FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54987
Date d'inscription : 05/05/2005

Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) Empty
MessageSujet: Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )   Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) EmptyDim 22 Fév 2009 - 11:00

Je me suis beaucoup penché ces dernières années sur l'histoire des manufactures horlogères. Les crises au 20ème siècle sont assez nombreuse car les marchés étaient très instables en raison des équilibrages politiques qui furent difficiles.

L'amérique Latine, le monde en 1914 et 1939, la Russie en 1917, l'Indes qui perd la "protection" anglaise, les Etats unis ultra protectionnistes, le quartz et la crise pétrolière... Le 20ème siécle a accumulé les crises qui à chaque fois ont touché l'horlogerie de plein fouet.

Les marques en ont tiré les leçons. Etre présentes sur tous les marchés sans en privilègier un ou deux, parfaire la représentation, avoir une distribution intégrée plutôt que des importateurs infidèles ou avec lesquelles on devient infidèles, ne pas négliger la communication pendant la crise, ne pas trop en faire autour de la crise et continuer à présenter des nouveautés pour que la clientèle ait le sentiment d'une bonne santé.

Pendant les crises, les manufactures ont toujours licencié du personnel, tenté de réduire les coûts de fabrication et d'élargir la distribution vers des marchés parallèles. La crise est partout, il faut continuer à vendre à tout prix et à être présent sur les lieux habituels de distribution.

Les prix bradés dévalorisent marques et produits, le client a besoin d'être rassuré sur la pérennité de son achat et sur la qualité. On va lui parler davantage de technique que d'exotisme. La marque assise sur l'affectif est sur un brulot.

Pendant les crises on a toujours créé ... mais il y a ujourd'hui une énorme différence avec les crises du 20ème siècle. Evidemment, la marché est déjà mondialisé et les marchés émergents mis à part l'Indes sont déjà en crise... Non, la grande différence est que l'industrie horlogère ne s'est assise que sur le luxe et donc l'accessoire ...

Depuis 15 ans on nous vend les montres comme un attribut du luxe , un superflu cher et exclusif. la crise pousse à écarter l'inutile, à revenir vers les fondamentaux et à s'affranchir du luxe pour revenir aux valeurs familiales et affectives qui coutent beaucoup moins cher en satisfaisant les esprits.

La Haute horlogerie pourrait bien devenir un handicape de la relance, comme une sorte de boulet tirant vers le bas ce qu'elle a voulu élever... On n'anticipe jamais le pire quand tout va bien , on a pourtant à ce moment le temps d'y penser...

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
dedune
Animateur
dedune

Nombre de messages : 1042
Date d'inscription : 10/03/2008

Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) Empty
MessageSujet: Re: Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )   Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) EmptyDim 22 Fév 2009 - 12:02

@ZEN a écrit:
Depuis 15 ans on nous vend les montres comme un attribut du luxe , un superflu cher et exclusif. la crise pousse à écarter l'inutile, à revenir vers les fondamentaux et à s'affranchir du luxe pour revenir aux valeurs familiales et affectives qui coutent beaucoup moins cher en satisfaisant les esprits.

La Haute horlogerie pourrait bien devenir un handicape de la relance, comme une sorte de boulet tirant vers le bas ce qu'elle a voulu élever... On n'anticipe jamais le pire quand tout va bien , on a pourtant à ce moment le temps d'y penser...

Cela veut-il dire que la solution Hayek a la crise du quartz: la swatch gadget de mode, pourrait relqncer le secteur?

Je suis pas sur. Je pense que tous les segments sont exploites: luxe exclusif, gadget de mode (fossil, diesel, etc.) et utilitaires (seiko et autres montres de plongee notamment).

Donc la Haute H, qui a connu le plus d'exces, va naturellement plus payer, seulement ce n'est qu'un secteur du domaine horloger et celui qui nous interesse le plus.

Ou ben t'ai-je mal compris?
Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54987
Date d'inscription : 05/05/2005

Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) Empty
MessageSujet: Re: Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )   Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) EmptyDim 22 Fév 2009 - 12:11

La Swatch a fait admettre qu'une montre à quartz bon marché pouvait être Suisse. Elle a aussi popularisé le label Suisse donc au final ce fut une bonne idée.

Là toutes les grandes marques ont axé leur comm et prix sur le haut du panier et sur le cher ... Ce sera plus compliqué de faire de l'affectif avec du "cher" ...

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
Boogie
Membre référent
Boogie

Nombre de messages : 6611
Age : 58
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 17/11/2006

Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) Empty
MessageSujet: Re: Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )   Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) EmptyDim 22 Fév 2009 - 13:29

Je ne suis pas d'accord avec Zen: la crise nous rapproche effectivement des valeurs fondamentales, de ce qui ets important, et une montre de qualité, avec un mouvement à la finition top, sera toujours préférable et préféré à une montre de bas de gamme, bonne à jeter lorsqu'elel tombera en panne.

On dit et répète que cette crise sera justement dure pour le bas et le milieu de gamme, et j'acquiesce.
Je constate par exemple chez moi, que Certina, qui a connu des périodes de hausse ininterrompues depuis 3 ou 4 ans, est à la ramasse, alors que les autres marques se maintiennent.

Aujourd'hui, on veut du solide, du palpable, des valeurs reconnues, et c'est pourquoi une PP, une V & C se vendra toujours.
D'ailleurs, la force de ces marques est d'avoir maintenu le cap sans vouloir changer de catégorie ou de style.

lorsqu'une marque sait où elle va, et qu'elle ne succombe pas aux caprices de la mode, des tendances du moment ou de la conjoncture, elle donne une image rassurante.

Rolex en est un exemple également.
On dit que les ventes de cette marque ont sérieusement baissé ces derniers mois, c'est possible, mais ce que je sais, c'est que le gérant du magasin représentant officellement la marque dans de ma ville, présent d'ailleurs dans toutes les grandes villes de Suisse, m'a affirmé qu'en 2008, il n'avait pas pu honorer pour 1 million d'euros de commandes de clients Shocked faut de dispo sur les modèles demandés.

Le problème de ces dernières années, en horlogerie, c'est que nombre de marques ont voulu se positionner dans le haut, voire le très haut de gamme, alors qu'elles n'en avaient manifestement ni la capacité ni la légitimité.
celles-là ont du souci à se faire, les plus anciennes, les mieux établies survivront
Revenir en haut Aller en bas
gregorypons
Animateur
gregorypons

Nombre de messages : 803
Age : 112
Localisation : Genève-Paris-Neuchâtel et toute la planète horlo
Date d'inscription : 26/03/2007

Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) Empty
MessageSujet: Re: Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )   Les crises avant , pendant , après ... ( Billet ) EmptyDim 22 Fév 2009 - 14:41

.

@ZEN a écrit:
Pendant les crises on a toujours créé ... mais il y a ujourd'hui une énorme différence avec les crises du 20ème siècle. Evidemment, la marché est déjà mondialisé et les marchés émergents mis à part l'Indes sont déjà en crise... Non, la grande différence est que l'industrie horlogère ne s'est assise que sur le luxe et donc l'accessoire ...

C'est sans doute pourquoi cette crise est atypique et différente de celles qui ont précédé. Là, on a flanqué un virus submortel au coeur même du capitalisme financier : sa machine financière. En plus, du fait de la mondialisation de l'économie, la crise emporte toutes les économies [y compris l'Inde : PIB passé de 9 % à 5 % de croissance annuelle, soit plus assez pour nourrir et employer tous les nouveaux venus sur le marché, du fait de la démographie galopante], au même moment, avec les mêmes effets et pour les mêmes raisons.
Le grand problème, c'est qu'il n'y a plus de marges de manoeuvres, ni d'échappatoire, alors même que toutes les grandes économies de la planète font à peu près les mêmes conneries pour répondre à la crise : générer du faux argent [on nous refait les subprimes, mais en version gouvernementale], creuser la dette, faire marcher la planche à billets et reporter la solution sur les gouvernements et les générations à venir.
Ceux qui ont aimé l'épisode Madoff vont rigoler, dans dix-quinze ans, de la fantastique "pyramide" montée aujourd'hui par les pays occidentaux : on paye à ceux d'aujourd'hui en prenant à ceux de demain !


@ZEN a écrit:
Depuis 15 ans on nous vend les montres comme un attribut du luxe , un superflu cher et exclusif. la crise pousse à écarter l'inutile, à revenir vers les fondamentaux et à s'affranchir du luxe pour revenir aux valeurs familiales et affectives qui coutent beaucoup moins cher en satisfaisant les esprits.
La Haute horlogerie pourrait bien devenir un handicape de la relance, comme une sorte de boulet tirant vers le bas ce qu'elle a voulu élever...


Même sentiment pour Boogie :

@Boogie a écrit:
Aujourd'hui, on veut du solide, du palpable, des valeurs reconnues, et c'est pourquoi une PP, une V & C se vendra toujours.
D'ailleurs, la force de ces marques est d'avoir maintenu le cap sans vouloir changer de catégorie ou de style.

Je sais, c'est un discours à la mode, le back to basics, la reconnaissance des vraies valeurs et des vieilles maisons établies...

Comme dit Zen, pendant les crises du XXe siècle, on a toujours été créatifs. C'est vrai et c'est pour ça que l'horlogerie est toujours passée entre les gouttes, non sans parfois y laisser sa chemise...

Maintenant, une question : si Rolex, Patek Philippe ou Jaeger-LeCoultre avaient "maintenu le cap" après la crise de 1929, ils nous auraient refait des montres de poche à l'ancienne au lieu de nous proposer une Oyster Perpetuel, une Calatrava ou une Reverso, montres qui étaient en rupture totale avec ce qui se faisait à l'époque...

Au début des années quatre-vingt, les grandes manufactures étaient toutes à la ramasse, et certaines ont été ramassées dans le ruisseau pour une bouchée de pain, parce qu'elles avaient justement choisi, comme dit Boogie, "d'avoir maintenu le cap sans vouloir changer de catégorie ou de style". Moralité : il était - 1 avant l'éradication de toute l'industrie horlogère suisse...
Qui a sauvé tout le monde ? Nicolas Hayek, en lançant une Swatch que d'autres n'avaient pas voulu lancer avant lui, et en imaginant qu'il y avait un avenir pour une montre suisse en plastique vendue comme un article de mode au prix d'une montre japonaise ?
Je crois au contraire que c'est en changeant tout pour que rien ne change, en changeant de style et de catégorie, en changeant notre regard sur la monde, en changeant de risons de se faire plaisir au poignet, qu'on a une chance de relancer un jour la machine : quand l'industrie sera capable de produire des Urwerk au prix des Tissot, les amateurs auront envie de changer leurs montres démodées pour des nouveaux concepts.
Que ceux qui n'ont jamais porté, puis jeté des pantalons à patte d'éléphant disent le contraire ? Je parle là pour les quadras et +...


.
Revenir en haut Aller en bas
http://www.businessmontres.com
 
Les crises avant , pendant , après ... ( Billet )
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Crassula biplanata

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: