FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Actu : Tissot, les horlogers globe-trotters

Aller en bas 
AuteurMessage
ZEN
Rang: Administrateur
ZEN


Nombre de messages : 57505
Date d'inscription : 05/05/2005

Actu : Tissot, les horlogers globe-trotters Empty
MessageSujet: Actu : Tissot, les horlogers globe-trotters   Actu : Tissot, les horlogers globe-trotters EmptyMer 25 Juil - 20:58

Tissot, les horlogers globe-trotters

La marque vend près de quatre millions de montres par an. Très tôt, ses fondateurs loclois ont arpenté le monde pour écouler leurs produits.

Rendez-vous dans une prochaine édition rue des Billodes, dans le petit quartier industriel érigé par le visionnaire Georges Favre-Jacot, fondateur de la manufacture Zénith.

Visites guidées du périmètre horloger:

Citation :
à pied, tous les samedis jusqu'à fin novembre, départ 10h devant l'hôtel de ville. En petit train touristique, départ les jeudis, place du Marché, 14h-15h-16h. Les dimanches, à 13h30 et 15h. 032 889 68 95

Ici s'est bâti un empire. Dans leur maison familiale du Crêt-Vaillant 23, au Locle, Charles-Félicien Tissot (1804-1873) et son fils Charles-Emile (1830-1910) fondent en 1853 un établissement d'horlogerie qui allait devenir le leader suisse en volume de montres vendues.

Aujourd'hui demeure un édifice sans fioritures. Quelques plaques commémoratives rappellent le passage d'illustres personnages mais cet ancien atelier de monteurs de boîtes en or garde une allure fort modeste, sans rapport avec le prestige qui devait auréoler la marque ensuite.

Très impliqué dans la vie politique du Locle, Charles-Emile Tissot est un des acteurs de la tribune du 1er mars 1848. Cette année-là, il traverse l'océan Atlantique afin de gagner le continent américain à l'aube de la Ruée vers l'or. Impressionné par sa visite à l'Exposition de l'industrie et des arts de New York en 1853, Charles-Emile Tissot, convaincu des bonnes perspectives économiques pour l'horlogerie suisse, revient alors au Locle et décide son père à investir dans ce secteur qu'il devine plein de promesses.



52 voyages en 43 ansDès le début, plus de 1000 montres faites main sortent chaque année des ateliers. Des objets vendus aux Etats-Unis, à Paris et aussi en Russie où Charles-Emile Tissot part démarcher dès 1858. Il accorde beaucoup de temps au développement de son réseau de vente et accumule les trajets. Sa femme, qui répertorie ses voyages, en compte 52 en 43 ans! Il court le monde pour vendre des objets d'horlogerie, mais aussi pour participer en tant que juge à de grandes manifestations (Exposition universelle d'Anvers 1885, Paris 1889, Chicago 1893...)

Reconnu pour ses talents d'horloger au niveau international, Charles-Emile Tissot occupera aussi de prestigieuses fonctions dans la région puisqu'il sera président du Grand Conseil neuchâtelois entre 1883 et 1892.

A la fin du 19e siècle, l'établissage a fait son temps et les petits ateliers souffrent. Charles Tissot (1860-1936), successeur de Charles-Emile Tissot, investit dans des locaux adaptés à la production industrielle. Dès 1907, une fabrique est installée sur le plateau du Stand, devenu depuis le quartier des Tourelles. En 1915, soit deux ans avant la Révolution russe, dont les répercussions sur le commerce ont été tragiques, cette nouvelle organisation permet de produire 13 000 montres. L'industrialisation réduit les coûts de production tout en assurant une qualité similaire. La transition s'impose aux horlogers de l'Arc Jurassien qui veulent rester compétitifs sur le marché mondial.

La fabrique des Tourelles devient une manufacture dès 1916. Marqué par la crise qui sévit dans les années 1920, Charles Tissot, désormais épaulé par son fils Paul (1890-1951), réagit en créant un holding avec les fondateurs d'Omega en 1930: la Société suisse pour l'industrie horlogère (SSIH).



Après les grands calibres, le milieu de gammeAprès avoir développé une seconde usine aux Tourelles entre 1947 et 1948, Paul Tissot décède brusquement. Son cousin Edouard-Louis (1896-1977) va adopter une stratégie commerciale qui influence encore la marque aujourd'hui en abandonnant la production de grands calibres dès 1958 pour réaliser des montres au prix plus abordable. Un changement de direction qui reste: Tissot continue de proposer des produits de milieu de gamme qui restent de très bonne qualité, Swiss made oblige.

Entre 1958 et 1966, Edouard-Louis Tissot procède à de nombreux aménagements de la manufacture des Tourelles en ajoutant une tour (1961) et une aile au nord (1966), sans oublier la création d'une usine à La Chaux-de-Fonds (1958). Son dernier pari sera un projet de montre mécanique en matière synthétique, l'Astrolon, concept qui ne survivra pas au succès des montres à quartz.

La maison du Crêt-Vaillant 23 a vécu la fin d'une époque. Désormais les petits ateliers ont périclité et l'horlogerie a définitivement changé de visage bien que le savoir-faire traditionnel soit préservé. Intégré au Swatch Group, Tissot est le leader suisse en volume de montres vendues et compte écouler près de 4 millions d'exemplaires durant l'exercice 2012.

Citation :
Premiers anarchistes et lundis bleus
Entre 1850 et 1870, les établisseurs accusent une demande en berne et leurs employés, de moins en moins payés, survivent grâce à un travail prolongé. Apparaissent alors les fameux lundis bleus, quand certains sèchent la première matinée de la semaine, conséquence du dur labeur quotidien plus que des abus festifs de la veille. A l'époque, la journée de travail dure douze heures samedi compris. On comprend que les idées de l'Association internationale des travailleurs (AIT) fondée en 1864 à Londres trouvent un important écho dans la région... Rapidement, plusieurs sections de l'Internationale se forment dans les Montagnes: sous l'influence de Pierre Coullery à La Chaux-de-Fonds et de Constant Meuron et James Guillaume au Locle. Dès 1870 la journée de travail passe à dix heures.

La Fédération jurassienne créée par James Guillaume en 1871 est le premier mouvement anarchiste suisse. Les ouvriers sont sensibilisés à d'autres modèles économiques que le capitalisme avec des actions collectives. Une démarche qui s'articule sur la solidarité active de la région, avec la création d'ateliers et de boutiques coopératifs sur le modèle de l'établissage. On assiste aussi à la naissance d'un plan de caisse de secours mutuel, ancêtre de l'actuelle assurance-maladie. Malheureusement, la conjoncture économique va stopper l'émancipation de la Fédération jurassienne. En Suisse, dans ce contexte d'industrialisation galopante, les anarchistes, qui considèrent les nouvelles manufactures privées comme un moyen supplémentaire d'asservir le prolétariat, deviennent marginaux.



VOYAGE AU LOCLE
C'est sans aucun doute l'un des plus beaux parcs industriels du monde. Constitué d'usines aux allures de manoirs et de maisons de maître entourées de parcs et de bassins, le périmètre horloger du Locle est le sujet de notre série d'été. Aujourd'hui, visite de l'entreprise Tissot, détentrice du record de ventes de montres classiques suisses.

Source Arcinfo

_________________
Contraria contrariis curantur. (Les contraires se guérissent par les contraires).
Revenir en haut Aller en bas
https://sites.google.com/site/hourconquest/
 
Actu : Tissot, les horlogers globe-trotters
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Actu : Les horlogers du passé
» Actu: Les horlogers, ces industriels méconnus
» Actu : La formation au secours des horlogers
» Actu: Industrie 4.0 effraie les horlogers
» Actu : Formation d’horlogers en Angleterre

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: