FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu : «Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis»

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu : «Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis» Empty
MessageSujet: Actu : «Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis»   Actu : «Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis» EmptyVen 31 Oct - 7:29

Citation :
«Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis»



LUXE. Karl-Friedrich Scheufele, coprésident du groupe genevois, explique pourquoi il investit 15millions de francs à Fleurier (NE). La crise ne remet aucunement en cause ce projet, même si un tassement du secteur est anticipé.


Philippe Gumy
Vendredi 31 octobre 2008



Le Temps: Vous avez annoncé récemment la fondation d'une nouvelle société, Fleurier Ebauches, dans le canton de Neuchâtel. Quand sera-t-elle opérationnelle?

Karl-Friedrich Scheufele: Dès le mois de décembre. Une petite équipe y travaille déjà. Nous allons investir dans un premier temps environ 15 millions de francs dans la rénovation du bâtiment industriel, acheté l'an dernier et qui abritera cette fabrique d'ébauches de mouvements et de composants horlogers, ainsi que dans l'achat de machines. Les travaux seront échelonnés sur deux à trois ans. A cette échéance, Fleurier Ebauches occupera une cinquantaine d'employés. Notre démarche s'inscrit dans la suite logique de la fondation de Chopard Manufacture en 1996. Cette société jouxte Fleurier Ebauches et compte aujourd'hui 160 employés.

- Qu'est-ce qui distingue les deux filiales?

- Chopard Manufacture produit des mouvements haut de gamme, qui sont pour l'instant uniquement destinés à nos collections L.U.C. Nous nous sommes rendu compte que nous devions accroître notre production de mouvements «maison» afin de faire face à la hausse du nombre de montres fabriquées. Pour ce faire, il fallait plus de place, plus de machines et travailler de manière plus industrielle. Il faut se rendre compte que l'offre de mouvements ne suit actuellement pas la demande, qui est restée jusqu'ici très vive. En verticalisant notre production, nous nous assurons la fourniture des ébauches.

- Songez-vous à des rachats de sous-traitants?

- Nous préférons la voie organique.

- Combien de montres avez-vous produites l'an dernier?

- Environ 75 000 pièces sont sorties de nos ateliers horlogers en 2007. L'horlogerie représente 60% du chiffre d'affaires de Chopard, et la joaillerie (75 000 pièces également) 40%. Notre chiffre d'affaires 2007 est bien supérieur à 800 millions de francs (ndlr: à comparer avec 720 millions de francs en 2006. Cette année, les ventes sont en hausse, mais Chopard ne donne pas de taux de progression).

- La crise financière prend des dimensions mondiales. En ressentez-vous des effets?

- Nous observons un ralentissement aux Etats-Unis. Certains détaillants nous demandent notamment de ralentir nos livraisons. Mais pour l'instant, il s'agit du seul marché qui subisse un réel impact.

- Quelles sont vos attentes pour 2009?

- Il y a très peu de visibilité, mais il est clair que nous anticipons un tassement dans notre secteur. Reste que l'ampleur de ce phénomène reste très difficile à estimer à l'heure actuelle. Cela nous incite à nous montrer très prudents. En clair, les investissements qui ne sont pas absolument indispensables sont revus, mais cela ne concernera certainement pas la partie horlogère à Fleurier. Nous devons constamment agir dans l'intérêt de l'ensemble du groupe Chopard, qui regroupe près de 1800 collaborateurs dans le monde, dont plus de 700 à Meyrin (GE).

- Pensez-vous que les pays émergents permettront de compenser la baisse de l'activité en Europe et aux Etats-Unis?

- L'horlogerie de luxe dispose aujourd'hui d'une clientèle beaucoup mieux diversifiée géographiquement qu'il y a encore une quinzaine d'années. Le Vieux Continent et les Etats-Unis étaient alors clairement les principaux marchés, suivis assez loin derrière par l'Asie. La situation a beaucoup changé. Le groupe est aujourd'hui très bien représenté en Asie et en Europe de l'Est. Notre situation est mieux équilibrée.


Fin du super-cycle en vue pour les exportations horlogères
Les ventes de montres risquent de plonger l'an prochain.
Philippe Gumy
Les perspectives s'assombrissent pour le monde horloger suisse. Dans une récente étude intitulée «Acheter des montres: peut-être pas ce Noël (ni même le suivant)», le courtier Kepler n'y va pas par quatre chemins: il prophétise une chute de 10% des exportations de la branche l'an prochain. Puis une stagnation en 2010. «Nous ne croyons plus que la clientèle des marchés émergents, qui a constitué jusqu'à la moitié de la demande en montres suisses, pourra contrebalancer un ralentissement dans les pays occidentaux. La récession s'y annonce plus profonde et plus longue qu'anticipé, et probablement aussi sévère que celle survenue en 1982, sous l'ère Reagan-Thatcher», commente John Cox, l'auteur du rapport. Il ajoute que «le super-cycle horloger qui a duré de 2004 à 2008 est désormais terminé».

A la Fédération horlogère suisse (FHS), l'économiste Philippe Pegoraro n'est pas aussi alarmiste. Il rappelle que la branche va enregistrer cette année un nouvel exercice record. Ses exportations ont augmenté de 13,3% au cours des neuf premiers mois de l'année, sur un an, à 12,5 milliards de francs. Et après un début de tassement en été, les livraisons ont repris de la vigueur en septembre, pour atteindre +15,1%. Même les Etats-Unis affichent une croissance supérieure à 10%!

Nuances

«Mais il est clair que la crise financière commence à avoir un impact sur l'économie réelle», reconnaît Philippe Pegoraro. La FHS en vient par conséquent à «nuancer» quelque peu ses attentes pour 2009 et parle désormais de «ralentissement». Reste que tous les fabricants de montres ne seront pas logés à la même enseigne et ceux actifs dans le luxe pourraient mieux s'en sortir que les segments d'entrée et de milieu de gamme.

Kepler a pour sa part déjà tiré les conclusions de ses analyses: il recommande de vendre les actions Swatch et Richemont. Le courtier pense que les ventes du groupe de Nicolas et Nick Hayek devraient diminuer de 7,9% en 2009 tandis que celles de Richemont devraient croître de 6,1%. Mais la rentabilité de cette multinationale, numéro deux mondial du luxe derrière LVMH, devrait davantage souffrir que celle de Swatch Group


http://www.letemps.ch/template/economie.asp?page=9&article=242949

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu : «Chopard ressent un ralentissement de ses affaires aux Etats-Unis»
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu: La menace de récession aux Etats-Unis
» Actu : Pas de «black-out» entre la Suisse et les Etats-Unis
» Actu: Aux Etats-Unis, le secteur du luxe redoute la déprime
» Actu: Tag Heuer confie les Etats-Unis à Benjamin Beaufils
» Actu: Les États-Unis, là où il faut être pour Rolex

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: