FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.

Aller en bas 
+2
dedune
ZEN
6 participants
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty11/6/2016, 21:29

Je précise en préambule de cette histoire que je ne suis pas superstitieux et ne crois en aucune manifestation surnaturelle. Je reste prêt à y croire si demain matin ma table de nuit est remplie de billets au réveil...

Cette histoire de déroule dans l'Est de la France. On est à la fin des années 50 dans une famille qui vit du travail du père chef d'équipe dans une compagnie minière. Paul est le fils aîné de la famille âgé de 14 ans et Raoul le fils cadet âgé de 12 ans. Jean, le père a cinquante ans et Monique, la mère vivent paisiblement dans une petite maison dotée à l'arrière d'un petit potager que cultive le père de famille.
Jean tousse énormément et le médecin n'arrive plus à calmer sa toux malgré des tentatives avec toutes sortes de sirops.. Un soir du mois de mai, Jean très affaibli, se sent partir. il est à demi-conscient mais de ses dernières forces,  il parle à chacun de ses enfants pour leur dire adieu parce le médecin ne lui laisse plus que quelques heures.

Tout le monde est en larme, Monique bien sûr mais aussi les enfants tous les deux nés à deux heures moins le quart du matin. Jean les avait surnommés les nocturnes et lorsqu'il les voit pour la dernière fois, il leur parle de leur heure de naissance pour détendre l'atmosphère. Il sourit même pour ne pas leur laisser une image négative. Les enfants peinent à imaginer que le reste de leur enfance se déroulera sans leur père.

Ce dernier a vécu son enfance élevé par sa grand-mère qui pratiquait le spiritisme. Jean fut le témoin de scènes troublantes notamment à la fin des années 1920 lorsque dans la salle à manger, une table s'est mise à tourner et qu'il a ressenti une sorte de chaleur accompagnée de bruit répondant à des questions sur le lieu d'enterrement de membres de la famille morts pendant la grande guerre. Jean ne croit pas en Dieu mais il a toute sa vie durant évoqué ces drôles de choses que sa grand-mère réussissait à faire.  

Les recherches ultérieures ont démontré que les informations recueillies ce soir là étaient justes. Les membres de la famille étaient bien là, enterrés précisément où la grand-mère les avait vus. Jean pour consoler son fils Paul, lui dit que s'il peut, là où il est, il viendra se manifester pour lui faire comprendre qu'il reste à ses cotés. "Je viendrai à 2 heures moins le quart, un jour pour faire quelque chose qui te fera me reconnaître". Jean disparaît quelques heures plus tard;  

Le gamin va s'accrocher à cette promesse pendant des mois. C'est lui qui a récupéré la montre de poche de son père, une montre sans marque, en panne et dont les aiguilles sont bloquées sur 11 heures moins cinq. Il l'a accrochée au mur de sa chambre et elle est devenue le symbole de sa vie passée heureuse et tranquille.

Le 21 septembre est la date anniversaire de Paul qui aura 15 ans en cette année 1954. Il se couche le soir, la veille de ses 15 ans sans le plaisir de savoir qu'il fêtera cet anniversaire avec son père. Il peine à s'endormir ... Il décroche la montre en panne du clou sur lequel elle est pendue et la pose machinalement sur une étagère de sa chambre. A Deux heures moins le quart du matin, il entend la montre de son père dont le mouvement fait tic-tac. Il allume sa lampe de chevet et va contrôler la montre.  La montre n'est pas à l'heure lorsqu'il allume la lumière mais sa trotteuse tourne normalement.  

Au petit matin, à 7 heures, heure habituelle du lever, la montre est sur 2 heures moins le quart. La promesse de son père est omniprésente dans la tète de l'adolescent. Il en parle à sa mère qui dit qu'à 2 heures moins le quart ce matin, elle a été réveillée en sursaut. Le gamin est intrigué et va voir l'horloger dont le fils est l'un de ses camarades de classe. Il a raconté à ce dernier son expérience et l'adolescent en a parlé à son père qui a demandé à voir la montre.  

Le verdict de l'horloger éloigne le gamin de l'irrationalité dans laquelle il avait mis le pied. " Les aiguille se touchent à peine lorsque la montre est à 11 h moins 5. Cela explique l'arrêt de la montre. La bouger et/ou une dilatation légère près d'une source de chaleur peut suffire à débloquer les aiguilles pour la réserve de marche résiduelle. Le hasard a voulu que ce soit à 2h moins le quart". L'horloger redresse les aiguilles et a finalement convaincu le gamin que la montre n'avait aucunement manifesté la présence de son père.  En 1958, pourtant, le gamin redeviendra sceptique. Non seulement la montre s'arrête le 21 septembre à l'heure de son anniversaire mais cette fois c'est le ressort qui se casse à cette heure là.

L'horloger est à nouveau sollicité et sans se démonter, il explique que c'est le fruit du hasard d'autant que sur une montre de poche, il n'y a pas d'heure du matin ou de l'après-midi. Il répare la montre et découvre une inscription à l'intérieur du cache poussière. On la lit avec une certaine position de la lumière et elle semble avoir été tracée avec une aiguille fine à main levée. "2 h moins le quart, l'heure de mes chéris" Elle fait tout le tour du cache poussière. Le bijoutier est formel. Cette inscription a plusieurs années car elle est en partie couverte par un peu d'oxydation" .

La montre est révisée et restituée au jeune homme. Elle ne fera plus jamais parler d'elle. Dans les années 1980,  Paul devenu un vieil homme racontait cette histoire à ses petits enfants. L'un d'eux est né à 2 h moins le quart du matin un 21 septembre. Paul voulait y voir un signe. Le gamin a hérité de la montre et c'est lui qui transmet cette histoire aujourd'hui. Il y d'autant plus sensible que jeune papa, son propre fils est né en 2014, le 21 septembre à 2 h moins le quart du matin.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
dedune
Animateur
dedune


Nombre de messages : 1117
Date d'inscription : 10/03/2008

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty12/6/2016, 01:46

Pour moi le spiritisme est une évidence. Je n'ai pas besoin de billets pour y croire et je le fuis comme la peste. Cette histoire n'est pas bon signe étant donné l'antécédent de la grand mère...

Revenir en haut Aller en bas
jacno1977
Passionné absolu
jacno1977


Nombre de messages : 2743
Date d'inscription : 15/03/2016

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty12/6/2016, 13:29

C'est une belle histoire, après chacun en fait ce qu'il en veut, pour moi, par rapport à mon vécu, j'ai la certitude que des phénomènes qu'on ne sait expliquer rationnellement se manifestent, des bizarreries, j'en ai vécu, donc pour moi, ça ne fait que venir en complément d'expériences, ça ne fait que me conforter.
Revenir en haut Aller en bas
Jango32
Puits de connaissances
Jango32


Nombre de messages : 4004
Age : 55
Localisation : Ici, faisant face
Date d'inscription : 22/08/2014

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty12/6/2016, 16:58

Très bien écrit Chinois
Pour être totalement raccord avec les 2 commentaires plus haut, je pense que c'est un sujet qui a parfaitement sa place dans l'espace éphémère.
Revenir en haut Aller en bas
edgar
Puits de connaissances
edgar


Nombre de messages : 4443
Localisation : PACA
Date d'inscription : 23/05/2008

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty12/6/2016, 17:18

dedune a écrit:
Cette histoire n'est pas bon signe étant donné l'antécédent de la grand mère...


Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  675tu8 Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Lollol316



Revenir en haut Aller en bas
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty12/6/2016, 17:51

J'avais fait une recherche sur le magnétisme des montres pour un article et j'avais rencontré un horloger qui était perplexe et reconnaissait que certains cas lui semblaient assez irrationnels. Il eut les larmes aux yeux en évoquant le cas de sa grand-mère qui faisait arrêter les montres en moins d'une heure.  Nous partimes de l'idée qu'il y avait forcément une explication logique mais n'en fument pas totalement convaincus. Il me répétait qu'en tant qu'horloger, c'était impossible mais qu'il ne voyait pas comment cela pouvait se faire.

J'ai entendu d'autres témoignages mais à chaque fois, j'ai pu trouver une explication qui tenait la route. La grand-mère par contre m'a fait sécher.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
olaz
Animateur Chevronné
olaz


Nombre de messages : 1250
Age : 45
Localisation : Suisse
Date d'inscription : 30/10/2012

Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty
MessageSujet: Re: Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.    Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.  Empty14/6/2016, 16:16

Mon beau-père à arrêter ça montre lorsque ma femme a du se faire opérer étant petite.
Revenir en haut Aller en bas
 
Une histoire vécue pour de vrai qui n'aurait pu être qu'une anecdote.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Juste une question de feeling - Histoire vécue en 1929
» Proust préférait la madeleine, moi c'est la sardine ... Histoire vécue
» trop beau pour etre vrai?
» La montre d'un soldat inconnu ou presque ... Histoire vécue
» L’anecdote mérite d’être racontée

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: