FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu : Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu : Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld Empty
MessageSujet: Actu : Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld   Actu : Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld EmptySam 21 Mar 2009, 18:18

Citation :
Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld
Philippe Gumy
(AFP)

Le salon mondial de l’horlogerie démarre jeudi prochain, pour une semaine. L’événement sera crucial pour l’emploi, car de nombreuses entreprises tournent au ralenti. Les commandes pourraient y diminuer de 15 à 30%

A quelques jours de l’ouverture du Salon mondial de l’horlogerie, Baselworld, la branche semble avoir perdu le nord. Les exportations des horlogers suisses ont plongé de 22% au cours des deux premiers mois de l’année, après un dernier trimestre 2008 déjà calamiteux. D’Ebel à Girard Perregaux, en passant par Raymond Weil, Zenith, Roger Dubuis ou encore Chopard, nombre de sociétés ont commencé à tailler dans leurs effectifs, par petites charrettes pour l’instant. Et la liste s’allonge de semaine en semaine. Seuls Swatch Group et Rolex ont pour l’instant clamé haut et fort qu’ils ne prévoyaient pas de suppressions d’emplois.

Pour le seul canton de Neuchâtel, 300 à 500 postes sont déjà passés à la trappe, évalue Eric Thévenaz, du syndicat Unia. Sur l’ensemble de l’Arc jurassien, le total dépasse largement les 1000 emplois biffés, dans une branche qui compte près de 50 000 collaborateurs. «L’inquiétude est palpable dans de nombreuses manufactures et chez les sous-traitants», constate Olivier Amrein, responsable du secteur horloger pour Unia Genève. Certains jours, désœuvrés derrière leurs établis, les employés sont affectés à des tâches de rangement. Une situation encore impensable il y a un an, lorsque le secteur surchauffait.

Publicité
Dans ce contexte, le salon Baselworld, qui ouvre ses portes jeudi, tiendra le rôle du phare qui guide les marins. Lors d’une rencontre avec la presse, Martin Bachmann, le patron de Maurice Lacroix, à Saignelégier, résumait la problématique en expliquant que si les commandes s’y avéraient insuffisantes, il serait obligé de prendre de nouvelles mesures d’économies. Sa société vient pourtant de supprimer huit emplois…

«Dans la haute horlogerie, certaines marques décrochent entre 70 et 80% de leurs commandes annuelles à Baselworld», évalue Alessandro Migliorini, analyste chez Helvea. L’événement est certes moins important pour les sociétés actives dans l’entrée et le milieu de gamme: Tissot, membre de Swatch Group, n’y réalise que 10% de ses commandes environ. Mais Bâle – outre sa formidable vitrine – leur sert de baromètre.

Au jeu des prévisions, le pessimisme l’emporte. Dans une étude publiée cette semaine, Jon Cox, analyste chez le courtier Kepler, avance une baisse des commandes de l’ordre d’un tiers. Pour Alessandro Migliorini, le recul pourrait en revanche se limiter à 15-20%. La fourchette est donc large et l’opacité savamment entretenue par les acteurs de la branche.

Lors d’une conférence de presse mercredi à Genève, le directeur de Swatch Group, Nick Hayek, s’est voulu rassurant. Confrontés à des problèmes de liquidités suite au gel du crédit consécutif à la faillite de Lehman Brothers en septembre dernier, les détaillants ont déstocké, a-t-il expliqué. Trop. Au point qu’ils n’auraient désormais plus assez de garde-temps pour garnir leurs présentoirs. Nick Hayek s’attend donc à un rattrapage dont les prémices se manifestent déjà, chez Swatch Group, par une hausse des ventes en mars.

Reste que l’optimisme du géant biennois fait presque figure de fausse note dans un requiem. Président de la direction de Rolex, Bruno Meier a ainsi indiqué en janvier dernier au Temps qu’il s’attendait à ce que les ventes de son groupe régressent cette année, et même en 2010. Richemont, surtout présent dans la haute horlogerie, affirmait à la veille de son salon (le SIHH à Genève) n’avoir «aucun motif d’optimisme pour l’heure».


Une chose est sûre, les marques les plus exposées au marché américain, comme Rolex ou Tag Heuer, affrontent un véritable cyclone. Sur janvier-février, les exportations de montres à destination des Etats-Unis – le deuxième marché mondial après Hongkong – se sont effondrées de près de 40%. Et la crise du crédit y demeure extrêmement aiguë.

http://www.letemps.ch/Page/Uuid/4f975c06-1599-11de-9134-960db0f20de9%7C1

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu : Le monde horloger suisse attend fébrilement l’ouverture de Baselworld
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu : Réuni à Genève, le monde horloger s’attend à un été meurtrier
» Actu : Chopard: l'horloger réduit ses effectifs et attend Baselworld
» Actu Baselworld, le plus grand salon horloger du monde, jette l’éponge pour 2021
» Reportage TV sur Baselworld 2013 et le paysage horloger Suisse
» Actu: L’horlogerie suisse, un monde de géants (I)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: