FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
Partagez
 

 Omega

Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54615
Date d'inscription : 05/05/2005

Omega  - Page 3 Empty
MessageSujet: « Chronostop » le chronographe atypique d’Omega   Omega  - Page 3 EmptyMer 12 Juin 2019 - 20:19

« Chronostop » le chronographe atypique d’Omega




Le nom du modèle Chronostop résonne comme celui d'un jeu radiophonique ou de société et pourtant, le Chronostop d'Omega est bien un chronographe de la maison de Bienne. Ce chronographe est fait pour mesurer des temps très courts de moins d'une minute qui représentent la très grande majorité des mesures faites par le porteur d'un chrono. Omega, en maison experte des chronométrages sportifs, a donc "dépouillé" et simplifié au maximum son modèle pour l'adapter à une utilisation sportive. Le résultat est d'une redoutable efficacité
.

Jeunesse et modernité

Né en 1966, le Chronostop est d'une modernité qui n'a pas pris une ride, malgré plus de 50 ans d'âge. Résolument "jeune" le modèle né dans la collection "Seamaster" est transféré en 1967 dans la collection "Genève" d'Omega, au succès de laquelle il contribue. La marque en imagine une version spéciale à porter sous le poignet avec le midi décalé à 3 heures. Les concepteurs de la montre axent leurs efforts sur la lecture rapide de l'heure.

Omega  - Page 3 Omega_62

Omega présente un prototype avec la couronne à 3 heures qui obtient le prix d'honneur dans la catégorie des "chronographes et montres pour le sport" du concours organisé par la Fédération Horlogère Suisse, pour stimuler les efforts de création de ses adhérents à la veille de l'Exposition Universelle de Montréal en 1967. Le lancement publicitaire dynamique du modèle contribue sans nul doute, à ce qu'il devienne la montre officielle des chronométreurs Omega aux jeux panaméricains de Winnipeg de 1967, puis aux Jeux Olympiques de Grenoble et de Mexico de 1968. La montre reçoit en outre, le prix d'Esthétique industrielle de la foire de printemps d'Utrecht en 1968. Marco Richon ancien conservateur du musée Omega explique dans son livre "Voyage à travers le temps" qu'en 1970, la montre fait l'objet d'une promotion spectaculaire auprès de la jeunesse italienne grâce à un grand concours à but didactique lancé par "Omega Science Foundation" et appuyé par le ministère de l'instruction publique.

Omega  - Page 3 Omega_63

Les cadrans des Chronostop sont soit de type classique, soit munis de lunettes intérieures fixes "tachyproductométrique", télémétrique, pulsométrique ou décimale, soit enfin d’une lunette tournante avec une commande située à 10 heures. Ces lunettes mobiles portent soit une échelle de type "plongeur" graduée de 0 à 60, soit une échelle spéciale "Régate" graduée à rebours de 60 à 0 avec les dix dernières minutes en bleu et rouge, soit encore une variante "Pilote", graduée 1/2 13/24 permettant d'obtenir l'heure dans deux fuseaux horaires.
Les cadrans des versions "Genève" prennent des couleurs diversifiées ce qui donne au modèle un aspect très attrayant. On retrouve ainsi des versions gris anthracite, blanc ivoire, bleu, vert foncé, rouge bordeaux et brun.

Omega  - Page 3 Omega_64

La montre s'utilise au quotidien comme le souhaite son porteur, soit en laissant la trotteuse fixe, soit en la faisant tourner sans risque d'usure prématurée car il s’agit d’une seconde indirecte, système éprouvé sur nombre d'autres mouvements. La différence ici est qu'on peu la stopper à sa guise. Cela diffère des chronographes qu'il est parfois déconseillé de laisser tourner en "prise".


Deux mouvements pour une légende

Le mouvement originel de 1966 est référencé 865, calibre de chronographe mis au point par Lémania et de la même famille que le fameux 861 qui équipe alors la Speedmaster Professionnal. Le poussoir est à deux heures pour le départ, l'arrêt doit être maintenu en pression pour lire le temps mesuré et son relâchement provoque la remise immédiate à zéro de l'aiguille centrale. Celle-ci reste fixe en utilisation normale mais le porteur a aussi le choix de la laisser tourner. La version classique est étanche à 60 mètres mais sa variante avec lunette intérieure tournante dite plongeur (réf ST 145.008) voit son étanchéité testée à 120 mètres. Par la suite, Omega propose en 1968 un calibre référencé 920 dans les versions Genève, mouvement qui sur son prédécesseur, offre l'avantage de disposer de la date. Le Chronostop est emboité d'abord dans des boites de forme tonneau, puis dans des carrures proches des célèbres modèles Dynamic. Ces versions de 42 mm de diamètre, sont dessinées et fabriquées par Fontana et exclusivement livrées à l'agent italien De Marchi. De l'emboitage des Dynamic, cette version reprend la boite monocoque "Uniloc" qui s'ouvre en retirant le verre après avoir séparé la tige et propulsé de l'air dans la montre. Le bracelet se fixe par une attache qui s'adapte au fond de la montre et est tenue par une bague vissée. Le système préserve le mouvement de l'humidité et des poussières.

Omega  - Page 3 Omega_65

La carrure de la version "Tonneau" à lunette tournante mesure 41 mm, un diamètre des plus contemporain qui fait passer ce chronographe pour être fraichement sorti des ateliers. Si les versions avec ce type de lunette sont les plus recherchées par les collectionneurs, les autres versions n'en sont pas moins prisées malgré un diamètre soit identique, soit plus petit. C'est indéniablement le côté pratique qui emporte l'adhésion car au lieu de s'encombrer avec plusieurs poussoirs, le porteur n'a finalement qu'une action possible : Déclencher, lire et relâcher pour revenir à zéro, cela dans un geste simple. Quand on sait que plus de 90% des temps chronométrés par les utilisateurs de chronographes sont inférieurs à une minute, l’intérêt du Chronostop apparait évident. Pourtant les premières versions ont créé une frustration, celle de ne pas pouvoir totaliser les minutes chronométrées. Omega céda donc à cette demande des clients relayés par les détaillants. C'est ainsi que la version dotée du mouvement 930 a vu le jour, une version plus proche des chronographes classiques.
La version équipée du calibre 865 fut fabriquée en 124 000 exemplaires, un chiffre important pour un modèle spécial. La version dotée du mouvement 920 fut réalisée en 61 000 exemplaires, ce qui porte la production totale des différentes versions à 185 000 pièces. Ces deux mouvements ne furent emboités que dans des Chronostop. Ils fonctionnaient à une fréquence de 21 600 alternances comme beaucoup de calibres Omega de l'époque et comportaient 17 rubis. Leur réserve de marche est de 40 heures pour un diamètre contenu de 27 mm. Jamais réédité par Omega, le modèle a indirectement inspiré Zenith qui en 2011 proposa un modèle avec les mêmes fonctionnalités et baptisé "Retrotimer". Celui-ci rappelle la version d'Omega dotée du calibre 920 mais la pièce de Zenith dispose en plus d'une petite seconde qui tourne en permanence et rassure le porteur sur le fonctionnement de sa montre. La grande trotteuse a alors le même usage que celle du Chronostop.

Le concept est innovant et le succès du Chronostop est immense dès ses débuts, ceci malgré la vague déferlante des montres à quartz qui marque le début des années 1970. Cela démontre sans doute que si une manufacture est présente avec un bon produit, celui-ci conserve toute sa place. Omega a su multiplier les innovations qui ont reçu l'adhésion du public avec des montres pratiques et intuitives. Celles-ci ont connu un véritable succès commercial et ont si bien marqué leur temps qu'elles suscitent aujourd'hui l'intérêt des collectionneurs qui trouvent avec Omega une mine de diversité de pièces sans égale.

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).


Dernière édition par ZEN le Mer 12 Juin 2019 - 20:38, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54615
Date d'inscription : 05/05/2005

Omega  - Page 3 Empty
MessageSujet: Memomatic, la montre agenda d’Omega   Omega  - Page 3 EmptyMer 12 Juin 2019 - 20:38

Memomatic, la montre agenda d’Omega




Omega  - Page 3 Omega_70


Les années 1960 sont aussi riches de créations horlogères que de noms de baptême donnés à des modèles, qui dans les vitrines des boutiques, prennent le pas sur les références alphanumériques peu pratiques à mémoriser pour les consommateurs. Le nom du modèle Mémomatic d'Omega est né de cet engouement pour la désignation par un véritable nom original des produits de la maison de Bienne. Il voisine avec Chronostop, Dynamic, Ladymatic et quelques autres, dans les catalogues Omega.


Omega  - Page 3 Omega_67




Un agenda et non une montre réveil

La Mémomatic est une montre qui sonne non pas pour réveiller son porteur, car pour cela la sonnerie est bien trop faible, mais pour lui rappeler un rendez-vous. Ce n'est surtout pas une montre réveil mais simplement une montre alarme, un "Agenda du poignet" conçu pour avertir son porteur de manière "douce et harmonieuse" que l'heure mémorisée est arrivée. C’est ainsi que ce modèle emblématique fut présenté lors de sa sortie.

Un barillet à double usage

Omega  - Page 3 Omega_68


En présentant cette montre en 1970, Omega signe discrètement une prouesse technique sans précédent. C'est en effet, la première montre automatique à rotor équipée d'un seul et unique barillet qui alimente autant le mouvement horaire de la montre, que le dispositif de sonnerie. Ce dernier consiste en un marteau qui vient frapper une sorte de lame vibrante en forme de cloche qui recouvre le mouvement. Un seul tour de barillet suffit à alimenter la sonnerie afin d'économiser l'énergie sans trop empiéter sur la réserve de marche horaire. Le système est particulièrement astucieux car il ne consiste pas dans la juxtaposition de deux mécanismes distincts. Omega souligne dans sa publicité internationale du moment, l'exclusivité de son invention intégrée dans une montre étanche à 60 mètres. Ce choix de boite contribue indéniablement à limiter la puissance de la sonnerie enfermée dans l'acier. Par comparaison, sur le modèle Memovox de Jaeger Lecoultre, c'est le fond de la boite qui sert de caisse de résonnance. Le timbre de la sonnerie est donc beaucoup plus audible mais la montre est une "montre réveil" avant tout et sa vocation est donc différente.    

Des rendez-vous à la minute près

Omega  - Page 3 Omega_66


La Mémomatic renferme d'autres qualités qui contribuent tout autant que son mécanisme à la rendre particulièrement intéressante. En effet, elle est aussi la première montre à sonnerie "alarme" dont le déclenchement peut être réglé à la minute près, grâce à un affichage consistant en deux disques mobiles comportant le repère des heures de la sonnerie sous forme de triangle pour l'un et celui des minutes, pour l'autre, grâce à un double trait. Le système a été inventé par Raoul-Henri Erard, ce dispositif a fait l'objet d'un brevet N° 513.447 déposé le 7 octobre 1968 et publié à partir du 28 mai 1971.  
Par ailleurs, le modèle proposé par Omega comporte un affichage de la date, une date que l'on ajuste rapidement par un poussoir situé sur le côté droit de la carrure entre la commande de la sonnerie et la couronne de remontage du mouvement. Ce poussoir se manipule avec une pointe de type "stylo à bille". Chaque pression fait avancer le disque de date d'une unité par un système à saut instantané. Là aussi, le système est très ingénieux car il évite de multiplier les positions de la couronne qui une fois la commande de sonnerie tirée à fond, permet la mise à l'heure de la sonnerie. Ce dispositif évite également d'avoir à tourner la couronne de manière prolongée pour aller rechercher la bonne date.

Omega  - Page 3 Omega_69

Le mouvement Omega 980 qui équipe cette montre a été développé par Lémania. Cette maison présentée comme marque "une sœur" à l'époque, fournit à Omega la grande majorité de ses mouvements. Le modèle a connu une diversité de couleurs de cadrans mais seulement deux emboitages. L'une des versions est présentée dans une boite tonneau et l'autre, dans une boite dite Pilote qui est très en vogue dans les années 1970 et habille des chronographes qui vont marquer l'histoire d'Omega dont notamment le modèle "Flightmater" et la "Flat Jedi". Cette forme a été remise à l'ordre du jour récemment par Omega qui en a retenu le design pour son chronographe Z33.

La Mémomatic est une montre qui bien réglée est capable de records de précision comme nombres de mouvements qui équipent les montres Omega. Fiable et peu fragile, elle n'aurait sans doute plus sa place dans le monde contemporain où les téléphones sont utilisés massivement pour leur capacité à tenir les agendas et le cas échéant, à servir de réveil ou d'alarme. Des appareils peuvent évidemment aussi donner l'heure ce qui n'a pas entaché l'intérêt pour l'horlogerie mécanique. En 1969, rien de ces équipements électroniques n'existait et la fascination pour ce type de dispositif mécanique sonore lui garantissait son succès. La diversité dans l'offre de couleurs des cadrans et de l'aiguille de trotteuse a contribué à faire apprécier le modèle mais le faible niveau sonore de sa sonnerie a condamné la Mémomatic à une carrière courte qui a pris fin au milieu de la décennie qui l'avait vue naître.

Il reste de ce modèle près de 50 ans plus tard, un objet de collection au charme mécanique désuet mais dont l'esthétique lui confère une modernité qui donne plaisir à la passer au poignet. La nostalgie de la mode des années 1970 rend ses couleurs très contemporaines et comme le modèle était fait pour être porté aussi bien en costume qu'en tenue de sport, elle fait partie de ces modèles de collection qui ne restent pas dans les tiroirs mais bien au contraire connaissent une nouvelle vie active. Voilà de quoi se réjouir d’entendre sonner ses rendez-vous !

Droits réservés - Forumamontres- Joël Duval - Juin 2019

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54615
Date d'inscription : 05/05/2005

Omega  - Page 3 Empty
MessageSujet: Le Chronographe Omega de Walter Jakobson Champion olympique    Omega  - Page 3 EmptyJeu 18 Juil 2019 - 20:11

Le Chronographe Omega de Walter Jakobson Champion olympique de patinage artistique

Omega  - Page 3 Omega_72


Toutes les montres anciennes ont leur histoire, leur parcours, leur vécu à côté d’hommes et de femmes qui les ont possédées un temps de leur vie avant de les transmettre à un descendant, un ami, un marchand, un collectionneur. Chacun a inscrit un épisode de sa vie où l’heure donnée par la montre a compté plus que de raison. Les chronographes anciens ont souvent une histoire singulière.



L’heure du patineur



Omega  - Page 3 Walter10


Le nom de Walter Jakobsson nous renvoie au début du 20ème siècle et plus précisément à l'année 1910 quand ce patineur artistique finlandais commença à remporter des médailles dans sa discipline, aux championnats du monde. Patineur en individuel, c'est surtout en couple que Walter Jakobson s'illustra en remportant avec sa partenaire Ludowika une médaille d'or en couple aux Jeux olympiques d'été de 1920 à Anvers, puis une médaille d'argent à Chamonix en 1924. Le palmarès du couple comprend en outre, une multitude de médailles d'or et d'argent aux championnats du monde de 1910 à 1914 puis en 1922 et 1923.
Walter et Ludowika, de son nom de jeune fille Eilers, se sont mariés en 1911, ce qui fit acquérir la nationalité finlandaise à la jeune femme. Le couple voue à sa discipline une passion sans faille et pratique le patinage de manière intensive jusqu'en 1928. Ils deviennent alors tous les deux juges dans leur discipline et, à leur tour, apprécient les performances des patineurs.
Walter Jakobsson est né le 6 février 1882 à Helsinki. Il a 46 ans en 1928,  ce qui représente aujourd'hui un âge canonique pour pratiquer ce genre de discipline à un niveau olympique. Walter et Ludowika sont pratiquement inséparables et pour pratiquer leur activité de juge sportif, ils s'équipent d'un chronographe Omega. Que choisir de mieux alors que la manufacture de Bienne est déjà la maison qui se charge du chronométrage officiel olympique ? Ce chronographe sert alors à chronométrer les épreuves et à s'assurer que les figures rentrent bien dans les temps prescrits. Le patinage artistique est une discipline exigeante qui demande précision et dextérité.  

Un chronographe Omega comme une évidence


Omega  - Page 3 Omega_73

La pièce est en acier Staybright et son numéro de série la date du début de l'année 1936. D'un diamètre de 52 mm, le chronographe est équipé d'un cadran en émail, d'aiguilles en or pour les indications horaires et d'aiguilles bleuies pour les fonctions de chronométrage. La lisibilité est ainsi assurée de manière fiable. Comme sur les chronomètres conçus et fabriqués par Lémania pour Omega qui ont succédé aux chronographes dotés de mouvement strictement internes à Omega à partir de 1929, le calibre de conception moderne référencé 130 39 CHRO était doté de 17 rubis et d'un totalisateur 30 minutes à progression continue. Antimagnétique, ce chronographe est architecturé avec une cadrature LeCoultre. La cadrature est l’assemblage des pièces qui meuvent les aiguilles. Extrêmement précis et facile à régler, ce chronographe a des caractéristiques de chronomètre et garantit une heure précise, ceci que la fonction chronographe soit enclenchée ou non.

Omega  - Page 3 Omega_74


La pièce ne comporte aucune trace visible de son propriétaire initial et ce sont donc les indications données par ses propriétaires successifs qui permettent d'en établir la traçabilité. Le chronographe est resté en Finlande jusqu'à une période récente. S'il n'a pas de signe distinctif de son riche passé, il n'en est pas moins le témoin de performances exceptionnelles dans une discipline sportive difficile et très appréciée du public. La pièce aurait servi notamment à apprécier les performances de Sonie Henie, une très grande patineuse et une actrice finlandaise a succès qui vit ses performances de patineuse artistique appréciées et jugées par le couple Jakobsson. Née à Christiania le 8 avril 1912, elle mourut tristement d'une leucémie le 12 octobre 1969 dans un vol Paris-Oslo. Elle fut trois fois championne olympique et dix fois championne du monde, un record qui reste encore à battre. Elle était la fille de Wilhelm Henie, champion du monde de cyclisme sur piste en 1894. Elle remporta des médailles à partir de l'âge de 10 ans et jusqu'en 1936 puis elle opta pour la comédie.

Omega  - Page 3 Ludowi10


Le couple Jakobson officia en qualité de juges sportifs des épreuves de patinage artistique jusqu'aux années 1950. Walter mourut en 1957 à Zurich à l'âge de 75 ans et son épouse le rejoignit en 1968 à l'âge de 84 ans. Les Jakobsson ont laissé le souvenir de patineurs les plus doués de leur génération. Le choix d'Omega s'est sans nul doute imposé pour eux par l'omniprésence de la marque lors des Jeux Olympiques et plus généralement à l'occasion des compétitions sportives internationales. Pour eux, posséder un chronographe Omega revenait à détenir un instrument de qualité professionnelle, il renvoyait à un chronométrage de professionnels de la compétition sportive dont Omega était avec Longines le leader incontestable. La pièce leur fait un clin d'œil en se faisant accompagner de leur histoire. Le collectionneur du 20ème siècle aurait adoré que le nom des Jakobsson fut gravé sur la pièce pour en signer l'appartenance mais son anonymat est un gage d'humilité, cette humilité, qui des grands, fait des géants.

Droits réservés - Forumamontres - Joël Duval - Juillet 2019

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 54615
Date d'inscription : 05/05/2005

Omega  - Page 3 Empty
MessageSujet: Le Chronographe Omega de l’armée des cadets australienne   Omega  - Page 3 EmptyDim 29 Sep 2019 - 16:53

Il y a un peu plus de 18 mois, un site marchand relayait une annonce de vente passée par un Américain portant sur un chronographe de poche ancien Levinson en argent. L'annonce n'en disait pas beaucoup plus et les photos toutes plus floues les unes que les autres n'apportaient rien. Le prix était assez élevé mais pas exorbitant et je tentais donc de contacter le vendeur.
Ce dernier m'expliqua que c'était un chrono américain d'une ville de l'ouest mais qu'il n'en savait pas davantage car il le tenait de son père récemment décédé qui ne lui en avait jamais parlé.

Plusieurs choses m'interpelèrent. D'abord la gravure sur le fond, puis la faible usure du godronnage, la qualité du cadran avec de grands compteurs, le fait que ce soit une savonnette et que le calibre soit un Omega 19 Chro, ce qui n'avait nullement impressionné le vendeur.
Une vingtaine de jours plus tard, le chrono était à moi et il me fut livré après une quinzaine de jours de transport.
Je fis alors les contrôles habituels que j'opère sur ces pièces : Contrôle de fonctionnement, vérification des charnières, test du verre… Après 4 jours, le chrono s'avérait précis et sans besoin urgent d'un stage chez l'horloger. Je le fis fonctionner une petite quinzaine de jours encore et commençais à l'examiner. A l'intérieur du couvercle, une gravure effacée par grattage attira mon intérêt et avec des loupes diverses, je me mis à tenter de déchiffrer ce qu'on avait voulu occulter.

Il y avait une date déchiffrable et des lettres correspondant à des bribes de mots mais rien d'accessible en interprétation immédiate. C'est donc par le nom sur le cadran que je dus commencer la recherche... "Levinson & son Perth.W.A." … Cela me ramenait en Australie et non aux USA. La datation du calibre permettait d'avancer plus avant et de dater à 1906 cette montre. Parmi les lettres effacées  "AAC" restait détectable. La date s'avérait plutôt être un numéro d'inventaire… Oui mais de quoi ? L'un des mots était sans doute "cadets et un autre australian mais le troisième était totalement détruit à une lettre près…"

Je fouinais donc en approfondissant mais assez vite la mention de Perth et celle de cadets m'orientèrent vers l'armée des cadets. Tout concordait et avec une loupe très puissante éclairée, je pus déduire que le mot manquant était army… Ainsi cette montre était un chronographe de l'armée des cadets australienne. Mais alors pourquoi une savonnette alors qu'une montre Lépine est plus facile d'utilisation ? J'interrogeais un "ancien militaire", collectionneur d'objets militaires, qui me dit que mon avis était trop hâtif et qu'au contraire, une savonnette protégeait le verre pendant le transport. Il m'expliqua que les chronos Lépine étaient des chronos d'action militaire mais que pour les entrainements, quand il fallait déplacer les troupes, c'était bien plus pratique d'utiliser une savonnette. Quand ce militaire vit la pièce, il me dit que le fait qu'elle fut en argent n'avait rien d'étonnant car avant la guerre 14, les militaires de toutes les armées se faisaient plaisir … Cela s'est compliqué plus tard. Pour lui, pas de doute, j'avais correctement identifié ce chrono et c'était une prise très intéressante.

Après 4 mois et quelques dizaines d'heures, la montre avait raconté son histoire … La voici dans sa version écrite et sa version Podcast ...





Le Chronographe Omega de l’armée des cadets australienne


Omega  - Page 3 Omega_98



Les montres recèlent parfois des secrets bien cachés. C’est le cas, lorsqu’une main a voulu discrètement faire disparaitre une gravure qui, en quelques mots inscrits dans le métal précieux à l’intérieur d’un fond ou sur un cache poussière de montre, permettaient de retrouver la trace d’un ancien propriétaire. Souvent c’est par pudeur, que la main « effaceuse » aura voulu dissimuler le nom de l’ancêtre qui a possédé une pièce parce que la vie privée des familles doit parfois rester secrète au point de ne jamais laisser un objet quel qu’il fut, en témoigner. Il faut alors aller bien plus loin pour reconstituer ce que fut l’histoire de l’objet.


Un Chronographe Omega rebaptisé au nom de son marchand


Le chronographe savonnette Levinson & Sons nous conduit à Victoria en Australie en 1906. La maison Levinson & Sons "Jewellers, Opticians and Watchmakers" s'est installée depuis 1854 à Barrack St, Perth, WA (Western Australia). A l'époque les grandes manufactures d'horlogerie sont à l'affut des marchés et d'une clientèle nouvelle. L'Australie est à la fin du 19ème siècle un territoire plein de promesses commerciales. Dans le domaine horloger, les montres anglaises et américaines sont là-bas les plus courantes et l'horlogerie suisse peine à trouver ses marques. Levinson est une maison fort connue, qui a le statut d'une institution, comme peut l'être en Europe Kirby Beard, la célèbre maison londonienne, qui a ouvert à Paris une succursale dans le quartier de l'Opéra et y connait un immense succès jusqu’à l’aube de la première guerre mondiale. Cette maison porte à l’époque littéralement la marque Omega.

Omega  - Page 3 Omega_97

Omega a délibérément choisi de nouer des partenariats privilégiés voire de se faire représenter dans un certain nombre de pays par des distributeurs en vue qui sont toujours de grande maisons. L’intérêt pour la manufacture de Bienne est de bénéficier à moindre frais d’une large diffusion auprès de clientèles fidèles à leur boutique. C’est le cas de Levinson & Sons dont la réputation attire toute la bourgeoisie locale et dont la pérennité rassure les clients. Omega trouve sa place chez Levinson car la manufacture suisse bénéficie déjà d’une notoriété mondiale qui récompense sa maitrise de la précision grâce à des montres de grande qualité facile à réparer. Omega et Longines détiennent un véritable leadership dans la fabrication de chronographes. Les montres savonnettes sont le signe d'une élégance remarquable. Elles ont aussi une solidité supérieure liée à la présence d'un couvercle qui vient en protection du verre. Les routes australiennes sont encore assez mauvaises et tout ce qui est à bord des voitures peut s'envoler au gré des nids de poules. Ceux qui pratiquent les activités liées à l’automobile et plus généralement aux sports sont les premiers grands clients des chronographes. La pratique du sport va directement faire évoluer la cause nationale australienne.


Le sport comme cause nationale


En 1904, l'Australie avait participé aux Jeux Olympiques aux Etats Unis à Saint Louis, du 1er juillet au 23 novembre 1904. La délégation australienne n’y fut alors composée que de trois athlètes masculins dans 2 disciplines, l'athlétisme et la natation.
Corrie Gardner qui défend l’athlétisme australien termine 4ième du 110 mètres haies, est purement et simplement disqualifié au concours du saut en longueur. Leslie McPherson un autre athlète est quant à lui, disqualifié du 110 mètres haies et du saut en longueur. C'est donc en natation qu'il faut rechercher la performance. Francis Gailey, le meilleur nageur du pays remporte la médaille d'argent sur 220, 440 et 880 yards nage libre et le bronze sur 1 mile nage libre, les distances sont alors comptabilisées dans les unités de mesures américaines. La délégation australienne remporte finalement 4 médailles dont 3 en argent et 1 en bronze ce qui la place en sixième position au tableau des médailles. Ces victoires entrainent un véritable élan national et créent une dynamique qui mobilise la jeunesse. L’Australie a besoin de trouver des éléments fédérateurs auprès de ses populations les plus jeunes car elle est toujours regardée depuis la Grande-Bretagne comme une sorte de colonie pénitencière ce qu'elle fut effectivement partiellement. Il faut donc cultiver tout ce qui soude le pays. Son développement économique rend l’Australie attractive pour les maisons de luxe anglaises mais il faut rechercher une identité qui démarque le pays de ses dominations antérieures. Les athlètes des JO de 1904 deviennent alors un modèle auprès de la jeunesse.


L’Australian Army Cadets, une institution qui favorise la compétition sportive

En 1906, une organisation de cadets de l'Armée australienne (AAC -Australian Army Cadets) se met en place pour participer à des activités d'entraînement et d'aventure dans un contexte militaire. Le programme est ambitieux et il compte plus de 19 000 cadets de l'Armée âgés de 12½ à 19 ans répartis dans 237 unités autour de l'Australie. La devise est "Courage, Initiative, travail d'équipe " devise à laquelle fut par la suite ajouté "respect".
Le programme des cadets sous contrôle militaire entre dans le programme de défense du pays sans que ses membres ne soient intégrés totalement aux forces de défense australienne en raison de leur âge. Le cadre de formation est une sorte de préparation militaire. Les activités des cadets incluent navigation et course d'orientation, jeux amusants, jeux d'équipe, camps de campagne, exercices cérémoniels, techniques de communication radio, compétences de base en secousse, premiers soins, entretien du matériel, participation aux groupes de cadets, tir au fusil etc...

Un chronographe témoin de son temps

Les épreuves sont, pour la plupart, soumises à des temps chronométrés et c'est dans ce contexte que le chronographe Levinsons & Son fut acquis par l'AAC. Quel meilleur fournisseur aurait-elle pu trouver ? La pièce choisie sans être en or, est une pièce haut de gamme pour l’époque, en argent massif à haut titre de 900 millièmes avec un mouvement 19 Chro, l’un des meilleurs chronographes de poche Omega jamais fabriqués.

Omega  - Page 3 Omega_96

Omega  - Page 3 Omega100

Hélas, les gravures attestant de l'origine de l'instrument furent effacées délibérément sans doute lors de la réforme de ce chronographe qui était la propriété incessible de l'Etat. Ce fut le sort de nombre de montres ainsi gravées dans plusieurs pays. Malgré tout, le chronographe savonnette plus rare que les versions "lépine" est un témoignage intéressant d'une part, de l'activité d'Omega à travers le monde au début du 20ème siècle, mais aussi de la manière dont l'esprit de compétition fut cultivé en confortant l'idée que ce qui est le meilleur est ce qui va le plus vite et que la mesure des performances par le temps est un moyen inégalable de comparer la puissance des hommes.

Omega  - Page 3 Omega_99

Les chronographes utilisés dans les armées ou ce qui s'en rapproche sous forme de montres savonnettes sont rares car le fait de refermer la savonnette est symboliquement une manière de signifier que le temps du repos est venu, un peu comme lorsque le couteau pliant est refermé ou le fusil neutralisé par le blocage de la sécurité.

Nul ne sait combien de chronographes furent ainsi les instruments de motivation des cadets de l'armée australienne mais chacun s’accordera à dire que ces pièces de luxe dénotent un choix qualitatif, inscrit dans la sécurité et la durée. Un choix qui fit entrer discrètement Omega aux abords de l’armée australienne.

Droits réservés - Joël Duval - Forumamontres - Septembre 2019


Le Podcast de FAM



_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Omega
Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» Omega De Ville Prestige Coaxial Petite Seconde
» montre omega numéros de séries ?
» Que serait la passion des montres sans Rolex, Omega, Patek Philippe ...
» ROLEX vs OMEGA ( avec un boitier 36mm)
» Couronne vintage omega en or massif 18K çà existe ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères :: Les Thèmes de l'Admin-
Sauter vers: