FORUMAMONTRES
AccueilAccueil  PortailPortail  RechercherRechercher  Dernières imagesDernières images  S'enregistrerS'enregistrer  Connexion  
| |
 

 Revue TAG HEUER MONACO

Aller en bas 
+49
uncledave44
ChristopheH
Doudou-GTi
balsou33
senstrigonometrique
plibou
bruno007
broncos
guits
Arno
DMsrt
ney
LaurentP
sashihiroo
casimir79
canatandavas
fairface
mr-cobra
georges zaslavsky
Stephane2301
i_spike
seiko007
adco86
Aurelien16
MisterP
raoul volfoni
Manivel
Pat51
Nostaltic
Regata Storica
lolofurax55
Guy 67
Raxevis Arcofin
Denis la malice
Jonpi
Jivet
Fred6531
depuis1899
Bubba
atamatik
chesney75
azulseco
pilou
ChrisC75
zesteph
Radi Caldwell
Virgile
Totocatcho
Yann Riquier
53 participants
Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
AuteurMessage
Yann Riquier
Passionné de référence
Yann Riquier


Nombre de messages : 3039
Age : 28
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 24/03/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 18:23

Revue TAG HEUER MONACO  Tag_he13




Dans cette revue je traite de la TAG Heuer Monaco calibre 11 de Steve Mcqueen en quatre parties.

La montre évaluée est très exactement une référence CAW211P une version remasterisée, un hommage, une renaissance du modèle original de 1969 et qui est proposée au catalogue TAG Heuer depuis 2015. 

Quelques années auparavant en 2009, une petite édition limitée à 1000 pièces a été commercialisée en commémoration aux 40 ans du modèle. Cette édition anniversaire (référence CAW211A) n'est pas bien différente de la montre qui lui succède à l'exception de quelques détails près (fond de boite uniquement en acier et avec signature de Jack Heuer gravée en son centre ; pourtour du guichet de date appliqué en relief ; teinte du cadran légèrement différente ; mensurations de certaines pièces d'habillage non identiques ; base du mouvement).




Revue TAG HEUER MONACO  Monaco14

A gauche l'édition du 40ème anniversaire de la Monaco limitée à 1000 pièces, sortie en 2009. A droite celle qui lui succède, série non limitée, encore produite en 2024 depuis 2015.




Tachons de détailler au fur et à mesure les origines de la Monaco.

Pour planter les bases, je n'ai ni appris à connaitre, ni à aimer la Monaco au travers de son image publicitaire. J'ai simplement appris à aimer cette montre pour ce qu'elle est et le charisme qu'elle dégage.


Quand les gens parlent de la Monaco j'entends souvent "c'est la montre de Steve Mcqueen'', parce que en effet l'acteur avait sélectionné cette montre parmi ses accessoires de tournage proposés sur le film '"LE MANS" de 1971, faisant de lui un ambassadeur spirituel et égérie marketing que TAG Heuer prend plaisir à tartiner à qui veut l'entendre. C'était au départ une volonté de Jack Heuer de faire parler de ses produits au travers de placements en jouant de ses relations à Hollywood. Fait intéressant est que selon certaines sources, Mcqueen avait souvent tendance à remettre sa Rolex Submariner entre deux prises de caméra, mais ça bien évidemment TAG Heuer prend le soin de ne jamais le dire.  Laughing 




Partie 1 : Les débuts de la Monaco.



Retour en plein dans les années 1960. A l'époque c'était la course aux nouvelles technologies, au concours de bite entre superpuissances, aux innovations en tout genre, au mouvement Hippie. 

Heuer n'était pas encore une grande structure. Par manque de fonds pour financer de nouveaux projets, Heuer du collaborer avec trois autres maisons horlogères que sont Breitling, Buren (racheté en 1966 par Hamilton qui avait pour objectif de faire fabriquer ses mouvements en Suisse) et Dubois Depraz. Le quatuor travaillât sur ce qu'il baptisèrent le "Projet 99", qui consistait à mettre au point le premier chronographe à remontage automatique de l'histoire horlogère. 

Le temps à rallonge n'était pas un luxe accordé pour le développement du projet 99 car de son coté Zenith travaillait lui aussi d'arrache pied depuis déjà quelques années sur son propre calibre chronographe automatique à haute fréquence, le El Primero. A l'origine Zenith voulait sortir ce dernier en 1965 pour l'anniversaire de son centenaire mais ils furent retardés par divers facteurs comme le besoin de nouveaux lubrifiants adaptés.




Revue TAG HEUER MONACO  El_pri10

Calibre Zenith El Primero.




Malgré cette collaboration les quatre maisons restaient néanmoins en concurrence. Il était donc convenu qu’à la fin du Projet 99, chacune repartirait de son côté avec son Calibre 11 rebadgé d'un autre nom.

Buren réputé à l'époque pour ses calibres a micro-rotor s'était chargé de fournir la base mécanique, à savoir le mouvement principal et ce en s'inspirant de son propre calibre Intramatic déjà existant.




Revue TAG HEUER MONACO  Post-611

Calibre Intramatic de chez Buren.




Dubois-Depraz de son coté s'occupait de développer le module de chronographe qui devait s'accoupler comme dans un jeu de briques avec le mouvement de Buren. C'était d'ailleurs une nouveauté de créer des modules de complications horlogères pour permettre à des mouvements basiques de comporter des fonctions supplémentaires, comme des chronographes, des phases de Lune, des sonneries ou des multi quantièmes. 

Breitling et Heuer ont quand à eux supervisé le travail sur le reste de la montre, le cadran et d'autres pièces d'habillage.




Revue TAG HEUER MONACO  Heuer_14

Calibre 11 étampé Heuer.


Revue TAG HEUER MONACO  Calibr11

Vue éclatée du calibre Intramatic de chez Buren, adapté pour le Calibre 11.


Revue TAG HEUER MONACO  Zoclat12

Vue éclatée du module de chronographe Dubois Depraz placé en sandwich sur le mouvement Intramatic de chez Buren.




Le Calibre 11 issu du Projet 99 fut breveté en 1967. Le résultat de l'association entre le calibre Intramatic de Buren et le module de chronographe de Dubois Depraz était plus que concluant. En 1968 Breitling lançât une toute première présérie de montres équipées du Calibre 11 rebaptisé Chronomatic (contraction de chronographe automatique). En 1969, préséries et prototypes du Calibre 11 furent présentés à Genève, mais aussi aux Etats-Unis, en Asie et au Moyen Orient, et ce plusieurs semaines avant la foire de Bale. 

La notoriété des fabricants impliqués dans le Projet 99 constitua un atout majeur, volant au passage la vedette à Zenith.




Revue TAG HEUER MONACO  Breitl10

Breitling Chronomatic de 1968 équipée du Calibre 11.




A l'autre bout du monde au pays du soleil levant, le géant japonais Seiko était lui aussi sur le point de dévoiler son chronographe automatique de manufacture, le calibre 6139 Speedtimer. Seulement les informations sont restées confuses concernant les dates exactes de sorties de ces mouvements. Officiellement c'est le Calibre 11 qui est considéré comme étant le premier chronographe automatique de l'histoire, mais en réalité la concurrence s'est jouée de manière très serrée. 




Revue TAG HEUER MONACO  6139_s11

Calibre Seiko 6139.




Le Calibre 11 qui avait des mensurations et des emplacements de couronne/poussoirs bien spécifiques n'était pas compatible avec les boitiers des montres Heuer déjà existants.

Jack Heuer prévoyait un fort succès de ce calibre et souhaitait également compenser les investissements liés à sa création qu'il décida d'étoffer ses deux gammes phares qu'étaient L'Autavia et la Carrera, des montres très bien implantées sur le marché à l'époque et d'en créer une troisième qui aurait la particularité de sortir des sentiers battus. 

Piquerez, un fabriquant d'écrins basé dans le Jura avait attiré l'attention de Heuer en présentant un nouveau prototype de boitier carré totalement étanche. c'était très innovant car depuis toujours les boitiers carrés étaient exclusivement réservés aux montres habillées, jugées vulnérables car non étanches. Depuis le début des années 1940 Heuer ne sélectionnait que des boitiers résistants aux agressions extérieures pour faire gage de sa qualité. 

Comme en témoigna Jack Heuer, ce boitier carré aux courbes particulières était si spécial à ses yeux qu'il en négocia un contrat d'exclusivité avec Piquerez pour s'en octroyer le design au détriment de la concurrence. Le choix de cette carrure pour y loger le Calibre 11 et lancer une troisième gamme de chronographes automatiques venait d'annoncer la naissance de la Monaco.

En fin de conception la montre abordait un aspect esthétique très inhabituel pour son époque, et qui cassait avec les codes standardisés de l'horlogerie. Un détail des plus choquants était l'emplacement de la couronne à gauche, antagoniste aux poussoirs du chronographe eux traditionnellement placés à droite. Dans la normalité, poussoir(s) et couronne sont placés du même coté. Cette particularité du Calibre 11 aurait été causé par des contraintes techniques lors de son élaboration. Le marketing de l'époque lui justifiera de son coté que la couronne à gauche était une façon abstraite d'exprimer l'inutilité du remontage manuel sur un mouvement automatique moderne.




Revue TAG HEUER MONACO  Heuer-11

Heuer Monaco ''originale'' de 1969.




Malgré toutes ces bonnes volontés, les ventes de Monaco restèrent à la baisse. La montre semblait comme boudée par le public qui n'admettait pas son design qualifié ''avant gardiste" comme le clamait avec fierté la communication de Heuer. 

Et ce n'est pas le coup publicitaire de Heuer et de la Monaco aux cotés de Steve Mcqueen dans le film "Le Mans" de 1971 qui changea drastiquement la donne. 



Revue TAG HEUER MONACO  Steve-13

Image tirée du film "Le Mans" de 1971. Steve Mcqueen en combinaison de pilote de course, son heuer Monaco au poignet.




La première vie de la Monaco fut de courte durée. Sa production s'arrêta vers 1975 soit tout juste six ans après son lancement. 

Si de nos jours le Calibre 11 original n'est plus produit depuis longtemps, son principal concurrent helvétique d'antan qu'est Zenith continue de fabriquer et de vendre son mythique El Primero achevé en 1969. 
Et ironie du sort, TAG Heuer s'est retrouvé à équiper certaines de ses montres en calibres El Primero après son rachat par le groupe LVMH en 1999.

La disparition du Calibre 11 n'a pas empêché la réapparition de la Monaco en édition limitée et sous une apparence retravaillée au catalogue de TAG Heuer en 1998. C'est aussi à partir de ce moment qu'elle a véritablement commencé à trouver son public.  Lorsque le groupe TAG (technique d'avant garde) racheta Heuer en 1985, il avait pour souhait de ressusciter certaines collections jadis enterrées de la marque. Il y a eu et il y a toujours une multitude de déclinaisons esthétiques et fonctionnelles de la Monaco, qu'il s'agisse de collections dans des éditions normales, des éditions spéciales ou des éditions limitées. Mais malgré toutes ces références, seule la Monaco dans sa configuration classique et portée par Mcqueen est considérée comme étant la vraie légitime.




Partie 2 : Mes débuts avec la Monaco.



Je prends suffisamment de recul étant moi même porteur de cette tocante depuis des années. Mon exemplaire est une descendante issue de la lignée du premier modèle. 

La Monaco c'est pas bien compliqué. C'est l'histoire de soit on l'aime, soit on la déteste. rare sont les compromis.

Mon père me disait que s'il venait un jour à se faire péter le porte feuille pour s'offrir une montre, la Monaco serait très certainement son choix numéro un. Et autant dire que au départ je ne partageais pas du tout le même avis. 

Je n'aimais pas le simple fait de la regarder sur une image. Je la trouvais grossière, has been et bien trop chère. Tout s'est finalement joué avec le hasard qui m'a fait rentrer dans une bijouterie haut de gamme multi marques et agréée TAG Heuer. 

La Monaco était fièrement exposée en vitrine mais je n'étais pas venu pour elle. J'avais mon Omega, une Speedmaster qui souffrait de maux. Seul le service après vente pouvait y faire quelque chose. J'étais sur le point de me retrouver dépourvu de montre à me glisser sous la manche. Comme aimanté par la curiosité, mon regard ne pouvait s'empêcher de tourner au moindre temps mort en direction de la vitrine renfermant cette Monaco. La vendeuse n'était pas dupe, elle avait percé à jour mon petit manège. Et elle ne put s'empêcher avec son grand et beau sourire de me convaincre à l'essayage de cette dernière. Après tout ça ne se refusait pas, le cadre était sympa et le temps ne jouait pas contre moi. 
Elle me fit m'assoir et m'apporta sur un plateau en écrin, gants blancs autour de ses mains cette prétendante qui depuis le début me laissait de marbre. Je vis enfin cette montre en réel d'aussi près que je la voyais jadis depuis l'écran de mon ordinateur. 

Je la regarde, je la touche, je l'essaye. Guidé par le même instinct que celui d'un enfant qui découvre le monde. "Cette montre est magnifique !" me dis je. Elle est saillante, tranchante, envoutante, provocatrice, fatale, elle ne vous demande en rien votre avis, elle vous impose ce qu'elle est car c'est ainsi qu'elle est créée. De face comme de profil tout semble esthétiquement étudié pour la rendre organique. Rien de vraiment étonnant qu'elle ne me plaisait pas en image 2D, il faut absolument la voir en vraie pour que l'oeil humain ne mette en valeur ses courbes et ses formes.

J'étais dans un stade ou je désirais vraiment cette montre tout comme un homme peut désirer une femme au point d'en oublier toutes les autres.

Mais la règle veut qu'une femme fatale ne se laisse jamais facile d'accès si ce n'est de vous mettre à l'épreuve et cette Monaco ne dérogeait pas à cette règle. 

Le prix de sa séduction coutait cher, très cher. D'autant plus pour le jeune adulte que j'étais à ce moment la.

J'étais bien parvenu un an avant à m'offrir une Speedmaster Professionnal à la sueur de mon front, mais j'avais fait une bonne affaire, un petit coup de chance. C'était déjà une grosse somme à mes yeux, mais ça restait néanmoins la moitié du prix de cette Monaco.  

J'étais obstiné. J'avais 20 ans. J'avais le feu en moi. Il me fallait du cash, beaucoup de cash. 

J'avais plusieurs options : fracasser ma tirelire ? vider mes comptes ? risquer de finir sur la paille et manger des pates sans beurre ni sel pendant des semaines ? "Pas grave" me disais je. Je suis jeune, j'ai le temps de me refaire.

Le ver avait contaminé le fruit, la tentation était trop forte, alors comme un faible, j'ai craqué.

8 ans ont passé, j'en ai désormais 28 et cette Monaco est toujours mienne. Elle dort dans son écrin quand je décide de la remplacer temporairement par ses maitresses. Mais forcé d'admettre que j'y reviens toujours. Elle exerce sur moi un fort pouvoir attractif et un effet de banque à souvenirs.

Les gens qui me connaissent un minimum ont parfois tendance à me faire la remarque que cette montre me correspond particulièrement. Peut être pensent ils cela en rapport à mon tempérament obstiné, un peu abrupte et électron libre. 

Maintenant que les origines de la montre et le rapport que j'entretiens avec sont dévoilés. Je consacre la suite de cette revue à aux spécificités intrinsèques du produit en procédant étape par étape.



Revue TAG HEUER MONACO  Img_3222

CAW211P au poignet.




Partie 3 : La CAW211P décortiquée.



Le packaging :


Pour une montre dont le fabricant passe une pommade marketing monstrueuse à propos du mythe du king of cool, n'allez pas vous attendre à un coffret qui a de la gueule façon Moonwatch ou Fifty Fathoms. 

La choix de la sobriété est poussée à son paroxysme et même si je partage le point de vue sur le fait qu'on porte une montre et non la boite ni les éventuels accessoires, je n'aurais pas craché pour avoir ma Monaco au fond d'un écrin spécifiquement conçu pour elle en guise de hors d'œuvre, cela contribue au rêve. Ca ne sert peut être pas à grand à chose de prime abord, mais avec de la réflexion le simple fait de débourser plusieurs milliers d'euros dans un joujou pour adulte qu'est une montre ne sert pas à grand chose non plus, si ce n'est de nourrir un caprice purement personnel et égoïste.

Les toutes premières séries de CAW211P produites en 2015 étaient accompagnées d'un écrin aux couleurs du cadran de la montre sur la partie extérieure. La partie interne elle comportait des inscriptions à l'effigie de la Monaco ainsi que la signature de Steve Mcqueen, le tout sur fond blanc crème pour renforcer le coté néo rétro de l'objet. 



Revue TAG HEUER MONACO  11037-10

Première génération d'écrin pour la Monaco en 2015.




Pour la seconde génération d'écrin, le choix de TAG Heuer a été beaucoup plus minimaliste. S'il a le mérite d'être très vintage dans son aspect, il est cependant bien moins exclusif pour avoir accompagné d'autres collections de montres du catalogue de TAG. Pour autant il est qualitatif, fabriqué en cuir véritable. Il n'échappera pas pour autant de finir au fond d'un placard quitte à tomber dans l'oublie.



Revue TAG HEUER MONACO  Tag-he15

Deuxième génération d'écrin pour la Monaco vers 2017.




La montre :


Le boitier de forme carré mesure hors couronne 37mm de largeur (presque 40mm avec couronne) / 45mm de hauteur au total avec cornes / 14mm d'épaisseur du fond de boite au sommet ondulé du saphir.

Les dimensions sont dans la norme moyenne d'une montre pour homme. Mais la forme et la hauteur de la carrure additionnées aux courbes saillantes et aux cornes plongeantes procurent une sensation d'occuper l'espace tout entier du poignet du porteur. La montre s'impose sur l'avant bras, affirmant son style sans prétendre à devenir grossière. 



Revue TAG HEUER MONACO  Monaco13

Une Monaco s'assume avec caractère. Si votre préoccupation première est la discrétion, fuyez la comme la peste.




Le boitier est une alternance sans fin de formes aux finitions polies et satinées, qu'elles soient courbées, droites, arrondies, symétriques, asymétriques, etc. Elle dévoile sans la moindre pudeur ses formes agressives qu'on ne peut que prendre plaisir à la regarder sous toutes ses formes. 




Revue TAG HEUER MONACO  S-l40010

C'est en la voyant de ses propres yeux qu'on prend plaisir à admirer longuement sa belle carrosserie.




Le verre est en saphir et traité anti reflet sur sa face intérieure. Il arbore fièrement une forme galbée semblable à un croissant de Lune. Parfaitement en adéquation avec le reste du corps de la montre. 




Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t11

Sur son profil vertical la Monaco démontre le potentiel de tout son galbe.




Le fond reste de la même esprit que le reste, des inscriptions en supplément mais sans tomber dans la fioriture. Les finitions de surface partent d'un satinage linéaire au centre pour laisser place à une finition polie miroir sur les bordures. Au milieu un saphir circulaire au travers du fond ajouré laisse apparaitre en premier plan la masse automatique du calibre qui anime la montre. Le fond de boite solidement vissé par quatre têtes de vis permet la lecture de différentes informations (numéro de série, caractéristiques, etc). Détail intéressant qui plaira aux puristes, il n'est nulle part fait mention sur la montre du nom ''TAG'', seul le nom ''Heuer'' a été retenu en guise de respect et d'hommage à la montre originale.




Revue TAG HEUER MONACO  Tag-he16

Une fois dans nos mains la Monaco laisse paraitre sa fine mécanique ainsi que son cœur pour les plus téméraires qui oseront la retourner.




L'intérieur de la Monaco est un bloc séparé en trois parties principales ; lunette, carrure, fond de boite. 

Le verre saphir est collé en usine dans la lunette qui elle est fixée par quatre vis dans la carrure. 

Les deux poussoirs du chronographe sont aussi fixés par une vis depuis l'intérieur du boitier.




Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t17

Fond de la montre avec le cache.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t12

Fond de la montre sans le cache.


Revue TAG HEUER MONACO  Img_3223

Face de la montre, lunette/verre enlevés.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t15

Ensemble cadran avec mouvement montés hors boitier.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t13

Ensemble de la carrure démontée.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t14

Poussoirs complets démontés.




Pour en finir sur les caractéristiques du boitier, ce dernier en usiné en acier inoxydable 316L. 

Sa construction robuste et étudiée lui permet une très bonne étanchéité de 10 atm (qui n'autorise pas pour autant l'utilisation des poussoirs du chronographe sous l'eau. Couronne non vissée au passage).




Revue TAG HEUER MONACO  Zoclat12

Vue éclatée de l'ensemble de la carrure.




Le bracelet :


Coté bracelet cette Monaco moderne continue sagement de prendre exemple sur sa grande sœur. Dotée d'un beau cuir de veau noir double face de très belle qualité. Elégant et perforé de micro trous d'aération qui renforcent son caractère sportif. Conçut pour durée, il vieillit bien dans le temps et s'assouplit très rapidement autour du poignet quand il est neuf.




Revue TAG HEUER MONACO  Tag-he18

Un bracelet sobre et vintage de très belle qualité qui contraste parfaitement pour habiller la Monaco.




Le fermoir à boucle déployante rend parfaitement hommage au segment des montres à inspiration vintage de chez TAG Heuer. Il est exclusivement en finition polie miroir avec l'inscription Heuer creusée en relief. Il s'ouvre par deux boutons pressions sur les flancs de la boucle. Attention de prendre soin à bien le presser au moment du verrouillage. Il peut avoir la fâcheuse tendance à se défaire autrement. 




Revue TAG HEUER MONACO  Tag_he12

En plus de contribuer au confort ce fermoir signé Heuer est du plus bel effet.




Le cadran :


Le visage de la montre, son identité propre, ce que notre œil regarde en premier.

Disposés de façon Uni-Compax, les deux compteurs à 3 et 9 heures, ainsi que le guichet du quantième à 6 heures, équilibrent parfaitement le cadran, l'ensemble est en totale adéquation avec l'esthétique globale néo-rétro assumée.

Il en va de même que ça soit pour le choix des couleurs tout comme pour les courbes géométriques qui parcourent le cadran, tout est pensé pour y inclure suffisamment d'éléments sans tomber dans la surcharge mais bien assez pour vous séduire.

La lumière et les angles de vues jouent un rôle majeur sur le ressenti visuel. Les couleurs se montrent éclectiques à leur guise, elles ont la fâcheuse tendance à être évolutives. Par conséquent elles ne procurent jamais le même effet. 
Tout se joue sur les conditions environnantes, donnant à ce bleu opalin la capacité de capter la lumière sans jamais la réfléchir, et d'atteindre une teinte digne d'un bleu profond qui va jusqu'à tirer au bleu froid nocturne.
Mais s'il se montre d'humeur versatile il est capable au contraire de virer totalement dans un excès inverse jusqu'à frôler la couleur ardoise et même anthracite. Et ce n'est pas le saphir qui sera votre ami pour en atténuer les effets, au contraire il ne fera que les amplifier.

Pour le rouge cela est moins flagrant, n'étant pas la couleur dominante sur le cadran. Mais lorsque le bleu devient marin à vous faire baisser la garde, les aiguilles en profitent pour devenir des lames d'un rouge sanguinaire. 
A contrario quand le bleu devient ardoise, elles essayent tant bien que mal de fuir votre regard pour se fondre discrètement dans la masse.

La Monaco joue avec vous et votre perception et elle ne s'en cache pas.

Dernier point, les index sont horizontaux, rectangulaires, rhodiés, puis soigneusement appliqués à la main. Pas de logo en relief. Toute la typographie est finement imprimée dans un blanc éclatant qui contraste dans une police de caractère très lisible.




Revue TAG HEUER MONACO  Tag-he17

Outre le simple fait de lire l'heure, on se laisse naturellement absorber par ces lignes, ces couleurs.


Revue TAG HEUER MONACO  Monaco15

Même si ce n'est pas son point fort la Monaco reste lisible dans l'obscurité.




Le mouvement Calibre 11 :


Bien qu'il porte le même nom, le calibre 11 fabriqué de nos jours n'est plus le même que celui de l'époque. Sa seule vraie similitude est son architecture qui comporte une base mouvement accompagnée d'un module de chronographe toujours fabriqué par Dubois Depraz. 

La base mouvement qui contient le ressort moteur, le remontage automatique et l'indication horaire (heures, minutes et secondes) n'est plus du tout calquée sur le calibre Intramatic de chez Buren mais est un Sellita SW300 soit un clone du ETA 2892 dont les plans sont tombés dans le domaine public il y a quelques années. Qu'il s'agisse de la version chez Sellita ou de chez ETA, cela reste un calibre automatique à la finition premium fabriqué à échelle industrielle et qui est suffisamment plat pour s'adapter dans de fins boitiers de montres ou pour y coupler un module de complications.

L'Intramatic de Buren était légèrement plus fin car l'un de ses atouts était son remontage automatique implanté à la façon d'un micro rotor excentré directement dans la platine elle même, à hauteur égale du reste du rouage. Ce qui n'est pas le cas du SW300 qui requiert un bâti placé au dessus des ponts du rouage pour y introduire le système de remontage automatique.

Le SW300 dispose d'une réserve de marche assez modeste d'une quarantaine d'heures notamment à cause du module de chronographe qui est assez énergivore. Il bat à 28 800 alternances/heure soit 4 Hertz (4 oscillations complètes à la seconde). Il ne possède pas de certification chronométrique.

L'implantation de la couronne à gauche n'est cette fois ci plus en lien avec une quelconque contrainte technique, mais est un choix purement assumé pour rester fidèle à l'esthétique de la montre originale.

En ce qui me concerne je n'ai pas la moindre objection à faire sur l'ergonomie de ce mouvement.

Le remontage manuel exercé sur la couronne est doux. Le passage de la date se fait par saut semi instantané à minuit pile. 

Les poussoirs du chronographe sont très souples quand on les manipule.

La trotteuse chrono centrale tourne sans saut d'aiguille à son déclenchement. La remise à zéro est spontanée par simple pression sur le poussoir dédié. 

L'aiguille du totalisateur des minutes tourne de façon trainante et non en sautant toutes les soixante secondes écoulées. 

On retourne la montre et on observe en premier plan son pont de remontage automatique avec sa masse oscillante centrale. Visuellement l'ensemble est propre, bien usiné avec des micro perlages, des stries, des cotes de Genève, ainsi qu'une masse oscillante ajourée au design moderne, signé "HEUER" dans un rouge éclatant et avec l'appellation "Calibre 11" inscrit en italique noir juste en dessous. 

J'avoue ressentir du plaisir à observer toute cette belle mécanique à l'aide d'une loupe grossissante, sans faire constat qu'il s'agit d'un chef d'œuvre d'horlogerie pour autant (mais ce n'est pas ce qu'on lui demande). Il ne serait pas déconnant de préférer un calibre dit de manufacture, mais l'avantage d'une motorisation sous architecture Sellita/Dubois Depraz, rend cette Monaco potentiellement plus facile à faire réparer hors réseau TAG Heuer.

Concernant sa fiabilité, certains forums regorgent de controverses. Je retrouve assez régulièrement les mêmes arguments que les consommateurs reprochent des problèmes de remontage automatique, et en effet celui ci souffre de difficultés de performance. Le remontage automatique est unidirectionnel, autrement dit la masse oscillante remonte le mouvement dans un seul sens et souffre elle même d'un petit manque d'inertie. 

Je conseille à tout utilisateur de cette montre de la remonter manuellement en donnant quelques tours de couronne chaque jour avant que vous ne la portiez. Cette manipulation vous permettra de garder la réserve de marche de votre montre dans le positif.

Encore un détail assez amusant et paradoxal quand on sait que Heuer communique que le choix de la couronne à gauche est justement de rappeler que le remontage manuel est caduque. Et pourtant.




Revue TAG HEUER MONACO  11-61010

Calibre 11 de la Monaco depuis 2015.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t19

Révision d'un Sellita SW300, base du Calibre 11.


Revue TAG HEUER MONACO  Sans_t18

Un Calibre 11 moderne testé sur chronocomparateur.




Partie 4 : Evaluation personnelle.



Utilisation au quotidien :


Après ces quelques années de loyaux services de ma belle. J'ai malgré mes soins mis la Monaco à l'épreuve en la portant en de multiples circonstances. A défaut de ne pas être un pilote de course, sa robustesse et son étanchéité ont grandement contribué à lui faire connaitre le terrain. J'ai soulevé de la fonte avec. J'ai couru de nombreux kilomètres avec. J'ai été faire de la plongée sous marine avec. Et jamais elle ne s'est opposée aux projets que je lui consacrais. 
Bien évidemment je n'ai pas été jusqu'à la soumettre à des activités de bricolage ou autres ouvrages bien rustiques pour des raisons évidentes, le but n'était pas non plus de la pourrir au sens propre. 

Ma belle à bien mérité un retour chez son fabricant pour une retouche cosmétique avec un boitier neuf pour la faire rester jeune, sans rides et un nouveau bracelet pour l'habiller comme à l'origine. 

Aujourd'hui elle coule des jours pépères dans un coffre et je la ménage quand elle redevient mon accompagnatrice. Je n'ai plus le cœur à la soumettre aux épreuves, je la porte uniquement dans des situations décontractées.




Revue TAG HEUER MONACO  Img_3813

La Monaco n'avait pas à pâlir face à certaines toolwatches. 
On ne lui a pas demandé d'être juste belle et de se taire. 
Elle avait le caractère nécessaire pour encaisser un vrai train de vie.
Mais aujourd'hui la transpi c'est fini.




Mes impressions :


Pour conclure en guise d'évaluation finale. Vous aurez bien compris que j'aime cette montre et c'est peut être même un doux euphémisme. J'aime le fait qu'elle ne ressemble à aucune autre. Reconnaissable entre mille. 

J'aime savoir qu'elle ne fait pas l'unanimité chez monsieur et madame tout le monde. J'aime sa gueule insolente et hypnotique. D'ailleurs j'ai tendance à la regarder longuement sans même prêter attention à l'heure qu'elle indique. 

Son acquisition était pur hasard et surprise. Ma vie n'a été que successions de rebondissements imprévus par la suite et très souvent j'avais la Monaco sur moi lorsqu'ils surgissaient. C'est comme ci en l'espace d'une petite poignet d'années j'avais eu plusieurs vies différentes mais toujours la même montre pour me rappeler le temps qui défile. Aujourd'hui les choses n'ont pas changé. Plusieurs chapitres ce sont fermés pour en ouvrir de nouveaux, et ma Monaco synthétise cet instrument qui m'accompagne, me complète, me donne un repère, me rassure et qui à l'arrivée déclenche en moi un sentiment de nostalgie.

J'ai eu beaucoup de montres en peu de temps si je compte bien mais j'ai toujours entretenu un rapport particulier avec cette dernière. Elle me fait me rappeler des souvenirs du passée, bons comme mauvais. 
Comme le synthétise les couleurs de son cadran, le bleu pour les moments apaisés et le rouge pour ceux mouvementés. 

Et c'est ce que j'aime dans l'horlogerie, l'intemporalité malgré le temps qui s'écoule.




Evaluation :



Les + :


-Un design unique, une gueule, un caractère, une présence au poignet, un néo rétro intemporel quoi qu'on en dise.
-Les finitions dans leur ensemble (boitier, verre saphir, cadran, boucle, mouvement, etc).
-Un calibre bien réglé malgré l'absence de certification chronométrique.
-L'utilisation confortable du chronographe.
-Etanchéité de 10 atm pour une montre considérée comme du simple sport chic.
-Choix des matériaux de belle facture.
-un bel hommage qui rend honneur à son ainée.
-un sav qui m'a fait du très bon boulot pour une somme financière et des délais très raisonnables.




Les - :


-Une durée de garantie constructeur de 2 ans (ridicule quand on prend en compte ce que propose la concurrence à prix équivalent voir inférieur).
-Un confort au porté parfois discutable notamment par temps chauds.
-Les tarifs toujours plus indécents en prenant en compte que le produit en lui même n'évolue pas.
-Un calibre 11 qui ne semble pas faire l'unanimité en matière de fiabilité selon certains possesseurs. De mon coté l'expérience me donne la conscience tranquille.
-Un packaging minimaliste et certainement un peu décevant vis à vis du prestige et du marketing que le fabricant assume autour de son produit.  




Merci pour votre temps.


Dernière édition par Yanolapin le Dim 29 Aoû - 19:23, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Totocatcho
Membre référent
Totocatcho


Nombre de messages : 7424
Age : 35
Localisation : TOULOUSE
Date d'inscription : 22/03/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 18:39

Très belle revue @Yanolapin .

C'est très complet et très agréable à lire ! Merci 👍
Revenir en haut Aller en bas
Virgile
Membre éminent.
Virgile


Nombre de messages : 17405
Age : 44
Localisation : France
Date d'inscription : 13/12/2010

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 18:55

Merci pour cette revue Wink

Personnellement : 6 ans avec des Monaco Calibre 11 -> 12 fois en service après vente. 

Au final, je viens de jeter l'éponge, elle a dégagé. 

Mon père sur sa Calibre 11 Gulf : 9 fois en SAV depuis 2018.

Pour nous 2, même panne : problème avec le mouvement, pas de réserve de marche, souci de remontage. 

On a eu tous les deux eu droit à des échanges à neuf de toute la montre, des échanges de mouvements et des réparations, rien n'y fait...

Je reprendrai une Monaco quand elle sera disponible en mouvement manufacture avec couronne à gauche.

Mon père la garde ainsi et la remonte manuellement lorsqu'il décide de la porter. 

Mouvement pas à la hauteur de cette belle montre.
Revenir en haut Aller en bas
https://www.instagram.com/virgilefontaine En ligne
Yann Riquier
Passionné de référence
Yann Riquier


Nombre de messages : 3039
Age : 28
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 24/03/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 18:58

Tes anciens témoignages justifient d'avoir mentionné que le calibre est controversé... il n'y a pas de cohérence d'un utilisateur à un autre... de toute les montres que j'ai eu c'est la moins fiable selon l'opinion générale sur ce forum et c'est pourtant la seule ou j'ai jamais eu de problème...
Revenir en haut Aller en bas
Radi Caldwell
Permanent passionné
Radi Caldwell


Nombre de messages : 2042
Localisation : Albanie - France
Date d'inscription : 13/05/2020

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 19:32

Merci, ça fait plaisir à découvrir ! 👌
J'aime beaucoup cette montre...
Je porte la mienne avec grand plaisir dès que j'en ai l'occasion !
Elle est très charismatique. 

Deux photos :

Revue TAG HEUER MONACO  Dsc_3132

Revue TAG HEUER MONACO  Dsc_3131

Une montre dont on parle trop rarement à mon goût.
Revenir en haut Aller en bas
Virgile
Membre éminent.
Virgile


Nombre de messages : 17405
Age : 44
Localisation : France
Date d'inscription : 13/12/2010

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 19:38

Yanolapin a écrit:
Tes anciens témoignages justifient d'avoir mentionné que le calibre est controversé... il n'y a pas de cohérence d'un utilisateur à un autre... de toute les montres que j'ai eu c'est la moins fiable selon l'opinion générale sur ce forum et c'est pourtant la seule ou j'ai jamais eu de problème...

Tant mieux, je te souhaite que cela perdure  Chinois
Revenir en haut Aller en bas
https://www.instagram.com/virgilefontaine En ligne
zesteph
Membre très actif
zesteph


Nombre de messages : 223
Age : 51
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 26/04/2010

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 19:43

Superbe revue qui dégage le plaisir que cette montre te procure, avec ses avantages et ses défauts. Merci
Revenir en haut Aller en bas
ChrisC75
Membre éminent.
ChrisC75


Nombre de messages : 13485
Localisation : Paname
Date d'inscription : 04/05/2012

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 20:00

Je n’ai qu’un mot à dire : bravo ! bravohap

Bravo pour cette revue, avec une belle qualité rédactionnelle et parfaitement illustrée Smile
Merci aussi de remettre à l’honneur les revues, loin de la tendance actuelle des photos egocentrées façon Instagram. 


Tout comme toi, ma première Monaco, une Calibre11 grise en série limitée avec sous-compteurs noirs, présentait un packaging plus intéressant. Revendue pour une SMQ calibre 11, la même que celle qui est à l’honneur dans ta revue Wink



Pour les mouvements, RAS de mon côté non plus Smile


Encore bravo pour cette chouette revue Smile
Revenir en haut Aller en bas
En ligne
pilou
Pilier du forum
pilou


Nombre de messages : 1678
Age : 44
Localisation : O TouloUUUUse
Date d'inscription : 17/08/2006

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyDim 29 Aoû - 20:53

Très belle revue yanolapin !
A la fois très détaillée sur la vie avec la montre et en plus sur ses entrailles Wink
Top !
Revenir en haut Aller en bas
Yann Riquier
Passionné de référence
Yann Riquier


Nombre de messages : 3039
Age : 28
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 24/03/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 7:52

Merci messieurs Chinois
Revenir en haut Aller en bas
azulseco
Animateur
azulseco


Nombre de messages : 972
Age : 62
Localisation : Chocolatine city
Date d'inscription : 09/11/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 11:12

Bravo pour cette revue.
Pour avoir essayé cette montre, elle fait curieusement partie de celle qui vous paraissent bof en photo, pas mal en visuel, et qui dès qu'elles sont au poignet paraissent magiques.
Ta revue fait bien ressortir cette ambiguïté.
Reste en effet le problème rencontré par certains, autour du mouvement, pour une montre de ce prix.
Revenir en haut Aller en bas
chesney75
Membre référent
chesney75


Nombre de messages : 5488
Age : 39
Localisation : Reims
Date d'inscription : 27/01/2013

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 11:18

Belle revue ! Après le rapport qualité prix est vraiment déplorable je trouve… et les soucis de sav de certains font peur !
Faudrait que je l’essaie un jour
Revenir en haut Aller en bas
atamatik
Animateur Chevronné
atamatik


Nombre de messages : 1283
Age : 36
Localisation : Reims
Date d'inscription : 08/01/2016

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 17:11

Très bonne revue complète, elle est dans ma liste Wink
Revenir en haut Aller en bas
https://www.facebook.com/groups/305200920917139/
Bubba
Passionné de référence
Bubba


Nombre de messages : 3003
Localisation : RP
Date d'inscription : 11/03/2015

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 20:58

Merci pour cette très belle revue !
Revenir en haut Aller en bas
depuis1899
Membre référent
depuis1899


Nombre de messages : 5060
Localisation : 3 frontières
Date d'inscription : 09/07/2008

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 30 Aoû - 21:54

merci pour cette belle revue, un modèle très sympa thumleft et pour moi LA Tag qu'il faut avoir Twisted Evil
Revenir en haut Aller en bas
Fred6531
Membre super actif



Nombre de messages : 489
Age : 36
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 09/11/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyMar 31 Aoû - 6:50

Bravo pour cette belle revue ! Très bien rédigé
Revenir en haut Aller en bas
Jivet
Animateur
Jivet


Nombre de messages : 1068
Age : 34
Localisation : CH
Date d'inscription : 23/04/2021

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyMar 31 Aoû - 8:42

Merci pour cette revue complète et honnête, j'ai passé un agréable moment en te lisant  thumright
Revenir en haut Aller en bas
Yann Riquier
Passionné de référence
Yann Riquier


Nombre de messages : 3039
Age : 28
Localisation : Toulouse
Date d'inscription : 24/03/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyMer 1 Sep - 12:17

La prochaine sera dédiée à une plongeuse.
Revenir en haut Aller en bas
Jonpi
Animateur
Jonpi


Nombre de messages : 885
Age : 63
Date d'inscription : 24/10/2017

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyMer 1 Sep - 13:04

je n'ai finalement jamais franchi le pas.
Mais là vu le tarif, je crois pas que ce sera le cas.
Revenir en haut Aller en bas
Denis la malice
Passionné de référence
Denis la malice


Nombre de messages : 3427
Age : 57
Localisation : Paris
Date d'inscription : 22/07/2011

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 8:38

Super cette revue !!! Merci Yanolapin. Une montre emblématique de la marque, ta revue servira à tous ceux qui sont / seront un jour tenté de franchir le pas de l'achat.

Hate de voir à quelle plongeuse (+ ma tasse de thé) tu vas dédier ta prochaine revue !
Revenir en haut Aller en bas
chesney75
Membre référent
chesney75


Nombre de messages : 5488
Age : 39
Localisation : Reims
Date d'inscription : 27/01/2013

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 9:29

Yanolapin a écrit:
La prochaine sera dédiée à une plongeuse.
thumright
Revenir en haut Aller en bas
Raxevis Arcofin
Pilier du forum
Raxevis Arcofin


Nombre de messages : 1943
Age : 60
Localisation : Gourmandie
Date d'inscription : 21/07/2019

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 9:43

Très chouette article sur cette montre que personne n'ignore mais finalement que l'on voit assez peu aux poignets. 

En plus agrémenté de photos "a coeur ouvert" ce qui est un plus bien sympa. Merci.

Pour lire avec plaisir la plupart des revues, parfois avec retard, je trouve qu'une rubrique dédiée aux présentations faites par les Fameurs patentés (ie disposants d'un nombre xxx de posts - un peu sur le principe des annonces pour éviter les finaux marqueteux de bac-a-sable) serait interessant.
Revenir en haut Aller en bas
Guy 67
Modérateur
Guy 67


Nombre de messages : 16337
Localisation : Strasbourg
Date d'inscription : 07/05/2005

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 11:54

Merci et bravo pour cette revue bien détaillée ! Impec

_________________
La mode se démode, le style jamais.
Membre AHA n°1
Amicalement
Guy 67
Revenir en haut Aller en bas
lolofurax55
Membre référent
lolofurax55


Nombre de messages : 5853
Localisation : paris
Date d'inscription : 03/11/2009

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 12:07

Belle revue bravo ! 

J'adore cette montre ,je pense m'en séparer pour prendre le modèle avec mouvement manufacture . Trop de problèmes avec la mienne font que j'ai toujours cette petite angoisse lorsque je la passe au poignet. 
Quoiqu'il en soit, c'est une montre mythique qui ne laisse personne indifférent. 

Revue TAG HEUER MONACO  Img_2080
Revenir en haut Aller en bas
Regata Storica
Membre Actif



Nombre de messages : 111
Date d'inscription : 22/04/2021

Revue TAG HEUER MONACO  Empty
MessageSujet: Re: Revue TAG HEUER MONACO    Revue TAG HEUER MONACO  EmptyLun 6 Sep - 16:57

Merci pour cette super revue

Je dois dire que, si je faisais une infidélité aux Speedmaster, celle-ci pourrait bien tenir la corde ... est-ce l'année 1969 qui déclenche un "clic" dans mon cerveau? Incompréhensible Incompréhensible
Revenir en haut Aller en bas
 
Revue TAG HEUER MONACO
Revenir en haut 
Page 1 sur 6Aller à la page : 1, 2, 3, 4, 5, 6  Suivant
 Sujets similaires
-
» Revue de ma Tag Heuer Monaco
» [REVUE] TAG HEUER MONACO
» [Revue] TAG HEUER MONACO Automatic
» TAG HEUER MONACO LS
» Revue "Dudesque" de ma TAG Heuer Monaco!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
FORUMAMONTRES :: Forum général de discussions horlogères-
Sauter vers: