver aujourd'hui des mouvements de chronographes Longines emboités par Seiko avant et durant la seconde guerre mondiale. La finition rhodiée du mouvement conforte le principe d'une fabrication davantage orientée initialement vers le marché nord-américain.

La rareté de cet assemblage d'une boite japonaise et d'un calibre suisse en font une pièce historique d'autant plus si les Américains sont intervenus pour la livrer aux Japonais. Une telle pièce ne peut que susciter l’émotion. Elle parle d’elle-même et raconte sa propre histoire. Un nom de fabricant, un numéro de série, une référence de mouvement, une marque sur la boite, une gravure militaire et une complication suffisent à livrer à travers le temps le message du passé de cette montre.


Droits réservés - Forumamontres- Joël Duval - Mai 2017

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Seiko
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères :: Les Thèmes de l'Admin-
Sauter vers: