FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  CalendrierCalendrier  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Montres historiques

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54423
Date d'inscription : 05/05/2005

Montres historiques  Empty
MessageSujet: Montres historiques    Montres historiques  EmptyDim 23 Avr 2017 - 19:00

Sujets généraux sur des montres historiques

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54423
Date d'inscription : 05/05/2005

Montres historiques  Empty
MessageSujet: La montre commémorative du 1er meeting international d’aviation de 1909   Montres historiques  EmptyDim 23 Avr 2017 - 19:01

La montre commémorative du premier 
meeting international d’aviation de 1909







Montres historiques  Ernest10[/url


Montres historiques  Grande10



Les objets commémoratifs nous offrent parfois une sorte de communion avec l’instant ou l’évènement qu'ils sont censés marquer. Les montres commémoratives sont comme des marqueurs actifs du temps. Elles continuent à mesurer le temps qui s’écoule tout en en ayant figé un instant. A chaque fois que les yeux se posent sur elles, le passé ressurgit pour rappeler le temps d’avant, celui qui s’est gravé dans l’histoire des hommes et que la mémoire ne pourra jamais effacer. Le premier meeting mondial de l’aviation de 1909 fait partie de ces moments exceptionnels.  


Montres historiques  01-b10

   
Reims, capitale du monde.


Le premier grand meeting international d’aviation a eu lieu en France, à Reims du 22 au 29 août 1909. La manifestation se situait plus précisément à Bétheny, juste à côté de Reims et était organisée par le marquis Melchior de Polignac, fils aîné de Guy de Polignac et de Louise Pommery. Melchior de Polignac était devenu en 1907, le président des Champagnes Pommery et fonda en 1910 un grand parc à Reims. Son futur fut très contesté puisque même s’il fut blanchi, on l’associa  à des mouvements proches des Nazis lors de la seconde guerre mondiale.
On doit au Marquis de Polignac notamment deux très fameux meetings aériens à l’occasion de ce qui fut appelé « la grande semaine de l’aviation de Bétheny » ? C’est en août 1909, tout le gratin de l’aviation qui se retrouve à Bétheny pour y battre des records et y recevoir des récompenses auxquelles les maisons de Champagne s’associent. Heidsick, Roederer, Moët et Chandon, Pommery, Cliquot Ponsardin, Mumm multiplient les prix et coupes à côté de la Ville de Reims qui récompense  l'épreuve de distance sans ravitaillement.


Montres historiques  08-b10




Les plus grands pionniers de l’aviation sont là et la foule découvre Louis Blériot dont la première traversée de la Manche date d’à peine un mois ce qui en a fait une personnalité mondiale de premier plan, déjà universellement reconnue. Sont également présents notamment Henry Farman, Louis Breguet, Glenn Curtiss, Léon Lagrange, Alberto Santos-Dumont ou Alfred Leblanc dont les noms résonnent comme ceux de héros que la presse suit pas à pas.
La compagnie des Chemins de fer de l’Est a affrété pas moins de 186 trains qui déversent toute la semaine près d’un demi million de visiteurs. Les automobiles s’accumulent sur le parc aménagé pour les garer. Les plus grands fabricants d’avions, on dit encore aéronefs, sont là eux aussi, avec parmi les plus connus Voisin, Blériot, les frères Wright ou Antoinette.  
Certains jours de la semaine sont plus denses, plus intenses en émotions que d’autres. Ce mardi 24 août 1909 est un jour classique de fin d'été. Il fait frais sur la Marne et les averses de pluie qui se succèdent depuis la nuit combinées aux rafales de vent rendent le climat particulièrement désagréable. A Bétheny, le terrain faisant office d'aérodrome est boueux.


Montres historiques  Fetes_10


Le temps de la matinée est épouvantable et monsieur le préfet est prévenu en milieu de matinée qu'il faudra sans doute annuler tout vol dans l'après-midi. Cette situation est d'autant plus embarrassante que l'on attend précisément pour l'après-midi, le Président de la république Fallières et son épouse.
"On ne peut pas faire ça, il faut trouver une solution !" Le préfet n'imagine pas que les démonstrations puissent être annulées à cause de la météo. Il sait qu’il va accompagner le cortège composé de ministres dont Aristide Briand, président du conseil, le général Brun, ministre de la guerre, le prince Albert Ier de Belgique ou Eleanor Roosevelt épouse de Franklin Delanoe Roosevelt qui deviendra en 1932, le 32ème président des Etats-Unis ainsi que des élus locaux dont le docteur Jean-Baptiste Langlet maire de Reims depuis 1908 et qui le restera jusqu’en 1919.    
Les nouvelles ne sont pas bonnes. On patauge dans la boue de plus en plus à Bétheny et les probabilités de devoir annuler les vols s’accroissent au fur et à mesure que la journée avance. Le président est attendu pour 15 heures et le vent ne faiblit pas loin s'en faut. Les rafales se font plus rapprochées et interdisent tout décollage.


Montres historiques  1909_c10



Montres historiques  1909_c12


Le président Fallières arrive entouré de sa femme et de ministres et élus locaux vers 15 heures trente. Les rafales de vent sont toujours perceptibles et le président est convié à rencontrer les aviateurs. Plus de 100 000 personnes ont fait le déplacement pour assister à l'évènement. Le cortège descend des voitures, les pieds crottés dans la boue collante mais le regard vers le ciel et une main sur le chapeau pour l’empêcher de prendre l’air.
Du côté des constructeurs, on tient à voler coûte que coûte. D’abord, la démonstration va profiter d’un large écho médiatique. Ensuite, les constructeurs d’avions savent bien que c’est l’armée qui sera le premier client dans les années qui vont suivre et voler malgré la météo, c’est assurer le chef des armées qu’il y a dans l’aviation un outil fiable pour l’avenir.




Montres historiques  1909_c13

Montres historiques  1909_c11


Du côté des aviateurs, le doute s’installe car le risque d’accident est grand et la casse des avions au-delà des vies dont elle peut s’accompagner peut coûter fort cher. Quelques pilotes sont également constructeurs, c’est le cas notamment de Louis Blériot. D’autres n’ont pas encore franchi le pas. Ces pionniers sont des casse-cou mais si le risque est trop grand, à quoi bon aller marquer ce meeting sur lequel le monde a le regard fixé par une série d’accidents qui freinerait l’élan que connait la conquête de l’air.      

Des records à portée d’ailes

Certains aviateurs vont malgré tout braver les éléments et tenter une sortie dans les airs pour donner du spectacle. Le président repart satisfait et ne se doute probablement pas que l'aviation va connaitre un essor sans précédent avec l'avènement 5 ans plus tard de la première guerre mondiale.
Une fois les officiels repartis, à Betheny, le vent se calme. Blériot s'impatiente. On le dit même bouillant pour tenter de battre un nouveau record. Ce sera cette fois celui du tour de piste sur 10 kilomètres. Ses amis sont là, chronographe en main. "Soyez précis dans vos chronométrages !" leur crie Blériot avant de décoller. Il bat effectivement un record ... "Combien ? Combien ?  Demande-t-il à son arrivée ... "  "Huit minutes, quatre secondes et 2 cinquièmes de seconde ! ». Souriant, décontracté, Blériot lève la main. Il a réussi ! Le chronographe l'a mesuré au cinquième de seconde ce qui est le maximum pour des chronographes évoluant à 18 000 alternances. "Montrez-moi " crie Blériot à son acolyte qui tient dans la main tremblante d'émotion, le chronographe dont les aiguilles marquent encore le temps mesuré. Blériot prend la montre dans la main et la lève vers le public le prenant à témoin de son nouveau record.
Dans les tribunes, la foule explose de joie, applaudit et hurle ses encouragements comme à chaque performance annoncée. Il y a ce jour-là plus de 100 000 personnes transies du froid amplifié par le vent mais qui pour rien au monde ne céderaient leur place.


Montres historiques  05-a10



Montres historiques  1909_c15

Montres historiques  1909_c14


Le sentiment de participer à un évènement historique est dans tous les esprits. On sait que l’on ira de plus en plus loin et de plus en plus vite. Chacun par sa présence détient une part de l’aventure, l’un de ces moments ultimes qui donnent à l’homme le sentiment d’une grandeur et d’un dépassement de soi parce qu’il a vécu aux côtés d’un héros, un exploit jamais égalé, un record ultime. Louis Blériot est un symbole et le voir ici battre un nouveau record, est une manière de vivre avec lui, tous ceux qu’il a déjà battus.  

Ce grand meeting aérien est au-delà de son succès une démonstration de la domination de l’homme sur l’air, sur la hauteur et la distance bien plus qu’une conquête de l’espace que le spectateur ne perçoit pas encore comme un tout.  C’est aussi une victoire sur le temps. Le public est friand des objets qui vont lui rappeler ces instants privilégiés et historiques. Nombre d’objets commémoratifs seront édités. Des timbres, des cartes postales, des assiettes, des crayons, des porte-plume, des livres vont rappeler cette grande manifestation et sa pluie de records qui se sont succédés sur toute la semaine. Des montres sont éditées et seront rééditées principalement jusqu’à ce que la guerre vienne briser les rêves et les vies.  

Ces pièces au mécanisme simple relevant de la catégorie des mouvements à cylindre évolueront dans le temps. De même, les cadrans varient au gré des livraisons tout comme les boites. La gravure du fond reste constante. Un avion en vol qui ressemble à celui de Blériot, un drapeau qui pourrait rappeler le vent et la foule dans les gradins et au sol en arrière-plan.

Aucune gravure ne vient confirmer que ce modèle « Déposé » fut édité pour cette semaine de l’aviation de 1909 et pourtant, cette montre témoigne bien de l’évènement qui marqua l’histoire de Reims de la présence des plus grands aviateurs réunis au cœur de la Champagne pour les premiers balbutiements de la conquête des airs.

Remerciements à Jean pour le prêt des montres.  



Forumamontres- Mars 2016 - Droits réservés -Joël Duval  

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Montres historiques
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Connaissez vous les montres André Belfort..?
» Où trouver des spirales de montres Gousset ?
» montres à mouvement japonais.
» Bling Bling ! Trouvez la marque de montres de nos amis rappeurs
» FAM - Election montres de l'année 2006- Les gagnantes

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères :: Les Thèmes de l'Admin-
Sauter vers: