FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois...

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN

Nombre de messages : 56372
Date d'inscription : 05/05/2005

Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois... Empty
MessageSujet: Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois...   Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois... EmptyVen 7 Avr - 5:13

PHILIPPE MASPOLI
Publié le 07 avril 2006

Citation :
Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois... Hublot-biver_o7o4o6.body.0001.Image
LE PATRON Jean-Claude Biver, boss de la société Hublot, avec quelques modèles de montres qui ont fait un carton à Bâle: de gauche à droite, l’Ice Bang (15'900 fr.), la Monaco Yacht Club (23'900 fr.), l’Aspen (13 900 fr.) et la Mag Bang (34'900 fr.). / PHILIPPE MAEDER

Jean-Claude Biver n'était pas sur les bords du Rhin hier, pour le dernier jour du Salon mondial de l'horlogerie et de la bijouterie. Il dit être «toussoteux». On peine à le croire, tant il rayonne d'enthousiasme. Le SMS qu'il a envoyé à ses amis en témoigne: «Bâle 2006, fabuleux, incroyable, merveilleux. Je suis comblé et voulais vous faire partager ma joie.»

Avec Hublot, toujours propriété du fondateur Carlo Crocco, l'énergique patron de 56 ans vient d'enregistrer pour plus de 80 millions de commandes. «On a cartonné.» Ce succès est incroyable, en effet. Au printemps 2004, juste avant que Jean-Claude Biver reprenne en main la destinée de la marque, Hublot avait engrangé 6 millions à Bâle. En 2005, c'était déjà l'explosion, avec 21 millions. Le seul revers, si l'on peut dire, de cette réussite, c'est que la fabrique nyonnaise, où l'on travaille bien entendu à la main, devra demander à ses futurs acquéreurs de faire preuve de patience. Des listes d'attente apparaissent: «Un commerçant de Londres m'a montré 16 noms de footballeurs; ces montres vont devenir les plus dures à trouver dans le monde», sourit Jean-Claude Biver.

Une telle explosion peut être comparée à un véritable big bang pour une marque qui s'était endormie après l'apparition, novatrice en 1980, des montres en forme de hublot dotées d'un bracelet en caoutchouc. Big Bang, c'est du reste le nom d'une série innovante lancée en avril 2005. Les mouvements à quartz sont bannis, place à la belle mécanique. Jean-Claude Biver appliquerait-il la même recette qu'avec Blancpain, la marque du Brassus qu'il ressuscita dans les années 80 en redonnant à ses produits le lustre d'un savoir-faire ancestral? «Non, s'enflamme-t-il, c'est la tradition réinventée, une véritable fusion horlogère avec l'avenir et la haute technologie.»

Hublot séduit des acheteurs mordus de high-tech , grâce à des matériaux légers comme le kevlar, la céramique ou le carbone, mis en vogue par les industries automobile et aéronautique. Sans oublier le magnésium, que les horlogers de Nyon ont appris à manier avec l'aide de Marvic, un fabricant italien de jantes pour motos de course. Au cœur de ces garde-temps futuristes, les mouvements mécaniques traditionnels étaient trop lourds. Le titane est donc apparu.

Une telle révolution a un prix. Les Hublot s'achetaient auparavant entre 2000 et 3000 francs. La marque est montée d'un bon cran en direction des hautes sphères du luxe. L'accès à la Classic, la montre des origines retravaillée et relookée, se paie 4000 francs. Pour attacher une Big Bang à son poignet, il faut débourser 9600 francs au minimum. Tout en haut de l'échelle, les riches acheteurs s'offriront un superbe objet serti de diamants à 350'000 francs. Les amateurs de complications horlogères lorgneront vers la Bigger Band et son tourbillon, au prix de 220'000 francs.

Les pieds sur terre

Après le sauvetage de Blancpain, le nouveau souffle apporté à Omega et la renaissance de Hublot, Jean-Claude Biver a-t-il déjà d'autres projets? «Il faut consolider, je ne veux pas d'un feu d'artifice», dit-il. Il adopte la même attitude face aux nouveaux marchés. La Chine, où son fils Loïc, âgé de 24 ans, étudie le chinois, oui, dans quelques années. «Pour devenir une référence dans le monde du luxe, il faut être bien établi en Europe.» La tête dans la haute technologie, Jean-Claude Biver garde les pieds sur terre. C'est d'ailleurs dans une ferme des hauts de La Tour-de-Peilz, où il s'est installé en juillet de l'an dernier, qu'il a trouvé son bonheur avec sa famille.

http://www.24heures.ch/vqhome/le_journal/economie/hublot-biver_o7o4o6.edition=ls.html

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Avec Jean-Claude Biver Big Bang Vaudois...
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: