FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Empty
MessageSujet: Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale    Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  EmptySam 11 Avr - 23:03

La montre de Bord de l’Aéronautique Navale interprétée par Breguet.



Préambule

Pour ses livraisons militaires du 20ème siècle, Breguet remportait des contrats avec les armées et avait tendance à ne pas fabriquer les montres dans ses ateliers mais à les faire fabriquer dans ses normes de fabrication. Ce fut le cas des Type 20 notamment. La montre GMT de l'Aéronautique navale en raison des très faibles quantités livrées a bénéficié des soins particuliers de Breguet. La pièce devait être exemplaire et générer, à bord, une heure de référence d'une fiabilité comparable à celle des signaux horaires radiodiffusés et captés à bord des navires.

Ces pièces nées avec la cinquième république française ont équipé les frégates et navires militaires de gros tonnage de la marine française y compris les porte avions en service en 1958 parmi lesquels le Lafayette (1951-1962) et le Bois-Belleau (1953-1959) qui furent prêtés à la France par les États-Unis.

Certains ont avancé que Breguet obtenait ces contrats pour services rendus avec ses avions. C'est sans doute faux d'abord parce que le lien entre l'avionneur et la maison horlogère sont ténus et ensuite parce que Breguet n'a pas exploité commercialement son passé de fournisseur de la Marine, au moins avant la réédition de la type 20 dans sa version civile du début des années 2000.

La montre GMT de 1958 est donc une montre militaire de bord "pur jus", une vraie pièce de service sans perspective civile mais dotée d'une histoire ancrée dans la vérité historique de son passé.

La génèse

Quand on évoque les montres militaires historiques de Breguet, les premières pièces qui viennent en tête sont les chronographes bracelet type 20 du milieu des années 50. Ces chronos très prisés des collectionneurs restent des valeurs sures et leur succès tend à occulter d’autres pièces livrées par Breguet à l’armée Française. Pourtant ces chronos Type 20 ne sont même pas passés par les ateliers de Breguet et étaient assemblés par des sous-traitants avec des mouvements eux-mêmes sous-traités. Cela ne les a pas empêchés d'entrer dans la légende.  

La montre de bord de l’Aéronautique Navale de la Marine Nationale fait partie de ces pièces qui traduisent le passé militaire de Breguet et l’implication de cette manufacture de prestige dans la fourniture de l’un des corps les plus prestigieux de l’Armée Française. Il n'y a pas eu un très grand volume de pièces de ce type livrées et leur affichage avec un cadran 24 heures les a fait demeurer des instruments de mesure militaires et ne jamais devenir des montres détournées de leur destination originelle orientée vers un usage strictement professionnel et militaire.  

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue10

Loin d’être une simple montre, cette pièce dispose d’un cadran et d’un mouvement calés sur 24 heures. Ce mode d’affichage a priori plus complexe à lire pour un non initié, s’avère extrêmement fiable quand, comme c’est le cas dans la Marine, on s’exprime en heure GMT.


Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue11


Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue12

La pièce est protégée en utilisation normale par un coffret en acajou dont le couvercle est doté d’un hublot qui permet de voir l'heure affichée sur le cadran, lorsque la montre y est calée dans sa feutrine protectrice des chocs.  Elle ne ressemble pas à une classique montre de poche. Son cadran noir brillant est doté de chiffres peints en blanc qui tranchent avec leur support et les aiguilles blanches confortent une lisibilité exceptionnelle. L’affichage retenu répond à une logique visuelle implacable. Les heures sont ainsi placées au centre du cadran. La grande trotteuse centrale facilite une lecture instantanée à la seconde près grâce à un positionnement en périphérie du cadran des index de secondes et de minutes. Les aiguilles des secondes et minutes voient leur pointe aller souligner avec précision au gré de leurs révolutions respectives, chaque index finement dessiné.

Une très petite série


Fabriquée en très petite série de 50 pièces (peut-être éditée deux fois), le modèle fut livré en 1958 à la Marine Nationale.  La boite en acier dispose d’un fond vissé dont les cannelures périphériques permettent une préhension facile afin de dévisser le fond. Le retrait de celui-ci laisse apparaitre un cache poussière qui garantit à la montre une étanchéité supplémentaire à la poussière et aux particules diverses qui peuvent circuler sur un navire. Sur un plan purement esthétique, la pièce rappelle le modèle fourni par Hamilton à la marine américaine. De fait, la plupart des montres UTC/GMT livrées aux armées avaient le même type de cadran et d'aiguilles.    

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue13

Le retrait du cache laisse enfin apparaître le mouvement qui dans un premier temps surprend par l’absence présumée de pièces alors que la platine semble avoir été vidée d’une partie de ses éléments.  Le calibre embarqué est en fait un mouvement de chronographe Valjoux 5 que Breguet a amputé des pièces servant à la fonction chronographique. Seule la trotteuse centrale en principe réservée au chronométrage a été conservée pour répondre au cahier des charges de L’Aéronautique navale.  Rouages réservés au chronométrage, ressorts spécifiques, roue à colonnes, etc… sont donc absents de cette version adaptée du Valjoux 5, calibre sublimé par Heuer qui en fit un usage dans ses plus beaux chronographes.  

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue14


Rhodié avec soin, ce mouvement de haute qualité est adapté pour la mesure du temps sur 24 heures et si les platines comportent tous les perçages de la version complète du mouvement, la belle esthétique de l’ensemble demeure sur ses aspects essentiels. Le parfait état des modèles que l'on rencontre laisse supposer une maintenance faite exclusivement par la maison Breguet mais la Marine disposait d'excellents horlogers qui ont pu soigner ces pièces de référence.

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue16

Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale  Bregue15

Le fond de boite est gravé au nom de la « Marine Nationale – Aéronautique Navale » suivie d’un numéro d’inventaire identique à celui gravé sur la plaque d’acier vissée sur la boite en acajou. Même si le mouvement ne bénéficie pas d’un anglage identique à celui auquel Breguet nous habitue sur ses pièces contemporaines, il n’en demeure pas moins que le brossage de la platine et le rhodiage des pièces sont parfaitement exécutés.  Malgré l’absence d’indication en ce sens, les montres ainsi produites par Breguet bénéficiaient toutes d’une précision relevant des normes chronométriques. C'était là une exigence de la Marine militaire.

Assimilées longtemps à tort à des montres de poche, ces pièces furent quelque peu délaissées pendant de longues années par les collectionneurs et sans nul doute, l’arrivée sur les marchés européens de montres américaines de même usage signées Hamilton ou Waltham leur a donné un regain d’intérêt et a permis de les redécouvrir. Le prestige de la marque et la présence d’une pièce identique au musée Breguet de la place Vendôme sont autant d’argument pour ajouter à l’attrait suscité par une telle pièce. Sa valeur longtemps stabilisée à 5000 euros environ a plus que triplé aujourd’hui entraînée par le regain d’intérêt pour les montres militaires fabriquées par les grandes manufactures. La faible quantité livrée la rend évidemment rare surtout en bon état et en version complète avec son coffret. Le prestige de la maison Breguet y est évidemment pour beaucoup.


Droits de reproduction réservés - Joël Duval - Avril 2020 - Forumamontres

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Récit - Breguet : La montre de bord de l'Aéronautique Navale
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Récit : Le chronographe de bord Breitling de l’armée Américaine
» Récit : La montre IWC des chemins de fer serbes
» Choix de ma première montre : récit & tergiversations
» Récit : La montre de Gaucho argentin d'Ulysse Nardin
» Breguet Type XX série limitée "100 Aéronautique Navale"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: