FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Ebel

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54423
Date d'inscription : 05/05/2005

Ebel  Empty
MessageSujet: Ebel    Ebel  EmptySam 16 Déc - 3:30

Sujets sur les montres Ebel

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54423
Date d'inscription : 05/05/2005

Ebel  Empty
MessageSujet: Ebel : Des poignets à la poche   Ebel  EmptySam 16 Déc - 3:31

Ebel : Des poignets à la poche




Ebel  25_ebe10

Ebel est née avec les montres bracelet quand en 1911, un couple formé par Eugène Blum et Alice Lévy a créé à La Chaux-de-Fonds en Suisse, une manufacture de montres. Lui, Eugène était détenteur du savoir faire technique, elle, Alice, se passionnait pour la mode, le design et l'esthétique. Elle donna à Ebel une fibre de modernité et d'originalité par des créations audacieuses et se démarquant de la concurrence. Il faut dire que le début du siècle fourmillait de maisons horlogères en pleine expansion dans un monde où l'heure devenait un bien que chacun voulait s'approprier. La volonté de détenir individuellement l'heure juste allait de pair avec le développement industriel au point de créer une demande de la part du public à l'égard de montres fiables et précises.
La généralisation de l'échappement à ancre 50 ans plus tôt avait considérablement contribué à l'essor de l'horlogerie en facilitant la production industrielle de pièces pour lesquelles l'interchangeabilité des composants permit un abaissement des coûts de fabrication.


En 1914, Ebel reçoit la médaille d'or de l'Exposition Nationale de Berne pour ses « montres-bague brevetées, avec échappement à ancre et mise à l'heure cachée ». C'est là une caractéristique d'Ebel de se faire reconnaître pour des produits marqués pour leur originalité. En 1925, la manufacture reçoit le Diplôme commémoratif de Grand Prix pour les montres Haute Joaillerie, présentées à l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris. Cette exposition fera date comme un marqueur de son temps immortalisé par des numéros spéciaux du magazine "l'Illustration".

Ebel fut créé alors que la montre de poche commençait à être bousculée par les montres bracelets d'abord considérées comme des accessoires féminins puis reconnues comme mixtes lorsque la première guerre mondiale rendit les montres de poches inaccessibles à cause des redingotes des uniformes militaires. En quatre ans, la montre avait basculé de la poche au poignet. Malgré tout, il faudra attendre les années 1940 pour que définitivement la montre bracelet se vende davantage que la montre de poche. Celle-ci ne mourra pas complètement malgré tout et jusqu'au début des années 1960, nombre de manufactures ont encore des modèles de poche dans leurs collections.



Le cas d'Ebel est particulier. Tandis que la plupart des maisons font évoluer leurs collections en passant de la poche au poignet, Ebel qui est particulièrement créatif de pièces de poignet étend son activité aux montres de poche pour ne pas se détourner d'une clientèle masculine en recherche de tradition. La réputation de la marque est toutefois ancrée dans les montres bracelet et les pièces de poche seront globalement assez peu nombreuses. Parmi les pays les plus demandeurs, l'Italie, l'Espagne mais aussi l'Amérique du sud. Avoir une montre de poche Ebel résonne un peu comme un paradoxe, une sorte de contradiction qui s'éteindrait en fusionnant la modernité de la marque et la tradition du type de pièce sur laquelle son nom est affiché.

Ebel  Ebel_p10




En 1929, Charles-Eugène Blum, fils des fondateurs, rejoint la société Ebel. Son effort portera sur la précision qui est au centre des travaux de toutes les grandes maisons à ce moment là, et sur la qualité la plus recherchée. Il va élargir les collections et faire conquérir à la maison fondée par ses parents des pas décisifs dans son implantation mondiale. Il sera présent avec sa marque en 1930 à la première foire de Bâle aujourd'hui Baselworld. Celle année là, Ebel reçoit à Barcelone un prix d'Honneur lors de l'Exposition Internationale qui a eu lieu du 20 mai 1929 au 15 janvier 1930 .


Ebel  56b21310

Ebel  Ebel_p11

Ebel  8_235_10


Charles-Eugène Blum crée également un site de production de mouvements qui va non seulement assurer la fabrication pour les montres de sa marque mais qui va aussi favoriser l'expansion de la manufacture en la rendant capable de sous-traiter pour d'autres maisons la fabrication de calibres. L'intérêt d'Ebel pour la précision passe par le réglage des mouvements. En 1935, Ebel devient ainsi la première manufacture horlogère suisse à utiliser le système « Western Electric ». Cette invention n'est autre que l'ancêtre du vibrographe. C'est le premier appareil capable de mesurer la précision des mouvements. Pendant la deuxième guerre mondiale, Ebel sera le principal fournisseur de montres de l'armée britannique. Charles-Eugène veut faire des montres pour tous, accessibles à tous et participer ainsi à la conquête sociale de l'acquisition de l'heure juste par chacun.

Ebel  Ebel_p12

Ebel  Ebel_p13


En 1957, Ebel participe également à la création du “Contrôle Technique des Montres” (CTM), dont la mission est de contribuer à améliorer les critères de certification du Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC), l'organe officiel suisse accordant la certification de chronomètre. Ebel est ainsi au cœur de l'histoire de l'horlogerie avec un rôle fondamental dans le contrôle de la précision des montres et la mise en œuvre de normes permettant de la mesurer.

La manufacture volera de succès en succès se faisant remarquer pour ses designs audacieux dans l'esprit de sa cofondatrice et son soutien à l'architecture. Ebel est ainsi notamment dans le sillage de Le Corbusier, l'architecte suisse sans doute le plus réputé. Ebel subira les crises horlogères de plein fouet mais la marque est toujours présente notamment sur le marché américain où elle est reconnue pour sa créativité et son originalité.


Droits réservés - Forumamontres - Décembre 2017 - Joël Duval

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54423
Date d'inscription : 05/05/2005

Ebel  Empty
MessageSujet: Quelle Ebel !    Ebel  EmptySam 28 Avr - 0:19

Quelle Ebel !



Ebel  Ebel_p14





Les manufactures nées au début du 20ème siècle, soit plusieurs décennies après l’explosion industrielle connue en ce domaine en Suisse, n’ont pu prospérer qu’à la condition d’être porteuses de renouveau et de créations originales. Il fallait tout le talent d’amoureux de l’horlogerie et de la mode pour porter autant l’innovation technique que les créations artistiques des montres qui allaient faire la mode. Ebel est une de ces grandes maisons qui a marqué l’histoire. C’est aussi une maison qui est le fruit de la fusion des passions.



Alice Lévy au pays des merveilles



Ebel est née avec les montres bracelet quand en 1911, grâce un couple formé par Eugène Blum et Alice Lévy, fut créée à La Chaux-de-Fonds en Suisse, une manufacture de montres. Lui, Eugène était détenteur du savoir-faire technique. Elle, Alice, se passionnait pour la mode, le design et l'esthétique. Elle donna à Ebel une fibre de modernité et d'originalité par des créations audacieuses et se démarquant de la concurrence. Il faut dire que le début du siècle fourmillait de maisons horlogères en pleine expansion dans un monde où l'heure devenait un bien que chacun voulait s'approprier. La volonté de détenir individuellement l'heure juste, allait de pair avec le développement industriel au point de créer une demande de la part du public à l'égard de montres fiables et précises.


Un savoir-faire récompensé


La généralisation de l'échappement à ancre 50 ans plus tôt, avait considérablement contribué à l'essor de l'horlogerie en facilitant la production industrielle de pièces pour lesquelles l'interchangeabilité des composants permit un abaissement des coûts de fabrication. Cette évolution industrielle majeure permit l’expansion des entreprises horlogères.


Ebel  Ebel_p15


En 1914, Ebel reçoit la médaille d'or de l'Exposition Nationale de Berne pour ses « montres-bague brevetées, avec échappement à ancre et mise à l'heure cachée ». C'est là une caractéristique d'Ebel de se faire reconnaître pour des produits marqués pour leur originalité. La manufacture multipliera les occasions de se démarquer. En 1925, la manufacture reçoit le Diplôme commémoratif de Grand Prix pour les montres Haute Joaillerie, présentées à l'Exposition Internationale des Arts Décoratifs de Paris. Cette exposition fera date comme un marqueur de son temps immortalisé par des numéros spéciaux du magazine "l'Illustration". Ebel n’est y alors plus simplement une marque à la mode mais une marque qui fait la mode.

Ebel fut créé alors que la montre de poche commençait à être bousculée par les montres bracelets d'abord considérées comme des accessoires féminins puis reconnues comme mixtes lorsque la première guerre mondiale rendit les montres de poches inaccessibles à cause des redingotes des uniformes militaires. En quatre ans, la montre avait basculé de la poche au poignet. Malgré tout, il fallut attendre les années 1940 pour que définitivement, la montre bracelet se vende davantage que la montre de poche. Celle-ci ne mourra pas complètement malgré tout et jusqu'au début des années 1960, nombre de manufactures conservent des modèles de poche dans leurs collections.

Ebel  56719610
Publicité Ebel 1945


Le cas d'Ebel demeure particulier. La manufacture ne fait rien comme les autres. Tandis que la plupart des maisons font évoluer leurs collections en passant de la poche au poignet, Ebel qui est particulièrement créatif de pièces de poignet étend son activité aux montres de poche pour ne pas se détourner d'une clientèle masculine en recherche de tradition. La réputation de la marque est toutefois ancrée dans les montres bracelet et les pièces de poche seront globalement assez peu nombreuses. Parmi les pays les plus demandeurs, l'Italie, l'Espagne mais aussi l'Amérique du sud. Avoir une montre de poche Ebel résonne un peu comme un paradoxe, une sorte de contradiction qui s'éteindrait en fusionnant la modernité de la marque et la tradition du type de pièce sur laquelle son nom est affiché.


Une audace payante

En 1929, Charles-Eugène Blum, fils des fondateurs, rejoint la société Ebel. Son effort portera sur la précision qui est au centre des travaux de toutes les grandes maisons à ce moment-là et sur le niveau le plus élevé de qualité. Il va élargir les collections et faire conquérir à la maison fondée par ses parents, des pas décisifs dans son implantation mondiale. Il sera présent avec sa marque en 1930 à la première foire de Bale connue aujourd’hui sous le nom de Baselworld. Celle année-là, Ebel reçoit à Barcelone un prix d'Honneur lors de l'Exposition Internationale qui a eu lieu du 20 mai 1929 au 15 janvier 1930.

Ebel  Ebel_p16



Charles-Eugène Blum crée également un site de production de mouvements qui va non seulement assurer la fabrication pour les montres de sa marque mais qui va aussi favoriser l'expansion de la manufacture en la rendant capable de sous-traiter pour d'autres maisons la fabrication de calibres. L'intérêt d'Ebel pour la précision passe par le réglage des mouvements. En 1935, Ebel devient ainsi la première manufacture horlogère suisse à utiliser le système « Western Electric ». Cette invention n'est autre que l'ancêtre du vibrographe. C'est le premier appareil capable de mesurer la précision des mouvements. C’est assez peu connu mais pendant la deuxième guerre mondiale, Ebel sera le principal fournisseur de montres de l'armée britannique. Charles-Eugène veut faire des montres pour tous, accessibles à tous et participer ainsi à la conquête sociale de l'acquisition de l'heure juste par chacun.

Ebel  Ebel_p17

Ebel  50f47a10
Publicité 1953

En 1957, Ebel participe également à la création du “Contrôle Technique des Montres” (CTM), dont la mission est de contribuer à améliorer les critères de certification du Contrôle Officiel Suisse des Chronomètres (COSC), l'organe officiel suisse accordant la certification de chronomètre. Ebel est ainsi au cœur de l'histoire de l'horlogerie avec un rôle fondamental dans le contrôle de la précision des montres et la mise en œuvre de normes permettant de la mesurer.

Ebel  7141db10
Publicité 1946

La manufacture volera de succès en succès se faisant remarquer pour ses designs audacieux dans l'esprit de sa cofondatrice et son soutien à l'architecture. Ebel est ainsi notamment dans le sillage de Le Corbusier, l'architecte suisse sans doute le plus réputé. Ebel subira les crises horlogères de plein fouet mais la marque un temps, passée sous la coupe du groupe LVMH, est toujours présente notamment sur le marché américain où elle est reconnue pour sa créativité et son originalité. Ebel est aujourd’hui une marque du groupe Movado, une alliance logique qui réunit deux valeurs sûres de l’horlogerie.


Droits Réservés Avril 2018 - Forumamontres - Joël Duval

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Ebel
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Restauration sans prétention d'une Ebel Discovery Diver
» Boucle deployante EBEL
» Ebel 1911 BTR Automatic Chronograph
» EBEL - Nouveautés
» News : Ebel Classic Hexagon

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères :: Les Thèmes de l'Admin-
Sauter vers: